Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

453

Les maraudeurs ...

Un monde sans pitié …

Il était une fois une nation qui se croyait forte, civilisée, disaient ses dirigeants, économiquement avancée, prétendaient les financiers de tous poils, toujours prompts à analyser une situation par le seul prisme des nombres. Il était un pays qui se pensait encore le phare des droits de l'homme et de la pensée, un espace où la raison était censée gouverner les esprits éclairés par une culture millénaire …

Il était une nation qui avait eu une très forte tradition chrétienne, qui pensait qu'en franchissant le pas de la laïcité, l'état était capable de prendre le relais du clergé pour assumer une charité qui devenait de la solidarité sociale. Chaque citoyen était couvert par des lois bienveillantes. Le territoire était maillé de façon à ce que nulle détresse individuelle n'échappât à la vigilance des fonctionnaires dont c'était la mission.

Il était une nation qui, petit à petit, sombra dans les terribles travers de la modernité. L'individualisme fut élevé au rang de modèle, l'égoïsme accompagna naturellement cette doctrine qui prône le chacun pour soi. Plus le niveau de vie augmentait, plus les portes et les cœurs se refermaient dans ce pays où jadis, il faisait si bon vivre.

Il fut un pays qui décréta que le bien public était désormais une hérésie, que les agents de l'état étaient des parasites, des inutiles, des incapables. Les institutions se targuèrent de rechercher sans cesse des gisements d'économies possibles et c'est naturellement vers les subsides destinés aux plus faibles que furent réalisées les premières coupes sombres.

Dans le même mouvement, les gens de ce pays s'habituèrent à se regarder de travers. Petit à petit, la suspicion, le mépris, la crainte, la peur ou bien la haine firent des ravages dans les esprits. L'étranger, le différent, le pauvre, le malade ou bien l'handicapé furent montrés du doigt. Chacun se renferma dans son quant à soi, dans son petit confort que d'autres prétendait-on alors, voulaient mettre en danger.

Des idées affreuses firent leur apparition. Puis, les idées ne suffirent plus, la police passa à l'action. Des lois scélérates chassèrent les pauvres des centres-villes, les étrangers de certains camps, on interdit aux jeunes de se réunir dans les cages d'escaliers. Petit à petit, ce pays si fier de sa Révolution, sombra dans une morosité contagieuse, une indifférence généralisée, une insupportable folie sécuritaire.

Tout s'effrita, se délita, se liquéfia. Les rues devinrent le dernier refuge des laissés-pour-compte. Il leur fallait se cacher, échapper au regard des bonnes consciences, sortir du cadre pour ne pas indisposer par leur présence. Les centres-villes si beaux, si propres, si policés ne pouvaient plus tolérer ces épaves de la prospérité, ces gens sans toit ni choix.

Et puis l'impensable fit son retour. Dans ce pays, toujours plus riche pourtant, toujours plus évolué encore, des hommes et des femmes mouraient de froid, de faim et d'indifférence dans des rues sombres, des sous-bois, des quais déserts ou bien le long de friches industrielles. Ils avaient la délicatesse de mourir loin des regards de ceux qui n'étaient pas encore frappés par la malédiction sociale, la déchéance de la pauvreté sans issue.

Plus grave encore, des enfants furent comptés parmi les victimes dont le nombre, d'année en année ne cessait de croître. 453 sont ainsi morts dans la rue, pire que des chiens si souvent mieux traités qu'eux ! 453 morts sans laisser d'adresse, sans personne pour les pleurer, sans témoin ni accompagnement.

Ne croyez pas que ce pays est loin d'ici. C'est le vôtre, c'est le nôtre. C'est en France que 453 humains sont sortis en 2013 de la dignité humaine pour ne devenir que des bêtes traquées, des rats qu'on a laissés croupir dans nos immondices et qui ont fini par crever sans faire de bruit. C'est la honte de notre époque, le terrible recul de nos consciences, la disparition de la solidarité !

Nous portons tous une part de responsabilité. Nous avons tous accepté le discours infâme que nous ont servi des responsables aveuglés par la richesse d'une minorité cupide et incapable de comprendre la détresse de quelques-uns et les difficultés de tous les autres. Nous ne serons plus une nation tant que ce scandale perdurera. Nous n'avons pas à donner des conseils ou pire encore, des leçons aux autres pays quand dans le nôtre, ce drame effroyable se déroule sans que rien ne soit fait …

Désespérément leur.

http://www.mortsdelarue.org/


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (72 votes)




Réagissez à l'article

116 réactions à cet article    


  • Albar Albar 20 mars 2014 09:21

    Bonjour Nabum,

    Excellent article, j’ai beaucoup aimé, surtout quand vous vous intéressez à certains drames humains.

    Merci


    • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 09:34

      Albar


      Merci

      J’irai lire ce texte à 19 heures sur le parvis de la cathédrâle d’Orléans
      Monsieur le Maire, homme puissant et humain, adepte de l’interdiction des pauvres dans sa ville refuse que nous rendions hommage aux 453 devant la maison commune qu’est notre Mairie

      Que dire de mieux ?

    • asterix asterix 20 mars 2014 18:24

      Que dire de mieux ?
      C’est que pour chambouler tout cela, il suffit d’aller le chercher chez les cent familles les plus riches du pays, d’Europe, du continent. Aux îles Caïmans, que sais-je....
      Soyons généreux avec ces braves gens : laissons-leur la moitié de leur fortune, sinon ils risqueraient de se plaindre.


    • nofutur 20 mars 2014 09:50

      Bonjour Nabum,

      Il faut absolument ne pas regarder car comme disait un mec :
      Cachez se sein que je ne saurai voir !
      Donc « cachez ses misérables car il se pourrait que se soit le miroir de nous mêmes ! »
      Mon épouse et moi donnons autant que nous pouvons. Je n’éprouve pas de pitié mais plutôt une grande colère que notre « belle république » les laissent crever pire que des chiens !
      Et pour terminer nous ne donnons pas que de l’argent et nourriture, mais également de la parole quelques minutes de chaleur humaine ! pardon pour ce gros mot !


      • mmbbb 20 mars 2014 10:11

        Ce qui me choque le plus dans cette republique que je desaprouve de plus en plus est ceci Nous accordons et elevons en dogme absolu cette immigration qui est une chance pour la France Ca me degoute je connais des gens ayant bosse et ayant apporter de la richesse a ce pays et etant dans la rue Par contre les francais avec leur impot trouvent normal d’assister des polulations entieres sur notre sols n’ayant pas apporter un euro de richesse Dans mon travail une collegue dont le mari est pharmarcien delivre des medicaments par sac entier puisque la CMU l’aurorise Ces medicaments sont certainement revendus dans des trafics Les Francais sont des cons et les ideaux de la revolution francaise sont nous enferment. 


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:10

        nofutur


        La honte et la gène, le malaise de voir ces gens, reflets de notre incapacité à partager ... 
        Un immense malaise me prend ! 

      • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:15

         mmbbb


        Je ne veux pas entrer dans ce débat

      • mmbbb 20 mars 2014 14:01

        @ Nabum 

         mais c’est pourtant la realite Ceci n’est qu’un exemple et helas ce debat que vous refusez est la cause en grande partie de cette misere Les francais se font tondrent n’ont jamais payes autant d’impots et la misere est pourtant la persistante alors continuons ainsi en refusant certain debat et acceuillobns comme le disait rocard toute la misere du monde 


      • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 mars 2014 12:49

        Bonjour Nabum

        Je ne dirais pas les choses exactement comme mmbbb mais il a raison, et vous avez tort de "ne pas vouloir entrer dans ce débat".

        La fuite de la fausse gauche dans le démagogue « grand remplacement », comme dit à juste titre Renaud Camus, fait bien partie du problème.

        L’abandon par la fausse gauche de la révolution solidaire à faire dans le monde la conduit à accepter d’aggraver ainsi les choses en France, aux dépens d’une partie du peuple français, déjà défavorisé, et qu’elle méprise.

        Quand Rocard disait qu’on ne peut pas accueillir toute la misère du monde - et non pas le contraire mmbbb - j’étais encore au PSU.

        Dans ma cellule ça gueulait fort contre Rocard. Un militant osa pourtant dire : "heu... mais si c’était vrai...  ?".

        C’est vrai répondirent les autres... mais c’est pas à la gauche de le dire !

        J’ose le dire sans détours, la fausse gauche (« ma » gauche d’hier) pour laquelle il ne faut surtout pas partir des réalités, et moins encore des réalités populaires, me dégoûte aujourd’hui profondément.


      • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:19

        Démosthène


        Les gens méchants sont méchants !

        Que dire de plus, la stupidité court les rues plus aisément que les bonnes actions

      • baldis30 20 mars 2014 18:45

        Bonjour Démosthène

        j’ai exactement la même réaction que la tienne ! Un troll comme tu le proposes ? je ne le pense pas ! Simplement le reflet d’esprits totalement obnubilés par leur nombril, ils croient à leurs votes... s’il n’y en avait qu’un on pourrait croire à une erreur de manipulation, mais le sommet de l’inconscience est atteint par la pluralité des votes . D’Einstein on peut passer à Saint-Exupéry

        « Ô combien de Mozart assassinés »

        dernière phrase de Terre des Hommes.... laquelle Terre des Hommes est devenue celle des salauds...


      • Mortargent 24 mars 2014 00:19

        @ Démosthène : ca doit venir de Spartacus. Il me semble que c’est son genre.


      • jako jako 20 mars 2014 09:56

        Beau texte, triste constat, cela va durer et empirer encore je constate la même chose en Belgique, très forte dégradation de la société, quand les peuples re-trouverons une cohérence ? ( en supposant qu’il y en eut une...)


        • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:20

          jako


          Merci !

          Un triste constat

        • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 10:12

          Misère..misère (vous connaissez la chanson)... !

          « Nous portons tous une part de responsabilité »...uniquement ceux qui ferment les yeux depuis leur naissance...heureusement quelques uns ont réagi (abbé Pierre..Coluche..etc) des inconnus portant assistance aux SDF du 1er janvier au 31 décembre...des anonymes courageux qui ne font pas la une des journaux...qui se dévouent corps et âmes aux pauvres...mais hélas ce n’est pas suffisant et beaucoup passe entre les mailles du filet..et comme vous dites meurent dans un coin abandonnés de tous..C’est le lot des pays capitalistes ou il y a abondance de biens..malheureusement cela dure depuis des millénaires...et rien n’est fait depuis tout ce temps...et rien ne sera fait dans l’avenir...Les pauvres ne rapportent RIEN... !

          • mmbbb 20 mars 2014 12:03

            Non je ne me sens pas responsable Il est impossible de creer de la richesse dans ce pays Monter une PME PMI afin d’intregrer intelligemment les personnes par le travail devient impossible Je connais dans mon entourage un patron de PME qui a eu un infarctus Mon frere etant artisant decorateur a arrete son activite Il aurait pu delivre son savoir et former des jeunes avec un vrai metier et non pas des emplois d’avenir a la con Le contexte ne si prete pas trop d’emmerdes de la part de l’administration qui vous prend toujours pour un delinquant cherchant des poux sur un crane chauve D’ailleurs comme le disait Pompidou « n’emmerdez pas les francais qui travaillent » Helas c’est bien le contraire qui s’est produit Il faut etre fous dans ce pays la France de risquer sa sante pour creer de la richesse Alors non cette responsabilte est un peu trop facilement evoquee cette misere affichee est plutot la consequence de notre irresponsabilite 


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:22

            claude-michel


            La misère est sans doute moins pénible au soleil

            J’ai désormais comme un doute

          • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 13:28

            Par mmbbb...faut pas tout mélanger...les responsables sont les politiciens aux commandes qui façonnent la société a leur convenance...nous regardons passer les trains qui ne s’arrêtent jamais dans notre gare...Par contre les gens qui votent pour ces vendus...OUI..sont responsables.. !


          • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 13:30

            Par C’est Nabum...je vous croyais au dessus de ces petitesses...Le soleil en chaise roulante avec pour seul horizon la terrasse...c’est pas terrible... !


          • mmbbb 20 mars 2014 14:17

            les politiciens vous dites mais ce sont les citoyens qui elisent ces politiciens tant honnis Ce ne sont pas des generations spontanees de politiciens Votre propos est quelque peu caricatural Et je ne melange pas tout il y a une correlation entre la creation de richesse et le taux de pauvrete Nous preferons entretenir la pauvrete c’est un fait et les personnes de gauche comme Attali sont plus liberales que beaucoup de personnes de droite Dans mon propos comme je le cite je connais des personnes qui auraient pu creer des emplois mais le faisant pas Le chomage en France est avant tout struturel Le facteur d’encenite Cabasse a delocalise sa production en Chine je me demande bien pourqoui si ce n’est pour reste comme tant d’autres PME PMI competif Les pays du Nord s’en sortent plutot mieux pourquoi ? Donc contituons a pleurer sur la pauvrete comme les gens d’eglise en prenant ceci comme une fatalite 


          • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 15:29

            Par mmbbb...Le jour ou vous comprendrez que l’argent mène le monde....vous aurez tout compris.. !


          • Fergus Fergus 20 mars 2014 15:56

            « La misère est sans doute moins pénible au soleil. » Eh bien non, il meurt plus de SDF en été qu’ne hiver, les malheureux étant nettement mieux pris en charge en période hivernale qu’en période estivale, tant en matière d’abri que de nourriture.

            Je profite de ce message pour dire à quel point je suis admiratif du travail accompli par les travailleurs sociaux. Pour avoir suivi des maraudes avec une amie en charge d’une tache de réinsertion, j’ai pu mesurer l’énorme difficulté de sa mission en constatant la terrible lenteur des progrès pour simplement convaincre un SDF d’entreprendre des démarches. Je me souviens notamment d’un Suédois qui a mis huit mois avant de se rendre dans un centre d’écoute et de conseil. Impressionnant !


          • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 16:07

            claude-michel


            Qu’ai-je dit pour mériter pareille réplique ?

          • claude-michel claude-michel 20 mars 2014 16:37

            Par C’est Nabum...Peut être une mauvaise interprétation de ma part.. !


          • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 mars 2014 18:24

            @ Claude michel


            L’argent n’est que l’outil d’une fringale de posséder qui est la preuve de la bêtise humaine. Posséder pour donner un sens à un destin qui n’en a aucun... Mais l’abondance qu’a créée l’industrie detruit inexorablement cette lubie de possession. Une des conséquences de la crise actuelle, montée de toute piece pour la stimuler, est qu’elle rend la consomation ostentatoire totalemnet ridicule. On va se retrouver en mode de « simplicité volontaire », ce qui pour le capitalisme est une brutale fin du monde... Mais il faudra quelque temps avant que l’on ne lise clairement ce que la main a écrit sur le mur.... Et une guerre n’est pas exclue.



            Pierre JC Allard


          • mmbbb 20 mars 2014 18:50

            vous me prenez vraiment pour un beotien Si de temps en temps je joue a l’Euromiilions c’est dans l’espoir de ne pas gagner puisque je ne veux pas vivre dans un quartier chic et ne aps changer ma condition humaine les beaufs c’est tellemnt marrant Je suis tellement benet que je n’avais pas compris que l’argent est le nerf de la guerre 


          • claude-michel claude-michel 21 mars 2014 08:19

            Par Pierre JC Allard...L’argent...fut un outil a une certaine époque lointaine...aujourd’hui il est le « VERBE » avec lequel l’humanité pense...Il est vivant pour les peuples qui triment pour en posséder...Les puissants sont arrivés a décérébrés la masse humaine pour qu’ils en arrive là...et ça fonctionne...(faut dire que c’était facile de manipuler le nombre).


          • Prudence Gayant Prudence Gayant 21 mars 2014 13:49

            Bonjour Fergus,

            J’espère ne pas arriver un peu tard dans la discussion, 
            la misère au soleil ? elle n’est pas juste pendant les périodes estivales mais parfois toute l’année ailleurs. Cet ailleurs, qui est aussi français mais tant décrié par les métros, d’une part car dans le reste du monde le soleil tape extrêmement dur sur les miséreux qui sèchent sur place, même et surtout à l’ombre.
            Mais il est question des sdf français, pardon pour cet écart d’idées.

          • L'enfoiré L’enfoiré 21 mars 2014 16:31

            Bonjour à tous et Nabum,


            « L’argent n’est que l’outil d’une fringale de posséder qui est la preuve de la bêtise humaine. »
            disait Pierre, lui qui était avocat économiste prodéo ? Je me permets d’en douter.
             
            « Mais l’abondance qu’a créée l’industrie détruit inexorablement cette lubie de possession. La consommation ridicule »
            On aimerait bien, mais c’est souvent le cas contraire qui se produit. Ce message passe très bien sur cette antenne. Le capitalisme, quelqu’un a fait remarqué qu’il n’y a aucun moyen de l’éviter et n’a pas de remplacement. Productivisme contre collectivisme, je ne vais pas faire un dessein que cela pointe à la même finalité.. Ce n’est pas le capitalisme dans ses fondements qui est à plaindre, mais les extrémistes de tous les systèmes.
            Nous sommes à la croisée des chemins. Les utopies sont bien venues. 
             
            « Mais il faudra quelque temps avant que l’on ne lise clairement ce que la main a écrit sur le mur.... Et une guerre n’est pas exclue. »
            Ce ne serait pas une guerre entre pays, mais une guerre civile. Je ne sais si c’est à préconiser.
             

          • Vipère Vipère 20 mars 2014 13:09

            Bonjour Nabum

            Excellente article et bravo pour l’action consistant à lire ce texte devant la cathédrale d’Orléans, je m’associe à votre action en pensée  !

            Pour enfoncer le clou de la cause des laissés pour compte, eu égard aux expulsions qui vont reprendre dès la fin de la trêve hivernale ce 31 mars, c’est imminent, ainsi si vous le permettez, je ferai parvenir par courrier (lettre ouverte) au Préfet de région et à l’infâme personnage qui nous tient de Conseiller Général (également de région), votre article pour leurs rappeler l’humanisme dont ils manquent singulièrement tous deux !

            Monsieur le Conseiller Général préfère financer -contournement d’un petit village campagnard et construction de maison de pêcheur avec route, plutôt que de pourvoir au logement d’habitants qui logent dans des logement insalubres.


            • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:23

               Vipère


              Faites

              Je vais le lire en public ce soir sur le parvis de la cathédrâle d’Orléans à moins que le maire fasse donner la maréchaussée C’est un grand humaniste cet homme là

            • baldis30 20 mars 2014 18:55

              C’est normal de financer un contournement, ce sont des marchés en perspective avec inaugurations à la clé . Un pour tous et cinq pour cent smiley


            • Fergus Fergus 20 mars 2014 13:13

              Bonjour, C’est Nabum.

              Superbe texte. Merci pour ce cri de colère lancé à la face de tous ceux qui, des plus puissants aux plus humbles (y compris sans doute nous-mêmes), ont contribué à cet état de fait. A toutes fins utiles, je mets en lien deux de mes articles en rapport avec ce thème : La révolte des gueux (avril 2009) et La révolte des geux (2) (avril 2012).

              Hélas ! rien n’a changé ; les choses ont même continué à empirer, et cela - circonstance aggravante - sous un pouvoir socialiste !

               


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:24

                Fergus


                Hélas, nous avons TOUS notre part dans ce drame

              • Fergus Fergus 20 mars 2014 15:47

                @ C’est Nabum.

                C’est en effet ce que j’ai écrit dans mon commentaire.


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 16:08

                Fergus


                Je voulais simplement confirmer que je m’incluais moi aussi dans votre remarque

                Merci

              • MdeP MdeP 20 mars 2014 13:17

                Merci à C’est Nabum pour cet article.

                J’en conseille la lecture @Ecodemos qui planche sur les particules fines et la meilleure façon de respirer.

                • C'est Nabum C’est Nabum 20 mars 2014 13:26

                  MdeP


                  Les particules qui me purturbent sont celles qu’il faut accoler à Monsieur Le Préfect, Directeur des ressources humaines ou Président de la République

                • ARMELLE 20 mars 2014 13:43

                  Bel a rticle Nabum, merci


                  Et ce constat est d’autant plus abjecte, qu’on nous rabâche à longueur de journée les bienfaits de notre ’’état protecteur’’, qui ne montre l’efficacité de ses actions faces à ses devoirs primaires qu’à travers la protection d’une même classe. Il rivilégie le clientélisme et soigne particulièrement les corporations fonctionarisées constituant le vivier de son électorat 
                  Finalement cet état ’’providence’’ (pour certains) à purement et simplement retirer de ses obligations, celle qui pourtant devrait occuper la première place, à savoir protéger ses citoyens. Et pour un gouvernement de gauche qui se revendique le monopole du social, c’est tout simplement à vomir.
                  Si nos impôts et taxes en tout genre faisaient l’objet d’une gestion sérieuse, la valeur du gaspillage suffirait amplement à subvenir aux besoins vitaux ddes êtres humains les plus démunis.
                  Mais bon, il vaut mieux favoriser un potentiel électeur plutôt qu’un SDF qui lui ne vote pas, donc ’’ne sert à rien’’
                  Quand Hollande disait, on s’occupera, aussi, des SDF, c’est bien sauf qu’il s’agissait des autres ;
                  Les Sans Difficulté Financière


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès