Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Adieu Véro... bonjour tristesse

Adieu Véro... bonjour tristesse

Un déséquilibré probable s’est livré à un carnage dans deux cabinets médicaux strasbourgeois, mais le fait, prétendu divers, fut seulement relayé par la presse régionale. S’il s’en était pris à des pointures de la chirurgie de pointe ou à des têtes chercheuses de la recherche médicale, que la nouvelle aurait fait grand bruit ! Et pourtant, soigner les exclus est de plus en plus le quotidien des médecins...

Alors qu’ils se trouvaient dans leur cabinet médical, le 15.11.2005 vers 17h00, Georges Yoram Federmann et sa compagne Véronique Dutriez ont été victimes d’une agression avec arme à feu qui a tué Véronique Dutriez. Touché à une main et au thorax, il s’en est fallu de très peu pour que le Dr Federmann y laisse aussi sa vie. L’auteur de ce carnage a été arrêté plus tard, chez le Dr Haïm Asseraf, sur qui il a également tiré, le touchant grièvement au thorax. Des patients ont immobilisé l’agresseur, qui a été rapidement pris en charge par les forces de l’ordre et le Samu. Il semblerait qu’il ne soit pas en pleine possession de l’intégralité de ses capacités de jugement. Ce que, très probablement, des experts requis par la justice seront amenés à préciser. Finalement, les deux médecins survivront à leurs blessures, mais il en est une qui laissera des stigmates dans la vie de Georges Yoram Federmann : la perte de sa compagne, mère de leurs trois enfants et partenaire de toutes les luttes dans lesquelles ils étaient engagés. Touchée en pleine tête, elle est décédée le lendemain, journée mondiale de la tolérance. Tout un symbole pour ce couple quis depuis de nombreuses annéess lutte contre les exclusions de toutes sortes.

Psychiatre, très connu du monde associatif (militant d’ATTAC, Ras l’Front, Cercle Menachem Taffel, porte-parole des Roms de Zamoly) Georges Yoram Federmann a inspiré en 1999 Tony Gatlif quis dans le film « Swing  » lui donne le rôle du Dr Libermann, soignant gratuitement les Gitans. Véronique Dutriez assurait, quant à elle, entre autres fonctions bénévoles, la présidence du MRAP 67. Leurs trois enfants ont juste eu le temps de lui dire une dernière fois qu’ils l’aimaient.

Le Dr Federmann sortira de l’hôpital dans quelques jours, et à l’occasion d’un rassemblement de soutien organisé hier le 17/11/2005 sur les lieux du drame, il chargeait son fils David, étudiant en médecine, de transmettre ce message : « N’en veuillez pas à notre agresseur ; pensez qu’il a une femme et trois enfants qui doivent être très malheureux. Continuez à lutter pour défendre les plus démunis. ».

Concours de circonstances, ou signe du destin : ce matin 18/11/2005, une des luttes menées de longue date par Véronique et Georges arrive à son aboutissement, car une plaque commémorative est officiellement apposée sur la façade de l’Institut d’anatomie de Strasbourg, pour témoigner des expériences menées au nom de la science par le professeur Hirth sur les déportés juifs.

Si, quelle que soit votre couleur politique, vous souhaitez manifester votre soutien aux deux médecins et à leurs proches :

Docteur Georges Yoram Federmann, citoyen psychiatre du centre ville, né juif au Maroc , d’ascendance espagnole et portugaise, devenu médecin. 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg Tel : 03.88.25.12.30

Dr Haïm Asseraf, association médicale des Dr Asseraf & Marmor 15 rue d’Obernai 67000 Strasbourg. Tel. : 03.88.32.69.00


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Imbert (---.---.225.19) 19 novembre 2005 08:28

    Monsieur Xavier BERTRAND Ministère de la Santé 8, avenue de Ségur 75007 PARIS RECOMMANDÉE :

    Paris le vendredi 18 novembre 2005

    Monsieur le Ministre,

    Nous vous félicitons vivement pour votre allocution lors de la XVIIIe Journée de l’Ordre des Pharmaciens où nous étions présents, nous avons pris acte de votre préoccupation concernant la « iatrogènie médicamenteuse » liée notamment aux interactions. Toutefois, force est de constater que bon nombre d’accidents et de maladies liés aux médicaments pourraient être évités grâce à une meilleure formation des médecins prescripteurs.

    Ainsi, la prescription d’anxiolytiques à des patients dépressifs, suicidaires voire psychotiques encourage les passages à l’acte. Les tranquillisants de la classe des benzodiazépines favorisent en France des milliers de suicides chaque année. Commis en association avec ces pilules des actes de barbaries endeuillent quotidiennement notre pays et favorisent des actes de violence dans la population. Comment ne pas se poser de question sur la responsabilité de ces substances dans deux drames récents : la fusillade mortelle chez deux médecins à Strasbourg et chez ce père de famille d’Évry qui a frappé ces trois fils à coups de marteau...

    Devant de tels drames, nous vous demandons de prendre des mesures d’urgences pour limiter la prescription des benzodiazépines les plus actives (Valium‚, Lexomil‚, Rohypnol‚, Stilnox‚, Xanax‚, ...).

    Nous restons à la disposition de votre cabinet et nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’expression de notre plus haute considération.

    Georges Alexandre Imbert Président de l’AAAVAM

    www.aaavam.com

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Azür


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès