Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > TVA, pas de baisse !

TVA, pas de baisse !

Pouvoir d’achat, augmentation de la TVA, contrôle des prix, le dossier est épineux et l’enjeu de taille pour la majorité.

Pour Le Point, « Nicolas Sarkozy, le gouvernement et l’UMP tentent de reprendre à leur compte la question du pouvoir d’achat, relancée par la flambée des prix des aliments, à moins de deux semaines des élections municipales qui s’annoncent difficiles pour la majorité... Face à la gauche qui lui rappelle ses promesses électorales et demande des mesures immédiates, le chef de l’Etat a promis mardi de "porter le fer là où ça fait mal" en matière de prix alimentaires et s’est dit prêt à "aller plus loin" sur les heures supplémentaires défiscalisées. Le Premier ministre, François Fillon, a cependant estimé que baisser la TVA serait irresponsable compte tenu de l’état des finances publiques ».

A sa suite, selon Les Echos, « le chef de file des députés UMP, Jean-François Copé, a déclaré, mercredi sur France 2, être opposé à la baisse de la TVA, préconisant notamment de "moderniser" la direction de la concurrence et des prix. "Si on baisse la TVA, cela veut dire que c’est l’Etat qui rend de l’argent et cela ne change rien à des comportements d’entente qui, s’ils sont avérés, sont totalement illicites. Je ne suis pas favorable à cette thèse. La hausse des prix n’est pas un problème de TVA, mais de prix dans les différents commerces" ».

Pour TF1, « Face à la montée des prix dans l’alimentaire, une baisse de la TVA sur les produits de première nécessité était en effet demandée par la gauche et une proposition de loi visant à baisser la TVA sur certains produits alimentaires a été déposée mardi par une cinquantaine de députés UMP. Ils demandent de ramener de 5,5 % à 2 % le taux de TVA sur les fruits et légumes, la viande, le poisson et les produits laitiers non sucrés, jugeant "scandaleux que les fruits ordinaires comme les pommes soient aujourd’hui plus chers que des biscuits sucrés et gras qui conduisent bon nombre d’enfants de milieux défavorisés vers l’obésité ».

Selon Le Point, « le président de la République souhaite en outre que le futur projet de loi sur l’intéressement permette d’assurer une répartition équitable des bénéfices des entreprises entre les salariés, les actionnaires et les investissements, selon une règle "des trois tiers" qui fait bondir le Medef ».


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON




Palmarès