Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Abstention : Une absence de sens

Abstention : Une absence de sens

Ces dernières semaines, la presse a souvent insisté sur l’importance que pourrait prendre l’abstention lors des prochaines élections régionales. Des titres comme « L’abstention, grande gagnante des élections » ou « L’abstention, premier parti de France » ont ainsi mis en valeur les données rassemblées par les différents sondages. Pas plus tard qu’hier, une enquête réalisée par l’IFOP annonçait 47% d’abstention au premier tour des élections régionales, soit 8 points de plus qu’aux dernières élections de 2004.

L’abstention, grande gagnante ? L’abstention, choix politique ? La presse s’attache alors à justifier ce refus d’aller voter, à donner du sens à cette abstention, en montrant que s’abstenir, c’est comme voter, c’est envoyer un message politique. Il est pourtant essentiel de garder à l’esprit que derrière une statistique, les « tant de pour cent » qui ne vont pas voter, coexiste une population hétéroclite : il y a l’abstentionniste convaincu qui ne participe à aucune élection, l’abstentionniste étourdi qui n’a pas pris le temps de faire une procuration, l’abstentionniste politique qui veut manifester son rejet de l’offre politique, mais aussi les électeurs de droite qui ne se retrouvent pas dans le sarkozysme, le Français qui ne se déplace jamais pour une élection intermédiaire, et surtout tous ceux qui ne savent pas que dimanche, on vote. Dimanche soir, l’ensemble de ces abstentionnistes formera un tout politique, une seule statistique, sans réel sens politique.

Et puis s’abstenir, n’est pas juste parler pour soi. Le vote est un acte politique collectif. Ce n’est pas le suffrage de quelques-uns qui compte, mais le vote de tous. Ce n’est pas tant la simple addition d’autant de volontés individuelles, que la constitution d’un corps collectif, celui d’une nation qui tout entière se réunit pour choisir celles et ceux qui vont la gouverner. Il est de bon ton de reléguer au rang de clichés désuets ces arguments qui mettent en avant ceux qui se sont battus pour obtenir ce droit de vote, en disant que tout ceci est bien loin, et que ne pas voter, c’est aussi envoyer un message. Mais outre le fait que s’agissant des femmes, le temps n’est pas si lointain où on les considérait inaptes à voter, des gens sont effectivement morts pour conquérir, conserver, amplifier ce droit de vote. C’est pourquoi ne pas voter n’est pas juste une décision individuelle, celle que l’on prend parce qu’aucun candidat ne nous semble digne de recueillir notre suffrage (déjà, allez faire un tour par ici). Ne pas voter, c’est aussi minimiser l’acte de tous ceux qui sont allés exprimer leur suffrage.

Il suffira ainsi pour le gouvernement Sarkozy, au soir du deuxième tour, d’aller dire sur les plateaux de télévision que trop peu de gens se sont exprimés pour qu’il y ait de réelles leçons à tirer de ce vote. Et que tous ces présidents de région, n’ont été élus qu’avec 50% des suffrages. De dire que les Français, quand on les rencontre sur le terrain -les vrais Français, ceux du terrain- ceux qui ne sont pas allés voter, veulent que l’on poursuive les réformes. Et que ce scrutin n’est pas représentatif. Que les Français ont bien compris que le pouvoir ne se jouait pas au niveau des régions.

Pourtant, du pouvoir au niveau des régions, il s’en joue. Emploi, formation, économie, recherche, enseignement, dans tous ces domaines les régions agissent au quotidien. Et si ces mots semblent bien abstraits, les actions qu’ils désignent sont pourtant très concrètes : veut-on payer moins cher les transports, ou avoir plus de RER, plus confortables, plus ponctuels ? Veut-on installer des caméras dans les lycées, ou bien rénover ceux qui tombent en ruine ? Veut-on donner des aides aux entreprises ou accompagner les chômeurs à se mieux se former pour se reconvertir, ou bien les deux ? De vrais choix sont à faire, qui changent notre vie au quotidien. Et certes, on a plus eu l’impression ces temps-ci de polémiques à répétitions, de scandales sur-mesure, mais voter n’est pas seulement entrer dans le jeu des stratégies politiciennes. C’est refuser de voter pour le plus charismatique, ou celui qui passe le plus à la télé ou celui qui crie le plus fort. C’est au contraire faire un choix, entre des projets qui sont différents, entre des choix de vie qui sont différents. Parce que pouvoir choisir, en prendre la responsabilité, quitte à se tromper, à se sentir déçu, à vouloir en mettre un autre à la place, c’est être présent, bien présent, et c’est affirmer que mon choix compte, tout comme celui de mon voisin.


Moyenne des avis sur cet article :  2.66/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

190 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 12 mars 2010 12:43

    une absention massive , c’est ce que faisaient les gens des pays de l’est à la fin du communisme pour exprimer leur refus de cautionner le régime .


    • bobbygre bobbygre 12 mars 2010 17:43

      Exactement.
      J’ai longtemps voté sans faute car je considérais ça comme mon devoir eu égard à nos ancêtres qui sont morts pour que nous ayons cette possibilité.
      Aujourd’hui, je ne vote plus exactement pour les mêmes raisons : car je considère que ce serait souiller leurs mémoires que de me rendre complice de cette démocratie de façade qui n’est en réalité qu’une oligarchie mafieuse. La démocratie est en train de pousser ses derniers râles avant de s’éteindre, étouffée par la corruption et la cupidité de ses dirigeants.
      J’attends patiemment que les foules envahissent les rues et que nous ayons une chance de rendre honneur à nos ancêtres en luttant à notre tour et en établissant un nouveau régime démocratique.


    • Defrance Defrance 12 mars 2010 22:42

      On est très nombreux a attendre que ça pète, mais qui va allumer la mêche ?


    • delamothe delamothe 13 mars 2010 12:27

      Les français sont des « péteux ».


    • gimo 13 mars 2010 14:18

      delamothe

      le seul peteux ici c’est toi  !!! ok ok

      allez vous pourez me censurer honte à vous !!!!!


    • boris boris 12 mars 2010 12:46

      50 % c’est pas mal, ça commence à parler, 100% serait top .


      • Romain Desbois 12 mars 2010 19:16

        L’abstention, révolution de papier ?


      • epapel epapel 12 mars 2010 21:23

        Révolution surtout pantouflarde !


      • faxtronic faxtronic 12 mars 2010 12:50

        voter, oui mais pour qui


        • gimo 12 mars 2010 18:04

          Par gimo (xxx.xxx.xxx.154) 11 mars 22:31

          olivier re bonjour
           
          « les lois existent, il suffit de les appliquer, et de le vouloir, »"

          oui bien sur !!!!! bonne question !! les politiques et la finance 
          vivent
          tout les jours de l’année !  hors la loi le depuis des 40 ans dans tout les domaines
          le pb 1. c’est de former des associations
          pour les ATTAQUER et qui le !! fera !! 
          avec le courage nécessaire pour oser !!
          c’est pas les infractions qui manques sur eux par millier
          mais des hommes avec des c........au cul pour le faire
          il faut créer une puissante association pour leur rentrer dans le lard
          il y a toujours ce côté inféodé au prés du ségnieur du châeau
           


        • Croa Croa 12 mars 2010 18:51

          Pour ceux qui contestent le système tout simplement. Je voterais pour des candidats de l’ Alliance écologiste, les seuls écolos qui contestent le système sans faire alliance avec leurs serviteurs et qui donc ne renieront pas leurs convictions.

          Il existe aussi d’autres choix hors système smiley


        • epapel epapel 12 mars 2010 21:25

          voter, oui mais pour qui

          Effectivement quand on ne sait pas ce qu’on pense, ça pose un problème.

          Solution : demandez à quelqu’un qui sait et faites comme lui.


        • John Lloyds John Lloyds 12 mars 2010 12:53

          L’abstention est encore le meilleur moyen pour faire valoir que le choix électoral à disposition n’est pas représentatif des attentes de l’électeur. A défaut pour les fervents défenseurs de l’acte citoyen reste le vote extrême. Mais l’acte citoyen a-t-il encore un sens dans un système où le politique se fout de la gueule du monde depuis 30 ans (et ça ne s’arrange pas, la seule chose encore travaillée étant la posture) ?

          Donc abstention, oui ! Quand il ne restera que 10 ou 20% de pingouins à souscrire à cette immense farce qu’est le vote, on finira peut-être par se rendre compte que ce système de démocratie électorale est non seulement un piège à cons, mis qu’il est le fossoyeur de notre société, menée lentement mais sûrement vers la faillite depuis 30 ans.


          • Salsabil 12 mars 2010 12:58

            Bonjour,.


            L’abstention aurait un sens si elle était absolue, un véritable boycott du vote face à ce qui nous est proposé.

            Autrement elle n’a pas plus d’impact que quoi que ce soit d’autre.

            Il va vraiment falloir que des boulons sautent à un moment ou un autre, ça devient invivable !


          • John Lloyds John Lloyds 12 mars 2010 13:09

            Invivable, oui ça l’est, mais on est très loin d’avoir toucher le fond. Les votes n’y changeront plus rien, quoiqu’on puisse voter, c’est d’un cancer généralisé qu’il s’agit, à un stade avancé. Le système arrivera certainement à gagner encore du temps, en s’enfonçant encore plus sur le dos des générations futures, mais on n’est vraiment pas loin de la mort clinique.Le stade du vote est épuisé, c’est la position de crash qu’il faut préparer, genoux sur le menton et tête dans les bras, ça va toucher le sol dans pas longtemps.


          • Salsabil 12 mars 2010 13:20

            John,

            Je me demande dans quelle mesure, une abstention à + de 90% ou pourquoi pas, un vote massif pour un parti qui n’aurait pour seul but que de remettre tout à plat pour construire, ne laisserait pas la seule possibilité d’éviter le pire ?

            Une véritable crise politique et institutionnelle décidée par et pour le peuple.

            Ouvrir l’urne et y voir les messages... smiley


          • John Lloyds John Lloyds 12 mars 2010 13:38

            On n’y changera rien, Gul, la populace est faite de 70% de zombis, c’est bien le problème de la démocratie, et t’auras toujours la même masse ultra-majoritaire qui va redemander une nouvelle séance de flagellation en reconduisant UMPS et connexes.

            Ton humanisme, ta volonté à vouloir changer les choses t’honore, mais on ne lutte pas contre un essaim d’insectes. Quand le champ de maïs aura été totalement dévasté, les insectes vont alors s’entre-tuer, ce qui a déjà commencé. C’est la fin du cycle, au moins on profitera du spectacle.


          • Salsabil 12 mars 2010 14:48

            Maintenant !

            Profitons alors...


          • gimo 12 mars 2010 17:42

            john 

             Donc abstention, oui ! Quand il ne restera que 10 ou 20% de pingouins à souscrire à cette immense farce qu’est le vote, on finira peut-être par se rendre compte que ce système de démocratie électorale est non 

            ahhhh ... !! je me sens moin  seul !!! bienvenu à mon club
            je me tue à le dire sur la quasi des mes postes 

            ’(avec mon mauvais Français qui n’est pa ma langue maternelle
            i m english MAIS je me soigne peu à peu  !!!

            Mais comme tu dis des azombis
            je dirais des laches des  non « accompli des âmes damnées » 
            sans résorption

            non « abouti mantalement »

            cordialement
            gimo





          • le naif le naif 12 mars 2010 20:00

            Je suis des vôtres les gars smiley

            Le TCE a été la goutte d’eau, en ce qui me concerne.....

            55% pour le NON,
            2 ans plus tard, 53% pour Sarko..... allez comprendre et sur ce coup là, on ne peut pas lui reprocher de ne pas avoir annoncé la couleur..... quand aux députés de l’UMPS...... sans commentaires..... (spéciale dédicace à Jack )

            Puisque la majorité a voté Sarko 1er, en bon démocrate, je m’incline et qu’on boive la coupe jusqu’à la lie.

            Mais je peux vous assurer, qu’entendre les récriminations actuelles des zélateurs d’hier est un pur délice, ils sont encore plus enragés que moi.... le syndrome du cocu surement  ??

            Les Grecs et les Islandais nous montrent la voie, j’espère que nous serons à la hauteur lorsque notre tour viendra !!!

            Salutations et courage les gars,


          • Defrance Defrance 12 mars 2010 22:47

            Votez donc pour le mouvement (pas le parti) des abstentionnistes  !


          • werther_original werther_original 13 mars 2010 10:34

            Voir le livre

            josé saramago - la lucidité


          • FLORILEGE1975 FLORILEGE1975 13 mars 2010 14:48

            Tout à fait d’accord . L’abstention traduit une crise de la représentation et peut aboutir à un affaiblissement de la légitimité du pouvoir politique élu avec un fort taux d’abstention, et qui ne représenterait alors qu’une partie de la population.

            Je trouve inadmissible que le vote blanc ne soit toujours pas pris en compte. Pourquoi ne pas instituer une espèce de caisse des dépôts du suffrage universel qui regrouperait tous les votes blancs ? Et il y en aurait sûrement un paquet. De quoi faire réfléchir…si les politicards en sont encore capables !

            Ou une grève des urnes. Citoyens de droite et de gauche décideraient de ne pas voter. Une révolution de l’absence. Peut-être que les politiques se rendraient alors compte du décalage avec leur électeurs. Et du mécontentement général. Après avoir voté, beaucoup de citoyens se sentent parfois comme des paillassons pour certains élus ne souhaitant qu’entrer sous les ors de la République. Et n’en faire qu’à leur tête.

            Je considère que l’abstention est au droit de vote ce que la grève est au droit du travail : un moyen de protestation

            Différents sondages montrent d’ores et déjà que l’abstention sera, une fois de plus, le premier parti de France.

            L’abstention tant crainte des politiques devrait pourtant être reconnue, au regard de l’Histoire récente .Ce fameux « non » rejeté par référendum par le peuple français ainsi que par les citoyens néerlandais et irlandais. On sait que le peuple est souverain lors de ces votes. Néanmoins un acte au caractère « antidémocratique » s’est tout de même imposé suite à cela. La politique française a tout de même ratifiée ce traité tout en ignorant le choix du peuple français ce fameux 29 mai 2005.

            Ne pas voter devient aujourd’hui un acte politique ...



          • epapel epapel 14 mars 2010 12:29

            70% de zombies dites-vous : c’est ça votre véritable problème, vous vous croyez plus éveillé que les autres mais vous ne pouvez rien faire parce qu’ils sont les plus nombreux.

            En fait vous voulez remplacer la démocratie (électorale ou pas n’y changerait rien) par un système ou les gens soi-disant éveillés décident pour tous les autres. Le problème, c’est que ça ne marchera pas parce que ce qu’il nous faut ce ne sont pas personnes éveillées mais totalement désintéressées, or il y en a très peu dans une société.

            Quand il ne restera plus 10 ou 20% de pingouins pour voter, nous serons mûrs pour la dictature et nous l’aurons bien mérité.

            Zombie ou pas, chacun sait où se trouve son intérêt et vote en conséquence, l’important est d’avoir une pluralité de choix pour que toutes les opinions puissent s’exprimer. La politique c’est certes l’intérêt général mais également la confrontation des intérêts des uns et des autres.


          • epapel epapel 14 mars 2010 12:34

            "Je considère que l’abstention est au droit de vote ce que la grève est au droit du travail : un moyen de protestation"

            Grossière erreur :
            - effet pratique de la grève : perturbation voire blocage de la production ou des services
            - effet pratique de l’abstention : néant


          • epapel epapel 14 mars 2010 12:44

            Les Grecs et les Islandais nous montrent la voie, j’espère que nous serons à la hauteur lorsque notre tour viendra !!!

            Les grecs et les islandais ne veulent pas passer à la caisse, tout simplement.

            Le plus fort pour les islandais c’est le résultat du vote :
            - abstention de 45% (une des pires de toutes les scrutins)
            - suffrage exprimés massivement contre le remboursement de la dette

            Quels sont les islandais qui nous montrent la voie : les zombies qui sont allés voter pour rejeter la dette ou les abstentionnistes volontaires et éclairés ?


          • Romain Desbois 14 mars 2010 23:40

            epapel

            "Quels sont les islandais qui nous montrent la voie : les zombies qui sont allés voter pour rejeter la dette ou les abstentionnistes volontaires et éclairés ?"

            Bravo, jolie botte ! smiley

            Vous maitrisez l’art ....


          • faxtronic faxtronic 12 mars 2010 12:53

            S abstenir n est pas forcement un acte de paresse. mais il n y a plus de choix, tous propose la meme politique, car ils n ont plus de marge de manoeuvre politique cra nous ne sommes plus un pays souverain. Nous n avons plus rien : plus de monnais, plus de politiques etrangeres, plus de defense, plus de politique economique, plus de politiques industrielles, plus rien. Je ne veux plus voter car nous ne sommes plus en democratie, je ne cautionne pas cet Etat.


            • gimo 12 mars 2010 17:49

              faxtronic

              plus un pays souverain. Nous n avons plus rien : plus de monnais, plus de politiques

              ce n’est une raison pour en plus  piller le peuple : !!!! de cette sorte
              cordialement


            • Croa Croa 12 mars 2010 18:55

               smiley NON PAS TOUS ! smiley


            • Romain Desbois 12 mars 2010 19:20

              Affirmer qu’il n’y a pas de choix c’est pour justifier que l’on ne s’est pa donner la peine de chercher.

              La vraie cause est peut-être que les gens ne savent vraiment ce qu’ils souhaitent, dans quelles société ils veulent vivre. Ou alors parcequ’au fond ils sont satisfaits de cette société.


            • le naif le naif 12 mars 2010 20:16

              @ Romain Desbois 

              Affirmer qu’il n’y a pas de choix c’est pour justifier que l’on ne s’est pas donner la peine de chercher.

              On peut restaurer une maison jusqu’à un certain point de délabrement, passer ce cap, il vaut mieux reconstruire et nous en sommes là. L’Europe telle qu’elle est aujourd’hui, ne ressemble en rien au projet initial et constitue une entrave à toute politique de changement.

              Aucun parti, ne remet en cause réellement cette construction délétère. Nigel Farage est le seul député européen à dénoncer cet état de fait devant un hémicycle vide......

              Quand j’entends parler de DSK pour 2012 ...... !!!!

              Avec la crise financière, les masques tombent, les faux semblant deviennent visibles, les gens commencent à comprendre doucement la nature du problème, laissons murir.....

              Slts


            • Romain Desbois 12 mars 2010 20:35

              Par le Naïf

              Ce n’est pas en n’allant pas voter que ca changera !

              Le vote peut au moins éliminer les pires jusqu’à la longue l’on ait des meilleurs.

              C’est quand même plus facile d’agir au quotidien quand à la tête de l’Etat il n’y a pas une personne qui travaille contre vous.

              par exemple Sarkosy est pro corrida (comme Fillon et Bachelot). Et bah moi qui suit anti corrida, je rame dix fois plus ......


            • le naif le naif 12 mars 2010 20:45

              Une carte bleue à plus d’importance qu’un bulletin de vote, mais je respecte tes convictions.

              Que demain les français se précipitent en masse pour vider leur compte, (enfin ceux qui ont encore un peu de thune) et vous allez voir le bordel...... là ça va bouger......

              Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genou......

              Cordialement


            • epapel epapel 12 mars 2010 21:31

              S abstenir n est pas forcement un acte de paresse.

              C’est un point de vue normal d’abstentionniste.


            • Croa Croa 12 mars 2010 23:17

              Au Naïf

              T’as pas lu le programme de la France en action ?


            • epapel epapel 14 mars 2010 13:03

              L’affirmation que tous les partis mettraient en œuvre la même politique est faux.

              Temps de travail :
              PS et gauche : 35 h, heures supplémentaires pénalisées
              UMP : destruction des 35 h, heures supplémentaires subventionnées

              Retraites  :
              PS et gauche : plus d’augmentation des cotisations que d’allongement de la durée, pas de recul de l’âge légal
              UMP : allongement de la durée des cotisations et recul de l’âge légal

              Impôts :
              PS et gauche : rétablissement de l’impôt progressif au détriment des plus aisés
              UPM : diminution des impôts au profit des plus aisés (bouclier fiscal et abaissement de la progressivité

              Accroissement de la dette :
              PS et gauche : limitation voire diminution des déficits (gouvernement Jospin)
              UMP et droite : explosion des déficits à chaque passage au gouvernement

              Logement social :
              PS et gauche : construction massive par l’Etat
              UMP : faire confiance aux mécanismes du marché + robien, scellier...

              Prétendre que c’est la même chose, c’est le signe d’un gros problème de comprenette ou de mauvaise foi.


            • gimo 14 mars 2010 18:19

              romain

              Même si un honnête ’élu) il ne pourrait rien faire pour causse
              simplement quand il rentre dans la cage des requins si il bouge dans le sens inverse
              des autres ils le dévorent tout cru

              non c’est de changer les lois fondamentales qu’elle soient immuables 
              et celui qui ne les respecte pas !!! hop en prison sans discution ’(chanson de Bourville)


            • Reinette Reinette 12 mars 2010 13:07

              Les « devoirs du citoyen » - si devoirs il y a - ne sauraient être ramenés uniquement à l’obligation de déposer un bulletin dans l’urne ; ils ne peuvent que trouver leur application à tout instant où le besoin s’en fait sentir, tandis que le vote ne signifie en somme que déléguer autrui pour faire son devoir propre, ce qui est un non-sens.


              REMARQUE : Il est mathématiquement prouvé qu’aucun parlement ou gouvernement n’a jamais représenté __ jusqu’à présent __ la majorité réelle d’un peuple !
              Finalement, l’absence la plus à regretter est-ce celle des quelques minutes nécessaires pour voter, ou celle de tous les jours de l’année ?

              l’abstentionniste par choix refuse, elle/lui, de s’absenter partout où son sort se discute et se trouve en jeu, il veut s’y trouver présent pour peser de toutes ses forces sur la décision à intervenir.

              L’abstentionnisme signifie,
              _ d’une part, négation de toute autorité légiférante ;
              _ d’autre part, revendication - et application dans la mesure où cela est déjà possible - du principe de faire ses affaires soi-même ; revendiquer son droit à exercer dans toutes les affaires publiques une intervention directe, constante et décisive ;
              ne pas abandonner cela à quelques individus.




              • gimo 12 mars 2010 17:57

                Reinette

                 

                I SEE THAT MY CLUB WILL BE GREATER
                 JE METUE A LE D
                 je me tue a le dire sur mes postes
                cordialement
                gimo

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès