Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Abstention conjoncturelle ou institutionnelle ?

Abstention conjoncturelle ou institutionnelle ?

Près de 40 % de français ne se sont pas déplacés dimanche pour élire leur député. Alors qu’on avait vanté, il y a un mois, l’esprit civique retrouvé, on redécouvre les travers français...

Un énorme taux d’abstention qui détonne face à la forte participation des élections présidentielles. On peut par conséquent émettre des doutes sur la valeur de ces élections. On ne peut se satisfaire de l’emporter quand si peu d’électeurs se sont sentis concernés. Bien sûr, l’UMP est parvenue à mieux mobiliser les électeurs (mais c’est souvent le cas) mais le temps est venu de réfléchir aux institutions de la Ve République. Et ceci peut être fait sous plusieurs angles !


Le premier est d’ordre conjoncturel. On peut en effet expliquer l’abstention par le fait que les élections législatives ont été dépréciées par les élections présidentielles qui la précédaient. Le spectre (exagéré ?) de la cohabitation pousse à la résignation voire au désintérêt les électeurs. C’est d’autant plus le cas que l’élection présidentielle avait suscité beaucoup d’espoir, que ce soit dans les rangs de la gauche ou dans les rangs de la droite. L’espoir est demeuré à droite. Il s’est envolé à gauche. Avec une campagne qui imposait un choix, non pas de programme, mais plus de valeurs à insuffler, l’attente était immense. Et l’on se rend compte ainsi que les élections législatives, censées donner une impulsion aux réformes, ont elles aussi été basées sur des préceptes moraux. Et dans cette affaire, c’est le débat et les propositions qui ont manqué. Ainsi, on peut affirmer dès lors que le placement des législatives après la présidentielle était une erreur car il a empêché la démocratie d’exister. Pas dans le sens où la victoire de l’UMP est discutable mais dans le sens où la confrontation d’idées a été amputée.


Voilà ce qu’il en est de l’aspect conjoncturel. Il est désormais nécessaire de s’intéresser à un problème de fond : celui des institutions. Nous avons basculé clairement dans un système purement présidentiel, alors que la Ve République était plutôt un système mixte. De Gaulle avait voulu renforcer le pouvoir du président mais n’avait pas pu trop diminuer le pouvoir de l’Assemblée nationale face aux réticences de ses députés. On est arrivé avec la juxtaposition du mandat des députés avec celui du président de la République à un bouleversement de la donne et cela a provoqué une incapacité de nos institutions à imposer une vision cohérente de l’opinion française. Il y aura certainement 80 % de députés de droite, le sénat lui aussi est à droite. Pourtant, 47 % de Français ont voté pour une candidate de gauche lors de l’élection présidentielle. Pire, du fait de cette représentativité imparfaite, comment peut-on accepter que le Parlement puisse voter des textes importants sans avoir recours au référendum, ce qui risque d’être le cas pour la nouveau traité constitutionnel européen ? L’injection d’une dose de proportionnelle à l’Assemblée est de plus en plus réclamée. Mais dans quelle proportion et avec quels risques ? Pourquoi alors ne pas porter les réformes sur un Sénat moribond, qui a une mauvaise image auprès des Français qui se demandent à quoi il sert. Pourquoi ne pas élire les sénateurs au suffrage universel direct et non pas indirect comme c’est la cas aujourd’hui, à la proportionnelle totale pour une durée de cinq ans, et ce, à mi-mandat des députés ? Cela aurait plusieurs avantages :


1) Redonner vie à cette chambre qu’est le Sénat ;
2) Injecter une dose de proportionnelle dans la vie politique française sans risquer l’instabilité propre à la IVe République ;
3) Permettre une consultation à mi-mandat des députés.
Mais ce n’est pas à l’ordre du jour...

http://societron.forumparfait.com/post450.html#450


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • judel.66 12 juin 2007 14:58

    felicitations frédo.45 pour cet article ...je serais curieux de savoir ce qu’en pense Tonton ...ce problème a deja été soulevé par Jim dans agora-vox du 30-5 .De Gaulle n’a pas reussi a rénover le senat ... arriverons nous a soulever cette montagne et a la réformer a la rp intégrale ,a réduire le nombre de ces tres tres tres chers sénateurs (un sénateur pour x electeurs) tout en conservant leurs pouvoirs actuels dont ces godillots se servent si peu .....allez Tonton a vous.. !!!!


    • Frédo45 Frédo45 13 juin 2007 11:44

      Réduire leur nombre n’est pas essentiel (ils sont déjà moins que les députés). par contre, réaffirmer leur rôle et changer leur mode de scrutin pour empêcher qu’elle soitle repère des perdants des législatives me semble nécessaire !


    • judel.66 12 juin 2007 15:11

      voir aussi agora-vox du 5/6 maj ou RP ,..allez Tonton une syntèse comme vous savez si bien le faire....


      • bernard29 candidat 007 12 juin 2007 16:07

        Vos réflexions arrivent trop tard. Maintenant nous sommes suspendus au bon vouloir du « cherprésident » Sarko.

        Si de gaulle avait proposé la réforme du Sénat par référendum, il y avait une raison ; c’est que la voie parlementaire est quasi impossible. Il faut l’axcceptation des partis, les 3/5 du congrés et le Sénat a un droit de véto sur les réformes institutionnelles. Vous voyez les sénateurs mettrent à mal leur statut d’hyper-privilégiés. Déjà le mandat unique pour les parlementaires ne passait pas avec le Sénat. Il aurait fallu un référendum.

        Ségolène et Bayrou n’ont pas assez faits , n’étaient pas clairs et volontaires sur les réformes institutionnrelles. maintenant c’est trop tard. Ils ne se sont pas entendus pour proposer les réformes pourtant nécessaires et urgentes. Il fallait gagner la présidentielle.

        le jeu est avec Sarkosi. La seule chose que vous pouvez espérer légalement est peut être une petite dose de proportionnelle, si sarko et la majorité présidentielle l’acceptent, à l’assemblée nationale pour les élections de 2012.


        • bernard29 candidat 007 12 juin 2007 16:37

          complément.

          je suis persuadé que le premier chantier que doit mettre en oeuvre « la gauche disons nouvelle » pour le futur est la mise en plat de notre système démocratique, mais dans la clarté et la détermination.

          la C6R avait fait un gros travail exploratoire mais il restait aussi dans un certain flottement et cela manquait de radicalité démocratique. (cumul des mandats et reconduction des mandats, statut du sénat, régime parlementaire ou primoninitériel...) . Puis ségo est venue par la dessus et le flou s’est amplifié. D’ailleurs tous les courants du PS n’avaient pas de positions communes. Mais au moins il avait accepté l’idée d’un référendum suivant l’article 11 de la constitution.


          • Frédo45 Frédo45 12 juin 2007 17:20

            Trop tardive ? Non, j’ai toujours pensé qu’il fallait rénover nos institutions. Je ne pense pas qu’il faille tout balayer mais des ajustements doivent être fait pour garantir une meilleure représentation du peuple. De plus, je ne pense pas que cet article aurait influencer les positions des différents partis politqiues s’il avait été diffusé avant les Présidentielles. Ce serait me donner trop d’importance. Il s’agit là juste d’une réflexion qui, je pense doit être menée...


            • moebius 12 juin 2007 23:53

              Ce sont les présidentielles qui sont de trop. Ce systeme politique ne correspond pas à l’idée que l’on peut se faire d’un systéme democratique moderne


              • moebius 13 juin 2007 00:08

                Il ne peut pas fonctionner de maniere efficace, il n’est pas adapté, son maintient ne peut se faire qu’au prix d’un abrutissement collectif et médiatique qui a ses limites. Sa rénovation necessaire ne peut etre cause ni du systéme au pouvoir ni de l’opposition quasi inexistante mais de « l’approfondissement » du divorce entre les citoyens et leurs « représentants ». Séparation que le systéme en place n’a pas comblé, on s’en apercevra bien vite.


              • Frédo45 Frédo45 13 juin 2007 11:41

                Assez d’accord avec cette dernière remarque ! Il y a aussi, il faut l’avouer, une terrible méprise entre ce que pensent savoir les représentants politiques et ce que vivent leurs concitoyens. Ajoutez à cela une certaine ignorance et une maléabilité grandissante face aux médias, et vous obtenez un peuple perdu qui ne sait pas faire la différence entre un programme et un autre. Les Français ne vont plus voter pour des idées mais plutôt pour contrer une personne. Le cas des Présidentielles est flagrant.


              • minotaure45 13 juin 2007 12:02

                bonjour a tous Je pense pour ma part que le président n’est pas en divorce avec les citoyens,par contre les députés le sont et on a trop souvent l’impression de mieux connaitre son président que son député, qui lui devrait bénéficier de sa proximité. Pour ma part je pense qu’il faut arreter de taper sur nos institutions.Je les trouve trés bien au regard de ce qui se passe autour de nous. La critique doit etre porter plus sur les idées. Arretons aussi de crier un referendum pour les questions que vous vous jugez importante. Faisons confiance à nos élus et au pire présentez vous pour apporter le changement smiley


              • Frédo45 Frédo45 13 juin 2007 18:35

                Problème : le parlement ne représente pas du tout la véritable congiguration populaire Et c’est en ça qu’on ne peut accepter que les grands traités internationaux ne soient votés que par le Parlement. De plus, nos institutions ne vont pas bien, sinon, il n’y aurait pas autant d’abstention. Enfin, le mandat de député n’est pas un mandat local mais un mandat national. pour le local, il y a le conseil régional et le conseil général.


              • judel.66 14 juin 2007 22:35

                fredo..bien sur , ;le député est national ,mais,avec le scrutin uninominal il a une implantation locale,il doit tenir compte de l’opinion de ses electeurs pour etre réélu . c’ est son point faible ,cest l’argument de ceux qui veulent la R P de liste ,l’élu est délocalisé ,il est libre !.est ce bon ??.que veut l’electeur moyen ???comment l’interresser au vote . ? a la RP on vote pour un parti , pour une idée, .. pour un programme...pas forcément pour un bonhomme...cest bien pour ça que je voudrais une AN elue au scrutin uninominal a un tour ...celui qui a le plus de voix est élu.... !!! par contre pour le sénat qui ,ne represente rien aujourdh’ui ,et coute tres cher ,,il faudrait une election a la RP !..les senateurs seraient libres et pourraient plus facilement contrer les deputés....


                • Frédo45 Frédo45 15 juin 2007 17:37

                  Donc vous seriez d’accord pour conserver le système actuel pour les députés et passer à la proportionnelle directe pour les sénateurs ?


                • non666 non666 15 juin 2007 10:29

                  A partir du moment ou la campagne présidentielle etait hors sujet, ou les thèmes evoquées etaient ceux des legislatives et ou aucun des journalistes vedette n’a eu le courage de le dire, il ne faut pas s’etonner que la « redif », 3 semaines après, des memes arguments soient un echec « commercial ».

                  Les manipulateurs de l’information ont mis en scene une presidentielle en forme de programme gouvernemental.

                  Personne ne semble contester un president qui joue en fait le role de super premier ministre, choisi de reformer son parti juste avant d’en quitter la presidence( histoire de ne pas subir ce qu’il a fait a Chirac...)

                  Quand ceux qui sont sensé etre les gardiens des institutions les pietinnent, les violent, s’assoient dessus, pourquoi voulez vous que les français s’associent a leurs pitreries ?


                  • judel.66 15 juin 2007 23:51

                    fredo...pas tout a fait daccord.pour l’AN, le système actuel c’est le scrutin uninominal a deux tours ,ce deuxieme tour entraine magouilles et compromissions ;je suis pour le srutin uninominal a un tour ; celui qui a le plus de voix est élu .pas de magouilles et une AN avec une majorité nette .les electeurs moyens comprennent tres facilement le système et n’ont pas l’impression d’etre dupés..le deputé a une implantation locale dont il doit tenir compte ,ses electeurs le connaissent......on se fait représenter au plan national par un bonhomme que l’on connait et auquel on peut demander de defendre des intéréts locaux.......pour le senat par contre si l’election se fait a la RPintégrale ,soit par régions ,soit nationale les elus sont délocalisés ils sont libres de defendre des idées, des principes ,sans avoir a tenir compte d’intéréts locaux...elu ainsi ,un senateur pour x electeurs ,chaque senateur a le meme poids l’ensemble du corps electoral est représenté et le senat peut librement jouer le role qui lui est confié par la constitution.....


                    • Bof 16 juin 2007 08:25

                      Il n’y a pas que pour le sénat que l’on se demande à quoi ça sert, surtout avec autant de députés et dont le territoire est si mal réparti (suite aux élections sous « l’ ancien régime »pour qui tout fut parmis) .

                      Porquoi devons nous payer pour des lois voter par eux ,à L’Europe ?? avec nos régions et notre état et l’Europe ,on tatouille et ratatouille ...mais, il faut payer nos interets et rembourser nos dettes qui ont commencées sous Giscard 1/2 U et qui ont explosées sous Mitterand avec la disparition de nos entreprises qui furent nationalisées sous le pretexte que l’on ne pouvait les laisser à des fils à papa . HONTE, à ce raisonnement !! Les seules qui restent sont dirigées par des fils à papa qui n’ont pas fait faillite eux et heureusement pour nous car ils nous font vivre et bientot survivre.


                      • judel.66 16 juin 2007 14:57

                        il faudrait reprendre ce que dit Jim dans l’agora vox du 30/5 .il est evident que le quinquenat a tout collé alors qu’il était bon qu’il y ait un decalage d’au moins deux ans entre chaque election ...maintenant, apres la présidentielle, beaucoup ont pensé que les jeux étaient faits et qu’il était inutile d’aller voter ; c’est une grosse erreur, mais allez l’ expliquer au Français moyen !!!!!!.que faire pour que les legislatives aient lieu a mi mandat présidentiel ????...une dissolution en 2009/2010 !!!??? que faire pour revenir au septenat !!!???


                        • picnov 20 juin 2007 22:25

                          il faut rendre les français responsables

                          rendre les élections obligatoires , en FRANCE impossible , encore une atteinte aux libertés ou à l’ égalitarisme et sans doute impossible à controler vu la lourdeur administrative ( cf comptage des décés de la canicule .... )

                          pourquoi ne pas valider le vote par un quorum comme dans les élections professionnelles ? SI pas de quorum , on recommence en connaissance de cause ...

                          RIEN de bien original , mais au moins des élus légitimés ( en dehors du sempiternel combat proportionelle ou pas ) , l’ important est d’ avoir une représentation RECONNUE ET capable de « gérer » le PAYS ........ PICNOV

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès