Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Villepin demande à Sarkozy de ne pas faire de promesses intenables

Villepin demande à Sarkozy de ne pas faire de promesses intenables

PARIS (AP)

Dominique de Villepin répond au discours de « rupture » de Nicolas Sarkozy. Le Premier ministre a demandé dimanche soir au président de l’UMP de ne « pas sauter à pieds joints » sur les vingt prochains mois d’ici à la présidentielle de 2007 et de ne pas faire de promesses « qui, par définition, ne seraient pas tenues ».

« Ne sautons pas à pieds joints sur ces vingt prochains mois. Nous couririons un grand péril démocratique », a déclaré le Premier ministre, interrogé lors du Grand jury RTL-Le Figaro LCI sur le discours prononcé le matin même par Nicolas Sarkozy à l’université d’été de l’UMP. Le président de l’UMP avait présenté son projet de « rupture » pour 2007.

« La plus grande rupture, elle est en train d’avoir lieu, c’est la rupture contre le chômage », a répliqué dimanche soir Dominique de Villepin. Le taux de chômage est repassé en juillet sous la barre des 10% de la population active.

Sans nommer le président de l’UMP, Dominique de Villepin l’a mis en garde contre « la situation de faire des prochaines échéances un nouvel exutoire de promesses qui, par définition, ne seraient pas tenues ».

« C’est pour cela que je souhaite mettre ce pays d’aplomb pendant ces vingt prochains mois », a poursuivi le Premier ministre. « Nous aurons un débat beaucoup plus serein si la France est remise en mouvement, en marche, à l’endroit. Alors le débat démocratique pourra être un débat constructif ».

Le Premier ministre a assuré qu’il ne s’était pas senti visé par une petite phrase de Nicolas Sarkozy, qui s’est dit exaspéré par les « discours interminables qui évoquent invariablement les mots justice sociale, progrès social, politique sociale ».

« Moi, je ne fais pas de discours, j’agis. Le gouvernement est là pour agir », a répondu Dominique de Villepin.

Réaffirmant que l’UMP et le gouvernement étaient « complémentaires », il a répété qu’il serait « dans le temps de l’action » pour moderniser la France dans les vingt prochains mois.

Au terme de cette période, « nous aurons le débat démocratique que nous méritons, mais nous l’aurons alors sur des bases saines et nous serons capables d’échanger des idées et non pas de s’envoyer des promesses qui n’engagent que leurs auteurs », a poursuivi le Premier ministre.

Interrogé sur la détermination de Nicolas Sarkozy à aller jusqu’au bout de sa mission, Dominique de Villepin a assuré qu’il respectait cette détermination. « Nous sommes dans un monde où il est formidable de rencontrer des gens qui savent ce qu’ils veulent, là où ils veulent aller », a-t-il toutefois ironisé.

Il a expliqué avoir la même détermination à être « l’un des artisans dans la voie tracée par le président de la République de la modernisation de ce pays au cours des vingt prochains mois ». « Cette détermination croyez-moi, rien ne l’entamera », a-t-il souligné. « C’est la mission que j’ai acceptée et je l’honorerai jusqu’au dernier jour, jusqu’à la dernière heure ».

Dominique de Villepin a maintenu qu’il n’avait lui-même aucune ambition présidentielle. AP


Moyenne des avis sur cet article :  (0 vote)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès