Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Trafic de médicaments démantelé dans une épicerie parisienne

Trafic de médicaments démantelé dans une épicerie parisienne

Une saisie du 24 juillet mais rendue publique seulement aujourd’hui a mis la main sur plus de 20 000 médicaments importés illégalement de Chine. C’est dans une épicerie parisienne que la marchandise a été découverte : gélules, flacons d’antibiotiques, de corticoïdes, d’anti-inflammatoires et d’antihistaminiques constituaient l’ensemble de la marchandise. D’une valeur globale de 30 000 euros, ces médicament arrivaient par La Poste et "étaient sur le point d’être commercialisés sans autorisation de mise sur le marché", selon les douanes françaises.

La direction générale des douanes a confirmé que les médicaments saisis "étaient détenus sans justificatifs. Les emballages et notices étaient, pour la plupart, rédigés en chinois ou en anglais".

Le gérant de l’épicerie, vendant notamment des produits parapharmaceutiques, a reconnu le trafic, mis en place depuis un certain temps selon les autorités : "certains médicaments étaient étiquetés et d’autres non". Il a précisé que les tarifs "étaient négociés avec les clients de gré à gré".

La direction générale des douanes a précisé que "les produits découverts ont été remis à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) pour expertise. Celle-ci a confirmé que la quasi totalité des produits découverts étaient bel et bien des médicaments, du fait de leur fonction (composition) ou de leur présentation (conditionnement)". "Leur composition (antibiotiques, corticoïdes, anti-inflammatoires, anti-histaminiques...), en l’absence de notice précise (posologie, contre-indications), rend ces produits dangereux pour les consommateurs. En outre, certains médicaments saisis sont censés soigner des maladies très diverses (médicament pour le traitement à la fois de l’ulcère, de l’acné, des lumbagos et de l’anorexie)", a-t-elle ajouté.

Sans notice précise, les médicaments saisis constituaient un danger pour les consommateurs, certains d’entre eux pouvant soigner différentes pathologies (par exemple, un médicament pour le traitement de l’ulcère, mais aussi de l’acné, des lumbagos et de l’anorexie).


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès