Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Antisémitisme et islamophobie ne sont pas de même nature en République (...)

Antisémitisme et islamophobie ne sont pas de même nature en République laïque

Mercredi 14 janvier 2008, le président de la République française Nicolas Sarkozy, présentant ses vœux aux acteurs de la sécurité, a affirmé : Il n’y a pas de place dans la République pour des antisémites ou des islamophobes. […] L’antisémitisme et l’islamophobie seront condamnés avec la même sévérité. Or, considérer comme équivalents l’antisémitisme et l’islamophobie et le faire au nom de la République est une erreur aux regard du droit français et une grave entorse au principe républicain de laïcité.

L’antisémitisme est la manifestation de la haine envers les juifs, pris comme groupe religieux ou ethnique. Cette manifestation a conduit dans l’Histoire à des exactions ou des persécutions, voire à un génocide lorsqu’elle s’est érigée en idéologie. L’antisémitisme diffère par exemple de l’antisionisme, qui est l’hostilité à l’État d’Israël (depuis sa création jusqu’au dernier conflit armé), pour des raisons autant idéologiques que politiques. Il diffère aussi de l’antijudaïsme, qui est une critique exercée contre la religion juive. En ce sens, l’antisionisme est une opinion tournée vers la politique d’un État, l’antijudaïsme, une opinion considérant une religion, quand l’antisémitisme est l’expression d’un racisme pouvant se manifester de façon criminelle. Si en France le racisme est condamnable, l’expression d’une opinion critiquant une politique ou une religion ne l’est pas.

Quant à l’islamophobie, le mot signifie « peur de l’islam ». Pour Caroline Fourest, le terme a été employé initialement pendant la révolution iranienne par l’ayatollah Khomeiny, pour signifier le « blasphème » envers la religion islamique. Il s’agit donc proprement d’une critique de l’islam en tant que religion, que l’on ne saurait confondre avec le racisme anti-arabe ou avec le racisme anti-musulman (lesquels ne doivent pas non plus être confondus). Les manifestations de haine envers les maghrébins — identifiés comme tels pour leur patronyme ou leur origine supposée — sont, bien entendu, condamnables en tant qu’actes racistes. Les appels à la haine envers les musulmans le sont tout autant, tout comme la diffamation ou l’injure pour des motifs religieux.

Ainsi, la distinction qui doit être faite entre islamophobie (critique d’une religion) et racisme anti-musulman est du même ordre que celle qui différencie antijudaïsme et antisémitisme. La confusion ne peut se faire entre une opinion exprimée contre une religion et un appel à la haine contre des adeptes d’une religion. La loi française fait la part entre les croyances, qui peuvent être critiquées ou tournées en dérision, et les croyants, dont les libertés individuelles doivent être respectées. Dans ce sens, on ne peut condamner l’islamophobie au même titre que l’antisémitisme ; l’islamophobie, prise comme critique de l’islam, est protégée par la liberté d’expression, tant qu’elle ne vire pas au racisme anti-musulman ou aux appels à la haine contre les musulmans.

Le principe de laïcité en France considère ainsi comme équivalents le prosélytisme religieux et la critique des religions. Il s’agit d’opinions qui n’ont de limites que celles basées sur la protection des libertés individuelles ; par exemple, un athée ne pourra appeler à la haine des musulmans pas plus qu’un musulman à la haine des athées, mais l’un comme l’autre auront la liberté de dire tout le mal qu’ils pensent, respectivement, de l’islam et de l’athéisme.

Placer sur un même plan, ainsi que l’a fait Nicolas Sarkozy mercredi, l’antisémitisme et l’islamophobie, revient à confondre l’expression d’un racisme et l’expression d’une critique religieuse. Or, la condamnation de la critique religieuse valide implicitement la notion de blasphème et fait adopter à la République une vision religieuse de ce qui peut être permis et de ce qui ne l’est pas. Nous sommes ici dans une contradiction fondamentale du principe de laïcité.

Au regard des propos du président de la République, il est essentiel de rappeler que dans la France laïque, il est permis de représenter Mahomet de façon caricaturale, il est permis de critiquer la charia, il est permis de penser est d’écrire que l’islamisme est un totalitarisme religieux (comme l’ont fait Ayaan Hirsi Ali, Chahla Chafiq-Beski, Caroline Fourest, Bernard-Henri Lévy, Irshad Manji, Maryam Namazie, Mehdi Mozaffari, Taslima Nasreen, Salman Rushdie, Antoine Sfeir, Philippe Val et Ibn Warraq, dans leur Manifeste des douze). Il est essentiel de rappeler que la République française ne reconnaît pas le blasphème, pas plus que l’excommunication, l’apostasie ou l’hérésie. Si elle condamne toute forme de racisme au nom de ses principes fondateurs, elle reconnaît la liberté d’expression au nom de ces mêmes principes. Ainsi, la République française condamne-t-elle l’antisémitisme comme l’expression d’une haine raciale, mais ne saurait condamner l’islamophobie en tant qu’opinion vis-à-vis d’une religion, tant que cette expression demeure critique et ne change pas de nature pour se transformer en appel à la haine.

Moyenne des avis sur cet article :  4.12/5   (82 votes)




Réagissez à l'article

271 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 16 janvier 2009 10:29

    juste remarque , il convient d’employer les bon termes !

    un indienphobe et un hindouphobe ne sont pas pareils ! smiley


    • plume plume 16 janvier 2009 13:40

      antisémitisme et antyslamique , ça me parait plus appropriée


    • plume plume 16 janvier 2009 17:33

      croyez vous vraiment que la majorité des français aient peur de Islam ,des étrangers ou des religions en general ???

      non , ils sont irrité par leur comportent agacés et trouvent anormal qu’une poignet d’exister (de tous bord ) imposes leur culture à leur culture (horaire de piscine , foulard etc ... )

      alors le mot phobie ne me parait pas du tout approprie au resenti des gens

      ils sont en colère et prés a en découdre mais pas effrayé


    • stephanemot stephanemot 17 janvier 2009 02:26

      Je me contenterai de citer ce grand tragedien de la fin du XXe - debut du periph’ :

      "Judaïsme : n. m. Religion des juifs, fondée sur la croyance en un Dieu unique, ce qui la distingue de la religion chrétienne, qui s’appuie sur la foi en un seul Dieu, et plus encore de la religion musulmane, résolument monothéiste."

      Pierre Desproges


    • Fergus fergus 16 janvier 2009 10:37

      Intéressante analyse sémantique. Cela dit, Sarkozy a commis une erreur en proclamant sa volonté de "lutter contre l’antisémitisme et l’islamophobie" car, au-delà des nuances exprimées par l’auteur, il convenait de dire "lutter contre les actes d’antisémitisme et d’islamophobie", chacun étant en droit de penser ce qu’il veut, aussi nauséabondes que puissent être ces pensées !


      • Le pirate des caraibes 16 janvier 2009 11:11

        Pas sur.

        Considerer sa femme comme une inferieure, ne pas respecter la loi et la laicité, vouloir tuer les "chiens d’infideles", ca n’est pas seulement nauseabon, c’est interdit.

        Alors on ne peut reprocher aux gens d’avoir peur de l’islam (islamophobie).

        La xenophobie (hair ceux qui ne sont pas de notre pays), lui est interdit. Ca suffit largement , non ?


      • médy... médy... 18 janvier 2009 13:10

        salut, Skull&bones et compagnie !


      • San Kukai San Kukai 18 janvier 2009 21:50

         Voilà un commentaire qui nous permettra d’étudier s’il s’agit d’un propos antisémite ou antisioniste. À vos analyses.


      • dapeacemaker911 16 janvier 2009 10:47

        En france il est possible de, il est possible de....


        en france, il est possible de dire d un pays arabe qu il est "une nation terroriste", on appel cela de l islamophobie, mais il est interdit de dire que l etat d israel est illegitime et terroriste, cela s appel alors de l antisemitisme.
        Personnelement, et malgré le fait de n etre ni juif ni musulman, cela me gene.

        Tout ca pour dire, je suis d accord sur le fond, les mots ont un sens, cessons de les denaturer.

        DPM


        Democratie ? terrorisme ? Securité ? camps de retention ? ................ 
        Corpocratie ? Resistance ? Surveillance ? camps de concentration ?........


        • San Kukai San Kukai 16 janvier 2009 11:35

          En fait, les sionistes ont tout intérêt à faire qualifier d’antisémites les propos et manifestations tenus contre la politique d’Israël. Tout comme les islamistes ont tout intérêt à qualifier d’islamophobes les propos tenus contre le terrorisme du Hamas.

          Dans tous les cas, les religieux cherchent à entretenir la confusion entre les croyances, les croyants, la politique, la culture, etc. Or, chacune de ces notion diffère des autres et doit être considérée individuellement :
          • j’ai le droit de critiquer la religion islamique et de caricaturer le prophète si l’envie me prend, tout comme j’ai le droit de critiquer la religion hébraïque et de caricaturer Moïse et Noé ;
          • j’ai le droit de dénoncer le terrorisme du Hamas, tout comme j’ai le droit de dénoncer les bombes qui tombent sur les hôpitaux de Gaza ;
          • j’ai le droit de me moquer du port du hijab, des papillottes loubavitch, de la soutane et du col romain, des interdits alimentaires, des pèlerinages, des croyances au surnaturel et au miracle, etc. ;
          • pour autant, jje n’ai pas le droit d’appeler à la haine des musulmans, pas plus qu’à la haine des juifs, des catholiques romains, etc.


        • dapeacemaker911 16 janvier 2009 11:45

          @San Koukai !

          Merci pour ce sage commentaire.
          c est exactement ce qu il faudrait dire au gens, publiquement, avec autorité et dicernement...

          le genre de propos qu un president d une nation democratique et laique devrait tenir.

          Merci.


        • aurelien362 18 janvier 2009 01:21

          De toute façon, il faut voir que ce n’est pas une guerre de religion, cette dernière n’étant qu’un pretexte, c’est une guerre entre deux nations.
          Tout comme la guerre entre USA et Russie n’était pas idéologique (pretexte) mais juste une rivalité entre les deux grandes puissances du monde (qui se voit encore aujourd’hui, malgré la fin du communisme)

          C’est pareil entre Isreal et la Palestine


        • Gabriel Gabriel 18 janvier 2009 22:03

          Salut .

          Aimez vous les un les autres et riez de vous, il a toujours vallu mieux rire que pleurait, l’habit ne fait pas le moine, mais le moine est dans un habit !

          Des fois dans la nature quand les animaux se font des actes de séductions ils nous prêtent à rire, ils prennent des positions ou font des actes théatrales que l’on s’emerveille à regarder tout en se moquant, si on carricaturait cela, on ferait une carricature qui reste marrante avec un humour moqueur, mais en aucun cas cela voudrait dire qu’il y ai de la haine, on peut donc rire et se moquer sans haine .

          Se moquer de l’habit ce n’est pas se moquer du moine .

          Si demain un homme, nous, politique, artiste, ou autre ayant eu une mère prostitué, voit dans des journaux des carricatures de sa mère dans un situation de prostitué, une carricature qui ferait sans doute rire beaucoup de monde (même si certains trouvaient cela déplacé), mais sûrement pas lui et sûrement pas nous si c’était notre mère .

          Alors, on se repose la question pouvons nous tout carricaturer sans limite ?

          Se moquer du moine ce n’est pas respecter son habit .







        • Gandalf Tzecoatl 16 janvier 2009 10:58

          Vous terminez votre article en précisant qu’en France, nous avons le droit de critiquer une religion sans appeler à la haine, ce que je trouve particulièrement judicieux, il me semble que l’antisémitisme n’est pas plus la mise au banc du juif que de sa culture (mais toute la confusion vient du fait que ce terme puisse avoir 2 sens, sinon plus) . Or, il me semble qu’en France, l’on puisse prétendre également avoir le droit de critiquer une culture (si on l’identifie bien en tant que tel, bien différenciée d’un groupe racial ou ethnique si l’on s’autorise à s’exprimer en ces termes), sans de même faire appel à la haine.

          Bref, gare aux assimilations de concepts si l’on veut bien se faire comprendre.



          • zelectron zelectron 16 janvier 2009 10:59

            Puisque nous recherchons les racines sémantiques jusqu’à l’éthymologie :
            Antisemitisme # antiarabisme ou antiislamisme ?


            • Grasyop 18 janvier 2009 11:42

              « Sémite » ou plutôt « sémitique » est aussi un terme linguistique désignant une famille de langues dont font partie, notamment, l’arabe et l’hébreu.

              De même « aryen » est au départ un terme linguistique, synonyme d’« indo-européen », et que les nazis et autres racistes n’ont pas hésité à employer pour qualifier une population, une race selon eux.

              Mais peut-on utiliser un tel qualificatif linguistique pour désigner un peuple ? Si je suis bilingue, parlant à la fois arabe et japonais, suis-je un sémite ? Un demi-sémite ? Ça n’a pas beaucoup de sens. L’emploi de ces termes devrait rester cantonné à la linguistique.


            • San Kukai San Kukai 18 janvier 2009 20:03

               Au-delà de l’analyse première de leur étymologie, qui souvent ne donne qu’un aspect du sens des termes, l’important est de dégager la définition historique des mots. Les inventeurs de l’antisémitisme ont clairement identifié les Juifs comme cible de leur combat. Les promoteurs du mot islamophobie (les imams iraniens) se réfèrent quant à eux à l’islam dans l’emploi de ce mot et considèrent les insultes à leur religion comme autant de blasphèmes. Voilà par conséquent les bases sur lesquelles nous pouvons fonder une réflexion.


            • Le pirate des caraibes 16 janvier 2009 11:07

              Excellent article. smiley

              On cherche à empecher les gens de critiquer une religion retrograde et haineuse qui pose de nombreux problemes quotidien.

              Faire passer cela pour du racisme semble etre la nouvelle norme. Pourtant la france est bien un pays laic, et de religion à secte , il n’y a qu’un pas.

              La question est pourquoi vouloir ainsi museler le peuple ? Nos dirigeants auraient ils peur de se prendre un coup de pied au cul ?


              • LE CHAT LE CHAT 16 janvier 2009 11:21

                @SEB

                 Le christianisme vu par les évangélistes ultra conservateurs est aussi une religion retrograde et haineuse !

                la religion est comme une drogue ( l’opium du peuple ) , à petite dose sans faire chier les autres ça peut passer , mais comme toutes les drogues , l’overdose entraine dans une spirale mortifère .

                Si Frank Ribery est sifflé sur un terrain , c’est juste quand il joue comme un pied et non en fonction de sa religion dont tout le monde se fout , quant à son origine il est chti comme toi et moi .


              • Le pirate des caraibes 16 janvier 2009 15:26

                Combien de meurtres et des persecutions au nom du christianisme chaque jour à notre epoque ??

                Zero !

                Combien de meurtres ,attentats, agressions, irrespects des lois, par jour au nom de l’"islam" ?

                Des dizaines !

                Maintenant si certains trouvent que l’islam represente une religion de paix... et bien ... chacun ces gouts .
                Mais qu’on ne vienne pas m’imposer cette merde au quotidien, ni me dire ce que je dois en penser. smiley


              • LE CHAT LE CHAT 16 janvier 2009 15:59

                et les crimes de guerre des néocons américains , glaives de la chrétienté en croisade en irak en en Afghanistan ? 

                plusieurs centaines de milliers !
                ex http://face-cachee-du-monde.wifeo.com/fallujah-le-massacre-cach.php


              • LE CHAT LE CHAT 16 janvier 2009 16:02

                et les millions de morts du SIDA en Afrique à cause de la croisade du pape contre les preservatifs ???


              • Scaevola 18 janvier 2009 15:06

                Absolument d’accord avec vous.


              • ma1965 19 janvier 2009 05:40

                A Le Chat

                Aucune des guerres entreprises par les USA et ses Alliés n’a été faite au nom de la religion chrétienne. 
                Jamais on n’a entendu un seul responsable politique occidental ou membre d’une quelconque église chrétienne de quelque pays que ce soit et de quelque niveau que ce soit appeler à la croisade. Cette soit-disant croisade des croisés n’est qu’un fantasmes de bon nombres de musulmans qui se croient encore au 13e siècle.

                Par contre, combien d’appels au Djihad et au meurtre de chrétiens et autres infidèles sont-ils lancés chaque jour dans la plupart des pays musulmans de notre belle planète ?

                Quant au message du pape sur le SIDA, les Africains, en conscience sont libres de suivre ses recommendations ou pas. Quel est le message de l’Islam sur le sujet ? La lapidation des adultères et la mise à mort des homosexuels ?


              • San Kukai San Kukai 19 janvier 2009 08:42

                Sans vouloir polémiquer, juste ces deux informations : le président des États-Unis d’Amérique avait bien appelé à la croisade dans la National Cathedral de Washington. D’autre part, en Irak, les militaires étasuniens étaient appelés à prier pour que Dieu inspirât à Georges Bush de sages décisions. Il y avait bien une dimension religieuse dans la façon de certains d’envisager ce conflit, ne serait-ce que dans l’opposition que se renvoie chaque camp l’un à l’autre : axe du mal (axis of evil) contre armée de Satan.


              • Lisa SION 2 Lisa SION 2 16 janvier 2009 11:10

                Hé franchouilliardement,

                ils commencent à nous pomper l’air tous ces chais pas quoi !

                On sait plus qui est qui, qui sont les sous départements des autres, qui est religieux, racial, ethnique ou espèce...Ashkénase, Séfarade, Levi, cohen, Berbères, Kabyle, Pourquoi on ne les met pas directement à une table qu’ils s’expliquent en privé et règlent une bonne fois pour toutes leurs problèmes de bile, qu’on puisse y voir plus clair et passer à autre chose.

                Pour réussir un repas de famille, la recette est simple, à table, pas de politique et pas de religion  ! Ainsi, on est garanti de ne pas se rentrer dedans devant les gosses, et de pouvoir rire en mangeant tranquille !

                Réglez vos histoires de familles en interne afin d’apparaître sur la scène internationale, dégagés de tout AFFECT, merci.


                • Le Concombre Masqué Le Concombre Masqué 16 janvier 2009 11:29

                  Nicolas Sarkozy commet une erreur grave en voulant interdire ce que d’aucun appelle l’Islamophobie, terme refuge qui permet surtout de ne plus avoir le droit de critiquer une religion, un comble dans un pays laïc !
                  Comme si le fait de ne plus avoir le droit de critiquer l’Islam va permettre à terme une réelle intégration de l’Islam dans notre société. Comme si l’irénisme pouvait être une solution viable pour essayer de concilier l’inconciliable.

                  En tant que Français laïc je refuse :


                  - Qu’une religion puisse bloquer des horaires de piscine !

                  - Que nos impôts financent des lieux de culte quels qu’ils soient quand ils ne sont pas transformés en plus pour colporter le pire du Coran !.

                  - Qu’une religion interdise à des médecins de soigner des malades sous-prétexte qu’ils seraient susceptibles de toucher le corps d’une femme.

                  - Qu’une religion exporte ses textes racistes, haineux et que des jeunes de nos banlieues hurlent Allah Ouakbar dans nos rues.

                  J’arrête là la liste, les censeurs de tous poils vont intervenir !


                  • dapeacemaker911 16 janvier 2009 11:42

                    Je suis definitivement attristé de voir que la propagande mediatique anti islam fonctionne a merveille.
                    Ils voulaient vous faire peur, ils ont reussi.

                    Soyez serieux, des connards y en a partout, dans TOUTES les religions et MEME chez les athés.

                    On a pas attendu ben laden pour bruler nos sorcieres, ni pour violer des gamins dns les eglises.
                    On a pas attendu d etre musulman pour battre nos femme et les empecher de s habiller a leur convenance.
                    on a pas attendu le 11 septembre pour tuer au nom de dieu ou d une quelquonque revelation mystic.


                    Soyez pas aussi betes que les pouvoirs l aimeraient.... y a des gens bien PARTOUT.....

                    ET DES CONNARDS Y EN A AUSSI PARTOUT, LA PREUVE ON EN A PLEIN A LA TETE DE NOS DESTINS.
                    mais ca... ce n emeu plus personne je crois.


                    DPM


                    C est l histoire d une societe qui tombe, et qui, au fur et a mesure de sa chutte se repete sans cesse :
                    "Jusqu ici tout va bien, jusqu ici tout va bien.... jusqu ici.... tout va bien...."

                    Mais le plus important c est pas la chute...


                    • San Kukai San Kukai 16 janvier 2009 13:04

                      La propagande médiatique anti-islam fonctionne depuis la croisades. Ce n’est donc pas chose nouvelle.

                      Quoi qu’il en soit, il me semble sain de pouvoir critiquer, voire moquer, l’islam en tant que religion. Comme il me semble sain de critiquer, voire dénoncer, l’amalgame entre islam et politique que fait l’islamisme. Dans ce sens, on ne peut que reconnaître à certains le droit d’éprouver une peur de l’islam et/ou de l’islamisme (que l’on appellera islamophobie) et de dénoncer l’un et/ou l’autre sous la forme qui leur plaît (dans les limites du droit).


                    • phil2nim phil2nim 20 janvier 2009 20:32

                      Les meilleurs propagandistes de l’islamophobie sont les musulmans eux mêmes, qui ont renoncé à la critique raisonnée du message coranique depuis 700 ans...
                      Cette religion monothèiste est certainement aussi nocive que les autres, mais elle parait plus dangereuse et rétrograde, car figée dans un corpus de croyances mal assimilées, utilisée par les pires doctrinaires, inféodés aux pouvoirs politiques.
                      Sa propension à confondre pouvoir théocratique et politique en fait, de nos jours, un fossile vivant, porteur des valeurs que les Lumières ont si bien combattu... Continuons le combat des idées.


                    • 6 toi yen 45 10 juillet 2009 15:14

                      Arrétez de dire des bétises...

                      L’ISLAM n’a rien avoir avec tout ça... Ce n’est pas au nom de l’ISLAM que des millions de personnes ont été déportées en URSS ! et avant par l’Allemagne nazie ! Ce n’est pas au nom de l’islam que l’Esclavagisme a perduré entre l’Europe et les Amérique ! Ce n’est pas au nom de l’Islam que les indiens ont été décimé ! Ce n’est pas au nom de l’islam que l’inquisition a persécuté des millions de gens ! Ce n’est pas au nom de l’islam que les peuples ont été colonisé !

                      L’islam contrairement à ce qui est faussement répandu ne s’est pas propagé pas l’épée mais par les coeurs cela est indéniable... Comment expliqué l’islam en ASIE (indonésie, inde, chine etc... en Afrique noir... pourqu’elle raison l’islam a dépassé toutes les autres religions en si peu de temps.

                      Tant que l’islam sera persécuté l’islam vaincra ! tant qu’il n’y aura pas de respect mutuel les gens seront attirés pas les fous extrémistes souvent manipulés... La loi anti foulard, anti burqua anti mouton dans la baignoire... Cette peur qu’on entretient sans cesse sur le musulman et qui le fait haîr par nos concitoyens qui ne connaissent rien à l’islam nest contre productif

                      Ce n’était qu’AMHA

                      Cordialement


                    • Vinrouge 16 janvier 2009 11:49

                      Complètement d’accord avec vous : les termes sont très importants, comme on dit, "le diable se niche dans les détails" !
                      Par contre, ne faites pas semblant de ne pas comprendre son propos de fond : il considère que les agressions comme celle ayant eu lieu au lycée Janson-de-Sailly cette semaine sont aussi intolérables que les attaques de synagogues smiley


                      • San Kukai San Kukai 16 janvier 2009 12:11

                        L’agression devant le lycée était sans doute raciste (à confirmer par l’instruction) mais en aucun cas islamophobe. On s’en est pris à des garçons sans doute parce que leur apparence (traits, accent, comportement, vêtements) traduisait des origines maghrébines. Il ne semble pas, selon ce que j’ai lu, qu’il y ait eu à cette occasion des propos tenus par les agresseurs contre l’islam, voire contre les musulmans. L’agression en question n’a donc rien à voir avec la religion.

                        On ne saurait donc confondre, à moins d’une intention délibérée d’entretenir la confusion entre origine ethnique et religion, une agression raciste d’un attentat contre un lieu de culte.


                      • Vinrouge 16 janvier 2009 14:26

                        C’est bien ce que je dis : ce qu’il met dans le sac de l’islamophobie ce sont les agressions du type de celles de Janson, avec un terme impropre comme vous le dîtes. Il aurait certainement plutôt du parler "d’arabophobie", mais nos concitoyens sont-ils prêts à entendre un tel mot ?
                        Vous me direz qu’il n’est pas nécessaire de parler d’arabophonie, car ça s’appelle déja le racisme, et vous aurez raison ! Mais il faut bien adresser un message direct aux populations concernées, pour leur montrer que (au - par la com’, je ne me pencherai pas sur le fond) les agressions dont elles sont sujettes sont reconnues également.


                      • San Kukai San Kukai 16 janvier 2009 16:11

                         Non, je ne parlerai par d’arabophonie, qui est à la langue arabe ce que la francophonie est à la langue française. smiley

                        L’antisémitisme est un concept relativement ancien, qui a été théorisé et étudié depuis des décennies. L’islamophobie est un terme qui se généralise somme toute depuis assez peu de temps et semble recouvrer de nombreux aspects différents. Le terme est d’autre part employé par les religieux cherchant à victimiser l’islam, alors que l’antisémitisme était originellement professé par eux qui entretenaient la haine des Juifs.

                        Pour ma part, je veux distinguer le racisme anti-« arabe » (faciès) — qui est en fait un racisme contre les Maghrébins (qui ne sont pas arabes) — du racisme anti-musulman (religion).
                        L’antisémitisme est un racisme exercé contre les Juifs, pris à la fois comme « peuple » (selon la définition biblique — lire à ce sujet le passionnant article de Shlomo Sand : « Comment fut inventé le peuple juif ? ») et comme adeptes d’une religion, indépendamment des origines ethniques de ses membres (européenne, proche-orientale, africaine).

                        Globalement, on peut comparer les profanation de tombes musulmanes et de tombes juives, les attentats contre une mosquée et contre une synagogue, les agressions contre un juif (identifiable à sa kippa, par exemple) et contre un musulman (identifiable à sa petite calotte, par exemple), les agressions contre un Juif (identifiable à son patronyme, par exemple) et contre un Maghrébin (identifiable par son patronyme, par exemple), etc. Mais on ne saurait mettre tout cela dans le même sac, sauf à faire des amalgames de façon volontaire dans un objectif particulier.


                      • Vinrouge 16 janvier 2009 17:53

                        il fallait lire arabophobie, excusez ma faute de frappe smiley


                      • Vinrouge 16 janvier 2009 18:09

                        Sur le fond, je suis d’accord avec vous : le terme d’islamophobie recouvre de nombreuses choses. Ce que je trouve intéressant tout de même dans l’emploi de ce terme c’est qu’on prend dans ce cas une référence religieuse. Pourquoi parle-t-on d’islamophobie et non de "maghrébophobie" ? Il me semble que les questions les + graves concernant directement les personnes originaires du Maghreb sont le + souvent liées à la religion (voile à l’école et manifs associées, problèmes avec les gynécologues masculins, mariage annulé pour non virginité, piscines lilloises, etc.) nourrissant un sentiment d’exaspération envers une religion et non un peuple. Le terme d’islamophobie accolé à celui d’antisémitisme n’est donc pertinent en ce sens qu’il rapproche peuple et religion, mais l’est par contre si l’on examine la nature des exactions commises envers ces groupes.
                        Envers les juifs, les agressions sont de toute nature, à commencer par leur prétendue richesse...


                      • Winael 16 janvier 2009 12:02

                        Aujourd’hui on désigne l’antisémitisme comme la haine du peuple juif. Or là aussi les mots ont un sens. Les peuples sémites sont l’ensemble des peuples parlant une langue d’origine semite, dont l’hébreu et... l’Arabe, et par conséquent les Palestiniens. Toute personne tenant des propos du genre "Les palestiniens sont des terroristes se servant d’enfants comme bouclier, il est normal qu’Israel ai la main lourde" tient donc des propos antisémites.



                        • San Kukai San Kukai 16 janvier 2009 12:21

                          Si l’étymologie du terme antisémite suggère en effet une action dirigée contre les peuples sémites, il est exclusivement utilisé depuis plus d’un siècle dans le sens de « lutte contre les juifs ». On peut se référer à la Ligue antisémite, ou aux théoriciens européens de la fin du XIXe siècle se recommandant de l’antisémitisme.

                          Ici, le terme traduit une action dirigée contre les juifs, non en tant que croyants, mais en tant que « peuple » ou « ethnie ». Ainsi, pour les Nazis, était considéré comme juif celui qui avait des grands-parents juifs, même s’il était tout à fait athée et ne fréquentait la synagogue que pour les mariages et les enterrements.


                        • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 16 janvier 2009 18:02

                          L’ironie amère de l’histoire est qu’il en est de même pour les juifs qui se disent orthodoxes : un individu athée né de mère juive (même athée) est donc juif pour eux, qu’il le veuille ou non ! Il est simplement traître à son origine et sa nature identitaires
                          C’est au mythe délétère des origines et au fantasme passionel de l’appartenance qu’il faut renoncer !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès