Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Un supersize dynamisme démographique

Un supersize dynamisme démographique

États-Unis en 1967 : 200 millions d’habitants. En 2006 : 300 millions. Globalement, 50 % d’accroissement en quarante ans. Au cours de la même période, la population mondiale a doublé. La croissance démographique est aux Etats-Unis nettement plus forte qu’en Europe (+ 13,1 % entre 1990 et 2000, contre + 3,4 % pour l’UE).

Pour atteindre 100 millions d’habitants, il a fallu 139 ans, de la Déclaration d’indépendance, en 1776, à 1915. Le passage de 100 à 200 millions s’est fait en 52 ans, celui de 200 à 300 millions en 39 ans. Selon les prévisions, il faudra 37 ans pour passer de 300 à 400 millions. Les États-Unis connaissent la croissance démographique la plus rapide des pays développés. Selon le bureau de recensement, environ 40% de cette croissance provient de l’immigration -légale et clandestine-, le reste résultant de l’accroissement naturel (le nombre de naissances plus élevé que celui des décès). 12 % de la population américaine est d’origine immigrée, et comme le taux de fécondité n’est que de 1,8 dans la population blanche non hispanique, ce sont les immigrés qui sont le facteur le plus influent de l’accroissement. En 2050, les hispaniques constitueront un quart de la population des États-Unis.

La population des États-Unis, même si elle arrive en nombre en troisième position derrière la Chine et l’Inde, représente 5 % de la population de la planète. Mais, selon l’expression utilisée par Victoria Markham, directrice du Center for Environment and Population (CEP), en « Supersize nation » : « Parmi les pays industrialisés, la population des États-Unis connaît le taux de croissance le plus rapide. Et la consommation par habitant est la plus élevée au monde, indique-t-elle. Quand je dis supersize, c’est en termes d’appétit, de terre, d’eau et d’énergie. » Par exemple, un Américain mange deux fois plus de viande qu’un européen (136 kilos par an contre 72), utilise trois fois plus d’eau en moyenne qu’un autre citoyen de la Terre. Mais il produit aussi deux fois plus de denrées agricoles qu’un Chinois (1481 kg par an et par habitant, contre 785). Et le pourcentage de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté s’accroît (environ 15 % aujourd’hui).

La croissance démographique, selon Michael Reploge, de l’association défense de l’environnement, devra être maîtrisée politiquement, économiquement et socialement : « Si la population augmente dans des communautés déjà existantes et prospères, en restaurant la densité historique des anciennes communautés, nous pouvons facilement absorber cette croissance et créer une économie plus efficace sans sacrifier l’environnement ». « Facilement », c’est peut-être optimiste.


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (7 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès