Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Actu en bref > Villiers-le-Bel : une vengeance spontanée très organisée...

Villiers-le-Bel : une vengeance spontanée très organisée...

Deux ans après les émeutes de l’automne 2005, les braises sont encore chaudes. On en a encore une fois la preuve avec les violentes échauffourées qui ont lieu hier, dimanche 25 novembre, dans la ZAC de la Tolinette, un quartier de Villiers-le-Bel, dans le Val-d’Oise.

Tout a commencé vers 17 h 15, quand, rapporte Le Monde, « une voiture de police heurte une mini-moto de cross, une Kawasaki verte, sur laquelle se tiennent deux adolescents, sans casques de protection. Le choc est violent : selon nos constatations, effectuées un peu plus de deux heures après l’accident, alors que la police n’avait toujours pas commencé ses investigations, les traces au sol montrent que la moto a été traînée sur plus de vingt mètres. La voiture de police s’est, elle, immobilisée une quinzaine de mètres après l’impact : l’avant du véhicule a été défoncé et le pare-chocs arraché ; le pare-brise avant a été profondément enfoncé, au niveau du conducteur, lorsque les victimes l’ont heurté ».

Ces deux adolescents n’avaient semble-t-il pas de casier judiciaire. Ils partaient faire du cross dans les champs, d’après le frère de l’un d’eux.

A partir de là, un déferlement de violence s’abat sur ce quartier classé « zone urbaine sensible » : poste de police de Villiers-le-Bel assiégé puis incendié, voitures des forces de l’ordre caillassées, gare voisine d’Arnouville dévastée, MacDo incendié, garage pillé, nombreux commerces saccagés, mobilier urbain dégradé. Le pire : une vingtaine d’hommes (policiers et pompiers) blessés et le commissaire de police actuellement soigné pour un traumatisme crânien.

D’après Le Figaro, « les riverains et une élue de la commune se sont plaints de la mobilisation tardive des forces de l’ordre ». L’un d’eux confiait : « Certains jeunes montent sur les poteaux électriques pour briser les ampoules et plonger le quartier dans le noir. » Pour Le Monde, « de nombreux habitants reprochent aux policiers de ne pas avoir immédiatement porté assistance aux deux blessés. « Une deuxième équipe de policiers est venue récupérer leurs collègues. Mais ils ont laissé les deux gamins sans rien faire ».

Les témoins et observateurs sont tous d’accord pour dire que les « émeutiers » étaient organisés et très efficaces : « les jeunes brûlaient les voitures à la chaîne. Par petits groupes de quatre ou cinq, à pied ou en scooter, ils harcelaient les forces de l’ordre et les pompiers. Les soldats du feu étaient obligés de dresser des barricades pour pouvoir intervenir sur les foyers d’incendie à l’abri des projectiles ».

Alors réaction épidermique face à une évidente bavure policière ou volonté gratuite d’en découdre avec l’Etat coûte que coûte ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.13/5   (15 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Les thématiques de l'article


Palmarès