Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Après le manteau neigeux, le manteau en peau de toutou fait son (...)

Après le manteau neigeux, le manteau en peau de toutou fait son entrée

 
Les manteaux de fourrure ne prennent pas une ride, constamment remis au goût du jour, ils font la fierté de celles et ceux qui les portent. Indicateur esthétique, indicateur de richesse… Le manteau de fourrure est victime de son succès et fait du même coup de nombreuses victimes (lapin, renard, castor, marmotte, phoque, vison, chien, chat, raton laveur...).

Pourquoi un tel engouement ? Quelle en est la réelle utilité ? Porter ce genre de manteau est un choix, le port n’est pas innocent, on en connaît la polémique et surtout la provenance. Les premiers hommes portaient les peaux d’animaux pour s’accoutumer au froid et s’en protéger, aujourd’hui il existe d’autres alternatives pour affronter le froid hivernal : coton, laine, polyester, soie, nylon…De faux manteaux de fourrure sont même disponibles à de bas prix et ont tout leur charme, et leur avantage évident est qu’il préserve le monde animal. Pourquoi faire souffrir pour se rendre plus beau ou plus belle ? Il est possible qu’instinctivement cela reste un besoin de maintenir un pouvoir sur les animaux, les dominant physiquement, l’homme suppose ne pas devoir respecter leurs droits, les maltraiter est normal.
Ce thème a été de nombreuses fois traité et pourtant la production subsiste. Les conditions d’élevage sont intolérables, les fermes à « fourrure » compte des nombres impressionnants de captifs, en Chine par exemple les animaux sont dépecés vivants afin de garantir une meilleure qualité des peaux. L’association PeTA tente de contrer ce problème en militant pour que l’on reconnaisse et protège les droits de tous les animaux. Sa politique s’appuie sur un principe simple « les animaux ne nous appartiennent pas ; nous n’avons pas le droit d’en disposer, que ce pour notre alimentation, notre habillement, nos loisirs ou nos expériences scientifiques », PeTA fondée en 1981 prône donc un traitement éthique des animaux et tente de convertir certains individu(e)s (Maria Carey, Pamela Anderson…) en proie aux succès de la fourrure. Certaines vidéos représentant des exécutions peuvent être visionnées sur le site, d’autres circulent sur la toile... Les images sont le plus souvent insoutenables tant le mauvais traitement est violent, cependant elles témoignent d’une réalité qu’il faut proscrire.

En surfant sur le net, en feuilletant des magazines de publicité, la même rengaine se vérifie, ils y proposent des manteaux de fourrure « Manteau …Haute Fourrure », certains magasins comme les Galeries Lafayette proposent « le plus enchanteur, le plus fabuleux, le plus étonnant, le plus mode, le plus élégant, le plus luxueux… »gilet ou manteau de fourrure… On paie cher « le Beau », très cher, au détriment des animaux et de son porte-monnaie.
 
De nombreuses stars s’affichent sans complexes avec leurs nouveaux manteaux de fourrure, cette exhibition influence, le désir est mimétique ainsi une personne achètera ce type de vêtement pour ressembler à Kate Moss (référence canonique en matière de mode) ou Lindsay Lohan par exemple. Dan Mathews vice-président de l’association PeTA a d’ailleurs écrit à Carla Bruni-Sarkosy la conseillant de ne plus porter ce type de manteau "Puisque nous avons vu des photos de vous portant ce que semble être de la véritable fourrure, je vous écris aujourd’hui dans l’espoir que vous envisagerez à renoncer à la fourrure", la première dame de France impliquée dans de nombreuses causes et intéressée par cette association renoncera donc à son « péché mignon » pour la Nation et pour donner l’exemple... Quelle douce attention.
 
 
 D’autres peaux sont commercialisées sous d’autres formes et connaissent une recrudescence, particulièrement la peau de crocodile, celle-ci est transformée en sac à main. De ce fait pour éviter ce commerce lucratif et irrespectueux, il faut que les consommateurs prennent conscience de la réalité et des conséquences de leurs achats. La réelle solution serait l’arrêt total du marché, continuer les manifestations et les adhésions dans diverses associations (« fourrure torture », « PMAF », « VegAnimal » « accusa »…) animer des débats afin de toucher d’avantage l’opinion publique… Le combat continue « Ensemble pour tous les animaux » (Ingrid E. Newkirk).

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Thoth 10 février 2009 16:14

    On devrait troquer le manteau en peau d’animal contre celui en peau de salaud !


    • ilian amar 14 février 2009 15:39

      le plus chique se serait en peau pauvre

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

EP

EP
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès