Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Soudan : fin du cauchemar pour l’enseignante anglaise

Soudan : fin du cauchemar pour l’enseignante anglaise

Gillian Gibbons est libre. L’enseignante britannique qui avait été condamnée à 15 jours de prison, jeudi 29 novembre, par la justice soudanaise, ne fera pas sa peine (voir Agoravox). Enfin pas complètement puisque celle-ci était assortie d’une expulsion qui sera effective dans la journée. Gillian Gibbons a en effet été graciée ce matin par le président soudanais Omar el-Béchir. Ce week-end des manifestants demandaient purement et simplement la mort de l’enseignante britannique de 54 ans seulement coupable d’avoir laissé ses élèves nommer un nounours « Mahomet » (voir Agoravox).

« L’influent comité des Oulémas du Soudan a mis en garde lundi contre la libération avant la fin de sa peine de l’institutrice, estimant sa condamnation "très légère". Elle risquait initialement jusqu’à six mois de prison, quarante coups de fouet et une amende », précise Le Figaro.

Au départ donc, l’affaire était religieuse, puis elle devenue politique jusqu’à ce qu’elle devienne diplomatique, menaçant de s’envenimer dans un contexte, le génocide du Darfour, très tendu.

C’est grâce à la médiation de deux représentants de la chambre des lords d’origine musulmane auprès du président soudanais Omar el-Béchir que cette affaire se dénoue au grand soulagement des Britanniques. Selon Le Figaro, « L’intervention des deux membres de la Chambre des Lords semblait plus acceptable pour le régime islamiste de Khartoum que celle de la Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale, sur fond de tension sur le Darfour ».


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès