Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > A quoi servent les partis politiques ?

A quoi servent les partis politiques ?

Le PS et l’ex-UMP viennent de tenir leurs congrès et à entendre et lire les médias qui relayent complaisamment cet entre soi politique, on pourrait avoir l’impression que tout va bien ou que tout ira mieux demain dans notre pays.

Que représentent aujourd’hui les partis politiques ?

Pas grand-chose étant entendu qu’il ne faut pas confondre militants et sympathisants. Les premiers sont en chute libre dans les deux partis dits « de gouvernement », usés par les années de pouvoir, le non renouvellement des leaders et les promesses non tenues. Tout juste la moitié des militants de ces deux partis ont voté lors des congrès et les communicants ont tout de suite porté la bonne parole de la victoire des lignes majoritaires, de la confiance, voire du renouveau. Quant aux sympathisants, ils désertent de plus en plus les urnes, quand ils ne vont pas faire un tour ailleurs attirés par des promesses qui ne seront pas tenues non plus.

Le Président de la République lui-même a entretenu la confusion entre sa fonction au service de tous les français et les positions prises par le parti, pourtant à cent lieues de ses promesses de campagne : « Je salue l’esprit de responsabilité des militants. Nous sommes rassemblés pour réformer la France ».

Pas mieux du côté de l’ex-UMP, où le ripolinage du parti répond davantage à la volonté de mettre sous le tapis la poussière des affaires Bygmalion et autres et à mettre à nouveau sous immunité l’ex et sa cohorte de casseroles judicaires, que d’émettre la moindre proposition politique novatrice.

Au total, ce sont environ 170 000 adhérents, soit environ 50 à 60 % des adhérents de ces deux partis (ce qui en dit long sur les malaises internes à ces formations) qui se sont exprimés, de manière très cadrée, qui représenteraient l’opinion des Français.

L’article 4 de la constitution indique que « Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage ». Ce rôle qui leur est imparti n’est plus exercé, et les récents résultats de la participation aux élections, en chute libre, sont là pour prouver que les partis jouent désormais un rôle de repoussoir dans l’opinion publique.

D’où provient cette dérive ?

L’affaiblissement du politique est patent depuis que les nations se sont effacées devant l’Europe dont la responsabilité est mise en avant à chaque décision susceptible de froisser les nationaux. Je ne défends pas l’idée selon laquelle il ne faudrait pas coordonner, harmoniser les politiques nationales serait foncièrement mauvaise, mais force est de constater que les mesures sociales, fiscales ou celles relatives à la circulation des capitaux sont largement oubliées ou bien systématiquement alignées sur le moins-disant. Comment promettre que demain on rasera gratis comme l’a fait M. Hollande lors de son discours du Bourget, quand on sait qu’on ne pourra pas tenir ses promesses ?

Seuls le libéralisme, la mondialisation, l’affairisme financier et la pression sociale ont droit de cité et les partis dits de gauche s’enfoncent lentement mais sûrement vers le magma centriste-libéral. La droite, symbolisée par l’ex-UMP, placée devant la même équation glisse peu à peu vers le populisme d’extrême droite à défaut de pouvoir s’opposer à l’hydre supra national.

Il faut voir comment la pensée unique européenne dirige aujourd’hui cet espace, au point que ses représentants foulent à leurs pieds les décisions démocratiques des pays (cf la Grèce, aujourd’hui, l’Espagne demain ?) renforcés par leur précédent du traité européen mis au suffrage en 2005. Dehors les peuples ! La gouvernance mondiale est à l’œuvre, elle n’est pas démocratique, juste fondé sur des escroqueries programmatiques présentées par les partis politiques lors des élections et passées à la broyeuse juste après.

Quel est donc le rôle des partis politiques ?

Si on comprend bien qu’ils ne servent pas à grand-chose compte tenu d’une gouvernance effective non élue qui préside à nos destinées en privatisant les profits et en socialisant les pertes, les partis ne peuvent plus être dans la proposition, mais dans le suivisme.

S’ils ne servent plus à grand-chose, sinon à expliquer l’inexplicable en proclamant que demain tout ira mieux, ne négligeons pas toutefois les avantages qu’ils retirent de leur position, outre les financements publics payés par nos impôts.

 Entrer dans un parti lorsqu’on est jeune, brillant et une étiquette « ENA » sur le front et le carnet d’adresse qui va avec peut déboucher sur une brillante carrière. J’utilise sciemment le terme de carrière puisque tout est organisé pour ne pas laisser tomber un membre de ces coteries, et même lorsque l’un d’entre eux aura trop tapé dans la caisse ou magouillé lors des élections, on pourra toujours compter sur la faconde des avocats voire de la complaisance de la justice pour éviter au délinquant d’avoir à quitter la carrière prématurément. Le cumul des mandats organisé par les bénéficiaires eux-mêmes procède de cette idée de carrière entre les collectivités locales, l’Assemblée Nationale, jusqu’à la scandaleuse maison de retraite qu’est le Sénat. Au besoin, une nomination au tour extérieur pour la Chambre des Comptes ou les corps d’inspection de l’administration permettra à son bénéficiaire de bien vivre ;

Les étiquettes « ENA, HEC, Polytechnique, et autres » ne préparent pas par ailleurs à la contestation mais plutôt au conformisme, si utile lorsque leurs titulaires voudront répondre aux sirènes du privé.

Pour les moins bien lotis en matière de diplômes, être dans un parti peut signifier pouvoir également faire carrière dans l’assistanat parlementaire, dans les cabinets des collectivités locales ou servir de sésame pour trouver un poste dans des entreprises qui travaillent avec l’administration. « Le réseau », là également est mortifère et débouche sur des compromissions et dépenses inconsidérées de l’Etat ou des collectivités locales.

Les partis sont de fait devenus une sorte de pôle emploi pour ses membres, mais pas avec les mêmes règles que celles appliquées aux salariés ordinaires…

Enfin les partis servent à tenir le terrain, et là ce sont les petites mains bénévoles qui sont à l’œuvre au service des grands hommes de gauche ou de droite et de leur idéologie unique. Inutile de dire que la conviction tend à s’émousser et les visites de cages d’escalier les distributions de tracts dans les boîtes à lettres diminuent avec le temps au bénéfice des « réseaux sociaux » qui compensent si bien l’absence de présence physique et de débats contradictoires dans les salles d’écoles. 

 

Voilà ce que sont devenus les partis aujourd’hui : des machines à compromis à défaut de porter des propositions réalistes et surtout tenables, des castes qui protègent leurs membres, à défaut de s’occuper des plus faibles, des communicants à défaut d’écouter la parole citoyenne.

Autant dire que nous ne nous préparons pas des lendemains qui chantent, et ce n’est pas le vote obligatoire qui règlera le problème de l’abstention.


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Daniel Roux Daniel Roux 8 juin 2015 12:02

    Sarko l’embrouille a son bac et ne peut prouver qu’un master de droit.

    Il vaut mieux que la politique soit décidée par des personnes éduquées et informées que par « Gribouille le démago », non ?

    Qui a dit qu’il assumait toute la responsabilité de sa politique sans préciser qu’il n’aurait rien à justifier et qu’aucune sanction ne pourrait lui être appliquée concernant l’exercice de sa fonction ?

    Sarko l’embrouille profitant des lois protectrices votées pour Chirac l’arnaqueur.

    Pour répondre à la question de l’auteur, les partis politiques servent à monopoliser la sélection entre soi des personnels politiques et leur désignation aux plus hauts postes de décisions.

    Une personne honnêtes et bien décidée à servir au mieux sont pays n’a aucune chance de passer le plafond de verre de la corruption et des magouilles. C’est à cela que sert le système de cooptation et de parrainage des partis.

     


    • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:32

      @Daniel Roux
      « Éduquées et informées » ne veut pas dire forcément intelligentes et l’arrivisme peut également servir de viatique en politique.


    • Fergus Fergus 8 juin 2015 18:33

      Bonjour, Daniel Roux

      Ce ne sont pas les partis politiques qui posent problème, mais la manière dont ils sont dirigés.

      Qu’il s’agisse de républiques ou de monarchies parlementaires, tous les pays démocratiques fonctionnent sur un système partisan, et cela des siècles ! Et il n’existe aucun moyen de sortir de cette réalité.

      Ce n’est pas une tare, loin de là. A nous, électeurs, de prendre enfin conscience collectivement de la nécessité de virer les partis qui ont failli depuis si longtemps. Il existe des alternatives dans tous les scrutins !


    • boris boris 8 juin 2015 19:54
      A quoi servent les partis politiques ?

      A rien mon bon Monsieur !


    • Fergus Fergus 8 juin 2015 21:37

      Bonsoir, boris

      Dans ce cas, dissolvons les partis, dissolvons la démocratie, dissolvons les régimes politiques, et pour finir dissolvons les peuples !


    • Daniel Roux Daniel Roux 9 juin 2015 13:12

      @Fergus

      Bonjour Fergus,

      Les partis reçoivent de l’argent public mais ne rendent aucun compte de son emploi. Pour qu’une démocratie fonctionne, les partis doivent respecter ses règles et non pas se comporter en forteresse de la corruption, de la triche et du mensonge.

      Sarko n’aurait jamais dû arrivé si haut. Le fait qu’il y soit parvenu, à coup de mensonges, de démagogie, de menaces, est le signe même de l’échec des partis politique.


    • Fergus Fergus 9 juin 2015 17:41

      Bonjour, Daniel Roux

      Ce n’est pas une question de parti, dans beaucoup de pays nordiques, ils fonctionnent de manière satisfaisante. C’est une question interne à la politique française qui doit évidemment évoluer.


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 juin 2015 10:51

      @Michel DROUET

      MR le directeur vous avez travaillé AVEC eux vous connaissez bien leurs magouilles

      nous en avons dix fois trop et bientôt 100 FOIS TROP BIENTOT 6500000 ELUS PLUS ON REDUIT LE MILLE FEUILLES PLUS IL Y EN A....... DES ELUS BIEN SUR !!!!!!!!!!

      COMME LES DIRECTEURS MOINS IL Y A DE BOULOT PLUS ILS SONT  !!! BIENTOT UN CADRE POUR 2 SALARIES SUPERVISEURS PLANIFICATEURS ADEPTES DE LA VIDEOCONFERENCE OU ILS PASSENT LA MOITIE DE LEURS JOURNEES


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 12 juin 2015 10:58

      @Michel DROUET

      MR LE DIRECTEUR VOUS CONNAISSEZ BIEN LEURS MAGOUILLES §§§§

      plus on reduit le mille feuilles administratif plus il y en a comme les directeurs qui passent leurs journées en vidéoconférences !!!!!!!

      BIENTOT UN ELU ET UN CADRE POUR 2 SALARIES  BIENTOT
      6500000 ELUS ET DIRECTEURS !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 15 juin 2015 03:20

      Bonjour Fergus


      Dans une vraie démocrati,e le rôle des partis est bien différent.... Il faudrait le dire pour ne pas aggraver la confusios



      Pierre JC

    • Daniel Roux Daniel Roux 8 juin 2015 12:03

      ..... Et à capter la manne financière de l’argent public déversée sans compter sur les partis et les politiques.


      • totor101 totor101 8 juin 2015 12:10

        les « con-grés » politiques me font rire aux éclats !
        N’avez vous pas compris que pour tous les partis :
        Article 1 :
        le chef a toujours raison !
        Article 2
        Même quand le chef à tort c’est l’article 1 qui s’applique .....

        Voyez vous des militants démolir ceux qui se sont imposés à leur tête ?


        • Spider 8 juin 2015 13:18

          Les partis politiques sont une machine à corrompre et ne servent qu’à remplir leurs caisses et les poches des élus.


          • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:11

            @Spider
            Pour être corrompu, il faut également un corrupteur : les lobbies de tous poil sont là en embuscade pour faire avaler aux élus toutes les couleuvres nécessaires.


          • Fergus Fergus 8 juin 2015 18:35

            Bonjour, Spider

            D’où la nécessité de virer les « corrompus ». Mais qu’on le veuille ou non, il faudra toujours faire confiance à un parti politique : il n’existe pas d’alternative !


          • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 19:20

            @Fergus
            Bonjour Fergus
            « There is no alternative » autrement dit TINA, le slogan de Tatcher que l’on nous ressasse à propos de tout et en particulier de la marche forcée vers l’Europe, même si les peuples désavouent le traité européen.


          • Fergus Fergus 8 juin 2015 21:43

            @ Michel DROUET

            Rien à voir : TINA se rapporte à l’économie, et l’on sait qu’il existe des alternatives.

            Ce n’est pas le cas avec les partis : en admettant que l’on puisse dissoudre tous les partis pour essayer de trouver autre chose pour les remplacer, que se passera-t-il ? Des hommes auront une vision commune sur ce qu’il convient de faire, et pour faire triompher leurs idées, ils se grouperont et formeront un... parti, même si celui-ci prend, dans un premier temps, un nom différent.

            Il en a toujours été ainsi dans l’Histoire !


          • Spider 9 juin 2015 04:01

            @Michel DROUET

            Si les élus sont si bêtes que çà, déjà ils devraient avoir l’honnêteté de ne pas se présenter à un poste d’élu s’ils n’en ont pas les compétences .. on en revient au problème des compétences des élus et de leur non volonté de s’informer et de se former .. Quand on voit le profil de certains membres du gouvernement ou d’élus sans aucune compétence hormis celle à répéter comme des perroquets le discours des partis, cela fait plutôt froid dans le dos .. pas étonnant que la France soit dans un tel marasme.


          • straine straine 8 juin 2015 13:28

            « A quoi servent les partis politiques ? »
            ////////////////////////////////////
            À dédouaner l’élu ! CQFD


            • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:12

              @straine
              Et à le protéger lorsqu’il franchit la ligne jaune


            • Gieller Gieller 8 juin 2015 13:48

              Je crois qu’il n’y a plus de solution en passant par du suffrage...
              Les bulletins blancs et nuls ne sont pas comptabilisés, les abstentionnistes ne comptent pas non plus et encore une majorité des gens qui votent le font pour des noms connus vus à la télé...
              La preuve, un nombre non négligeable veulent encore voter NS et le reste est prêt à voter Valls ou Juppé... C’est dire le niveau !

              A mon avis tant qu’il n’y aura pas un gros choc imposant une sixième avec une réforme de la constitution pour changer de système rien de bon ne pourra sortir du système actuel...
              Politicien de métier de père en fils au service de l’oligarchie internationale et de l’Europe étasunienne...


              • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:14

                @Gieller
                Le « nombre non négligeable » a tendance à diminuer scrutin après scrutin et bientôt ce nombre sera minoritaire.


              • Fergus Fergus 8 juin 2015 18:41

                Bonjour, Michel DROUET

                Un « nombre non négligeable » qui atteindra sans doute encore au moins 70 % (hypothèse basse) à la présidentielle de 2017, j’en prends le pari.

                Un mot sur votre article. Vous écrivez « les partis jouent désormais un rôle de repoussoir dans l’opinion publique » et c’est à mon avis une erreur d’interprétation : ce sont les caciques de ces partis qui, par leurs promesses non tenues, par leur carriérisme forcené, par l’incurie de leur action, les rendent repoussants aux yeux des électeurs. C’est une question d’hommes et de femmes, en aucun cas une question de partis !


              • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 19:17

                @Fergus
                Bonjour Fergus
                Aux présidentielles, ce n’est pas impossible, mais lorsqu’on s’intéresse aux élections locales nous sommes plus près de la ligne des 50%.
                Ce sont tout de mêmes les membres de ces partis qui les conduisent à ce qu’ils sont aujourd’hui, à savoir des organisations hors sol.
                Aujourd’hui, je ne distingue plus les uns des autres.


              • Fergus Fergus 8 juin 2015 21:44

                @ Michel DROUET

                Voilà un point sur lequel nous sommes d’accord concernant les grands partis dits « de gouvernement » et leurs supplétifs.


              • bernard29 bernard29 8 juin 2015 23:33

                @Gieller

                le problème c’est que pour obtenir la sixième république, il faut prendre le pouvoir. Et donc créer un mouvement qui va porter cette revendication, et de fait c’est un parti.

                Et un parti avec suffisamment de militants pour convaincre suffisamment d’électeurs, afin d’ avoir le pouvoir de convoquer une constituante. 

                Donc un parti est nécessaire. Appelez cela « mouvement » ou « association politique » qui se présentera aux élections pour peser, ça ne mange pas de pain, il s’agira d’un parti. Mais il serait dommageable pour la revendication d’une démocratie nouvelle de créer un parti sur le même modèle que ceux existants. 


              • Fergus Fergus 9 juin 2015 08:14

                Bonjour, bernard29

                « donc créer un mouvement qui va porter cette revendication, et de fait c’est un parti. »

                Exactement, c’est ce que je me tue à dire. Ne pas confondre les partis et les hommes qui les composent !


              • L'enfoiré L’enfoiré 8 juin 2015 15:13

                « Voilà ce que sont devenus les partis aujourd’hui : des machines à compromis »


                Pour moi qui ai écrit « Au diable les partis » je n’ai pas de problèmes pour le confirmer.
                Mais pas pour cette raison. Pour la raison que je me sentirais très vite à l’étroit dans n’importe quel parti.
                Et cela, qu’ils aient des « propositions réalistes et surtout tenables », comme vous dites.
                Vous êtes beaucoup plus politisés chez vous en France, parce que vous dansez une fois sur un pied, une fois sur un autre.

                « des castes qui protègent leurs membres »
                Evidemment. Chacun de ses membres espère y être vu pour gagner en célébrité et se retrouver un jour sur une photo dans les médias ou sur un plateau de télé..

                « s’occuper des plus faibles, des communicants à défaut d’écouter la parole citoyenne. »
                Quel plus faibles ? Quels communicants ? Quelle parole citoyenne ?
                Celle qui correspond à celui qui va remplir son porte-monnaie et son porte-feuille toujours au dépend d’un autre.
                C’est ça faire partie d’un parti.
                Désolé de vous l’apprendre. smiley 


                • L'enfoiré L’enfoiré 8 juin 2015 15:19

                  Comme on dit chez nous, les partis, c’est comme des « brols » qui lavent plus blanc que blanc comme disait Coluche, ou qui tentent de le faire.

                  Depuis qu’il y a le parti Républicain et que de l’autre côté, on ne veut pas encore parler du parti « Démocrate », il y a des questions qui se posent.
                  Ce que les Américains ont de bon, c’est qu’ils sont pragmatiques et qu’ils appellent un chat, « un chat »... 
                  Le social, tout le monde en fait pour rassembler des voix.
                  Regardez ce qui s’est passer en Turquie, pour changer....


                • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:16

                  @L’enfoiré
                  Vous ne m’apprenez rien : je n’ai jamais voulu adhérer à un parti pour toutes ces raisons.


                • L'enfoiré L’enfoiré 8 juin 2015 19:21

                  @Michel DROUET,


                   Nous serons donc sur le même banc à compter les points smiley

                • bernard29 bernard29 8 juin 2015 16:23

                  A quoi servent les partis politiques ?

                  à prendre un pouvoir et à le conserver. 

                  Ce qui fait que si quelqu’un veut modifier l’organisation des pouvoirs, il doit créer un parti afin d’en avoir la capacité. 


                  • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:18

                    @bernard29
                    C’est l’histoire du serpent qui se mort la queue : voyez ce qu’est devenu le FN, un parti ordinaire avec ses petites magouilles et en plus ses histoires de famille.


                  • Fergus Fergus 8 juin 2015 18:45

                    @ Michel DROUET

                    Un serpent qui se mord la queue, mais il en a toujours été ainsi : les partis ont toujours été créés sur un idéal et des valeurs politiques. Après quoi, la plupart sont dévoyés par les hommes. A des degrés très divers dans le temps et dans l’espace.


                  • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 19:13

                    @Fergus
                    Oui Fergus, au début, tout va bien, c’est après que cela se gâte.


                  • Fergus Fergus 8 juin 2015 21:47

                    @ Michel DROUET

                    « c’est après que cela se gâte » Eh oui ! Mais dans des proportions très différentes, notamment entre l’Europe du nord et l’Europe du sud. Comparé à ce qui se passe chez nous, les partis scandinaves sont exemplaires !


                  • bernard29 bernard29 8 juin 2015 23:51

                    @Michel DROUET

                    ben oui après ça se gâte, parce qu’il s’agit alors de conserver le pouvoir. Et les partis utilisent alors toutes les ficelles des règles en vigueur, ou leur absence, pour conserver leurs pouvoirs et en abuser. Si les partis actuels nous semblent si décadents c’est parce que nos règles démocratiques sont décadentes.

                    la question des partis de fait n’est pas importante ou primordiale parce que ce n’est qu’une des conséquences de notre système démocratique défaillant. C’est pour cela qu’une rénovation démocratique radicale est plus qu’urgente.

                    Ce devrait être le combat prioritaire des démocrates et en particulier des électeurs déçus et qui s’abstiennent. La question est comment les regrouper et donc comment former ce mouvement.

                    UN PARTI ?? bonne question !!


                  • breton44 8 juin 2015 17:40

                    a vous faire des tas de promesses en sachant tres bien qu’ils ne pourront pas les tenir en un mot de l’esbrouffe. voir sarkozy (qui ose encore se prendre pour dieu le pere ) et hollande qui rame comme il peut pour essayer de sauver ce qu’il reste .pauvre france on est mal barre


                    • troletbuse troletbuse 8 juin 2015 18:07

                      Les partis servent à des personnes feignasses et incapables de vivre grassement aux dépens des français. Dans le gouvernement actuel, je crois qu’il n’y a qu’un seul ministre qui a travaillé, tous les autres étant des saprophytes, donc improductifs.


                      • Michel DROUET Michel DROUET 8 juin 2015 18:20

                        @troletbuse
                        Feignasses ? non, à part quelques profiteurs qui roupillent en assemblée et qui se distinguent par leurs absences aux débats.
                        Incapables de vivre grassement aux dépens des français ? Non, je crois qu’ils nous prouvent régulièrement le contraire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès