Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > À trop charger la mule ...

À trop charger la mule ...

Segpa ...possible ! 

N'en jetez plus, la coupe est pleine !

images.jpeg

Je ne vous parlais plus de ma fameuse classe de quatrième. La justice étant passée par là, nous avons beaucoup travaillé avec les élèves pour leur faire comprendre la dimension de leurs actes et la nécessité de travailler un tant soit peu. Petit à petit, depuis ce début janvier délirant (sept gardes à vue sur quatorze élèves) les choses rentraient progressivement dans un ordre supportable, à défaut d'être acceptable.

C'était sans compter sur la logique administrative, le respect absurde d'une obligation de scolarité qui semble ne plus avoir de sens pour certains. Demain, à la demande d'une administration bien à l'abri dans ses murs si loin du terrain, nous allons recevoir trois nouveaux élèves ; l'inspection académique ayant horreur du vide !

Qu'importe la lettre des fédérations de parents d''élèves souhaitant un moratoire afin qu'élèves et enseignants disposent de temps pour reprendre pied ; qu'importe la fragilité de gamins qui demeurent vulnérables et bien abimés par trois années délicates ; qu'importe encore la santé des gens ayant à s'occuper au quotidien de cette classe : la logique administrative passe là où la raison trépasse !

L'équilibre fragile, les travaux entrepris, les projets qui commencent à poindre vont subir un cataclysme imbécile, un coup de poignard dans le dos donné par des gens qui n'ont sans doute que mépris et indifférence pour nous autres. Demain, trois nouveaux élèves vont remplacer les héros malheureux du drame précédent.

Les scénaristes académiques nous ont concocté une farce comme seuls des esprits retors et pervers auraient pu l'imaginer. Nos trois lascars, trois garçons pour satisfaire sans doute aux règles de la parité, sont de solides clients des instances disciplinaires. Ils arrivent tous trois après un conseil de discipline, le même jour, dans cette classe précisément.

Si ce n'était pas criminel, ce serait parfaitement imbécile ! Mais nous n'avons rien à dire, même pas à savoir le parcours de ces experts du désordre, du dysfonctionnement et de la mise en échec de l'institution. C'est par quelques indiscrétions, quelques regroupements ici ou là, que nous découvrons une petite partie de la face cachée de leur curriculum vitae.

Nous y trouvons des mesures judiciaires, des dossiers qui sont en attente de solutions de placement dans des structures tellement engorgées, que l'espoir de les y voir partir est vain.

JPEG

Nous comprenons encore que ces trois charmants élèves ont déjà épuisé trois ou quatre collèges chacun. Ce sont des vieux routiers de la dernière chance : ils savent parfaitement qu'elle n'existe pas et que, tant qu'ils n'auront pas seize ans, ils peuvent pourrir la vie des autres sans que rien de très sérieux ne leur arrive.

Ils vont arriver, auréolés de leurs magnifiques parcours, forts de la certitude, forgée au fil de leurs exploits, qu'ils détiennent le pouvoir de nuisance contre lequel, nous sommes totalement impuissants. Ils vont arriver sans matériel scolaire, comme des cheveux sur la soupe, désagrégeant tout ce qui a été entrepris.

Pire même, ils vont arriver juste la semaine où sera inspectée une jeune collègue qui n'a rien fait pour mériter cette monstruosité. Mais cela ne rentre pas en ligne de compte dans une administration dépassée par ses troupes, incapable d'assumer la réalité des incivilités, démunie pour inverser un phénomène qui ne cesse de prendre de l'ampleur et qu'on cache simplement par des consignes de réduction drastique des fameux conseils de discipline.

Pourtant, il y en a bien eu au moins trois dans trois autres établissements et c'est notre pauvre mule qu'on charge ainsi, elle qui ployait déjà sous un bât considérable ! Je devrais me taire ; je n'en peux plus de ces absurdités, de ces conditions de travail qui deviennent tout bonnement de « la souffrance au travail ». Mais surtout, silence dans les rangs : ceux qui sont en première ligne ont de tout temps été les sacrifiés.

Je craignais de n'avoir plus rien à vous narrer ; l'inspecteur d'académie ou ses services si diligents viennent à mon secours. Je dois les en remercier chaleureusement tout en leur exprimant une gratitude nécessairement profonde et naturellement respectueuse.

Hypocritement leur.

images-2.jpeg


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • oncle archibald 12 mars 2014 11:10

    « Nous comprenons encore que ces trois charmants élèves ont déjà épuisé trois ou quatre collèges chacun. Ce sont des vieux routiers de la dernière chance ... »

    Même au lycée Pierre de Fermat à Toulouse, établissement très coté, et il y a à peine un peu moins de soixante ans il arrivait, en début d’année certes, des « petits nouveaux », très habitués aux changements d’établissement. 

    Et je me souviens de la réflexion d’un prof examinant le CV de chacun d’entre nous pour faire connaissance en début d’année : « ah ! Vous êtes du circuit » .... Car même dans ces temps préhistoriques il y avait des élèves qui n’étaient plus supportés par leurs établissements et tournaient inlassablement de Lycée en Lycée chaque année. 

    Grosse différence : la cause n’était pas essentiellement l’indiscipline mais plutôt un refus de scolarisation, une inadéquation entre la condition de potache et leurs aspirations, voire tout simplement une fainéantise chronique. Les cancres de service en quelque sorte, mais pas spécialement méchants ni malfaisants. 

    Et il ne me vient même pas à l’idée que l’on aurait pu être un « malfaisant » dans cet établissement bien lissé et policé. Il me semble que le cas échéant on aurait jeté le fauteur de troubles dans un cul de basse fosse avec les fers aux pieds !

    • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 12:48

      Mon oncle


      Pour ceux-là il n’y a pas de réponse actuellement
      La scolarisation obligatoire leur donne ce pouvoir de nuisance dont ils usent avec tant de talent
      C’est le seul qu’ils démontrent à l’école mais reconnaissons leur l’expertise en ce domaine.

      Que faire ? Vaste question qui nous dépasse nous qui devons supporter.
      Mais que dire des bons élèves qui subissent ? Au nom de quoi ont-ils à porter un tel fardeau ?

    • Dwaabala Dwaabala 12 mars 2014 13:22

      Nabum
      Ma compagne a pratiqué la segpa. Elle complète de vive voix le tableau que je viens de lui lire.


      • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 13:40

        Dwaabala


        Merci 

        Voilà ce que m’a écrit la jeune collègue qui va être inspectée dans cet enfer vendredi : 

        Merci... Je ne dors plus et me rends malade... Tout cela pour m’entendre probablement dire que je ne suis pas à la hauteur et que je ne remplis pas les critères... 
        Alors, moi aussi, on me déplacera... mais pas aussi loin que souhaité... 
        J’ai mal à l’école, depuis ce début de semaine plus encore qu’avant...


      • Prudence Gayant Prudence Gayant 12 mars 2014 13:32

        Les condoléances sont de mises ?

        Plaisanterie douteuse j’avoue mise à part, j’ai beaucoup de mal à accepter ce genre de choses.
        En fait vous êtes véritablement la poubelle de l’éducation nationale. Personne ne veut de ce genre d’élèves, il n’y a qu’à les coller en segpa. Elle doit tabler sur le fait que vous êtes aguerris à ce genre d’individus inclassables normalement.
        Comment vos élèves, ces charmants enfants accueillent-ils la venue de petits nouveaux ?

        • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 13:42

          Prudence


          Je sors épuisé de ma première matiniée avec la « nouvelle » classe.
          ce sont les anciens qui ont mis le feu, existés qu’ils étaient par les nouveaux venus.

          Les trublions font la loi. Ils tournent de collège en collège au nom d’une illusoire obligation scolaire. Ils gagnent car c’est eux qui disposent du pouvoir de nuisance et nous de celui de nous taire

        • passtavie passtavie 12 mars 2014 21:10

          Ces élèves ont besoins d’un bon coup de pied au cul... Des éducateurs tout terrain, l’armée ne veut pas s’en charger smiley ? Je plaisante... Pourtant il faudra bien s’en occuper de ces jeunes, avant qu’ils ne soient lâchés dans la nature à faire n’importe quoi. Des structures adaptés ?


        • Prudence Gayant Prudence Gayant 12 mars 2014 13:46

          Aucune possibilité d’adresser une petite bafouille à votre député ? Qu’il justifie ses défraiements publics ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 17:00

            Prudence


            Les députés dans mon département sont clairement des ennemis de classe.

            Tout pour le privé

          • Prudence Gayant Prudence Gayant 12 mars 2014 19:53

            Quelle est la prochaine étape ?

            Le suicide d’un professeur pour que l’administration parle des segpa ?

          • C'est Nabum C’est Nabum 13 mars 2014 06:16

            Prudence


            Ce ne sera pas mon cas ! 

            Il faut savoir se protéger en ayant une utre passion

          • Richard Schneider Richard Schneider 12 mars 2014 16:07

            Bonjour Nabum,

            Ça va de mal en pis. Et, j’ai l’impression que vous venez d’atteindre le point de non-retour. Dire qu’il y a des gens qui pensent que les profs ne foutent rien !
            Comme j’ai déjà l’écrit dans un commentaire, nos autorités se f… pas mal des conséquences des décisions qu’elles prennent, bien au chaud dans un bureau, appliquant aveuglément des règlements absurdes - et tout cela au nom d’une idéologie incompréhensible : le noble principe d’égalité est entrain d’être totalement galvaudé pas le démagogique principe d’égalitarisme.
            Bon courage, quand même !
            RS

            • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 17:01

              Richard Schneider


              Je n’ai qu’une solution

              Que tout responsable dans la maison Éducation Nationale pesse une journée par semaine devant des élèves
              Du ministre au pricipal en passant par les inspecteurs et conseilleurs en bureau

            • Jean Keim Jean Keim 12 mars 2014 16:23

              Quelque chose m’échappe probablement mais si dans un établissement scolaire, il y a des trublions incontrôlables, pourquoi dans l’enceinte scolaire, ne pas les réunir ensemble dans une classe genre blockhaus en béton éventuellement tapissée de matelas avec porte et fenêtres blindées où ils passeront la journée scolaire républicaine et obligatoire, surveillés par des pions baraqués, sans pour autant perturber les autres élèves ?


              • C'est Nabum C’est Nabum 12 mars 2014 17:03

                Jean Keim


                Effectivement quelque chose vous échappe ! 

                Ce serait invivable

              • Jean Keim Jean Keim 12 mars 2014 19:03

                Nabum,

                Bien évidemment c’était un peu forcé comme solution mais que qq. éléments puissent gâter toute une collectivité sans espoir de mesures coercitives est inacceptable. Ils ne sont pas ni à leur place ni dans le bon circuit.

              • C'est Nabum C’est Nabum 13 mars 2014 06:18

                Jean Keim


                La réalité économique fait qu’il n’y ayra bientôt plus d’autre circuit qu’un collège unique poubelle.
                Ce sera la victoire des incivilités

              • marmor 12 mars 2014 17:32

                Nabum
                Lancez vous vite dans l’apprentissage des langues étrangères !
                Je vous garantis qu’une menace dans leur langue maternelle les calme in petto ! Allez savoir pourquoi.
                J’en ai fait l’experience avec les beurs ( je pratique un peu l’arabe ), mais j’ai aussi des moldaves, des serbes, des russophones, des tchetchenes, des roumains, des congolais, des somaliens, des afghans.... France, pays d’acceuil....


                • C'est Nabum C’est Nabum 13 mars 2014 06:19

                  marmor


                  Polyglote ?
                  J’aimerais tant qu’il maîtrise le français et non cette langue affreuse qu’ils vomissent

                • C'est Nabum C’est Nabum 13 mars 2014 06:22

                   joyeusetés


                  L’abandon des nouveaux parents est la raison des dégâts actuels

                  Ils ne disent jamais NON, ne fixent aucune limite, donnent toujours raison à leur cher petit et mettent systématiquement en cause les autres adultes

                  Sans un profond changement, enseigner deviendra impossible

                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 13 mars 2014 06:51

                  Mes pauvres collègues, à la retraite, je me sens pratiquement coupable de lâcheté par rapport à vous, en première ligne. La déresponsabilisation des familles serait institutionnelle, imputable à l’administration lamentable de notre pauvre France. Tout est fait pour anesthésier le ressenti de la population : le gardiennage des délinquants permet de ne pas les compter dans les chômeurs en escomptant que leurs méfaits à l’extérieur seront moins nombreux... le reste n’est que blabla !
                  « J’accuse » le fonctionnement politique qui laisse les exploiteurs du Merdef libres d’agir à leur guise !
                  « J’accuse » les politiques de profession, trop indulgents concernant leurs turpitudes, presque fiers de leur incapacité, de leur inertie, seulement parce qu’elle repose sur un socle constitutionnel !
                  « J’accuse » les hauts-fonctionnaires, caste dominante formée de courtisans carriéristes qui avaliseraient tous les oukases venus d’en haut et qui, au prétexte qu’ils doivent servir (comprenez « obéir aveuglément ») ont perdu, en contrepartie, la notion de bien public !
                  A Mayotte, avec l’effet loupe dû à la petitesse du territoire, si les nuisances de cette triade sont plus visibles, on réalise vite que le vice-recteur nommé n’était généralement que directeur de l’enseignement en métropole. Après ce temps d’épreuve, il bénéficiera à nouveau d’une promo au retour (s’il a été sage et madré). On comprend que dans ces conditions c’est surtout sa carrière qui est favorisée.
                  En ce moment, pour cause de républicanisme inconsidéré, les autorités font passer en force la lamentable et abusive réforme Peillon (« rat devant quitter le navire » pour les européennes) qui par un tour de passe-passe met la pression sur les mairies, (nos impôts) plutôt que de jouer sur le levier essentiel, les enseignants, les méthodes... Nos enfants ici auront donc à supporter la chaleur (alors qu’ils terminaient à midi ou un peu avant 5 jours par semaine), la boue ou la poussière suivant les saisons. L’indigente collation (sucres de Dubaï surtout pour la « pause méridienne ») à la charge des parents soumis, sera prise à proximité de wc puants souvent bouchés, dans des établissements non conformes à la législation (80 % ne répondent pas aux normes de sécurité !).
                  Si j’essaie de secouer le cocotier (messages aux merdias, page « Mayotte en Danger » sur facebook, blogs...), force est de constater que, concernant la France, la population amorphe n’est pas à même de contrarier les nuisances de la triade (« panem et circenses ») alors que la notion de « chose publique », de contre-pouvoir justifierait une insurrection légitime puisque la représentativité n’est qu’un leurre ! « Hollande, démission ! »  


                  • C'est Nabum C’est Nabum 13 mars 2014 12:29

                    Jean-François Dedieu


                    C’est si vrai que je me permets de diffuser

                  • Prudence Gayant Prudence Gayant 13 mars 2014 14:12

                    Jean-François Dedieu,

                    Mayotte ? la plupart des métros ne savent même pas que c’est un département français, alors le situer !
                    Que répondra t-on ? que Mayotte n’avait qu’à rester indépendante si cela ne lui plait guère.
                    Et puis une chose encore, pourquoi les métros donc les vrais Français paieraient-ils pour une île qui revient plus chère qu’elle ne rapporte ?
                    Souffrez mais en silence svp, non mais !
                    segpa drôle en France j’imagine à Mayotte.


                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 14 mars 2014 06:06

                    Prudence Gayant, je vous trouve aussi imprudente qu’impudente.
                    D’abord ce n’est pas parce que les métros ne connaissent pas la géographie que Mayotte, département français n’existe pas !
                    Ensuite vous vous permettez « ...Mayotte n’avait qu’à rester indépendante si cela ne lui plait guère..." Oseriez-vous, pour les anciennes colonies un « ... n’avaient qu’à rester françaises si cela ne leur plaît pas » ?
                    Pire, dans vos arguties aussi lapidaires que lamentables, vous devriez avoir honte d’émettre l’idée de « vrais Français » ! Quant à payer, que devraient dire la province et les miettes restantes d’un empire conquis, de ce que Paris et l’Ile-de-France ingurgitent comme moyens publics même si elles constituent notre premier pôle économique ! 
                    Quant à votre condescendant « non mais ! » il ne dénote que votre de votre dépit raciste et prétentieux.
                    Prudence Gayant, c’est vous qui feriez mieux de taire votre nature profonde ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires