Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > André Stern, artiste bohème

André Stern, artiste bohème

André Stern considère ne jamais avoir reçu l’école. Musicien, luthier, journaliste et auteur, son livre, paru en allemand (mais écrit originellement en français, langue dans laquelle il n’est pas encore publié) relate son enfance. L’ouvrage fait fureur en Allemagne et alimente un débat sur le vieux continent. Notre journaliste Gabriel Alexandre Gosselin a recueilli le témoignage d’André Stern.

J’aime raconter mon histoire, celle d’un enfant non-scolarisé, parce qu’elle est inhabituelle. J’aime la raconter, car je n’ai rien à vendre. Cette histoire démontre la multiplicité des intérêts et des manières d’apprendre que la non-scolarisation engendre. Elle offre également l’occasion de vérifier si les mille maux annoncés s’abattent réellement sur celui qui ne va pas à l’école et s’il devient, conformément aux prédictions, un sauvage illettré, végétatif et asocial. Je me souviens du quotidien, fait de rencontres et de jeux. J’étais un enfant heureux et plein d’enthousiasme. Apprentissage et jeu sont, pour moi, synonymes.

Mes semaines étaient chargées et pourtant affranchies du stress, de la concurrence et de la course à la performance. Nous avons tous appris notre langue maternelle à notre manière et à notre rythme, au même titre que nous avons appris à marcher ou à employer à bon escient les mimiques et les gestuelles de notre culture. Sans méthode, par simple observation et imitation du monde alentour. Pourquoi devrait-on alors trouver étonnant que j’aie appris à lire et à écrire de la même manière ?

La société ne se réduit pas à l’école

L’une des premières questions que l’on me pose à ce sujet est toujours : « Mais le contact avec les autres enfants ne t’a-t-il pas cruellement manqué ? » Cette question comporte un sous-texte : « L’instruction n’est pas le seul rôle de l’école. Elle est surtout l’endroit où l’on apprend à vivre en société et où l’on acquiert la compétence sociale indispensable à la vie quotidienne. »

À cela, je réponds par une question : pourquoi considérer comme primordial le contact avec d’autres enfants ? Peut-on admettre que la date de naissance et la situation géographique des enfants soient les seuls critères sur lesquels les rassembler ? J’ai vécu un contact et un partage permanent avec les autres : certains plus jeunes, d’autres plus vieux. L’enrichissement mutuel découlait justement de cette diversité. C’est ce que je souhaite offrir à mes enfants.

Texte original publié dans Reflet de Société.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Raymond SAMUEL paconform 30 janvier 2010 19:31

    Bonsoir,

    Quelques paroles seulement nous sont offertes, mais des paroles de bon sens.

    Ce qui est peut-être le plus important dans ce domaine c’est la grande difficulté du plus grand nombre à admettre ces paroles de bon sens.


    • Raymond SAMUEL paconform 3 février 2010 19:48

      Bonsoir,

      Le sujet ne semble intéresser personne. Il est pourtant fondamental et très important pour tout le monde.

      Voulez-vous faire quelque chose pour moi ? Si oui, c’est de répondre à cette question :

       - Pensez-vous que l’école traditionnelle est le seul moyen d’instruire et d’éduquer les enfants ?

      Et aussi, - Pensez-vous que l’école est sans danger pour la santé psychique des enfants ?

      Merci d’avance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès