Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > 500 000 ou 1 500 000 manifestants anti-CPE ?

500 000 ou 1 500 000 manifestants anti-CPE ?

Les organisateurs des manifestations d’hier contre le contrat première embauche réclament du gouvernement qu’il prenne l’initiative de demander au Parlement d’abroger la loi qu’il lui a demandé de voter il y a deux semaines ou de ne pas la mettre en oeuvre de son propre chef. Cette exigence est fondée sur l’ampleur supposée des manifestations qui reflèterait la volonté populaire et exprimerait une légitimité supérieure à celle qui résulte des élections.
Que l’on accepte ou non ce raisonnement, il serait en toute hypothèse utile que le pays ait une vision exacte du nombre de Françaises et de Français, qu’ils soient jeunes ou moins jeunes, qui ont fait l’effort d’aller défiler pour exprimer leur rejet du contrat première embauche. Or, tout ce dont nous disposons, ce sont deux évaluations aux antipodes l’une de l’autre, rapportées benoitement par les médias, sans autre commentaire.
Si c’est le chiffre attribué à la police qui est le bon, 500 000 manifestants dans toute la France, il s’agirait à l’évidence d’un échec pour les organisateurs, qui ne pourrait qu’inciter le gouvernement à maintenir sa position. Si, au contraire, c’est le chiffre de 1 500 000, avancé par la CGT, qui reflèterait la réalité, il s’agirait d’un succès, créant un nouveau rapport de forces dans le pays, dont il serait difficile de ne pas tenir compte.
Par réflexe de bon sens, on pourrait se dire que, dans une telle circonstance, il faudrait pouvoir faire confiance au service public, ce qui serait mon inclination naturelle, et donc retenir le chiffre de la police comme valide. Mais la plupart de nos compatriotes, à tort ou à raison, ne se satisferont pas de cette référence pour se former un jugement. De même auront-ils du mal à accorder leur confiance à celui de la CGT sans autre forme de procès. Retenir la moyenne, tentation habituelle face à un tel dilemme, ne correspondrait à aucune rationalité particulière.
Pour sortir de cette difficulté, il me semble que ce serait aux médias de jouer le rôle d’arbitre, en demandant que la police et la CGT fournissent le détail de leurs méthodes d’évaluation, en procédant aussi peut-être à leur propre analyse et en proposant au public une estimation raisonnable et objective, au surplus susceptible d’être comparée à des évènements similaires du passé.
Il serait surprenant, en ce début de vingt-et-unième siècle, que l’usage des techniques statistiques, électroniques et photographiques ne permette pas de réduire significativement cet écart du simple au triple, et de fournir à l’opinion des éléments d’appréciation raisonnables sur la véritable intensité des préoccupations du pays en ce qui concerne le contrat première embauche.


Moyenne des avis sur cet article :  3.85/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • zulunation (---.---.135.35) 21 mars 2006 16:32

    Pour les défilés importants la méthode de dénombrement des participants utilisée par les autorités est la suivante :

    surface occupée par la manifestation * (que multiplie) nombre de manifestants au mètre carré (variant de 0,2 à 0,8 selon l’estimation de compacité)

    Pour les manifestations moyennes c’est cette méthode qui est en usage :

    comptage des rangs *(que multiplie) nombre moyen de personnes par rang

    La manifestation du 18 mars était une manifestation « importante » nous utiliserons donc la méthode associée : Longueur du cortège : 8320m (le parcours faisant 5140m) Largeur du cortège : 30m (largeur de la chaussée + trottoirs 36m)

    SURFACE DU DEFILE : 832 * 30 = 249600m2

    NOMBRE DE MANIFESTANTS :

    (mini) 249600 * 0.2 = 49920

    (medium) 249600 * 0.5 = 124800

    (maxi) 249600 * 0.8 = 199680

    Pour moi, familier de ces démonstrations, le nombre moyen de manifestant au mètre carré dans cette manifestation précise était nettement supérieur, la compacité des rangs étant particulièrement élevé ; je le situe autour de 1,2 ce qui porte approximativement à 300 000 le nombre de personnes présentes.


    • zulunation (---.---.135.35) 21 mars 2006 16:33

      Le décompte ci-dessus est associé naturellement à la manifestation parisienne uniquement !


    • Redj (---.---.199.100) 21 mars 2006 21:58

      Ne vous inquitez pas, le premier ministre connais le chiffre estimé comme il faut. Les RG ont compté précisément et ils ont fichés les « activistes ». Mais quand on voit 7000 personnes annoncées par la police à marseille ca permet de savoir qui ment le plus...immédiatement !

      Et puis il y a les sondages...non ?


    • PJ-BR (---.---.220.140) 21 mars 2006 16:53

      De cet article je retiens surtout « créant un nouveau rapport de forces dans le pays »

      Une fois de plus les contacts sociaux ne sont envisagés que comme un rapport de force et non pas comme une collaboration. Que ce vocabulaire vienne d’un ancien chef d’entreprise montre que la sclérose de notre modèle social est autant le fait des patrons que des syndicats.

      Nous n’vaons pas fini d’être en crise.


      • PBi (---.---.118.225) 21 mars 2006 17:04

        Je suis d’accord avec vous que les relations sociales devraient être le champ privilégié du consensus et de la collaboration. Mais l’usage de l’expression « rapport de forces » ne correspond qu’à l’amer constat, purement factuel, de la perception actuelle de l’opinion et ne relève en aucun cas de l’acceptation d’un tel mode de dialogue comme inéluctable, ni à fortiori souhaitable.


        • Gimmygimmycheak (---.---.163.76) 21 mars 2006 20:53

          Je suis tout à fait d’accord avec l’article... Je trouve que ces estimations sont du foutage de gueule, soit de la part des autorités, soit de la part des syndicats, soit des deux. Un million de personnes, cela ne passe pas inaperçu quand même...


          • cupiflo (---.---.156.123) 21 mars 2006 21:54

            Pour revenir sur les chiffres, j’ai entendu une interview sur la question ce midi sur la radio France Bleu Besançon. Une étude a été faite il y a quelques années sur une manifestation dont on a filmé le cortège. Les manifestants ont été comptés sur la video par deux personnes différentes. La confrontation des résultats a été concluantes (1% d’écart). Ce jour là l’estimation de la police était de 6000 manifestants (si je me souvient bien) celui des syndicats entre 5000 et 8000 personne (soit 6500 en moyenne). Les résultats étaient au dessus des estimations : entre 6950 et 7000. Les syndicats et policiers savaient ils que le nombre de manifestants était compté ce jour là ? En tout cas il est aberrant d’avoir des chiffres aussi écartés. Des systèmes de comptages par logiciels analysant des videos pourrait être mis en place mais la police aurait elle des intérets à ne pas le faire ?

            PS : J’ai entendu dire lors de précédents événements que la police lors de son calcul mesurait la largeur de la chaussée sans les trottoirs.


            • nishanto (---.---.254.253) 21 mars 2006 22:14

              « Je suis d’accord avec vous que les relations sociales devraient être le champ privilégié du consensus et de la collaboration »

              Le rapport de force est évident : Quelle communauté d’intérêt y-a-t’il entre les managers aux stock-options faramineux et le salarié de demain à la sauce CPE ? Comment ne pas percevoir la domination totale de l’un sur l’autre ? Et ce terme de ...collaboration. Il n’y a que les cadres et un syndicat de salarié pour percevoir au travers de ce mot, le moyen d’atteindre la réciprocité d’ intérêts et surtout la paix sociale. Le terme de RESISTANCE est un mot autrement plus adapté à notre situation. Le rapport de force actuel est uniquement le fait d’un gouvernement intransigeant, bras armé d’un patronnat obnubilé par ses profits et profondément réactionnaire.


              • PJ-BR (---.---.220.140) 22 mars 2006 10:23

                Les rapports sociaux en France sont complètement biaisés. Tout n’est que rapport de force et confrontation. Nous avons besoin d’un conflit pour démarrer les négociations. C’est innefficace. Après un conflit personne n’est prêt à négocier.

                Le gouvernement a mis le feu aux poudres en lançant le CPE en contradiction avec la loi de 2004 stipulant que le Code du Travail doit être géré d’abord et avant tout par les partenaires sociaux.

                Mais quand je vois que certains n’envisagent l’action syndicale que comme une résistance (en jouant sur les mots resistance contre collaboration histoire de se ranger dans le camp des gentils) je me dit que ce n’est pas demain la veille qu’on pourra travailler correctement.


              • (---.---.120.110) 22 mars 2006 19:18

                .Le problème actuel de la société française est qu’elle est figée et sclérosée, contrôlée et verrouillée par une oligarchie et une bureaucratie, dont beaucoup n’ont pour idéal que de faire partie.

                La différence entre le patron aux stock options et le jeune CPE n’est pas choquante si le jeune CPE peut devenir un jour patron ou faire fortune indépendamment. Il en existe nombre d’exemples en Angleterre, aux USA, en Chine, aux Indes etc...Assez peu en France, en tous cas, on ne les met guère en relief.

                Et il est vrai qu’ils ne défilent pas..donc on ne peut pas les compter.

                Cela dit, d’accord avec l’auteur de l’article. Ces guerres de chiffres sont lassantes et décrédibilisent les deux parties.


              • Al-Capone (---.---.191.137) 24 mars 2006 11:14

                @ PJ-BR

                Enfin des propos « raisonnable ». Je suis tout a fait d’accord avec vous. Je n’ai que trente ans, ert cela fait trente ans que je vois politiques, syndicats, etc..., se taper dessus avant meme d’avoir prononcer un mot.

                Je trouve deseperant d’entendre resistance, opposition, blocus, occupation. etc... des politiques qui ne font que de la demagogie, sans ideologie, juste pour posseder un pouvoir ephemere...

                Je trouve que trop de personnes « engager » s’autoproclame representatif du peuple...

                Je deteste les sondages quotidiens auxquel je ne suis jamais invité a participé, et donc finalement auxquel je n’accorde aucun credit..

                Je suis sideré que depuis 68, personnes ne sachent encore compter le nombre de manifestants, que les slogans de ces manifestations soient toujours les memes...

                En bref, je le sentiment de vivre dans une société rester bloquer depuis 68, centrer sur elle meme, oubliant que nous sommes qu’un peu plus de 60 millions a travers le monde...a peine 1% de la population mondiale...

                Le coq nous vas si bien ;)


              • Yla (---.---.231.70) 29 mars 2006 00:47

                Juste une précision. Le sentiment de mobilité sociale est bien plus fort aux Us qu’en France mais dans les chiffres, la mobilité sociale est aussi faible en France qu’aux States. En d’autres termes on a autant de chance de se sortir du bourbier dans notre pays qu’ailleurs.


              • Loïc (---.---.152.83) 22 mars 2006 10:42

                Demander l’arbitrage des médias pour le comptage des manifestants ne me parâit pas sérieux. Il faudrait pour cela, que les médias fassent preuve d’intégrité, ce qui n’est pas vérifié. Cet article est plutôt convenu. Et puis finalement, la question est secondaire, je croyais naïvement que le pouvoir législatif appartenait aux législateurs. A moins qu’il se soit produit un changement de régime. Enfin, les sondages ne me paraissent pas très fiables.


                • PBi (---.---.118.225) 22 mars 2006 11:05

                  A Loïc, En démocratie,la première mission des médias me semble être de rapporter les faits avec exactitude. A mon avis, il n’est pas satisfaisant que la plupart d’entre eux se résignent à de telles contradictions de chiffres sans chercher à fournir à leurs lecteurs une approche plus objective. Essayer de comprendre l’état réel de l’opinion me parait pour les gouvernants et le public un élément normal du débat démocratique. Cela ne change rien au fait, j’en suis bien d’accord, que la responsabilité de faire la loi appartient au Parlement et qu’une loi votée doit être appliquée tant qu’elle n’est pas abrogée. Réflexion sans doute également « convenue »...


                  • Joker (---.---.102.20) 22 mars 2006 15:35

                    Afin d’en avoir le coeur net, sur ces estimations partisanes, un groupe de statistitiens, on réalisé une expérience l’an passé, sur divers manifestations . Diffusé sur Arte l’an passé...

                    Le principe était de placer des caméras dans une rue (sans en avertir les organisateurs bien sur), et de filmer le passage du cortège..

                    Ensuite il on demandé à des étudiants, isolés les uns des autres, de compter avec des compteurs manuels, en repassant la bande au ralenti avec un grille virtuelle au dessus.

                    L’ensemble des résultats a été compilé et lissé aux normes statistiques. et comparé aux estimations officille (syndicats et police ) donné le soir...

                    Résultats éloquents :

                    Les chiffres issu du décompte (donc quasi parfait) se sont révélé toujours pptrès proches (mais en dessous) des chiffres des organisateurs. Donc bien loin des chiffre des la police.. ; Donc on peut en conclure qu’entre : la mauvaise fois politique du Ministère de l’intérieur qui a intérêt à baissr la valeur de toute contestation (qu’importe le parti au pouvoir !)..car Les ministres de l’interieurs de gauche comme de droite ont apparemment les même ’déviances mathématiques’. et disons l’interêt syndicaliste et partisan des organisateurs à gonfler un peu les chiffres histoire de faire croire que le grand soir arrive... il faut admettre que ces derniers sont les plus fair play et les plus honnête dans leur estimations... donc aujourdh’ui nous avons donc : réel : 1000 police : 300 syndicat 1500

                    Donc soit la police retourne en classe de match, et donne des chiffres plus sérieux, disons pour se situé à l’oppposé exact de organisateurs, vis a vis des valeurs scientifiques...et accepter donc que il y beaucoup de gens dans la rue...mais rester crédible exemple : réel : 1000 police : 500 (raisonnable) syndictas : 1500

                    Soit les syndicaux peuvent se permettre de gonfler leur chiffre encore un peu plus, pour atteindre l’opposé de ceux de la police, mais en restant dans la marge scientique. au risque de provoquer des infarctus aux plus anciens révolutionnaires existants croyant le grand jour arrivé ! exemple : réel : 1000 police : 300 (têtus) syndicats : 1700

                    à vos calculettes et vos magnétoscopes, pour la grand journée de 28 mars !!

                    joker


                    • tatiana (---.---.0.86) 22 mars 2006 15:44

                      C’est une question que je me suis aussi posée et j’aimerais connaître la réponse, car il se peut que la vérité soit plutôt du côté des estimations officielles. Ceci expliquerait la prise de position de Dominique de Villepin, qui comme chacun sait, est loin d’être un idiot...


                      • Christophe (---.---.58.18) 22 mars 2006 21:37

                        Comme il est possible que dans l’opinion publique le comptage officiel permettent d’expliquer que le premier ministre ne peut que tenir sa position. Tout peut s’expliquer subjectivement dans un sens comme dans l’autre.

                        La CGT a toujours surestimé le nombre de participants et les organes officiels les ont toujours sous-estimés.


                      • cbestern (---.---.12.203) 23 mars 2006 13:01

                        Plus les fonctionnaires feront grève longtemps, moins le déficit public se creuseras, il n’existe pas de chomage technique chez les fonctionnaires, il n’existe que la grève. le temps que les entreprises privé bosse et ne se mettent pas en grève, la france avance.

                        Chaque jour de grève est un jour ou il y as plus d’actif producteur que d’actif consomateur (donc tout bénèf pour les caisse de l’état)


                        • Manifestant (---.---.33.231) 23 mars 2006 18:21

                          Connaître le chiffre exact permettrait aussi de déterminer le nombre exact de personnes qui ne se sont pas déplacées et Villepin et ses collègues nous expliqueront ce qu’ils entendent puisqu’ils disent être prioritairement à leur écoute.


                          • Al-Capone (---.---.50.134) 24 mars 2006 07:28

                            Pour le pays des droits de l’homme, pays des lumieres, au modele sociale extraordinaire... voila bien une situation completement ridicule et inadmissible au XXIeme siecle.

                            A qui faire confiance ? je rejoins tout de meme la position de l’auteur, je ferais davantage confiance au service public.

                            Pourquoi le coq comme embleme en France ? C’est le seul oiseaux qui chante les pieds dans la m...

                            Qui se reconnait ?


                            • RAMSAY (---.---.119.216) 24 mars 2006 17:55

                              Beaucoup de circonspection dans cet article. Mais pourquoi pas ?

                              S’il est effectivement intéressant de connaître le poids réel d’une opinion qui se manifeste pour en mieux tenir compte et ainsi vérifier sa légitimité, il serait intéressant d’étendre la même démarche de méfiance aux résultats électoraux obtenus en France ces dernières années.

                              En effet, le système actuel actuellement en vigueur ne prend en compte que les suffrages dits « exprimés », c’est à dire excluant les abstentions (ce qui peut se discuter) mais aussi les votes blancs (ce qui est inacceptable).

                              Avec un tel système, on obtient ainsi l’élection de candidats totalisant des chiffres inférieurs à la majorité normalement requise.

                              Ces candidats reflètent-ils alors une majorité populaire susceptible de leur assurer la légitimité qu’impose le système républicain ?

                              Il est parfois permis d’en douter...

                              RAMSAY

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès