Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Royaume-Uni : données perdues, affaire d’Etat

Royaume-Uni : données perdues, affaire d’Etat

25 millions de Britanniques s’interrogent sur l’incroyable disparition de deux disques de sauvegarde contenant leurs données personnelles. Envoyés par la poste et destinés aux allocations familiales. On ignore tout simplement qui est aujourd’hui en possession des numéros de Sécurité sociale, des adresses, voire des coordonnées bancaires de la moitié des Anglais (voir Agoravox).

Ceux-ci, explique Courrier International qui traduit un article du Gardian, « prennent conscience de l’ampleur du fichage pratiqué par le gouvernement et les entreprises ». Inévitablement et logiquement, la question fait l’ordre du jour aux Communes, le parlement anglais. Les conservateurs accusant les travaillistes d’incompétence, ceux-ci, par la voix du Premier ministre, c’est-à-dire la tête de l’Etat, répliquant « qu’il s’agissait incontestablement d’un inexcusable manquement aux procédures, mais pas d’une défaillance structurelle ou culturelle pour laquelle le gouvernement devrait porter le chapeau ».

Ce genre d’échanges n’atténuera certainement pas le malaise qui vient de s’emparer de la Grande-Bretagne, même si chacun sait partout dans le monde et en particulier en Occident que nous sommes ultra-fichés.

Nonobstant cet état de fait, cet événement, écrit encore le Guardian, « met en lumière des préoccupations fondamentales quant aux raisons et aux manières dont nos institutions modernes - et pas uniquement les gouvernements - compilent des masses de données sur des populations entières, mais aussi quant au contrôle et à la protection de cette accumulation de données... Le problème concerne tout autant Google que le gouvernement... Les systèmes de données sont des ogres qui exigent d’être nourris. Mais ils se régalent aussi de ce qu’ils peuvent trouver eux-mêmes sur nous, sur les vidéos des caméras de surveillance, au téléphone, sur internet... Une chose est sûre : les systèmes modernes de collecte des données apportent à la fois une libération et une surveillance accrue ».

La perte de ces données est évidemment un fait grave. Mais le débat qui peut en résulter en Grande-Bretagne pourrait s’avèrer salutaire. Il peut coûter cher au gouvernement de Gordon Brown, mais, au-delà, il peut surtout renforcer les prérogatives de l’Information Commissioner’s Office [notre Commission nationale informatique et libertés].

En attendant le grand projet du gouvernement de travailler sur une nouvelle carte d’identité pourrait bien se retrouver suspendu.
Les données à ce sujet sont un peu trop... sensibles.


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès