Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > 10 janvier, saint Guillaume, la date conquérante

10 janvier, saint Guillaume, la date conquérante

Le 10 janvier fête la saint Guillaume. Mais ce n’est pas pour le saint que cette note est écrite. Il me plaît qu’un autre Guillaume, « le Conquérant » cette fois, en appelle, par association d’idées, aux libérations de l’intellect et à la désaliénation des hommes.

Quelques dates :

Tintin_chez_les_soviets 1929, 10 janvier - Premières aventures de Tintin. Georges Rémi, alias Hergé, publie dans le supplément du quotidien bruxellois Le vingtième siècle sa nouvelle bande dessinée : Tintin au pays des soviets, qui met en scène un tout jeune reporter, scout attardé mais sympathique, au Petit Vingtième. Pour la liberté d’expression malgré les crises du monde.

1949, 10 janvier - La maison de disque américaine RCA met en vente un nouveau type de disque en vinyle qui prendra le nom de 45 tours du fait de sa rotation en tours par minute. Grâce à cette invention qui permet d’écouter 8 minutes de musique sur chaque face, les artistes vont se lancer sur un nouveau marché, la vente de "single" pas cher. Pour la démocratie du loisir et l’émotion people.45_tours

Pivot 1975, 10 janvier - Début de "Apostrophe". L’émission littéraire de Bernard Pivot est diffusée pour la première fois sur Antenne 2. "Apostrophe" remplace le programme "Ouvrez les guillemets" présenté par le même Bernard Pivot et sera remplacée par "Bouillon de culture", diffusé dès le 12 janvier 1991. Pour réconcilier le livre (qui réfléchit) et la télévision (qui pousse au zapping), en respectant les créations d’auteur.

2006, 10 janvier - Une nouvelle démocratie est en train de naître, inventée grâce aux nouvelles technologies ou médias des masses (Internet, blogs, SMS, chats) par les citoyens du monde (surtout le monde libre et développé pour le moment). Annonce de la parution d’un manifeste révolutionnaire : Joël de Rosnay, en collaboration avec Carlo Revelli, publie un nouveau livre, La Révolte du Pronétariat, qui sort aux éditions Fayard, prolongeant la réflexion engagée sur AgoraVox en mai 2005, mass-média et « média des masses ». http://www.pronetariat.com/ Rvolte_prontariat

C’est toute une philosophie qui se manifeste dans cette propension obstinée à créer et à diffuser le plus largement possible les œuvres de l’esprit et du talent, non seulement pour « faire savoir » mais aussi pour « provoquer » une réaction, début d’une réflexion conduite selon les principes de la logique et de l’argumentation. Une philosophie occidentale, venue des Grecs antiques pour qui l’agora était le lieu par excellence où débattre des affaires de la cité, le lieu où la « politique » (de « polis » : cité) s’élaborait entre citoyens. Contre la doxa (l’opinion commune), contre les dogmes (le plus souvent religieux), contre les tyrans (chaque époque reconstitue les siens), la démocratie ne peut vivre et prospérer que par cette liberté de dire et d’entendre. Les Grecs antiques ont fondé ce qui deviendra le libéralisme des Lumières, porteur de libération des peuples et d’éradication des ignorances, dont le symbole est le flambeau. Le système économique ne pousse aujourd’hui à la liberté des échanges que parce qu’il est poussé lui-même par les sociétés avides d’échanges. Sociétés d’où naissent les innovations techniques qui permettent ces mêmes échanges : l’album, le disque, l’ordinateur individuel, le téléphone portable multimédia, Internet.

Athnes_agora_antique_dessin

Transformer les gros ordinateurs centralisés des années 1950 à 1980 en personnels computeurs (PC) dans les années 1980 n’était pas inscrit dans le développement technique, pas plus que d’ouvrir le réseau secret de communications militaires sécurisées Internet au grand public dans les années 1990. C’est bel et bien le mouvement de la société occidentale tout entière qui l’a non seulement permis mais exigé, faisant éclater les tyrannies fermées devenues anachroniques. Le « laissez-passer » économique est avant tout un « laissez-penser » démocratique. Flambeau_1

Même la Chine communiste, craignant une ouverture trop rapide après Tiananmen, a dû s’incliner devant la puissance décentralisatrice des communications. Même les partisans les plus intégristes de la Voix de Dieu descendue un beau jour dans une grotte de Médine utilisent et abusent du réseau, après avoir diffusé les prêches en cassettes et édité des livres. Mais cette diffusion des savoirs, qui touche ainsi chaque individu personnellement, l’émancipe à terme. L’individu est amené à lire de ses yeux ce qu’il trouve sur pages ou sur écran et à réfléchir par lui-même. Il se dégage ainsi de la doxa et des dogmes, il récuse les tyrans qui veulent penser à sa place. Le protestantisme n’est pas né autrement, le christianisme comme le bouddhisme non plus, ni la Révolution française. Aucun lavage de cerveau n’est possible là où règne l’abondance des connexions. Nulle propagande, nulle publicité n’est pleinement efficace là où le « choix » est possible.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • caramico (---.---.227.238) 10 janvier 2006 18:50

    vous avez oublié mon anniversaire !

    je ne vous dirais pas de quelle année...


    • (---.---.162.15) 10 janvier 2006 20:18
        Aucun lavage de cerveau n’est possible là où règne l’abondance des connexions. Nulle propagande, nulle publicité n’est pleinement efficace là où le « choix » est possible.

      Mouais, bof, ça n’a pas empêché un président des Etats-Unis de berner son peuple pour envahir un pays en lui faisant croire à des sornettes d’armes de destruction massive.

      Am.


      • André (---.---.30.253) 11 janvier 2006 07:31

        Je partage entièrement ce point de vue ! Si Hitler avait eu la télévision...je crois que nous parlerions tous allemand ! Les discours de Rex (facitse pro-nazi en Belgique) étaient tellement convaincants que si on les écoute aujourd’hui...ils restent d’actualité (à quelques virgules près). Tant Internet que la télévision sont des outils hors ligne et quoi que l’on fasse ou dise, dès qu’une idée est lancée, tout commentaire arrive comme des figues après Pâques ! Ce passage de l’article serait tout à fait valable si, à la réception, le lecteur l’auditeur ou le lecteur possédait la formation intellectuelle suffisante qui lui permettrait de lire entre les lignes ou de faire la synthèse de ce qui vient d’être dit ! Mais ça...ce n’est, hélas, pas demain la veille ! André


      • argoul (---.---.18.97) 11 janvier 2006 09:38

        ... ni à l’affaire d’Outreau de survenir en France, ni au nuage de Tchernobyl de s’arrêter juste à la frontière, sous les applaudissements de la presse, ni à M. Chirac d’être réélu avec un score « soviétique » grâce à l’infantilisme des « gens de gauche » qui ont fait « joujou » avec la démocratie, ni... Bien sûr qu’il y a AUSSI dérapage vers la démagogie (le grand « Rex » cité par un commentateur, ou Hitler, élu par le peuple) ; les Grecs l’avaient bien pointé - relisez Aristote. Et alors ? De la bêtise des gens faut-il conclure à l’incurable panurgisme des hommes ? Appelant - DONC - à une tyrannie « éclairée » ? C’est le discours bien français des élites, énarques et technocrates, le discours patronal (« ils » ne savent pas ce qu’ils font), le discours religieux qui SAIT par révélation divine ou « scientifique » sur l’histoire(de l’église catholique médiévale au parti communiste en passant par les instit 3ème République - on mouche son nez, on parle français, on se tient droit, silence dans les rangs). Désolé, je ne mange pas de ce pain là : pour moi, la liberté de penser et de dire, la confrontation des idées dans un débat où la logique et la civilité priment, font avancer les choses. Humainement, avec essais et erreurs, car nous ne sommes pas des anges, mais sinon « on » pense pour vous dans le meilleurs des mondes. En revanche, il est nécessaire de garder aux débat le ton posé et le raisonnement logique qui donnent aux arguments leur poids. Y mêler les émotions, brailler comme certains croient qu’il faut le faire pour « s’exprimer », c’est laisser la place aux instincts et aux comportements de foule - donc aux manipulateurs qui les récupèrent : relisez le discours d’Antoine dans « Jules César » de Shakespeare, comme un bon prof d’anglais nous l’avait fait faire, tout y est, la démagogie, la récupération des émotions de foule, la dictature annoncée... Hitler n’a pas procédé autrement. S’il y avait eu la télé, pour répondre à un autre commentaire, pas sûr qu’il aurait si bien réussi, car la télé, on la regarde chez soi, isolé des autres, interrompu par les gosses ou le téléphone. Il y a donc une certaine distance propice à la réflexion. C’est la même chose pour un match de foot, qui remue lui aussi beaucoup de passions : on peut vibrer à la télé, mais le hooliganisme ne surgit pas. Rien ne vaut de voir le match sur les gradins du stade, sinon, hein, on n’en construirait pas autant...


      • Yuca de Taillefer (---.---.152.115) 10 janvier 2006 21:47

        Bonne fête Guillaume le Conquérant !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Argoul

Argoul

Chroniqueur


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires