Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > 35 heures, école et démocratie

35 heures, école et démocratie

La politique du « gouvernement Sarkozy » montre une grande cohérence dans la façon de conduire les réformes : derrière l’idée de volonté et de courage, un même caractère autoritaire, au mépris de l’écoute et d’une vraie participation des acteurs ; derrière l’idée d’un projet pour l’avenir, une même volonté d’affaiblir les possibilités d’expression citoyenne et démocratique.

La réforme du droit du travail et la réforme de l’école primaire engagées par ce gouvernement le montrent aujourd’hui de manière flagrante : trahison de la négociation avec les syndicats pour la première, refus d’écoute et de prise en considération des revendications du corps enseignant et des parents d’élèves pour la seconde. Ces deux réformes, si éloignées qu’elles puissent paraître ont un point commun : l’affaiblissement de la démocratie.

Le travail, clé de voûte d’une politique de dévoiement de la démocratie

Toutes les réformes de ce gouvernement ont pour clé de voûte le rapport au travail. Si ce rapport n’est pas nouveau (et la gauche l’a travaillé à sa manière), il faut bien convenir que ce gouvernement en renforce singulièrement les effets : renforcement de la peur de la perte d’emploi, stigmatisation du demandeur d’emploi, course au pouvoir d’achat et aux points de croissance scandent un même message : travailler plus ! Là serait la solution de nos problèmes économiques et sociaux.

Mais par-delà les valeurs positives mises en avant (la volonté, le courage, le mérite, le réveil de la nation...), l’idéologie du travail constitue pour ce gouvernement rien moins que le moyen de rendre la population docile et muette. Cette politique pourrait se résumer par la formule « travaillez et ne pensez pas trop, on s’occupe de tout », en accord avec la brillante philosophie de notre ministre de l’Economie pour qui, « en France, on pense trop ».

En faisant exploser le droit du travail, tout d’abord, en l’individualisant à outrance, ce sont les formes de solidarité traditionnelles qui sont bafouées. Dorénavant, placé dans sa case, soumis à des rapports individuels d’employé à employeur, chacun d’entre nous sera bridé dans sa capacité à agir, à s’unir à sein d’un mouvement collectif capable de faire valoir ses droits.

En attaquant la durée légale du travail, ensuite, le gouvernement instaure indirectement, mais sciemment, le travail comme barrière à une réelle démocratie. Notre démocratie représentative se fonde en effet sur la souveraineté du peuple, déléguée à nos représentants politiques1. Le problème est que l’idéologie du travail comme seul horizon politique sape les bases même cette présupposée souveraineté populaire. Plus de temps au travail et c’est la capacité du citoyen à réfléchir, à prendre du recul, à faire preuve d’esprit critique, à faire des choix de société, que l’on réduit. La délégation de notre souveraineté par le seul vote, par le seul moment des élections, supposerait que chacun de nous soit à même de comprendre la complexité du monde, les enjeux qui le parcourent et de se construire un jugement à la hauteur de ces enjeux. Or, comment prétendre déléguer notre souveraineté, si celle-ci ne peut pas se construire faute de temps, faute de moments citoyens, de rencontre et d’échange, faute de débat public ?

La vision étriquée du travail comme seul horizon de nos vies, vision qui prévaut dans nos sociétés dites « développées » et poussée à l’extrême par l’actuel gouvernement, constitue le principal facteur de blocage dans la résolution des problèmes de société. Le cas du chômage est éclairant. Cette vision étriquée nous oblige à penser que le chômage est une plaie, un mal. Or, si l’on se réfère à la première définition qu’en donne le dictionnaire2, on note que le chômage est « un temps passé sans travailler », ce qui, a priori, n’est ni un bien ni un mal. Tout dépend à quoi l’on consacre ce temps chômé. Le chômage, à condition d’être, lui aussi, équitablement partagé, pourrait être une démarche vertueuse, consacrée à des activités (réflexions et actions) citoyennes, de solidarité, d’entraide... douées d’une utilité sociale, humaine, tout aussi importante que le travail. La solution au chômage ne se trouve sans doute pas dans le travail en tant que tel, mais dans la réflexion sur la place qu’occupe celui-ci dans notre société (avec son corollaire, l’argent) et sur l’articulation avec le temps non travaillé.

C’est peut-être un peu de cela que contenait en arrière plan le projet des « 35 heures » de la gauche, mais sans la dimension citoyenne et démocratique suffisante pour l’emporter. La gauche a échoué sur les 35 heures parce qu’elle n’a pas su inscrire ce projet dans une dynamique citoyenne. Figée d’abord sur l’enjeu d’accès au pouvoir, elle a ensuite maintenu ce pouvoir dans le champ de la seule politique professionnelle. Elle est restée dans l’idée que la représentation politique pouvait seule se charger de la démocratie. Ce faisant, elle a entériné une organisation de la société en trois ordres, issue des « Trente Glorieuses » : le politique, l’économique et le loisir, reléguant l’ouvrier, l’employé, plus généralement le salarié, aux basses couches de la citoyenneté, alternativement laborieuses et oisives, de celles qui ne décident rien.

L’idée que la démocratie ne puisse se fonder que sur la représentation, c’est-à-dire sur le désaisissement volontaire du pouvoir de chaque citoyen au bénéfice d’une oligarchie des partis, est aujourd’hui morte ; comme est morte la gauche qui l’a portée.

Mais elle n’est pas morte pour le gouvernement de M. Sarkozy, qui voit dans la légitimité d’une souveraineté déléguée, le moyen d’abuser de la démocratie au bénéfice d’une ploutocratie3 toujours plus puissante. Et si cette ploutocratie peut régner, c’est bien parce qu’elle use sans compter du mirage du travail, et de ses valeurs présupposées, en en tirant de juteux profits. Un gouvernement qui développe une politique à ce point fondée sur la seule perspective du travail agit en conscience contre la souveraineté populaire. C’est en cela, aussi, en plus du déni d’écoute et de concertation, que l’actuel gouvernement bafoue la démocratie.

 

Ecole et société, de l’apprentissage de la citoyenneté au déni de démocratie

L’école a pour mission d’instruire et d’éduquer et le tout premier article du Code de l’éducation affirme « Le droit à l’éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, d’exercer sa citoyenneté. »4. S’agissant de la citoyenneté, l’éducation se donne comme objectif de transformer progressivement l’élève en citoyen, libre et acteur de ses choix, autonome, responsable au sein de la société.

L’accès à la citoyenneté est donc un des objectifs majeurs de l’école, au même titre que l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, du calcul... Cet objectif est clairement inscrit dans le Code de l’éducation, dans les programmes de l’école primaire, dans les circulaires ministérielles... Tout récemment, la loi d’orientation pour l’avenir de l’école (2005), au travers du « socle commun », a réaffirmé l’exigence d’une « culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté ».

Mais qu’en est-il réellement de ces intentions ?

Avec la gauche, les idéaux d’éducation civique, les valeurs de la citoyenneté se sont sans doute développés dans l’école, mais l’exercice de la citoyenneté au-dehors de l’école est restée bloquée dans le champ politique étroit de la démocratie représentative. La gauche a perdu pour ne pas avoir pensé la citoyenneté au dehors de l’école. Et c’est la société elle-même qui y a perdu. Car, après cet impensé, la droite réactionnaire met aujourd’hui en place un véritable déni de démocratie. Certes les programmes de l’école contiennent toujours les mêmes mots, mais c’est le propre d’un régime autoritaire que de se parer de mots vertueux pour imposer les pires choses. C’est le propre d’un régime autoritaire que de vider les mots de leur sens, pour mieux en abuser au bénéfice d’une idéologie rétrécie. Avec les projets de réforme touchant l’école, il y a fort à parier que les valeurs de citoyenneté restent bloquées dans les lignes des programmes, faute de temps pour les aborder, ou bien qu’elles soient mises au profit d’une vision très nationaliste de la République. En tout état de cause, on sait déjà qu’elles ne sortiront pas de l’école et qu’au terme de leur scolarité on demandera à nos chères têtes blondes de travailler et de se taire.

C’est ni plus ni moins ce que l’on exige aujourd’hui des enseignants et des parents qui ont osé s’exprimer pour pointer les incohérences et les dérives des réformes imposées par le gouvernement à l’école. Le mouvement des enseignants et des parents qui défendent pour l’école un autre projet que celui du gouvernement, constitue un exemple flagrant de ce déni démocratique ; exemple très intéressant pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui et ce qui se joue pour l’avenir de notre société.

Le déni démocratique s’est manifesté de manière directe. Le ministre Darcos a refusé d’entendre les revendications, a durci les relations entre les enseignants et leur hiérarchie. A Nantes, l’inspecteur d’académie, refusant de recevoir et d’entendre les enseignants, a fait intervenir les forces de l’ordre pour dégager les bureaux occupés ; un enseignant a été mis en garde à vue, avec convocation en correctionnelle. A l’évidence, cette attitude de l’administration, répressive et excessive, s’apparente à une volonté de « faire exemple ». Or, bien que nous soyons dans un régime de démocratie représentative, où la souveraineté du peuple est déléguée à ses représentants politiques, l’exercice de cette souveraineté déléguée ne peut se faire sans le peuple et contre le peuple5. Et ce n’est pas le ministre de l’Education nationale qui désavouera ce principe fondateur, s’il prête attention aux recommandations de son inspection générale, laquelle dans un document récent à propos du développement durable affirme que : « pour assurer les progrès de valeurs universelles (paix, démocratie, solidarité, équité…) » et la «  durabilité des relations entre les hommes  » la question de «  la gouvernance » constitue « un enjeu éthique majeur  ».

Et ce document de conclure : « Les décisions prises sans tenir compte des résistances des différents acteurs ne sont généralement pas durables, du moins sur le "temps long". »6

Le déni démocratique se manifeste aussi de manière indirecte, par l’effet culpabilisant du discours gouvernemental sur le travail. Ce discours saturant, omniprésent dans les médias, stérilise toute capacité d’exercice d’une citoyenneté réelle. Le mouvement pour l’école, associant enseignants et parents, l’a montré. Les parents ont été largement informés sur les dégâts prévisibles des réformes imposées. Nombreux sont ceux qui ont apporté un soutien au mouvement, par la signature d’une pétition par exemple. Mais, au-delà de ce soutien, il a été très difficile de mobiliser réellement ces parents dans une démarche commune, constructive et suivie dans la durée. Qu’il se soit agi de réunions, de manifestations, d’actions festives dans les écoles, d’échanges via internet..., dès lors qu’il a fallu se mobiliser en donnant un peu de son temps, le cercle des citoyens actifs s’est réduit comme peau de chagrin. Pourquoi ? Les réponses sont multiples (famille, activités autres...), mais l’obstacle majeur à la mobilisation reste le travail7. Le temps à consacrer à cette activité, la peur entretenue de la déchéance économique et sociale par la perte d’emploi, l’aspiration au pouvoir d’achat, font du travail le principal obstacle à une participation citoyenne digne de l’idée de démocratie. Le travail imprègne tant notre conscience collective et sature tant notre vie qu’il devient obstacle à une citoyenneté réelle, un point de blocage social, culturel et politique.

A quoi sert l’éducation à la citoyenneté invoquée à l’école pour l’enfant, si l’adulte pris dans « le monde du travail » ne dispose pas de temps, et se voit privé par « la force des choses » de toute capacité à exercer réellement cette citoyenneté ? L’enjeu du débat sur l’école est, bien sûr, l’avenir de l’école elle-même, mais c’est aussi la démocratie.

 

35 heures et école : une même revendication pour la démocratie

Mouvement pour les 35 heures et mouvement pour l’école sont liés : il s’agit de faire vivre les valeurs de citoyenneté, de donner corps et sens à l’engagement citoyen, à la vie politique de notre pays et de l’Europe.

Les 35 heures doivent être défendues pour une raison majeure : la demande pour chacun de nous d’un temps politique, d’un temps démocratique inhérent à notre statut même de citoyen. Un temps complémentaire des temps de travail, de loisir et de repos, un temps pour que chacun puisse participer à la vie politique et aux choix de société qui le concernent. Pas un temps d’attente électorale, pas un horizon factice de jours meilleurs, mais un temps d’éducation populaire, un temps qui nous permette de comprendre la complexité du monde dans lequel nous vivons, de l’analyser, d’échanger les points de vue et de faire des choix.

Seule une plus grande participation citoyenne, complémentaire de la représentation institutionnelle peut assurer l’avènement d’une véritable démocratie. Exigeons, au nom du droit à l’éducation et de l’obligation nationale d’une éducation permanente8, les moyens d’exercer notre citoyenneté : un temps d’éducation et d’action citoyenne organisé sur la base d’une durée légale du travail à 35 heures.

Parce que l’école est porteuse de ces valeurs de citoyenneté et de démocratie, parce ce que l’école est aujourd’hui menacée par un gouvernement réactionnaire et autoritaire, soutenons le mouvement pour l’école. Avec les enseignants en grève, marquons notre engagement, arrêtons de travailler le temps qu’il faut pour prendre part aux choix qui nous concernent et réaffirmons haut et fort : « L’éducation est la première priorité nationale. »9

Eric Svorda

 

1 - « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum » - Article 3, titre 1 de la Constitution française.

2 - Petit Robert, 1990

3 « Gouvernement par les plus fortunés » - Dictionnaire Petit Robert

4 - Code de l’éducation -Titre Ier - Le droit à l’éducation - Article L. 111-1

5 - « Son principe [la République] est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. » - Article 2, titre 1 de la Constitution française.

6 - Document pédagogique de l’Inspection générale de l’Éducation nationale - Ministère de l’Éducation nationale - octobre 2006 – www.eduscol.education.fr

7 - Et ses corollaires, repos et loisirs, régénérateurs de la « force productive »

8 - « L’éducation permanente constitue une obligation nationale. Elle a pour objet d’assurer à toutes les époques de sa vie la formation et le développement de l’homme, de lui permettre d’acquérir les connaissances et l’ensemble des aptitudes intellectuelles ou manuelles qui concourent à son épanouissement comme au progrès culturel, économique et social. » - Article L. 122-5, Titre Ier du Code de l’éducation
9 - Premier article du Code de l’éducation - Titre Ier, Article L. 111-1

Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • PtitLudo PtitLudo 27 juin 2008 17:38

    Votre article me fait penser à une interview récente de Nadine Morano qui disait que face aux chaînes pour bébés qui étaient en train d’apparaître et contre lesquelles on ne pouvait soit-disant rien faire, les parents devaient s’occuper plus de leurs enfants.

    Bien sûr le journaliste ne lui a pas demandé comment les parents qui devront travailler jusqu’à 60h/semaine pour survivre pourront s’occuper plus de leurs enfants ...


    • Annie 27 juin 2008 17:44

      Bravo pour votre article. Je doute qu’il fasse l’unanimité, mais il explique parfaitement la logique du détournement des valeurs et de l’exercice démocratique au profit d’un régime autocratique. 

      Par ailleurs il me donne envie de relire le droit à la paresse.


      • Manu Manu 27 juin 2008 19:58

        Merci pour cet article : je partage tout à fait son point de vue.

        Il ne faut pas oublier que la position des dominants d’aujourd’hui est basé sur l’exploitation des masses, dont il faut maintenir la servilité.

        J’essaye de diffuser également l’importance de la différence entre l’éducation (qui doit préparer des citoyens, comme il est souligné dans l’article) et la formation, qui permet d’accéder à un métier.

        Ainsi, pour moi, il est normal que l’université n’assure pas un emploi en fin de cursus, car ce n’est pas sa vocation.

        Mais les entreprises n’ont visiblement pas envie d’assumer le coût de la formation. D’où pléthore de réformes de l’éducation nationale pour assurer l’employabilité.


        • jeanclaude 28 juin 2008 12:28

          Curieux argumentaire.

          Ainsi toutes les démocraties où on travaille plus que 35 heures seraient bien piètres. Or je ne vois aucune corrélation. Pour faire rapide, aux E.U. et en Grande-Bretagne (et même en Allemagne), où on travaille plus, elle fonctionne mieux.

          Je peux accepter que la droite joue sur le thème "travail" pour en rajouter et avancer dans ses intérêts. Mais le marxisme(aporès le Saint-simonisme), que je sache, met aussi le travail comme valeur primordiale de libération.

          Je connais beaucoup de cadres et de professions libérales qui travaillent bien au-delà des 35 heures et qui sont bien plus démocrates conscients que d’autres. Le travailleur de base, au-delà de ses 35 heures, dispose généralement de temps pour se former, participer, mais seule une minorité le fait. Pourquoi ?

          Je peux accepter que l’école forme aussi à la culture, à la citoyenneté responsable. Que ce soit sous la gauche ou sous la droite, si çà marche pas bien, il y a peut-être des raisons qu’il faudrait découvrir.

          L’individualisme excessif, c’est pas les gouvernements qui l’ont créée, mais l’évolution de la société. Avec des nuances que la vie associative, cela marche bien, sauf dans les populations et quartiers marginalisés (et encore, selon les endroits).

          Aller plus loin que la démocratie représentative, pourquoi pas ? L’expérience montre qu’à la longue, seuls les militants s’engagent, qui forcément basculeront dans une action organisée où ils imposeront leur projet. C’est ce qui s’est passé en 1968, avec le mouvement étudiant, j’ai vu cela de près. Je préfère un système représentatif qui marche bien. Comme le disait Tocqueville, une majorité de citoyens privilégie ses affaires privées et délègue à ses représentants.

          L’idéal serait que l’école et l’université ne soient pas obligées de former à ce point aux métiers. Mais il faut bien que l’intendance suive et que l’économie marche, dans l’interdépendance de plus en plus grande des économies nationales. Même si j’aime pas, il faut bien que je fasse avec. Avec votre projet, on se demande comment l’intendance suivrait.

          Au total, votre façon de voir plaït à un peuple de gauche généreux, mais sa faisabilité est douteuse. En même temps l’importance que vous donnez à l’idéologie de la droite frise la paranoia. Votre argumentaire ne tient pas assez compte de l’évolution récente de nos sociétés, de l’histoire concrète. C’est un projet idéologique généreux, c’est du socialisme utopique. Je n’ai rien contre, j’aimerais bien, mais j’attends la démonstration de son applicabilité.

          C’est terrible à dire, mais il y a comme un accent de déconnection de la réalité, face à un monde qui bouge très vite. Tout projet qui ne tient pas compte de cette menace, je ne peux pas le suivre. Sur ce point, il n’y a aucune articulation non plus avec le dossier "Europe", dans laquelle nous sommes embarqués, les uns avec optimisme, les autres non. C’est très république française.

          Ma conviction est que si la gauche pensante ne trace pas ses sillons sur d’autres terres que les traditionnelles qui sont les vôtres, il n’en sortira rien d’autre que la protestation et l’insoumission républicaine symbolique. Une telle gauche ne permettra pas d’infléchir l’évolution du pays, car elle n’arrivera pas aux affaire, ou si elle y arrive, elle devra faire machine arrière comme en 1983. Dommage.


          • Manu Manu 29 juin 2008 22:49

            Dire que la démocratie fonctionne mieux dans un pays dont on sait que celui qui le président n’a pas gagné son élection, c’est assez fort de café, vous l’avouerez !

            Quant à la paranoïa, vous ne devez pas vivre dans le même pays que le mien ! Entre la remise en cause des 35 heures, les franchises médicales, les privatisations d’EDF-GDF et des autoroutes (pour ces dernières, on ne sait toujours pas bien pourquoi), la fin du collège unique, la fin des régimes spéciaux (attention je ne parle pas des gens concernés, je parle du principe), la lutte acharnée contre les sans-papier (sans lutte contre les employeurs de clandestins), la réforme du droit du travail, les 14 000 000 000 d’euros du paquet fiscal, la permanence des lois d’exceptions d’après 11 septembre, la loi DADVSI, le traité de Lisbonne, la loi sur l’offre raisonnable d’emploi, la loi sur la récidive, la remise en cause du financement de l’audiovisuel public, sans compter tout un tas de déclaration sur la laïcité ou sur l’hérédité, la confusion entretenue entre régularisation et nationalisation (chapeau bas venant d’un ancien misnistre de l’intérieur !), etc.

            Quant à l’argumentaire du "ça va très vite, il ne faut pas être la traine !", c’est du même acabit que ce fameux "quand la France fera faillite !". C’est très vendeur, mais c’est vide de sens. Ainsi, le Japon est trois plus endetté que la France, et il n’est pas en faillite (doit on rappeler que Toyota est le premier constructeur mondial d’automobile). C’est oublier qu’il y a 40 ans, quand le PIB était 3 à 4 fois moindre, on pouvait payer les retraites, le système de santé et tout le reste... C’est oublier qu’en 1936, du jour au lendemain, les entreprises ont payé leur personnel à ne rien faire pendant 15 jours et que la France existe toujours (pensez les 35 heures quelle horreur ! Tellement horrible que malgré tout, le contingent autorisé d’heures supplémentaires n’est jamais utilisé).

            Ce sont justement ce genre d’arguments utilisés actuellement pour faire passer toutes ces décisions qui affaiblissent un peu plus chaque jour la solidarité, l’unité et l’espérance et font grandir le sentiment d’individualité (face à la compétition), de précarité (face au démantèlement des assurances sociales) et d’insécurité (face au martèlement médiatique).

            Nous avons donc bien besoin de citoyen éduqués, aptes à digérer toutes les informations nécessaires pour justement reprendre leur démocratie en main.


          • Fred 3 juillet 2008 16:37

            "Entre la remise en cause des 35 heures" : oui et alors. Les 35h d’après DSK ont créé 200 000 emplois pour un cout annuel de 16 milliards d’euros donc à 1500 net soit 3000 brut 16 milliards ça fait 444 000 emplois soit le double. Pas trés efficace ces 35h, de plus ça a crée d’énormes inégalités entre ceux qui ont des RTTs et les autres. Ca a aussi ralenti l’évolution des salaires.


            "les franchises médicales" : les français plus gros consommateurs de médicaments au monde seraient-ils plus malades que les autres ? Ce système de franchise existe dans d’autres pays notamment la Suède pays socialiste avec une franchise de 150€/personne/an. De plus pour payer 50€ cela fait 100 boites de médicaments dans l’année quand même il faut en consommer. Et le cout annuelle de cette franchise ramené aux cotisations que nous payons est ridicule.


            "les privatisations des autoroutes" : commencé sous la gauche par le gouvernement Jospin avec les autoroutes du Sud. Rappelons aussi que ce gouvernement détient toujours le record en termes de privatisation. Pourtant à l’époque personne ne criait au scandale surtout pas à gauche.

            "la fin des régimes spéciaux (attention je ne parle pas des gens concernés, je parle du principe)" : oui et ? Les régimes spéciaux ont été créé à une époque où il y avait une différence avec les gens du privé. Ces différences n’existent plus donc on cotise tous pareil pour avoir la même retraite, c’est pas ça le principe d’égalité (sachant que ce n’est pas encore pareil puisque le calcul ne se fait pas sur les 25 meilleures années pour eux et les fonctionnaires)

            "la lutte acharnée contre les sans-papier (sans lutte contre les employeurs de clandestins)" : ils sont en situation illégale. Si vous voulez faire une demande de visa pour une de ces personnes et créer un emploi libre à vous. Il y a des milliers de gens dans ces pays qui font des demandes de façon légale pourquoi les illégaux devraient être privilégiés. Les employeurs sont sanctionnés.


            "les 14 000 000 000 d’euros du paquet fiscal" : dont la majorité ne va pas aux riches, après sera-t-il efficace c’est une autre question.


            "le traité de Lisbonne" : quel problème ?

            "la loi sur la récidive" : pas vraiment un problème

            "la remise en cause du financement de l’audiovisuel public" : certes moi je me demande toujours pourquoi on finance autant de chaines publiques. Moi qui ne regarde jamais ces chaines je me demande aussi pourquoi je paie une redevance.


            Après votre débat sur la collectivité face à l’individualité, désolé mais le système tel qu’il est force à l’individualisme où chacun va essayer de récupérer un peu plus du système sur le dos des autres et ça à tous les niveaux riches ou pauvres. Le système se veut social mais il force un caractère égoiste et individualiste que je n’ai jamais vu dans les autres pays même les pays ultra-capitalistes. En 5 ans aux US, je n’ai jamais vu autant d’indifférence et d’individualisme couplé à ce besoin continu de se plaindre que toutes mes années en France (je ne dis pas que le système américain est bien non plus, je parle juste de la mentalité des gens au quotidien).


          • Manu Manu 7 juillet 2008 11:25

            @ Fred : Je ne souhaite pas rentrer dans une querelle stérile, alors je précise tout de suite que je me situe hors de la puérile dichotomie droite / gauche, je ne fais que constater. Par ailleurs, je me méfie des comparaisons avec d’autres pays, dont le contexte et l’histoire sont nécessairement différents.
            Ceci dit :

            • que les 35 heures ne soient pas la panacée, j’en conviens : il n’en reste pas moins que je ne comprends pas pourquoi il serait vital de les abroger quand les quotas d’heures supplémentaires déjà instauré et ce malgré leur défiscalisation récente, ne sont toujours pas dépassés (je serai moins dubitatif dans le cas contraire) ;
            • franchise médicale : pourquoi encore stigmatiser tout le monde alors qu’il serait si simple de sanctionner les abus ? Dois-je rappeler que ce ne sont pas les malades qui rédigent les ordonnances. Par ailleurs, est-il normal de devoir payer parce qu’on est malade (surtout les malades chroniques qui se voient de facto payer les 50 € systématiquement) ?
            • principe d’égalité : c’est justement parce que les conditions de travail ne sont pas les mêmes que les régimes spéciaux ont un sens. Cette page est édifiante http://www.inegalites.fr/spip.php?article377&id_mot=99 : à 35 ans, un cadre a une espérance de vie supérieure de 6 ans à celle d’un ouvrier.
            • sans-papier : il ne s’agit pas favoriser, mais, d’arrêté l’hypocrisie, ainsi que la mauvaise foi présidentielle (naturalisation / régularisation) ;
            • paquet fiscal : quelle est votre source ? Voici la mienne www.inegalites.fr/spip.php
               : « 6 200 euros pour un célibataire touchant 25 000 euros mensuels et 106 euros pour celui qui touche 1 500 euros mensuels ». Nous n’avons pas la même notion du « pas riche ».
            • traité de Lisbonne : faire ratifier par le Parlement un texte rejeté par référendum, et demander à ce qu’un autre pays « revote », drôle d’idée de la démocratie ! Quand est-ce qu’on « revote » l’élection présidentielle ?
            • récidive : si différentes atteintes à vos droits (« double peine », antériorité, etc.) ne vous pose pas de « problème », pour quelques cas par an, ça vous regarde.
            • audiovisuel public : faites un tour sur France 5, Arte ou la chaine parlementaire, écoutez FIP, et vous comprendrez peut-être...
            Le malaise dont vous parlez finalement n’est-il pas explicable (et légitime) par une perte de repère dans ce passage vers un système type USA justement ?

          • lib 13 juillet 2008 16:29

            Votre article est bien tourné, il suit la ligne habituelle de démonstration de l’ineptie des décisions, et du désastre de leur résultat, mais, comme la plupart des analyses qui remettent en cause l’affaire sarkozy, il noie le poisson.

            Le problème principal que nous avons est d’abord éthique. On dit n’importe quoi de tous bords en toute bonne conscience. On pense, définitivement, de tus bords, que la fin justifie les moyens. 

            C’est d’ailleurs l’origine du fameux résultat de sarko, élu à 53 %, par une majorité qui savait la folie du bonhomme, mais qui pensait que d’un cyclone, on verrait sortir des allées bien ratissées, avec des espaces fleuris et ordonnés. Le tout sans blessés, du moins dans la famille.

            L’éthique malmenée s’accompagne donc de l’ignorance la plus crasse.

            Enfin, pour finir, tout le monde se fait secouer, ou voit se faire secouer les autres, et personne sauf très localisé, ne se met en route pour agir contre le rouleau compresseur.

            Cela relève de la simple lâcheté.

            Donc, peu de force morale, peu de savoir, et pas de courage.

            Nous sommes donc mûrs pour l’esclavage.

            Alors, bien sûr, tous les constats sont là, nous nous faisons enchaîner, nous nous faisons spolier, nous perdons nos droits, on ne nous respecte pas, ni notre vote, ni nos droits chèrement acquis par notre signature, au bas du contrat social, celui qui nous lie culturellement et sociologiquement à ce qui est une réalité : le monde de l’homme civilisé de l’europe du troisième millénaire.

            Mais voilà, qu’il vienne un sauvage, avec les règles de l’ancien régime, c’est à dire pas de régles qui régissent le haut vers le bas, et les privilèges à se partager pour la crème, et nous voilà dispersés comme une bande de moineaux, qui regardent de loin se manger le gateau, et qui n’ont même plus de miettes.

            Sarkozy, objectivement, et sa bande de pirates ont pris d’assaut le galion chargé d’or.

            Et si on les laisse faire, on va se retrouver tous galériens, à ramer, pendant qu’ils nous regarderont de haut, à faire marcher nos fils à la bataille, et faire danser, nues, nos filles, dans leurs saletés d’émission de télé réalité.

            Et leur féroces soldats sont les notres.

            Cela va très mal fnir, si l’on attend plus longtemps pour se bouger pour de bon...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Eric Svorda


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès