Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Un Outreau numérique ?

Un Outreau numérique ?

Nicolas P. a un nom. Pour le connaître il suffit de lire la presse. Pourtant avant d’être jugé coupable, Nicolas P., serial killer présumé (voir Agoravox) est présumé innocent. D’autant plus que les charges retenues contre cet homme de 69 ans sont légères, très légères.

Nicolas P. est suivi à la traces depuis quinze ans par deux officiers de la police de Montbéliard, dans le Doubs, qui travaillent sur une série de meurtres commis dans la région, notamment, toujours de la même façon : des homosexuels sont retrouvés assassinés chez eux, lardés de coups de couteaux. Le mobile est apparemment toujours le même : le vol.

Au départ, Nicolas P. était soupçonné de 18 meurtres, puis de 10, maintenant on lui en impute 5. Sans véritable preuve. C’est pourquoi, la semaine dernière, la juge de la Liberté et des Détentions estimaient que sur la foi de dossier qui est selon elle une « une construction intellectuelle » ne reposant que sur des "suppositions" et des "supputations" avait remis Nicolas P. en liberté surveillée. Il est aujourd’hui cantonné chez lui avec au bras un bracelet électronique sans que cela n’émeuve son voisinage qui n’a jamais eu rien à lui reprocher.

Seul indice, Nicolas P. a été lié à Slim Fezzani, un homme de 43 ans en prison pour vingt ans pour un assassinat. Nicolas P. aurait également fréquenté des victimes de Slim Fezzani. Entre alors en jeu le logiciel Salvac « dont la police française est dotée depuis 2002, explique L’Express, et qui est censé effectuer des rapprochements de données entre différentes affaires criminelles. L’enquêteur de Montbéliard constate que le nom de Nicolas Moussa Panard revient avec insistance ».

Le 28 novembre, la police décide de passer aux actes et perquisitionne chez Nicolas P., sans rien trouver. Depuis, son nom s’étale à la une des journaux alors qu’aucune preuve matérielle ni sa présence sur les lieux des crimes ne soit avérée.

« Si ce transformiste à la retraite est coupable, écrit L’Express, il sera le premier tueur en série français identifié grâce à un programme informatique. Si cet habitant de Mulhouse (Haut-Rhin) est innocent, il pourra revendiquer le titre, peu envié, de première victime d’une erreur judiciaire numérique ».


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès