Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > VGE tacle Chirac : « Bongo a financé sa campagne »

VGE tacle Chirac : « Bongo a financé sa campagne »

"Bongo soutenait financièrement Jacques Chirac". L’accusation émane de l’ancien président de la République Valéry Giscard-d’Estaing (1974-1981).
 
Alors que les hommages se succèdent depuis l’annonce de la mort du président gabonais Omar Bongo, Valéry Giscard d’Estaing a lancé une pique à son éternel adversaire, le président Jacques Chirac (1995-2007).
 
Ce matin, sur Europe 1, VGE a révélé le soutien financier que l’ancien président du Gabon avait apporté à Chirac lors de la campagne présidentielle de 1981, où Chirac et Giscard étaient concurrents.

"Normalement on n’acceptait pas les versements de fonds provenant de pays étrangers qui soutenaient des candidats en France et j’ai appris que Bongo soutenait financièrement Jacques Chirac" a déclaré Valéry Giscard d’Estaing.

"Moi, j’étais président de la République à l’époque", a-t-il poursuivi. "J’ai appelé Bongo et je lui ai dit : vous êtes bien aimable mais vous soutenez la campagne de mon concurrent, alors il y a eu un temps mort que j’entends encore et il m’a dit : Ah vous le savez ? A partir de ce moment-là j’ai rompu mes relations avec lui", a ajouté VGE, qui avait finalement perdu l’élection présidentielle de 1981 au profit de François Mitterrand.

Réaction immédiate de Charles Pasqua : l’ancien ministre de l’Intérieur s’est déclaré ignorant de cette éventuelle aide financière dont aurait bénéficié le fondateur du RPR. "Ceux qui ont des informations de ce type, je les invite à mettre les chiffres sur la table", a-t-il lancé. 

L’accusation de Valéry Giscard d’Estaing n’est pas sans rappeler celle de Maurice Papon, qui, en octobre 2006, accusait Jacques Chirac d’avoir détourné en 1969 une mallette de dollars préparée par l’ambassadeur de l’Arabie saoudite en France, et destinée à financer la campagne de Georges Pompidou.

Rappelons qu’Omar Bongo, qui a passé 41 ans à la tête du Gabon et a connu tous les présidents de la cinquième République, avait un jour déclaré : "La France sans l’Afrique c’est une voiture sans essence, et l’Afrique sans la France, c’est une voiture sans chauffeur". Si l’on en croit les dires de VGE, il est donc bien arrivé que l’Afrique mette de l’essence dans le moteur de la politique française...


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Babar

Babar
Voir ses articles







Palmarès