Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Un 4ème sans-abri retrouvé mort

Un 4ème sans-abri retrouvé mort

Vous avez remarqué : on ne dit plus SDF depuis un certain temps, mais Sans-abri. Parce que maintenant le problème ce n’est même plus de loger dans un domicile, mais de s’abriter. Tout simplement. Alors, madame Boutin continue ses provocations. On va construire des préfabriqués. Ça devrait suffire pour des pré-vivants. Enfin, aujourd’hui, en voilà un autre qui n’a pas survécu à cette bonne nouvelle. Un 4ème « sans abri », donc, est mort. 4 en un mois.

 « Il avait environ 45 ans, précise Le Parisien. Il venait vraisemblablement de Pologne. Et il « habitait » depuis quelques semaines dans une tente de fortune sommairement aménagée sous les arbres. Le corps sans vie de ce sans-abri a été retrouvé hier en début de soirée dans le bois de Vincennes. A moins d’un kilomètre du périphérique parisien et à quelques dizaines de mètres seulement du cabanon où Francis, 50 ans, un autre SDF, avait été tué par les émanations de monoxyde de carbone d’un chauffage d’appoint, samedi dernier ».

Pour l’un on nous explique que ce n’est pas le froid, mais le monoxyde de carbone qui l’a tué, pour l’autre on nous dit que c’est un affreux drame de la solitude. Ben voyons.

« Si Mme Boutin se déplace pour chaque décès ça veut dire qu’il y aura les moyens mises en œuvre pour répondre aux urgences” exprime Christophe Louis, président du collectif Les morts dans la rue à France Info. Christophe Louis trouve “très bien” le plan de la ministre de Logement et de la Ville qui propose de passer au peigne fin le bois en question pour déplacer les personnes qui y résident. Le ministère estime que 66 personnes habitent actuellement dans le bois. Le président du collective trouve “indécent de polémiquer sur les chiffres”, qu’il trouve largement sous-estimés ».

Mais c’est paradoxalement Lavieimmo.com qui trouve le mot de la fin : "A l’heure où la condamnation à 12 000 € d’amende de l’association Droit Au Logement (DAL) pour avoir « embarrassé la voie publique » avec des tentes abritant des sans-abri fait grand bruit, les associations de soutien aux mal logés s’indignent. Scandalisés, la Fondation Abbé Pierre, Emmaüs France et Emmaüs tiennent à rappeler combien le travail du monde associatif a été et demeure vital pour les personnes mal logées et sans abri. « Si, aujourd’hui, les pouvoirs publics se félicitent d’avoir institué le Droit au logement opposable, chacun sait qu’on le doit d’abord au travail initial des associations — qu’il s’agisse du travail de réflexion ou de propositions qu’elles effectuent au quotidien depuis des années, mais aussi d’actions de dénonciation, ou d’interpellation », ajoutent les trois associations dans un communiqué commun".


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès