Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Sarkozy veut-il casser le logement social ?

Sarkozy veut-il casser le logement social ?

Nicolas Sarkozy veut « dépaupériser » les pauvres. Louable intention. Mais comment ? En paupérisant les « un peu moins pauvre ». Ses récentes déclarations à l’emporte-pièce le laisse penser. A propos du logement social, il a ainsi appliqué sa tactique favorite : monter une partie de la population contre une autre. Celle qui est logée dans les HLM contre ceux qui attendent d’y être logés. Mais en délogeant ceux qui y sont, réglera-t-il la question du mal-logement ? Rien n’est mois sûr.

« Je ne veux plus d’une situation où les pauvres n’accèdent plus aux logements sociaux et sont rejetés vers un habitat précaire parce que ceux qui occupent les logements sociaux peuvent y demeurer à vie quelle que soit l’évolution de leurs revenus », a déclaré Nicolas Sarkozy à Vandoeuvre-lès-Nancy (voir Agoravox). Pourquoi pas ? Mais que vont devenir les soi-disant habitants « à vie », ces privilégiés...

En avançant des chiffres contestés par le mouvement HLM, le président de la République prétend loger les plus modestes en évacuant les autres. Selon Nicolas Sarkozy 400 000 logements seraient actuellement « occupés par des ménages dépassant les plafonds de ressources ». Ce chiffre, toujours selon lui, équivaut à quatre années de construction » de logements.

Les locataires des logements sociaux sont soumis chaque année à une déclaration de ressource. Tout dépassement de ce plafond est sanctionné par un surloyer. Aucun locataire ne peut échapper à cette déclaration. S’il ne la remplit pas le bailleur considère qu’il dépasse le plafond. Dans ce domaine, les fraudes sont impossibles.

S’il manque 400 000 logements, la faute à qui ? Aux locataires qui payent leur loyer où aux pouvoir publics et notamment aux maires qui, comme celui de Neuilly, refuse d’en construire ?

Selon l’Union sociale pour l’habitat (USH), cité par L’Humanité, « seuls 6,8 % des locataires HLM dépasseraient les plafonds de ressources, soit 250 000 à 280 000 ménages. Parmi eux, autour de 100 000 ont des ressources qui dépassent le plafond de 20 %, seuil à partir duquel un sur-loyer est demandé ».

Nicolas Sarkozy considère également que 800 000 logements sont sous-occupés. Des chiffres sont contestés par les organismes HLM fédérés au sein de l’USH. « Les chiffres avancés par le président de la République sont très imprécis. Il doit sûrement voir ça de très haut... », rapporte un fin connaisseur du dossier.

Si, comme il le dit, Nicolas Sarkozy veut faire accéder au logement social les plus pauvres, il court plusieurs risques. En premier lieu celui de mettre en péril la mixité sociale. Parallèlement il favoriserait de véritables « ghettos à pauvre ». Mais le plus grave n’est pas là : pour Christophe Robert, directeur des études à la Fondation Abbé-Pierre, ici repris par L’Humanité, « le chef de l’État donne l’illusion que les HLM n’assureraient pas leur vocation sociale. S’il existe des gens qui dépassent les plafonds de ressources, et qui paient le sur-loyer, peut-être faut-il réfléchir à leur offrir d’autres parcours vers l’accession ou le parc locatif privé, s’ils le peuvent. Mais sur beaucoup de zones, il sera impossible pour ces ménages d’accéder à un logement autre que social ».


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès