Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > « Survivre avec les loups » est une supercherie

« Survivre avec les loups » est une supercherie

C’était une histoire vraie. Une autobiographie. Survivre avec les loups, film de Véra Belmont, raconte l’histoire d’une fillette juive de 8 ans, de son périple à travers l’Europe pour retrouver ses parents, de sa survie, comme le titre l’indique, en milieu hostile, avec les loups. Hélas, cette autobiographie n’en est pas une, l’histoire est fausse.

L’histoire était trop belle, raconte lepoint.fr. « Survivre avec les loups, livre (publié en 1997) et film (sorti en France le 16 janvier) à succès, était "l’incroyable histoire vraie d’une rescapée de la Shoah", le récit d’une petite fille qui aurait parcouru 3 000 kilomètres à pied à la recherche de ses parents à partir de 1941. Tout cela était faux. »

C’est le quotidien belge Le Soir qui révèle le premier la supercherie. Le livre a été traduit en 18 langues et le film totalise après cinq semaines d’exploitation, plus de 540 000 entrées.

Misha n’est pas la petite fille juive de 8 ans partie à pied à travers une Europe en guerre pour retrouver ses parents aux mains de la Gestapo et qui réussit à survivre grâce à une meute de loups. « Je m’appelle Monique Dewael, mais depuis que j’ai 4 ans je veux l’oublier », souligne Defonseca dans l’entretien au Figaro où elle « demande pardon à tous ceux qui se sentent trahis ». Celle qui est devenue Misha Defonseca est catholique comme en atteste un extrait de registre de baptêmes de sa ville de naissance, Etterbeck en Belgique. « Son père a été déporté non parce qu’il était juif, mais résistant » précise nouvelobs.com.

Selon lepoint.fr, « il semble incontestable que ses parents ont bien été déportés et assassinés durant la Seconde Guerre mondiale, sans doute pour des faits de résistance. Mais il est désormais établi que l’auteure, issue d’une famille de Bruxelles, les De Wael, n’était pas juive, contrairement à ce qu’elle a prétendu, et que son voyage avec les loups était inventé ».

Dans ses aveux publiés hier par le site Internet du journal belge Le Soir, la vieille dame « demande pardon » : « On m’appelait la fille du traître parce que mon père était soupçonné d’avoir parlé sous la torture... J’ai détesté ceux qui m’ont accueillie. Je me suis sentie juive... Je me suis raconté une autre vie, loin des hommes que je détestais. C’est aussi pour cela que je me suis passionnée pour les loups. Ce livre, cette histoire, n’est pas la réalité réelle, mais ma réalité », rapporte leparisien.fr.

Pour nouvelobs.com, « l’éditeur français Bernard Fixot se dit déçu : "C’est une nouvelle qui m’attriste beaucoup. J’ai publié la première édition de ce livre en 1995 quand j’étais président des Editions Robert Laffont. Je l’avais acheté à une éditrice américaine qui s’appelle Jane Daniel qui m’avait assuré que cette histoire était vraie." »


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès