Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > 2011, l’aube d’une contre-gouvernance mondiale

2011, l’aube d’une contre-gouvernance mondiale

Une année sans âme, sans réflexion qui ne soit une fuite en avant, sans spiritualité qui ne soit une guerre de religions, sans coeur, dominée par l'appétit du gain et l'appétit tout court.

Un milliard d'hommes ne mangent pas à leur faim, c'est la première fois que cela arrive sur notre vaisseau. Alors que la richesse, qui n'est souvent que la sur-exploitation de biens périssables n'a jamais autant étalé ses fastes. La pire des marées noires a ravagé le Golfe du Mexique et BP est retombé sur ses deux pieds sans passer par le couloir de la mort. Obama a prié pour que le sang-pétrole continue d'irriguer son économie. Les pays de l'OPEP assis sur la manne pétrolière jouent des quantités extraites de pétrole pour maintenir un certain niveau de pénurie de manière à pérenniser leurs gains. La Chine, après avoir submergé les étales de la planète de biens inutiles a aussi mis la main sur la plupart des terres rares, les minerais des futures générations de métaux précieux.

Le Brésil et ses nouvelles découvertes d'or noir off-shore, le Canada et ses sables bitumineux, les État-Unis et leur nouvel eldorado sous forme de gaz de schistes sont soudain devenus par la grâce de toutes récentes techniques d'extraction les nouveaux magnats de demain.

Le nerf de la guerre économique se joue plus que jamais sur le front des matières premières ou au tréfond du sous-sol, et rien n'arrêtera la folle course de la croissance. L'unique solution pour diminuer rapidement la demande en pétrole serait d'en augmenter le prix de manière concertée. Mais augmenter le prix reviendrait à rendre rentable toute exploration qui eut été impossible à un cours du pétrole trop bas. On voit bien qu'une logique purement économique est une tenaille infernale.

La production anthropique (due à l'homme) de gaz à effets de serre, cette année, a été de 50 milliards de tonnes. 

Si l'on veut sortir du tout pétrole,(mais qui le veut vraiment à part les menteurs de l'ONU qui font tout pour rater les échéances sur les réductions de gaz à effets de serre, à part quelques prêcheurs dans le vide sidéral ?) il faut une volonté mondiale, pas le simulacre des conférences onusiennes sur le climat, pas les messes-basses des partis officiels bridés par les échéances électorales, mais une alternative qui pourrait venir d'un trop plein d'exaspération. L'on vient en effet à se demander si ce ne sont pas les acteurs élus eux-mêmes qui sont à bannir des cénacles de décisions. car les pitres aux petits fours, les écolos en basket new-balance ne pèsent pas lourd face aux sumotoris de l'or noir et aux flibustiers du nucléaire. 

Comme la gouvernance dite démocratique de l'ONU n'accouchera que d'accords à minima, l'harmonisation inter-étatique ne sera qu'une chimère, ne reflètant que la partie sombre de notre humanité. Il faut alors tacher de trouver des moyens de rendre aux peuples leur liberté de protéger la Terre de leurs enfants. En profitant du média internet pour shunter les médias officiels, appartenant tous aux partisans de la fuite en avant, en créant la toile alternative, c'est-à-dire en donnant un sens à l'utilisation de la toile comme le sens qui fut donné au marteau des cathédrales. Pouvons-nous exploiter ce formidable moyen pour en extraire une conscience collective globale, matérialisée sous la forme d'une contre-gouvernance mondiale faisant fi des anciens schémas de prises de décisions ?

Utopie quand tu nous tiens, mais que reste-t-il d'autre que l'utopie ?

Pour avoir une chance de réduire le réchauffement global à deux degrés comme indiqué lors de la conférence de Copenhague il y a douze mois, nous devrions abaisser la production de gaz à effets de serre de l'ordre de 7 milliards de tonnes par an à l'horizon 2020. Et qu'avons-nous fait en 2010 pour initier ce processus vertueux d'inversion des courbes ?

Rien. Qui plus est, en une année dite de crise, de moindre croissance...alors que deux milliards d'êtres humains n'ont toujours pas accès à la fée électricité. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • 2102kcnarF 3 janvier 2011 11:18

    La contre-gouvernance mondiale débutera en Europe par l’abandon de l’Euro sous la pression des évenements économiques. Ce sera un bon début :

    http://www.marianne2.fr/L-euro-peut-il-survivre-a-la-crise-3-3_a201117.html


    « On peut donc prédire, sans gros risques de se tromper, que de crise en crise, nous connaîtrons la crise terminale de l’euro dans l’hiver 2011-2012. La conjonction des temps économiques et politiques, avec les élections présidentielles du printemps 2012 en France, sera redoutable… »

    Jacques Sapir


    • Alpo47 Alpo47 3 janvier 2011 11:33

      L’utopie consisterait à croire que TOUT LE MONDE va élever son degré de conscience et sa capacité de décision, et ce, vers un monde solidaire.
      Le bon sens, à espérer qu’une minorité « éclairée » pourra montrer le chemin et sera suffisamment suivie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès