Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Troubles visuels vasculaires : une origine rétinienne ou cérébrale

Troubles visuels vasculaires : une origine rétinienne ou cérébrale

PARIS (AP)

Si l’on en croit ses médecins, Jacques Chirac a été victime d’un « petit accident vasculaire ayant entraîné un léger trouble de la vue », nécessitant une semaine d’hospitalisation. Il s’agit là d’une pathologie fréquente d’origine rétinienne ou cérébrale.

« Il peut s’agir d’un accident ophtalmologique rétinien » dû à un caillot « de l’artère centrale ou des veines centrales de la rétine », a déclaré samedi à l’Associated Press le chef de service d’un grand hôpital parisien qui a requis l’anomymat. « Cette pathologie donne des troubles visuels unilatéraux, notamment une baisse de l’acuité visuelle », a-t-il ajouté.

L’autre possibilité est qu’il s’agisse « d’un accident vasculaire mais cette fois cérébral ». Les complications visuelles d’un tel AVC témoignent d’une localisation « très probablement dans un territoire postérieur du cerveau, c’est-à-dire occipital », a estimé ce spécialiste.

Accident ou incident relativement fréquent, l’AVC peut être soit d’origine hémorragique, soit d’origine ischémique (dû à un caillot sanguin). « Si le chef de l’Etat a pu dialoguer avec son Premier ministre, comme ce dernier l’a indiqué, l’origine hémorragique peut être écartée, le niveau de conscience étant dans ce cas-là moins bon », a fait valoir le médecin.

S’il s’agit d’un accident vasculaire ischémique dans le territoire occipital, un accident fréquent et banal, « deux possibilités s’offrent pour déterminer son origine : il est dû à un caillot parti du coeur ou de l’aorte, ou à une thrombose locale du fait d’un athérome (dépôts graisseux sur la paroi des artères), le cas le plus fréquent des AVC », a-t-il précisé.

Selon lui, le chef de l’Etat est hospitalisé au Val-de-Grâce plus dans un but thérapeutique que pour un diagnostic. « Si c’est un AVC, ses médecins vont le mettre sous anticoagulants ou sous aspirine, ou lui donner les deux médicaments », a-t-il ajouté.

On parle d’accident vasculaire cérébral lorsque l’irrigation sanguine d’une zone du cerveau est interrompue soit en raison de l’occlusion d’un vaisseau par un caillot, soit à cause de sa rupture.

L’accident vasculaire est dit ischémique lorsqu’il prive totalement une zone du cerveau de son irrigation sanguine : c’est la forme la plus courante d’AVC. Le caillot peut se former dans un vaisseau irriguant le cerveau lorsque la paroi vasculaire se recouvre progressivement d’un dépôt de matières grasses et de cholestérol. D’autre part, le caillot peut se former ailleurs dans l’organisme, en général dans le coeur, puis être transporté jusqu’au cerveau par la circulation. Près de 85% des AVC dans le monde sont de type ischémique.

Chaque année en France, 120.000 personnes environ sont victimes d’un accident vasculaire cérébral. Faute de traitement rapide, 30.000 en meurent et 60.000 gardent un handicap de sévérité variable. AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès