Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Appel citoyen pour une réforme contre l’abstention

Appel citoyen pour une réforme contre l’abstention

Interpellez vos candidats futurs députés sur l’abstention. Voici une lettre que j’ai envoyée à mes candidats à la députation suite aux 50-70 % d’abstention dans certains bureaux de vote de ma ville.

Faites pareil car il y a urgence !

Enervé par le taux d’abstention revenu en pleine face (70 % environ qui ne votent pas dans nos quartiers en tout cas), malgré des années à tenter de mobiliser les citoyens sur des projets collectifs, nous en avons aujourd’hui marre de l’hypocrisie générale qui vise à considérer l’abstention comme élément structurel de notre démocratie.

Hier, j’ai passé la journée à répondre que "non, en tant qu’asso de terrain, nous ne ferons rien contre l’abstention du 2nd tour" face au désastre (car nous sommes épuisés de notre action au 1er tour - voir notre blog) et que c’était aux politiques cette fois de bouger sur ce thème !

Du coup, nous invitons nos candidats à se positionner clairement sur une attitude - j’évoque le vote obligatoire mais pas seulement ! - et je vous invite à publier cet appel citoyen sur les blogs des candidats du second tour dans votre circonscription

(n’hésitez pas à personnaliser le texte ci-après). Bien cordialement

Bruno Lestienne Leblog2Roubaix.com

A l’attention des candidats (...) des circonscriptions du (département) :

L’abstention, qu’on croyait disparue, vient de frapper encore une fois nos quartiers. Avec seulement 35 % de participation dans certains bureaux (et on ne parle pas ici de ceux qui n’ont pas le droit de vote, trop jeunes ou étrangers, ce qui est aussi un débat en soi), elle plombe le débat démocratique et ne rend au final service à personne. 50 à 65 % d’abstentionnistes, c’est autant de citoyens français qui, au minimum, ne croient plus à un projet collectif. Certains considèrent même comme structurelle de notre démocratie cette absence de vote, ce qui est bien sûr inacceptable.

Vous qui, en tant que candidat(e), êtes sur le terrain à sillonner nos quartiers pendant ces derniers jours de campagne, vous savez l’ampleur du phénomène et qu’il y a aujourd’hui matière à réfléchir sur les modalités de vote, et l’urgence à toujours plus encourager l’investissement citoyen et le dialogue avec le politique, ce qui fut au coeur des débats de la campagne présidentielle.

C’est pourquoi, au nom de (votre blog, votre asso, etc) mais aussi au nom de tous les réseaux citoyens qui se retrouvent dans cet appel, je me permets de vous interpeller sur ce point :

Dans l’optique de votre élection aux législatives, vous engageriez-vous à provoquer une commission parlementaire ou groupe de travail qui pourrait aboutir à une proposition concrète de projet de loi, et qui aurait pour objectif "l’Abstention zéro", lequel chantier serait ouvert aux associatifs de terrain et aux réseaux citoyens (qui ont des propositions à faire) et permettrait de débattre des différentes possibilités, allant par exemple du vote obligatoire à des processus participatifs en amont avec la population, et ce dans le cadre d’un vaste chantier annoncé de la réforme des institutions et de la modernisation de notre république ?

Restant à votre entière disposition, et en attendant vos réponses, recevez, Monsieur, Madame le(la) candidat(e), nos salutations les plus respecteuses

(signature + url de votre blog)


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • aurelien 14 juin 2007 10:22

    L’abstention montre seulement que la politique est un jeu de dupe...

    Des marionnettes tirant les fils d’autres marionnettes.


    • Bill Bill 14 juin 2007 10:32

      Eh bien, moi je vous appelle à ne pas aller voter si votre candidat n’est pas au second tour !

      A vous les gauchôs du pcf et de la lo ou les verts si votre candidat est absent, n’allez pas faire payez 1.66€ au contribuable à cause de votre bulltetin de vote, le PS ou l’UMP feront la même chose les uns comme les autres...

      Les frontistes, restez chez vous si vous n’avez pas de candidat, ils n’ont fait que vous mépriser, et vous iriez leur remettre 1.66€ à ses parties qui sont riches déjà ? Que nenni !

      (Pour rappel, chaque vote rapportera 1.66€ au parti pour lequel vous voterez)

      Qu’ils aillent tous se faire voir avec leurs magouilles ! smiley

      Bill


      • Marie Pierre 14 juin 2007 10:34

        Déjà reconnaître le vote blanc serait un grand pas vers la démocratie. Que vous vous absteniez ou votiez banc, c’est pareil.


        • Pinpin 14 juin 2007 11:11

          Voter c’est cautionner le système en place. J’espère que si vous rendiez le vote obligatoire, il y aurait 40% de vote blanc.

          Face à la diminution de nos libertés individuelles, à la destruction de notre planète, à l’hypocrisie des classes dirigeantes, à l’absence de projet d’avenir, je suis las et m’exile politiquement, attendant que les choses s’empirent jusqu’au point de rupture et à une prise de conscience planétaire, pour qu’enfin un nouveau système se mette en place, où l’homme retrouvera l’harmonie ; si jamais tout n’explose pas avant et que l’on ne se retrouve pas tous irradiés à cramer sous une canicule perpétuelle.

          PS : Sarko doit bien se réjouir de cet énorme taux d’abstention, si cela lui offre les pleins pouvoirs, et il ne risque donc pas de faire quoique ce soit pour endiguer ce désengoument généralisé.


          • mel mel 14 juin 2007 11:52

            Bien d’accord avec toi Pinpin ! Pourquoi est ce qu’on continuerait à leur donner le pouvoir que de toute façon ils obtiennent ! Rien ne sert de participer à cette mascarade, laissons les tout détruire, et lorsqu’ils auront finis nous reconstruirons si nous sommes encore là pour le faire. De toute façon ils sont plus forts que nous, mais au moins il nous reste le choix de ne pas les élire.


          • NPM 14 juin 2007 20:19

            « à l’hypocrisie des classes dirigeantes »

            Toi, tu dois être le genre de mec qui veut entendre ce qui lui plait des hommes politiques, sinon tu votes contre, et qui aprés s’étonne qu’ils ne pensent pas un mot de ce qu’ils ont dis pour te plaire..

            A mon avis, c’est A TOI DE CHANGER.


          • LE CHAT LE CHAT 14 juin 2007 11:55

            à Roubaix le FN faisait des gros scores , mais comme le système veut pas qu’ils aient d’élus , ils sont restés chez eux , voilà tout !


            • TSS 14 juin 2007 20:36

              c’est tres simple ,il suffit de rendre le vote obligatoire comme en Belgique(sinon amende).

              les gens agitent sans cesse leurs droits !!en contrepartie ils oublient souvent qu’ils ont,aussi,des devoirs.


              • gidolle gidolle 15 juin 2007 13:45

                Ok, je suis d’accord avec toi : les gens ont des devoirs. Mais les politiques n’ont-ils pas eux mêmes des devoirs, celui par exemple de gouverner le pays pour le bien de la majorité des habitants de ce même pays. Peux-tu réellement me dire que les différents gouvernements de ces 30 dernières années en France ont conduit une politique à même de réduire les inégalités entre riches et pauvres ? Je me suis déplacé le week end dernier, et mon bulletin de vote portait la mention : « Le 29 mai 2005, j’ai voté contre le TCE. RESPECTEZ MON VOTE ». Si des milliers de personnes refusent de se déplacer c’est qu’il y a un problème de fond : aucun candidat ne se pose les vrais questions, et l’auteur de cet article non plus d’ailleurs. Trouvez des remèdes à l’absence de réponses concrètes en terme de propositions constructives pour la majorité pauvre du pays en légiférant, c’est un comme murez une fenêtre qui ne s’ouvrait déjà pas. La solution est ailleurs, mesdames messieurs les politiques respectez les gens qui votent pour vous.


              • leblog2roubaix 15 juin 2007 02:59

                Qu’un élu soit le soit grace ou à cause d’une part importante de gens qui ne participent pas est quand meme difficilement acceptable.

                Parmi ceux qui ne votent pas, il y a notamment les plus démunis. Je pense que si on fait pression sur les candidats et ensuite sur les députés un fois élus, pour une réforme du vote et que les gens les plus sensibles puissent retrouver confiance au processus électoral et défendre aussi leurs intérêts, ça changerait p-e pas mal de chose.

                Mais la question du vote obligatoire n’est qu’un des points à débattre vers ceux qu’il faut pousser nos députés. Sans doute faut-il aussi simplifier les institutions (entre conseils généraux, régionaux, communautés, pays, etc.. à la fin on ne sait plus qui fait quoi) et généraliser des espaces participatifs efficaces au plus près des gens (pas uniquement dans les quartiers abstentionnistes mais aussi dans ces quartiers-là).


                • gidolle gidolle 15 juin 2007 13:56

                  Tu fais là une remarque intéressante en parlant de la multiplication des institutions. As-tu remarqué à quel point avec les lois sur la décentralisation on a impulsé une politique qui éloigne de plus en plus le citoyen des lieux où l’on décide. Exemple avec les communautés de communes : les communes sont contraintes de céder à l’intercommunailté une partie de leur prérogatives. On fait de même avec l’Europe, la France abandonnant une large partie de son autonomie politique au profit de la commission européenne non élue qui détient pouvoir exécutif et législatif sur 27 pays d’Europe. Et maintenant, le parlement français est par conséquant devenu une chambre d’enregistrement des décisions qui viennent de Bruxelles. Normal ???


                • pffff 15 juin 2007 11:34

                  Il faut tout simplement rendre le vote obligatoire plus prise en compte du vote blanc.

                  Cela empechera les gens qui n’ont pas pris 20min de leur dimanche pour aller s’exprimer d’aller critiquer les reformes mises en place.

                  Et la prise en compte du vote blanc modifiera enfin la reflexion des politiques qui ne profiteront plus des votes « contre un(e) tel(le) » mais qui devront proposer des idées auquelles les gens adhereront.

                  La democratie ne s’en portera que mieux.


                  • kolymine 19 juin 2007 03:35

                    Plutot que d’obliger les gens à allez jouer au dupes en allan t voter quand il n’en sentent pas l’interet, ou le besoin, on se demanderas pourquoi d’ailleurs, il serais plus intelligent, d’empecher qu’à aucune election, soit elu un type, qui a moin de 50% des INSCRITS sur son nom, avec une inscription obligatoire et automatique sur la liste electorale. ils seraient enfin obligé d’avoir un projet interessant, qui ne se limite pas à donner du fric au riche et à niker les pauvres.

                    Cordialement,

                    Contre le Vote Obligatoire


                    • leblog2roubaix 19 juin 2007 04:40

                      Au contraire, en rendant le vote obligatoire, ça obligerait les politiques à tenir compte des plus fragiles qui aujourd’hui ne votent pas, lesquels se réinvestiraient dans la sphère citoyenne. Sinon l’idée des 50% des inscrits rejoint fortement celle du vote obligatoire et est intéressante aussi.

                      Le résultat du vote est ici est de 57% d’abstention (territoire ville)...


                    • Reinette Reinette 19 juin 2007 15:49

                      Le soir du 6 mai, Martin Bouygues (TF1), François Pinault (Le Point), Alain Minc (Le Monde), Arnaud Lagardère (Europe 1, presse magazine), Bernard Arnault (La Tribune), Serge Dassault (Le Figaro), Vincent Bolloré (Direct soir, Direct8, sondages CSA), Albert Frère (M6) et Jacques Séguéla (un crétin publicitaire bronzé et craquelé) se congratulent. Leur poulain a gagné la course.

                      Et pour cause : leurs médias ont installé un président dans les têtes avant même qu’il ne soit consacré dans les urnes.

                      Téléréalité, glorification des « people » par la presse gratuite, reportages sur les folies des riches et sur les tricheries des pauvres, tous ces instruments ont permis d’ancrer le style Sarkozy » au panthéon des vertus civiques.

                      (le site d’information en ligne boursier.com relève : « Les “valeurs Sarkozy” se calment un peu ce mardi matin : Bouygues redonne 1,1 % à 61,40 euros après s’être nettement distingué lundi à 62 euros dans un marché actif. Certains analystes estimaient hier que le groupe a désormais les mains libres pour mettre ses plans à exécution avec Alstom et Areva... » (8.5.07). Car Bouygues ambitionne de revendre TF1 à Bolloré et à Lagardère pour pouvoir investir dans l’industrie nucléaire...)

                      L’élection a clarifié les lignes.

                      Enfin « décomplexée », la gauche sociale-libérale affiche sa vocation de jardin d’acclimatation de la droite.

                      En moins de temps qu’il n’en faut à Bernard Kouchner pour devenir ministre du Dar(petit)four, Roger Hanin, Max Gallo, Eric Besson, Jacques Séguéla, Martin Hirsch, Jean-Pierre Jouyet, Claude Allègre, Jacques Attali ont baisé les babouches du pouvoir.

                      À entendre Manuel Valls détailler le nouveau credo socialiste, le reste du PS rattrapera sans peine ses chevau-légers. « Tout ce qui incite à la propriété va dans le bon sens », brame-t-il déjà (France Inter, 24.5.2007).

                      Ségolène Royal avait ouvert la voie en prononçant l’éloge d’Angela Merkel : « on voit comment cette femme est efficace, est concrète » (débat présidentiel, 2.5.2007).

                      Le président de la République des patrons a chargé sa directrice de cabinet de « chercher à “débaucher” quelques intellectuels de gauche et de renom, proches de La République des idées » (Le Monde, 20.5.2007).

                      Avec son fantoche, sa façade pluraliste et ses intellectuels de cour, les médias sont en ordre de bataille contre son principal adversaire : la Démocratie.


                      • jlm84 20 juin 2007 11:56

                        L’abstention est le seul moyen d’obliger les politiques a plus de democratie, au plus l’abstention est forte au moin ils ont du pouvoir, au plus le contre pouvoir est fort au moin ils ont de libertee, depuis plus d’un quart de siecle nous n’avons que deux choix possible, bientot nous n’en aurons plus qu’un, de la meme façon que mitterant a ruine le PC en lui proposant des ministeres, Sarko va aneantir la gauche en simulant l’ouverture et le partage du pouvoir, s’il echou ce sera autan le bilan de la droite que de la gauche. Aujourd’hui plus que jamais il est important d’affirmer que nous ne sommes pas des marionettes que l’on peut formater, nous avons d’autre choix et pour l’instant pas d’autre moyen de l’exprimer que de refuser de participer a ce simulacre de democratie


                        • leblog2roubaix 20 juin 2007 14:10

                          Au contraire ! L’abstention sert plus au systeme qu’au citoyen : d’une part le politique se trouve n’etre plus représentatif et donc n’est plus porté par toute la population (ici, le « score » des abstentionnistes est plus fort que les voix de chaque élu), et en plus, il est affaibli face aux techniciens (aux fonctionnaires) qui du coup trouvent, eux, tout le pouvoir de conseil et dans une moindre mesure, face aux syndicats. La France marche sur la tête.

                          Aujourd’hui le politique subit la technocratie, plutot que d’impulser des visions d’avenir et c’est d’autant plus effarant dans les zones fragiles.

                          Il est devenu assez fréquent que des fonctionnaires nous engueulent, nous citoyens, au lieu de nous « servir ». Vous trouvez pas ça incroyable ?


                        • Reinette Reinette 20 juin 2007 15:36

                          Veautez vos maîtres !


                        • Reinette Reinette 20 juin 2007 15:55

                          UN an avant les élections présidentielles, souvenez-vous que tous les médias* (tv, radios, journaux, mensuels, etc...) nous ont martelé le cerveau avec DEUX candidats possibles.

                          SARKO ET SEGO ont fait la UNE de tous les journaux... depuis début 2006

                          Nous n’avions alors pas d’autre choix : ou SARKO ou SEGO.

                          Les autres candidats étaient des « petits-candidats » !

                          *(Les intellectuels à l’assaut de l’Élysée : Omniprésents pendant toute la campagne, penseurs à gages et lobbyistes déguisés en experts se sont assurés que les élections ne tourneraient pas à leur désavantage.)


                          • Reinette Reinette 20 juin 2007 16:02

                            Le soir du 6 mai, Martin Bouygues (TF1), François Pinault (Le Point), Alain Minc (Le Monde), Arnaud Lagardère (Europe 1, presse magazine), Bernard Arnault (La Tribune), Serge Dassault (Le Figaro), Vincent Bolloré (Direct soir, Direct8, sondages CSA), Albert Frère (M6) et Jacques Séguéla (un crétin publicitaire bronzé et craquelé) se congratulent. Leur poulain SARKO a gagné la course.

                            Et pour cause : LEURS médias ont installé un président dans les têtes avant même qu’il ne soit consacré dans les urnes.

                            Téléréalité, glorification des « people » par la presse gratuite, reportages sur les folies des riches et sur les tricheries des pauvres, tous ces instruments ont permis d’ancrer le style Sarkozy » au panthéon des vertus civiques.

                            (le site d’information en ligne boursier.com relève : « Les “ valeurs Sarkozy ” se calment un peu ce mardi matin : Bouygues redonne 1,1 % à 61,40 euros après s’être nettement distingué lundi à 62 euros dans un marché actif. Certains analystes estimaient hier que le groupe a désormais les mains libres pour mettre ses plans à exécution avec Alstom et Areva... » (8.5.2007). Car Bouygues ambitionne de revendre TF1 à Bolloré et à Lagardère pour pouvoir investir dans l’industrie nucléaire...)

                            L’élection a clarifié les lignes.

                            Enfin « décomplexée », la gauche sociale-libérale affiche sa vocation de jardin d’acclimatation de la droite :

                            En moins de temps qu’il n’en faut à Bernard Kouchner pour devenir ministre du Dar(petit)four, Roger Hanin, Max Gallo, Eric Besson, Jacques Séguéla, Martin Hirsch, Jean-Pierre Jouyet, Claude Allègre, Jacques Attali ont baisé les babouches du pouvoir.

                            À entendre Manuel Valls détailler le nouveau credo socialiste, le reste du PS rattrapera sans peine ses chevau-légers. « Tout ce qui incite à la propriété va dans le bon sens », brame-t-il déjà (France Inter, 24.5.2007).

                            Ségolène Royal avait ouvert la voie en prononçant l’éloge d’Angela Merkel : « on voit comment cette femme est efficace, est concrète » (débat présidentiel, 2.5.2007).

                            Le président de la République des patrons a chargé sa directrice de cabinet de « chercher à “ débaucher ” quelques intellectuels de gauche et de renom, proches de La République des idées » (Le Monde, 20.5.2007).

                            Avec son fantoche, sa façade pluraliste et ses intellectuels de cour, les médias sont en ordre de bataille contre son principal adversaire : la Démocratie.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

leblog2roubaix


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès