Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Arno Klarsfeld, véritable médiateur de la République...

Arno Klarsfeld, véritable médiateur de la République...

Pour conduire sa politique, le ministre de l’Intérieur fait appel au service de l’avocat Arno Klarsfeld, qu’il a nommé médiateur national.

Par principe, un médiateur est impartial  : il ne prend pas parti ; il est neutre : pas de solution contraignante  ; pas de préjugé... Arno Klarsfeld, fortement engagé politiquement, aurait-il depuis peu développé les qualités et acquis les compétences nécessaires à la médiation ? Tout d’abord, logiquement, en admettant que ce poste ait une légitimité institutionnelle, ne devrait-il pas être placé sous l’autorité du médiateur de la République* ?

Par ailleurs, s’agissant d’enfants scolarisés en France, quid du rôle du défenseure des enfants, poste auquel Mme Dominique Versini vient de succéder à Mme Claire Brisset ? En effet, inscrits dans nos écoles, les enfants et leurs parents ne sont-ils pas des administrés ?

Soyons clairs : la mise en place de ce médiateur fait figure de système détourné. Cet acte ne saurait être cautionné par les professionnels de la médiation. Il consiste à inscrire la médiation dans une politique d’exclusion. Politique de perdant(s). Et quand bien même nous pouvons voir fleurir la médiation partout dans les jardins à la mode, ceci ne saurait justifier l’implication d’un homme de droit dans cette démarche très contestable.

En l’occurrence, ce "médiateur national" a des fonctions de "porte-parole" et de "rappel à la loi" qui ressemblent à celles du médiateur du Procureur de la République. Quoique du côté des "médiateurs pénaux", les choses soient claires, et que les compétences soient dans un cadre juridique précis.

Arno Klarsfeld a obtenu la mission d’instruire selon des critères à la fois sociologiques, familiaux et culturels, les cas d’admission au séjour des étrangers en situation irrégulière et parents d’enfants scolarisés et, en conséquence, de faire appliquer la politique gouvernementale visant le système élitiste de l’immigration sélective ("choisie"). Il devrait rendre compte de son activité d’ici la rentrée de septembre. Toutefois, des associations se mobilisent pour enrayer un système qui considère massivement un type de personnes comme un "problème".

A peine nommé par le ministre de l’Intérieur, l’avocat Arno Klarsfeld a été clair sur sa ligne de conduite et ses a priori : « On ne peut pas régulariser tous ceux qui sont scolarisés. Le simple fait d’avoir pénétré illégalement sur le territoire avec un enfant ne peut être créateur de droits. ». La motivation politique a ses raisons... Et lui qui, en 2003, s’est engagé dans les garde-frontières de Tsahal, une unité israélienne qui participait à l’occupation illégale des Territoires palestiniens...

Le "médiateur du ministre de l’Intérieur" a été tout aussi clair sur ses préjugés en adoptant un critère « d’attaches fortes avec la France » ; lui qui a obtenu à sa demande la nationalité israélienne, il sait de quoi il parle, lorsqu’il affirme un "fort attachement"... à la nation française ! Comment imaginer qu’il puisse regarder avec le moindre discernement la situation d’une famille d’origine palestinienne, par exemple ?

Enfin, l’élitisme, cheville ouvrière des discriminations, s’exprime au travers de son seuil de tolérance qui concerne les enfants "bien notés" à l’école... Imaginons la charge culpabilisatrice qui pèsera sur les enfants mal notés.

Bref, l’ordre des avocats a décidément fort à faire pour clarifier la relation des avocats avec l’exercice de la médiation.

Mais, pour conclure, n’y-a-t-il pas ici une provocation à la désobéissance civique ? C’est en tout cas la manière dont le perçoivent des associations, tel le Réseau Education sans Frontière qui se mobilise, tels les Justes parmi les nations, en s’engageant à donner asile aux familles et enfants qui risquent d’être expulsés.
_______________

* Notons quand même que l’épithète "national" tend à signifier que ce médiateur de circonstance aurait des compétences plus étendues que celles du médiateur de la République. La référence à la nation est en effet toujours plus forte que la référence à la République.

_______________

A connaître aussi, le parti pris de cet avocat engagé pour la reconnaissance des "bienfaits de la colonisation" : rapport publié sur le site de l’UMP



Sur le même thème

Prédation économique : la fronde des entrepreneurs
L'antisémitisme, la nouvelle arme de culpabilisation des consciences ?
Israël : Cible les enfants !
Ukraine : qui sème le vent ...
Les Palestiniens ont besoin de notre rage


Réactions à cet article

  • Par jean paul deveaux (---.---.---.194) 5 juillet 2006 11:09

    Cher ami,

    merci pour cet article, je despérais d’une réaction à propos de ce fait scandaleux et je vous remercie de nous fair epartager votre réaction. Cet avocat se complait dans l’arrangement avec les lois de la république, entre démagogie et principes clairemnt contraire à notre droit, quelle légitimité a t il ?? Sous prétexte que ses parents sont des héros , il se plait à donner des leçons de morale tout en travaillant à new york et comme vous le dites il fait partie d’une milice exerçant une occupation illégale ; Loin d’être antisémite, j’ai le plus respect pour ses parents mais si on veut développer l’antisémitisme il n’y a qu’à nommer ce genre de guignols

  • Par Internaute (---.---.---.166) 5 juillet 2006 11:21

    Excellent article qui a le mérite de jeter le projecteur sur le côté sombre de Sarkozy.

    N’en déplaise à Armand (fil immigration subie/choisie), je trouve que Maître Kraslfeld est un homme plein de qualités et trés efficace pour défendre les intérêts sionistes.

    Malheureusement nos intérêts ne sont pas les mêmes.

    La plus grande vigilance doit être exercée envers Nicolas Sarkozy. Il mélange l’intérêt de l’Etat français et ses affaires personnelles. La nomination de Me Klasrfeld nous montre plus que jamais son incapacité à choisir ses collaborateurs en fonction de leur adéquation à la tâche à accomplir. Le choix est clairement népotique, les amis du CRIF pouvant toujours compter sur une place au chaud chez Nicolas.

    • Par andré (---.---.---.30) 6 juillet 2006 10:45

      A ma connaissance et jusqu’à preuve du contraire, Arno klarsfeld ne fait pas parti du CRIF. Ce genre de propos maniant insidieusement l’amalgame est tout simplement injurieux et scandaleux (je décrypte pour ceux quin’auraint pas compris : klarsfeld est juif, il fait donc parti du CRIF, qui, représentant les juifs est donc un lobby « sionniste » , qui contrôle donc le pouvoir politique et financier et qui peut donc placer ses « amis juifs » ou il veut dans les cercles de pouvoir). Ce genre de raccourci aussi facile qu’irréflêchi et faux en dit long sur la culture et l’intelligence de ceux qui les écrivent.

  • Par Sam (---.---.---.7) 5 juillet 2006 11:38

    Mais, pour conclure, n’y-a-t-il pas ici une provocation à la désobéissance civique ?

    Klarsfeld a un réseau très fort. Il se trouve toujours là où sont les caméras et le pouvoir. Avocat,il n’a aucune compétence à faire de la médiation. Militant pour Israël, il n’a aucune légitimité à affirmer une neutralité, une distance qui n’est pas la sienne.

    Déjà, sa proposition de médiation pour légitimer la colonisation - loi crée et propulsée par le gouvernement vychiste au manettes et les troupes muettes et pétochardes qui les suivent au garde-à-vous - avait été rejetée par le fait qu’il n’était absolument pas impartial, de par son parcours, de par son incompétence en tant que médiateur ou spécialiste en histoire et de par sa proximité avec le pouvoir.

    Le pouvoir recommence à vouloir nous balancer son joker israëlien.

    Sarko montre qu’il n’a en a rien à faire de la médiation et que seul le passage de sa loi vychiste lui importe - je rappelle que cette loi permet les rafles dans les écoles comme durant les belles années 40 - .

    Le pouvoir montre qu’il a des copains. Peut lui importe qu’ils soient disqualifiés, il faut les caser. C’est le principe de la meute.

    Chirac en tjs fait usage. On se souvient du trucbidule sur la société qui permettait au type dont les enseignants ont pitétiné les conneries, de se faire du pognon sans en foutre une rame.

    Sarko, bien formaté après 20 ans d’appareil Chirakoïde, fait de même.

    Cette médiation est une fumisterie.

    Cette loi est un moderne instrument raciste et d’esprit colonisateur.

    Cette direction prise par les responsables et la politique de l’immigration est absolument contraire au droit qu’à toujours incarné la France.

  • Par Faille (---.---.---.152) 5 juillet 2006 11:45

    Il y a une faille dès le début du raisonnement, qui met à bas la condamnation sur la partialité supposée.

    Vous dites « Par principe, un médiateur est impartial : il ne prend pas parti ; il est neutre » puis « quid du rôle du défenseure des enfants, »

    Ce qui serait largement plus partialcomme choix de « médiateur ».

    Ca continue par des attaques adhominem et des a priori sur le fonctionnement supposé du cerveau du bonhomme. C’est cet article qui est partial.

    • Par Cordialement (---.---.---.194) 5 juillet 2006 12:25

      Bonjour,

      Un petit tour sur le site du Défenseur des enfants et une lecture des textes de loi définissant son rôle s’imposent.

      Pour faire court, le Défenseur des enfants est indépendant et doit garantir le respect du droit des enfants. Ce n’est pas une « assoc’ qui milite pour la régularisation sans condition de tous les étrangers », ou que sais-je encore.

      Si vous trouvez partial de vouloir faire respecter le droit, sachez qu’il ne reste, selon vos critère, plus aucun juge partial en France.

      Cordialement.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 15:49
      Jean-Louis Lascoux

      Vous m’attribuez des critères que je n’ai pas définis. J’attire l’attention sur les institutions existantes selon les situations mises en cause. Mais si vous souhaitez plus de précision, alors la visite du site du http://www.mediateur-republique.fr s’impose plus justement.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 8 juillet 2006 15:32
      Jean-Louis Lascoux

      Le défenseure des enfants est directement concerné dès lors que les intérêts d’un enfant sont en cause.

      Il n’est pas prévu dans le texte qui l’institue de condition particulière de nationalité ou de légalité de présence sur le territoire.

      Et je lis, sans effort de lecture, sur le site dudit défenseure des enfants : « Lorsqu’une réclamation mettant en cause une administration, une collectivité publique territoriale ou tout autre organisme investi d’une mission de service public présente un caractère sérieux, (ndr : le risque d’expulsion est certainement sérieux) le défenseure des enfants la transmet au Médiateur de la République dans les conditions prévues par une convention conclue entre lui et ce dernier. ... »

      Donc, les institutions existent bien. N. Sarkozy et A. Klarsfeld, deux hommes de droit, deux avocats, les ignorent-ils ?

      Non. Le tour est judicieux. Ni l’une ni l’autre de ces autorisités indépendantes ne peuvent intervenir s’il y a une procédure judiciaire et la complexité de la saisine dans ces situations d’urgence rend illusoire un recours. Il suffit de lire la FAQ du Médiateur de la République pour s’imaginer le chemin de croix, si je puis dire.

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 9 juillet 2006 12:31

      Donc selon vous, les lois de la Nation qui l’autorise à interdire ou donner accès à son territoire à ses non-nationaux sont nulles et non-avenues ?

      Vous savez quoi ? Vu l’état de la planète, on peut estimer qu’au moins la population d’un continent aurait de bonnes raisons de vouloir s’installer en France. Est-ce un argument pour oeuvrer en ce sens ?

      Cela vous choque, qu’un médiateur ne puisse s’opposer à la Justice française et aux lois françaises ? Vous voulez instituer une dictature, des pouvoirs passant au dessus des lois de la démocratie ?

    • Par Prosope (---.---.---.147) 9 juillet 2006 13:01
      Jean-Louis Lascoux

      Il serait intéressant que vous puissiez donner votre définition d’un médiateur. Ceci posé, nous pourrons considérer les différences de définition et, alors, répondre à la question de la pertinence de cette nommination « médiateur national »... Si - et seulement si - le nom de « médiateur » associé à l’épithète « national » est légitime, au regard des institutions existantes, nous pourrons examiner le sens du choix du missionné...

  • Par Plus robert que Redford (---.---.---.128) 5 juillet 2006 11:50

    Juif ou pas, Pro Sarko ou anti, on s’en fout Royal’ment !

    Ce qui me gène dans le choix de ce personnage « MEDIATIQUE » s’il en est, c’est sa propension au pètage de plombs quand on l’asticote un peu.

    Pas vraiement l’image et les qualités d’un médiateur.

  • Par (---.---.---.67) 5 juillet 2006 12:10

    J’aime assez que l’on critique la double nationalité de Klarsfeld, en oubliant que la majorité des immigrés d’origine maghrebine ont une double nationalité, y compris les enfants nés en France. Quant à l’attachement de Klarsfeld à Israël il ne me semble pas plus suspect que l’attachement des musulmans Français à la Palestine...

    • Par Jojo2 (---.---.---.64) 5 juillet 2006 12:24

      Ce n’est pas pareil de choisir une autre nationalité à l’âge adulte quand on est né Français et aller combattre dans une armée étrangère ou d’avoir une double nationalité à la naissance. C’est assez facile à comprendre.

    • Par clairette (---.---.---.243) 5 juillet 2006 13:25

      Il a véritablement fait un choix ! qui n’était pas dicté par des difficultés financières, matérielles, ou absences de connaissances intellectuelles ! Donc je respecte son choix ! Mais qu’il ne vienne plus mettre son grain de sel dans les affaires françaises, je ne lui fais pas confiance ! Il y a encore des français capables de faire ce travail de médiation, que je sache !

    • Par David (---.---.---.132) 5 juillet 2006 13:28

      Tout à fait. Je me permets en outre de souligner à nouveau le caractère plus qu’ambigu, incongru, de la nomination de M. KLARSFELD par M. SARKOZY lorsqu’il s’est agi de légiférer sur le caractère positif de la colonisation. En effet, Israël est l’un des derniers pays, en ce début de 21ème siècle, à justifier une colonisation par les armes (il y a aussi la Chine avec le Tibet). Comment, en ayant demandé la nationalité israëlienne et en ayant surveillé les « frontières » de ce pays la mitrailleuse à la main, peut-on se présenter comme quelqu’un d’impartial en matière de colonisation ?

  • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 12:13

    D’accord avec le dernier post. Pour le reste, je trouve le choix de Klarsfeld maladroit : 1)il est trop « people » et n’a jamais démontré de grosses qualités personnelles outre le fait d’être le fils de ses parents. Mais n’est-ce pas là le reflet de la « Sarko-attitude » ? paillettes, stars,notoriété ; même le choix d’un avocat suggère une dérive à l’américaine. 2)Peu importe que l’on juge la politique israëlienne juste ou non - pour ma part, c’est très bien que le petit Arno ait voulu faire son service dans un pays où on risque d’être égorgé, enlevé, explosé - mais est-ce raisonnable d’en faire le médiateur de la nation française alors qu’il représente à la perfection la double-allégeance ? A la décharge de Sarko, on pourrait à la rigueur comprendre le choix de Klarsfeld comme la reconnaissance d’une dimension humaine au problème des sans-papiers, des réfugiés comme le pouvaient l’être, en d’autres temps, les Juifs des pays menacés par le nazisme. Par contre, les parallèles rafles d’enfants juifs/expulsions d’enfants étrangers sont stupides : les sans-papiers expulsés ne sont pas menacés d’extermination. Sur le fond de l’affaire, reconnaissons la dimension cornélienne : il est normal que l’Etat refuse la régularisation massive, car ce serait un appel d’air formidable ; il est normal que les gens se mobilisent pour aider, parrainer, cacher les enfants. Ce sont deux légitimités, inconciliables pour le coup, qui s’affrontent. Un dernier point qui n’a rien avoir avec cet article : j’aimerais que D. Milan m’explique son anti-sionisme primaire alors que son idole, Julius Evola, encensait dans ses écrits les « vertus guerrières » de l’Etat d’Israël nouvellement né ?

    • Par Daniel Milan (---.---.---.180) 5 juillet 2006 12:23

      Tout d’abord, je n’ai pas d’idoles. Toutefois je tiens Evola, jusqu’à la preuve du contraire, pour un grand penseur. Je n’ai rien lu d’Evola, faisant l’apologie d’Israël, sinon, je me serais bien évidemment remis en question à son sujet !

  • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 12:22

    Petite précision : ce n’est pas l’appartenance d’Arno Klarsfeld, clairement revendiquée, à une communauté qui pose problème, mais son service dans une armée étrangère. Qu’un citoyen lambda fasse ainsi double-allégeance, passe encore, mais pas chez un médiateur « de la nation ». La comparaison avec les maghrébins doubles-nationaux tient, mais seulement chez des personnes privées. A ma connaissance aucun des préfets ou membres de cabinets ministériels « issus de l’immigration » comme on dit, n’ont porté des armes ailleurs qu’en France.

    • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 12:32

      @D. Milan A vérifier, mais la citation se trouve dans « Le fascisme vu de droite » écrit après-guerre, dans le chapitre où Evola s’en prend au racisme biologique des nazis.

    • Par Daniel Milan (---.---.---.180) 5 juillet 2006 12:53

      Je regarderai, même si je suis surpris par cette position. S’il a réellement affirmé qu’ il était pour la création d’Israël, il doit y avoir un sens ésotérique à cela, car j’ai lu des positions contraires. Je sais qu’Evola était pour le racisme de l’Esprit et hostile au racisme biologique. Par ailleurs, j’ai parcouru en son temps son traité des races (en Italien) très spécifique à sa pensée, mais je ne me souviens pas avoir lu que les (...) correspondaient au « type solaire », situé en haut de l’échelle, selon lui, des races de l’esprit ! Evola avait souvent des positions propres, comme celui de ne pas "essayer de sauver ce qui est condamné à disparaître et à précipiter les changements. J’avais découvert Evola en son temps, quand je fréquentais le Grèce/Eléments...

    • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 13:24

      Le commentaire d’Evola se trouve - si je ne me trompe - dans « Le fascisme vu de droite », dans le chapitre où il dénonce le racisme biologique des nazis. Intéressant, l’extrême droite épinglait autrefois la passivité des Juifs, leur inaptitude à la guerre et leur internationalise, maintenant on leur reproche leurs qualités guerrières, leur nationalisme et leur rapidité à agir. Comme quoi, ils auraient tort quoi qu’ils fassent.

    • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 13:33

      Il y a d’autres fils sur Gaza - ici on parle d’Arno. Je n’avais pas vu mon post s’afficher, c’est pour cela qu’il y a une redite de ma part sur Evola. C’est le choix de Klarsfeld qui pose problème et non ses actes ou ses prises de position antérieurs. C’est un « fait du prince » alors qu’il existe des spécialistes autrement plus qualifiés, comme Patrick Weil, mais qui n’ont pas eu la chance d’avoir été croqués par Carla Bruni.

    • Par Marie Pierre (---.---.---.142) 5 juillet 2006 13:34

      Daniel Milan,

      Du temps où vous fréquentiez le GRECE. Voir ce qu’est ce groupuscule d’extrême droite.

    • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 13:37

      Vous voulez dire les pays où ils ont été traîtés en dhimmis pendant des siècles ? Intéressant comment les échanges de population en Europe après la 2ème guerre mondiale (les Sudètes n’étaient pas collectivement responsables de leur utilisation par l’Allemagne à des fins de conquête) ne déchaînent pas les passions. Et même la Grèce et la Turquie arrivent à se parler et à coopérer après les massacres et les expulsions de 1920.

    • Par Daniel Milan (---.---.---.180) 5 juillet 2006 13:38

      Bon, merci quand même. Je vérifierai et essaierai de comprendre... Ensuite, je prendrai, si nécessaire, plus de recul vis à vis d’Evola.Mais même à cause d’Evola, je ne vais pas virer pro-Israélien !!! Je puis vous assurer toutefois que les « Evoliens », ne sont pas des amis d’Israël, même s’il peut y avoir des exceptions. Vous pensez peut-être à Faye ou à Del Valle ? Pour ma part, je me réfère à Claudio Mutti !

    • Par armand (---.---.---.43) 5 juillet 2006 13:46

      Marie-Pierre, A l’origine, le GRECE, comme nombre d’autres organisations à droite dans les années 70, réagissait contre la chape de plomb que les marxistes faisaient peser sur la pensée et sur l’Université. Ce n’est guère plus scandaleux que tous ces maoïstes qui soutenaient à l’époque une des dictatures les plus sanglantes que la terre ait jamais vue. Beaucoup, néanmoins, ont évolué, souvent fort intelligemment.

    • Par Courouve (---.---.---.137) 5 juillet 2006 23:42
      Senatus populusque (Courouve)

      Quelqu’un qui a une double nationalité est fort mal placé pour juger de l’attachement des sans-papiers à la France.

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 9 juillet 2006 12:35

      Les lecteurs attentif noterons que le GRECE n’était pas de droite mais d’extrême-droite. Et que ses positions, voire les positions actuelles de ses anciens membres, sont en matière de sciences humaines aussi éclairées que celles des extrêmistes de gauche.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 9 juillet 2006 12:52
      Jean-Louis Lascoux

      votre propos n’a strictement rien à voir avec le sujet. Il conviendrait que vous vous documentiez pour ne pas faire ce genre d’hors sujet. Merci.

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 15 juillet 2006 18:50

      1. Mon propos à tout à fait à voir avec le commentaire d’armand. Le dialogue implique de répondre, pas de monologue sur la simple base de l’article de départ. 2. Vous connaissez de la documentation permettant d’établir que le GRECE n’était pas d’extrême-droite, notamment permettant d’établir que ce n’est que pur hasard si on y trouvait moulte fer de lance de l’extrême droite (Faye, Valla, etc) et que les théories du GRECE ont le vent en poupe en particulier parmi les intellectuels d’extrême-droite ? L’accusation de « mal documenté » me parait légère, en plus d’être gratuite.

  • Par ecce lex (---.---.---.210) 5 juillet 2006 12:35

    le problème des régularisations c’est que c’est un concept. Quand on passe au réel on se retrouve avec des êtres humains, qui de cultures différentes se retrouvent sous le coup de lois totalement ethnocentristes... alors oui à la régularisation et tt simplement non à toutes les droites !

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 9 juillet 2006 12:36

      Que répondez-vous à Michel Rocard, quand il dit que la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde ?

    • Par Prosope (---.---.---.147) 9 juillet 2006 12:49
      Jean-Louis Lascoux

      rien. Sauf que... peut-être... oui, en effet, je me souviens qu’il a préfacé un livre qui traite de médiation, avec R. Barre, d’ailleurs. Probablement devrait-il avoir un avis, lui, sur cette manière cavalière de traiter l’institution du Médiateur de la République.

      Il a fallu une loi pour définir le cadre de l’intervention du Médiateur de la République et une petite circulaire (qui circule peu d’ailleurs) pour missionner un Médiateur National...

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 23 juillet 2006 01:39

      A vrai dire, je m’adressais à ecce lex. Votre message ne répond pas au mien. Il est certes centré sur votre article mais pas sur ce fil de discussion.

  • Par phiconvers (---.---.---.226) 5 juillet 2006 12:46

    C’est amusant de voir klarsfeld traité de réac... En attendant, il n’a aucune légitimité et Sarkozy montre à ceux qui veulent bien le voir qu’il n’est qu’un margoulin de plus.

    « cet avocat engagé pour la reconnaissance des »bienfaits de la colonisation«  » : si cela avait été le cas, j’aurais presque de la sympathie pour lui, mais il a en fait été à l’origine de ce énième viol du Parlement par un exécutif pétri de lâcheté.

  • Par clairette (---.---.---.243) 5 juillet 2006 13:38

    je crois que cet article va devenir également un troll ! Nous allons dériver dans le contexte du conflit israèlo-palestinien !

    Mais élire Arno Klarsfeld à ce poste n’est-il pas déjà de la provocation ? Je ne suis ni juive, ni musulmane, mais je crois qu’avec ce genre de provocation, un maximum de gens vont se découvir pro-palestiniens ! et le proclamer ! Que le gouvernement, Sarkozy, voire les amis d’agoravox, ne se plaignent pas ensuite de dérives soi-disants anti-sémites ?

  • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 13:50
    Jean-Louis Lascoux

    A lire certaines contributions suite à mon article, je suis désolé, navré. Quelqu’uns y voient l’occasion de se répandre, de façon plus ou moins explicite, en digression.

    Loin de moi d’avoir des propos de nature glissante. Si certains se sentent heurtés, qu’il considèrent bien que mon approche est relative à la médiation et à ce qui fait et permet la médiation seulement. C’est de ce point de vue que je me positionne.

    Les questions qui sont au centre sont la compétence de médiateur, l’aptitude à remplir les fonctions de médiateur, et le choix de nommer un « médiateur » « médiateur national ».

    La terminologie n’est pas neutre.

    A-t-elle été bien réfléchie ? Force est d’y croire, sinon nous n’allons pas sortir d’un débat sur la volonté de faire passer un message clair.

    Il s’agit aujourd’hui de dire, au travers d’un « médiateur national », ceux qui peuvent être considérés comme appartenant à la Nation française et ceux qui ne le seront pas. A vie ? Probablement...

    Dès lors, la chose ayant été vue par un « médiateur » au nom de la Nation, c’est à dire au nom du peuple français, celui qui n’aura pas été considéré comme appartenant à la Nation le pourra-t-il un jour, en dépit de son sentiment d’identité, de sa volonté d’appartenance ?

    En effet, je m’interroge, tant sur ce choix de nommer un « médiateur national » - qui n’est évidemment pas sans faire penser à la recherche de souligner l’identité française et par corolaire de déborder sur le « nationalisme » - mais aussi sur le fait que des institutions déjà en place soient pour le moins enjambées par cette mission.

    A savoir que le Médiateur de la République est déjà l’ombudsman national... Une autre traduction possible de cet héritage suédois : « médiateur national ». Quelle est la compétence du Médiateur de la République ? Elle est de régler « les litiges entre citoyen et administration ou service public. »

    Se pose alors la question de citoyenneté. Ne serait-ce pas un sujet qui devrait être soumis à la médiature de la République ? En effet, nous trouvons aussi sur le site du Médiateur de la République une réponse à ce sujet. Dans sa FAQ, à la question « Qui peut avoir recours à lui ? » Il répond : « Tous les particuliers, sans critère de nationalité (...) ». C’est-à-dire toute personne confronté à un problème avec une institution, une administration...

    Enfin, c’est seulement en effectuant des recherches que j’ai découvert à la fois le « côté people » d’A. Klarsfeld et ses divers engagements. Que l’on partage ou non ses convictions, le propos n’est pas là. Le propos est de savoir si ce système de « médiateur national » est fondé et, cela de manière accessoire, de bien considérer dans quelles mains il est remis.

    Quant à la façon dont certains font des interprétations de mon propos, ou le détournent, témoignent manifestement plus de leur positionnement qu’a contrario du mien, comme ils tendraient à le tordre.

    Cordialement vôtre

    • Par Marie Pierre (---.---.---.254) 5 juillet 2006 14:49

      Bonjour,

      Je pensais (bêtement peut être), que médiateur national signifiait tout simplement qu’il pouvait intervenir sur tout le territoire français. Médiateur de la République a un sens plus fort : il représente La France.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 15:45
      Jean-Louis Lascoux

      Nation fait référence au peuple français soit sur l’ensemble territorial, en effet, ou / et selon une relation de type identitaire, tandis que la République en est le système...

      Autrement dit, la Nation n’a pas besoin de la République pour être, tandis que ça n’est pas le cas de la République smiley

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 23 juillet 2006 01:45

      La République n’est pas un système. La République, c’est la Nation, c’est la res publica, la chose commune.

      Il est classique en France de confondre démocratie et république, de croire que république signifie un mode de fonctionnement institutionnel précis (idée qui suppose de prétendre que les romains, inventeurs du concept de res publica, ne savaient pas ce que c’était, puisqu’eux ont parlé de res publica pour leur cité qui fut tour à tour à une monarchie, une oligarchie puis à nouveau une monarchie).

      Si on peut prétendre que la Nation n’a pas besoin de la République pour exister, c’est uniquement parce qu’en France on oppose monarchie et république, ce qui n’a de sens que selon l’idéologie des Lumières qui voulait montrer l’Ancien Régime comme détaché de l’idée de chose commune - parti pris évident.

      Quoi qu’il en soit, il est certain que « médiateur national » n’est pas équivalent en terminologie au « médiateur de la République ». De fait, le médiateur national est au médiateur de la République ce que le médiateur républicain est au médiateur de la Nation.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 23 juillet 2006 09:12
      Jean-Louis Lascoux

      Oui, République, chose commune, bien commun, les institutions et leur fonctionnement, d’où l’en bref ci-dessus...

      Mais quant aux nuances, l’association d’idée est ce qu’elle est : élu de la Nation ou élu de la République ?

      Il faut peut être entendre « national » da&ns l’utilisation avec « médiateur », comme on dit « route nationale » : ça distrait le petit monde...

  • Par Bouli (---.---.---.231) 5 juillet 2006 14:01

    Merci pour cet article, et merci de rappeler aux différents intervenants son sujet.

  • Par Frédéric Mahé (---.---.---.4) 5 juillet 2006 14:15
    Frédéric Mahé

    Merci pour cet article clair et informatif. A lire les commentaires inévitables sur juifs et palestiniens, people ou pas people, Tsahal ou Hamas, j’ai un peu l’impression qu’on s’écarte du vrai scandale de cette affaire : M. Sarkozy invente une loi (alors que sa fonction ministérielle consiste surtout à appliquer les lois), puis devant le tollé provoqué, décide tout d’un coup d’appliquer sa loi « modérément » (2% des cas a priori), puis nomme un avocat lui-même pour étudier les dossiers litigieux (qui décide du litige ?) au cas par cas.

    Donc, le Ministre de la Police, se retrouve ici (si je compte bien) à la fois législateur, applicateur de la loi, instructeur, juge, et commanditaire de l’avocat, donc médiateur, comme le souligne Prosope. Et personne ne proteste ! C’est autrement plus alarmant que la personnalité de M. Klarsfeld Jr ou que son passeport, non ?

    • Par machinchose (---.---.---.103) 6 juillet 2006 00:14

      ce n’est pas la première fois que sarkozy piétinne les plates bandes de son ami clément ou de son patron villepin sans que cela n’émeuve qui que ce soit. Les journalistes (qui sont censés s’en offusquer car après tout il s’agit des fondements de la république) sont encore assez béat d’admiration devant l’ami de Lagardère.

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 9 juillet 2006 12:42

      Sarkozy n’a pas inventé une loi. En tant que membre du Gouvernement, il a proposé une loi, comme cela se fait extrêmement souvent dans la Vème République, ce n’est pas un fait nouveau. Cette loi fut votée par le Parlement, est donc de pleine légitimité et le Parlement en est responsable.

       Sarkozy n’est pas le législateur
       L’expulsion est une mesure administrative (sauf si c’est une condamnation pénale), elle est donc du ressort du pouvoir administratif du ministre de l’Intérieur

      Vous avez le droit de ne pas apprécier ce fonctionnement institutionnel mais il est tel depuis 1958. Pas de quoi s’acharner donc sur un ministre de l’Intérieur en particulier. Le fait que vous appréciez ou pas ce ministre ne devrait pas faire déraper une critique des institutions sur la critique d’un homme.

  • Par Daniel Milan (---.---.---.180) 5 juillet 2006 14:55

    Excellent, Danny, votre commentaire sur Klarsfeld ; Toutefois, j’appelle à la plus grande réserve concernant le « Comité Juif pour la Paix », sa mission étant de « redorer le blason » d’Israël.

  • Par (---.---.---.72) 5 juillet 2006 14:59

    Demat dit,

    Cher danny ,les antisémites de pacotilles comme vous, j’en déguste chaque jour entre un loukoum et un kouing aman.

    Vos arguments sont tellement imbibés de haine raciale que je vous gerbe dessus.

    kenavo ar wezh all

  • Par CAMBRONNE (---.---.---.43) 5 juillet 2006 15:06

    CURIEUX CE BEL ACCORD POUR LYNCHER ARNO KLARSFELD !

    Vedette du procés Papon , il faisait figure de juste ,représentant des fils et petit fils de victimes de l’holocauste , réclamant justice à la mauvaise France , celle de Vichy , celle de Papon , en fait le gros de la nation française.

    Belle unanimité à l’époque , pas si lointaine , pour fustiger les Français qui n’avaient pas encore avoué leurs crimes . Personne n’avait parlé de la shoa aprés la guerre . Caché tout ça . Heureusement la famille Klarsfeld était là .

    J’ai regardé tout le procés et j’ai été frappé de la nullité du jeune Arno par rapport à ses confrères qui étaient tous des pointures .

    Ayant été bercé pendant toute mon enfance et ma jeunesse par des commémorations , des films documentaires à la télé dont « Nuit et brouillard » , je me demandais si je révais ou bien si on parlait d’un autre pays . J’affirme que , né en 1944 , j’ai toujours entendu parler , dés que j’ai été en age de comprendre , des crimes nazis , de la collaboration , de la déportation et du massacre des juifs dans des camps de concentration .

    La raffle du vel d’Hiv est montrée tous les ans à la Télé depuis au moins le début des années cinquante .

    En dehors des avocats de la défense il y avait peu de gens pour dire qu’Arno Klarsfeld était un agité du bocal , ce qui m’avait d’emblée sauté aux yeux . Le peuple de gauche ne pouvait que soutenir le pourfendeur de la mauvaise france , celle de Vichy .

    Mais on change de registre , le chevalier blanc prend position pour le pays de ses ancêtres et part en Israel , dont il prend la nationalité pour faire son service militaire .

    Hé bien voyez vous , moi je réagis a l’envers : J’apprécie ce geste qui consiste à mettre ses idées au bout de son fusil et à risquer sa peau pour son pays, son vrai pays , le pays de son choix .

    J’avoue que j’ai toujours été géné par le fait que les Juifs avaient la nationalité de leur pays de résidence en plus de leur appartenance revendiquée au peuple juif .

    Je suis géné de voir les jeunes militants juifs du BETAR brandir des drapeaux israeliens , comme je suis géné d’ailleurs de voir de jeunes beurs brandir des drapeaux algériens , n’ayant, malheureusement pour moi , aucune patrie de rechange .

    Pour le choix qui a été fait de le nommer médiateur , il est évidemment contestable .Mais il faut voir aussi en lui un homme trés sensibilisé au sort des enfants que l’on déporterait et qui s’efforcera d’être juste en souvenir d’autres enfants victimes ?

    Cet Arno Klarsfeld nouveau , muri , ne me dérange pas , au contraire , je pense qu’il peut apporter quelquechose au problême posé .

    Ce qui est dommage c’est de voir cette bouffée d’antisémitisme qui inonde une fois de plus ce forum .

    Trollez bien messieurs et mesdames de l’union panislamiste de france .

    Vive la République quand même .

    PS : Logiquement , avec les propos que j’ai tenu , soit je ne suis pas lu et on m’ignore , soit j’en ramasse plein la gueule de tous les bords . Alea jacta est !

    • Par Cordialement (---.---.---.194) 5 juillet 2006 16:19

      Bonjour,

      Ne nourrissez pas les trolls ! Voilà la règle à essayer d’appliquer. Et j’espère la respecter en vous répondant, chose à laquelle je préfère un signalement d’abus pour d’autres commentateurs.

      La religion d’Arno Klarsfeld n’a semble-t-il d’importance que pour les anti-sémites et les victimistes. Ce dont il est question dans l’article - et l’auteur a d’ailleurs précisé que ce n’est pas le plus grave dans cette affaire - c’est sa naturalisation et son engagement dans une armée qui occupe illégalement un territoire. Comme le dit Jojo2, il aurait pu s’agir de quelqu’autre pays, l’Allemagne, l’Italie ou le Portugal (je ne cite que ceux là pour faire très foot), le problème serait le même.

      Vous dîtes apprécier « ce geste qui consiste à mettre ses idées au bout de son fusil et à risquer sa peau pour son pays, son vrai pays, le pays de son choix ». On ne vous privera pas de votre droit à apprécier cela (quand bien même des terroristes internationaux répondraient à cette description...), mais tout cela est-il bien normal pour un « médiateur national » ?

      Plus contestable encore que le choix de cette personne, c’est la fonction qu’il est sensé remplir, celle de « médiateur national ». Cf les explications de l’auteur. Je ne répond pas au reste de vos propos, la règle énoncée plus haut me l’interdisant :)

      Cordialement.

    • Par (---.---.---.215) 5 juillet 2006 16:33

      Une victime auréolée de souffrance peut elle être coupable ? Et un coupable peut il être victime ?

      Telle est la question !

      un troll est il quelqu’un qui critique Klasfeld ? Critiquer Klasfeld, est ce être antisémite ?

      Il est diabolique ce Sarkozy ! Ce pourri a nommé un gars inattaquale sur la forme pour qu’on n’attaque pas le fond du problème sans y laisser des plumes d’antisémitisme et de trolls !

      Vive la censure en marche sur Agoravox !

    • Par Marsupilami (---.---.---.245) 5 juillet 2006 16:36

      Ouaf !

      Essayons donc de rattraper ce fil pourri pas les trolls de la haine. Le choix de Sarkozy est parfaitement pipole-démagogique. Sarkozy flirte dangereusement avec tous les communautarismes dans un but purement électoraliste. Un jour il fait des risettes avec les islamistes de l’UOIF, le lendemain avec les juifs sionistes ultraconservateurs. Sarkozy est un homme dangereux qui fait absolument n’importe quoi. Ce n’est vraiment pas malin d’avoir choisi le mannequin pipole-sioniste Klarsfeld pour jouer le rôle de modérateur pour ces problèmes qui concernent des populations majoritairement musulmanes. Cela s’appelle jeter de l’huile sur le feu.

      Sarkozy est un irresponsable.

      Houba houba grrr...

    • Par (---.---.---.193) 5 juillet 2006 21:21

      Au contraire, c’est le plus attaquable, et c’est tant mieux !

  • Par fredericKH (---.---.---.41) 5 juillet 2006 15:13

    La référence à la nation est en effet toujours plus forte que la référence à la République.

    Effectivement ! Mais...

    Je ne vois pas pourquoi notre cher SARKOSY, Patron de l’UMP, Ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation et de la « Désintégration sociale », ne peut avoir le légitime droit de s’entourer des gens compétents qui, comme il disait à propos d’un éminent Philosophe : « ...des hommes qui font l’honneur à la France et à la République... ».

    Une élite comme précisément KARSFELD.

    Des hommes qui ont fait leurs preuves à chaque MISSION, toujours dans l’intérêt absolu de la France.

    Il est vrai que tout va très bien en France, personne ne peut dire le contraire, s’il n’y a pas cet énorme et insoluble problème de l’immigration qui fait barrage et qu’il faut clarifier d’urgence, d’une main de fer sans gant de velour et une fois pour toute. Une équipe SOLIDAIRE et INTEGRE autour de notre Candidat Vedette est autant nécessaire que la présence de CÉCILIA à ses coté.

    Il ne me reste qu’à remercier l’auteur de cet article sans ambiguïté traitant de la médiation mais qui risque fort de chatouiller certaines âmes sensibles.

     smiley) Vive la République Française.

    Bien à vous tous

  • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 16:33
    Jean-Louis Lascoux

    A la différence de la guerre, qui s’ensaignent, la médiation s’enseignent... Nombre de contributions ici en sont la démonstration.

    Revenons au sujet. Merci.

    Sur le site de l’association internationale des Ombudsmans, nous trouvons cet historique :

    "L’ombudsman moderne trouve ses origines dans le Justitieombudsman (Ombudsman pour la justice) suédois, créé en 1809. L’institution franchit les frontières de la Suède au vingtième siècle et d’autres pays scandinaves l’adoptèrent (...)la France, en 1973 (...)

    Au milieu de l’année 1983, on dénombrait des ombudsmans nationaux dans vingt et un pays (...)"

    Le terme de « Médiateur » a été adopté par la plupart des pays francophones, voire latins. C’est à dire que « Médiateur de la République » et « Médiateur National » est logiquement, si la terminologie n’est cependant pas prévue par la loi, la même chose.

    L’indépendance politique des ombudsmans est une affirmation constante. Il s’agit d’une autorité indépendante, qui ne peut recevoir de directive ni d’une administration ni du gouvernement.

    On peut comprendre alors la démarche du Ministre de l’Intérieur. C’est la raison pour laquelle je parle, dans mon sujet qui n’en finit pas d’être détourné, par les uns pour véhiculer des propos douteux, voire carrément inacceptables, d’autres pour faire de même avec des propos anti-personnels, et pour faire d’eux-mêmes les porte-paroles qui au final claironnent le contraire des valeurs fondamentales pour lesquelles ils ne sont pas prêts, c’est pourquoi je parle d’un « détournement ».

    Voir quand même le site des ombudmans de la planète :

    http://www.law.ualberta.ca/centres/...

    Quant au sujet de l’immigration, il est dans l’ordre des préoccupation du Médiateur de la République, comme en témoigne ne serait-ce que sa dernière lettre téléchargeable sur son site.

    http://www.mediateur-republique.fr

    • Par Jojo2 (---.---.---.64) 5 juillet 2006 16:40

      On ne pleurniche pas quand dans son article on parle de Tsahal et des palestiniens à propos d’une affaire française.

      Métavi.

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 16:46
      Jean-Louis Lascoux

      et voilà un provocateur de service. Amusez-vous bien, puisque vous considérez que l’invitation à la réflexion est une pleurnicherie. Il faut que vos arguments se limitent à bien peu de choses.

    • Par Jojo2 (---.---.---.64) 5 juillet 2006 16:55

      Provoc ? Que nenni.

      La preuve, c’est que vos derniers posts sont beaucoup plus intéressants que votre article qui avait, lui, une allure de provocation. Pourquoi ne pas avoir fait mention de ces références scandinaves, au lieu de parler de Tsahal, d’Israel et de palestiniens ? Qu’est-ce que celà avait à voir avec la choucroute ?

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 17:10
      Jean-Louis Lascoux

      Un médiateur doit inspirer confiance. C’est un principe même de la médiation.

    • Par Jojo2 (---.---.---.5) 5 juillet 2006 18:03

      J’entends bien. Il y a beaucoup de raisons à n’avoir aucune confiance en quelqu’un nommé par Sarkozy. Y méler le conflit Israelo-Palestinien est la porte ouverte au trolling. Je m’y suis d’ailleurs laissé prendre, en partie seulement. Il aurait fallu d’emblée centrer sur l’essentiel, qui est mieux expliqué dans ce dernier post. On est aussi ici pour apprendre. Enfin moi...

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 18:18
      Jean-Louis Lascoux

      Je vais peut-être vous décevoir. Le fait que le Ministre de l’Intérieur recherche des compétences pour mener sa politique est une chose, qu’il choisisse le nom de « médiateur » en est une autre, « médiateur national », une troisième et un de ses confrères pour endosser le titre de circonstance, en l’occurence A.K., avec tout ce qu’implique les positionnements pris par cet avocat, une quatrième.

      Tout est donc discutable, mais avec discernement.

      Par définition, la médiation est une démarche pacificatrice, respectueuse des droits des Hommes (et des Femmes, et des Enfants et de toute la vie). Elle permet a des personnes de se sortir de situation qu’elles vivent comme inextricables. La médiation fonctionne très bien. Mais son utilisation propagandiste actuelle, mêlangeant beaucoup de chose, ne facilite pas la clarification des intérêts de la médiation.

      Elle entre sans aucun doute en adversité avec ceux qui professent la guerre ou prennent les armes. CQFD.

    • Par Jojo2 (---.---.---.5) 5 juillet 2006 18:23

      C’est comme ça qu’il aurait fallu commencer...

    • Par (---.---.---.199) 5 juillet 2006 18:35

      Je n’osais dire de meme, mais effectivement l’article original me semblait tres partial limite provocateur et la lecture des commentaires de Prosope me fait mieux comprendre le probleme de maniere objective.

  • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 16:34
    Jean-Louis Lascoux

    A la différence de la guerre, qui s’ensaigne, la médiation s’enseigne... Nombre de contributions ici en sont la démonstration.

    Revenons au sujet. Merci.

    Sur le site de l’association internationale des Ombudsmans, nous trouvons cet historique :

    "L’ombudsman moderne trouve ses origines dans le Justitieombudsman (Ombudsman pour la justice) suédois, créé en 1809. L’institution franchit les frontières de la Suède au vingtième siècle et d’autres pays scandinaves l’adoptèrent (...)la France, en 1973 (...)

    Au milieu de l’année 1983, on dénombrait des ombudsmans nationaux dans vingt et un pays (...)"

    Le terme de « Médiateur » a été adopté par la plupart des pays francophones, voire latins. C’est à dire que « Médiateur de la République » et « Médiateur National » est logiquement, si la terminologie n’est cependant pas prévue par la loi, la même chose.

    L’indépendance politique des ombudsmans est une affirmation constante. Il s’agit d’une autorité indépendante, qui ne peut recevoir de directive ni d’une administration ni du gouvernement.

    On peut comprendre alors la démarche du Ministre de l’Intérieur. C’est la raison pour laquelle je parle, dans mon sujet qui n’en finit pas d’être détourné, par les uns pour véhiculer des propos douteux, voire carrément inacceptables, d’autres pour faire de même avec des propos anti-personnels, et pour faire d’eux-mêmes les porte-paroles qui au final claironnent le contraire des valeurs fondamentales pour lesquelles ils ne sont pas prêts, c’est pourquoi je parle d’un « détournement ».

    Voir quand même le site des ombudmans de la planète :

    http://www.law.ualberta.ca/centres/...

    Quant au sujet de l’immigration, il est dans l’ordre des préoccupation du Médiateur de la République, comme en témoigne ne serait-ce que sa dernière lettre téléchargeable sur son site.

    http://www.mediateur-republique.fr

    • Par uncle benz benz benz (---.---.---.66) 5 juillet 2006 17:33

      On voit parfaitement sur ce post que : 1 des antisémites peuvent se cacher derrière des antisionistes ou des adversaires de la politique israélienne. 2 L’argument de l’antisémitisme peut être envoyé à la figure pour éviter de parler du fond de l’affaire. Dans ces problématiques à plusieurs niveaux de lecture, la manipulation n’est jamais loin. Je crois que la nomination d’Arno K. à ce poste a pour but de nous égarer dans des considérations creuses et sans intérêt : ça marche. Je ne suis pas hostile aux propos de l’article mais merci à certains de recentrer sur le sujet sur le scandale d’une loi décidée par un seul, appliquée par le même dans des conditions douteuse. La personnalité de AK sert à nous éparpiller

    • Par debase (---.---.---.199) 5 juillet 2006 18:20

      ’Revenons au sujet. Merci’

      Avouez que le sujet que vous avez choisi ne pouvait qu’amener à ce genre de débats qui inondent les forums...

      Vous ne pouvez tout de même pas être d’une telle innocence ?

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 18:25
      Jean-Louis Lascoux

      Regardez bien, voilà que le calme est revenu. Alors, je veux bien être d’un « telle innocence ». Merci.

  • Par fredericKH (---.---.---.41) 5 juillet 2006 17:18

    Soyons sérieux,

    Quelle est la position officielle de l’Union Nationale des Médiateurs, Chambre Syndicale de la Médiation, sur ce sur cette nomination, au point de vue éthique et déontologie ? Principalement la partie 4.2.7 du Code.

    M Klarsfeld rentre-t-il dans la définition que donne l’UNaM de cette profession ?

    Quelle est la différence entre médiateur de la République et Médiateur National si ce dernier titre existe, bien sûr ?

    Cordialement

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 17:44
      Jean-Louis Lascoux

      La réponse est simple : aucun médiateur professionnel ne saurait prêter son concours à un tel jeu politique.

      M.Klarsfeld a une démarche qui n’est en rien celle d’un médiateur professionnel.

      Maintenant, se pose l’autre question, par delà celle relative à la personnalité du missionné, à laquelle, me semble-t-il, seul le Médiateur de la République peut répondre : cette mission confiée par le Ministre de l’Intérieur ne vient-elle pas empiéter sur les missions de la Médiature de la République ?

      Pour l’instant, il semble que le Médiateur de la République n’aient pas été interrogé officiellement (par un parlementaire) sur la question.

    • Par fredericKH (---.---.---.41) 5 juillet 2006 19:24

       Merci pour votre réponse.

      Dans le Figaro du 26 juin 06, le Syndicat de la Magistrature critique Sarkosy à cause d’une lettre que ce dernier a envoyé le 19/06/06 au Tribunal pour enfants de Bobigny, l’accusant de laxisme dans la gestion des événements de la banlieue en novembre.

      En voici un extrait de cet article :

      « ...Le Syndicat de la magistrature s’était alors élevé contre le ministre, lui citant l’article 434-25 du Code pénal, qui dispose que : « Le fait de chercher à jeter le discrédit, publiquement par actes, paroles, écrits ou images de toute nature, sur un acte ou une décision juridictionnelle, dans des conditions de nature à porter atteinte à l’autorité de la justice ou à son indépendance est puni de six mois d’emprisonnement et de 7500 euros d’amende ».

      Cette fois, le syndicat a choisi de saisir le président de la République, garant des institutions, et le Garde des Sceaux, à qui il demande un entretien. Le SM, marqué à gauche, ne prend pas de gants avec le ministre de l’Intérieur : « Au nom de vos intérêts électoralistes, vous prenez le risque et la responsabilité de ruiner la confiance des citoyens à l’égard des institutions de la République », écrit-il. »

       Cette nomination est-elle une escalade dans la provocation en contre-pied de la part de Sarkosy vis-à-vis de ces institutions ?

      Bien à vous

    • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 19:52

      Hun, c’est une association de faits qui ne manque pas de perspicacité. Toutefois, il n’y a pas de texte qui pourrait sanctionner l’utilisation du titre de « médiateur national ». Seul le médiateur de la république pourrait éventuellement rappeler qu’il est « médiateur national », par définition.

      Toutefois, je n’ai pas vu dans le texte instituant le médiateur de la république une sanction concernant ce point. Selon le texte du 3 janvier 73 instituant un médiateur, la seule sanction concerne l’utilisation du nom du Médiateur de la République, pas de son titre... Même le titre de « médiateur pénal » apparaît plus protégé (Article R645-8-1 -CP). Alors, la dérive de « Médiateur national » ...

  • Par kesed, (---.---.---.72) 5 juillet 2006 18:33

    Demat dit,

    Certes, Arno Klarsfeld n’est pas une lumière, sans doute a cause de son coté goy allemand, c’est d’ailleurs pour cela qu’il ne doit pas être médiateur.

    Too much is too much, Juif et Goy......

    Vive Israël et tsahal, rempart de la dhimmitude.

    Kenavo ar wezh all

  • Par frank (---.---.---.33) 5 juillet 2006 18:47

    Vous faites un proces d’intention a Arno Klarsfeld bien a l’image du sectarisme qui caracterise certains courants de pensé unique. En quoi avoir servi dans les Magav (gardes frontieres israeliens ) discrediterait l’avocat .Les Magav defendent les frontieres de l’etat et Arno a fait son devoir , les terroristes , les roquettes , les kamikes qui se font exploser au milieu des civils innocents nr choquent pas vraiment certains bien pensants . Quand a dire que toutes les familles qui ont des enfants scolarises en France ne peuvent etre regularises ca coule sous le sens. D’ailleurs il sagit d’un combat politique ou une fois de plus les etrangers servent d’argument Alors un peu de realisme et faisons confiance a ceux qui ont en charge les dossiers

    FR

    • Par (---.---.---.164) 5 juillet 2006 19:10

      Pour nombre d’intervenants, le problème ne se situe pas là.

      En quoi mettre en place un médiateur national lié à l’éxécutif est il plus normal que de confier cette mission au Médiateur de la République qui lui est normalement impartial ?

      Sur la personne d’Arno Klarsfeld, une personne ayant volontairement acquise une double nationalité (quelle qu’elle soit) est elle la plus à même de juger de « l’attachement à la France » des cas qui lui sont exposé (alors même qu’on demande à ces personnes de ne pas savoir parler la langue de leur pays d’origine) ?

      Ensuite ce choix ne dénote pas d’une volonté de notre Ministre (showman) de donner au moins l’apparence de justice que requiert un tel poste en prévenant le type de réactions qu’on peut voir sur cet article. Ceci sans préjuger en aucune façon de l’impartialité dont pourrait faire preuve Mr Klarsfeld mais juste de la perception qu’en aura une bonne partie de la population.

  • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 19:08

    Aucun procès d’intention : un doute profond sur la compétence est légitime. Mais le doute n’effleure pas les accusateurs publics. Pas de procès dans mes constats qui dérangent. Peu m’importe le dérangement, d’ailleurs. Un avocat est de parti pris, c’est connu : la profession a d’ailleurs cette vocation. Un médiateur n’est pas de parti pris. Pas d’a priori. Il prend une mission et ne peut savoir ce qui va ressortir de la médiation.

    Les médiateurs institutionnels, en revanche, instruisent des dossiers, examinent les affaires, prennent une position (ensuite, pas avant, même l’affirmation du « cas par cas »), puis se font porte-parole ou pas, selon. Néanmoins, ils sont indépendants, a fortiori, politiquement. Cette mission revenait, me semble-t-il, bien au Médiateur de la République.

    Un homme de droit compétent aurait, me semble-t-il encore, dû relever ce point pour le moins polémique.

    Et arrêtez avec vos amalgames et autres confusions : tout ce que je peux encore ajouter, c’est qu’un homme qui a la chance d’être dans un pays où le service militaire n’est plus obligatoire et qui va endosser un uniforme, prendre une arme dont on ne sait pas (et heureusement) comment il l’a utilisée, et qui ensuite s’invite sur le terrain de la médiation sans plus de manière, ça fait quand même pas sérieux. Donc, oui, grand doute et pas confiance.

    Cela dit, je dois dire que la profondeur de certaines réflexions me dépassent. Je dois être plus en bas que le troisième sous-sol. Ce système qui consiste à prendre à la volée des arguments, de les isolés, est une démarche typique du sophisme que dénonçait déjà, il doit bien y avoir 2500 ans, un certain Socrate...

    Bonne soirée à tous smiley

  • Par Serge Piédoue (---.---.---.87) 5 juillet 2006 19:41

    Vous commencez votre article en parlant d’impartialité. L’impartialité existe-t-elle ? Vous déniez à Arno Klarsfeld la possibilité d’intervenir comme médiateur sous prétexte de son engagement politique. Mais votre article le montre : vous avez vous-même choisi votre camp dans ce débat, et vous avez - ce qui est tout à fait respectable - un avis très loin de la neutralité en ce qui concerne les reconduites à la frontière d’un certain nombre de famille entrées illégalement en France.

    Puisque vous parlez de neutralité, votre position en ce qui concerne Klarsfeld semble motivé par une opinion tout aussi tranchée du problème Israelo-Palestinien (dont on peut se demander ce qu’il vient faire dans votre article par rapport au problème de départ). A moins que vous ne considériez que son attachement à Israel - et accessoirement le fait qu’il soit juif - ne lui interdise toute qualification à prendre part à un débat interne à notre pays. Et si les positions pro-israeliennes d’Arno Klarsfeld lui enlèvent qualité à intervenir dans ce débat, il en est dans ce cas de même pour vous, du fait de vos propres positions, visiblement pro-palestiniennes.

    Pour finir sur le fond du problème, qui relève selon moi d’une grande hypocrisie, et ou la plupart des arguments tiennent de la démagogie pure et simple. Si l’on pense que le simple fait pour un immigré clandestion de mettre ses enfants à l’école lui donne droit à rester avec sa famille en France, qu’on soit clair et qu’on le dise ! Et dans ce cas, que les personnes qui militent dans ce sens pronent ouvertement - ce serait parfaitement défendable - l’abolition de toute frontière et l’accès à notre pays à toute personne qui le souhaite. Et dans ce cas, pour être cohérent, que les personnes qui militent dans ce sens le fassent pour tous les pays du monde. Donc, n’hésitez pas à trainer en justice l’ensemble des gouvernements d’Europe (incluons aussi les USA et le Canada) qui refuseraient l’accès de tout un chacun à vivre dans leur pays. Reste à savoir si une position pareille est réaliste ou si elle ne relève pas simplement de la plus grande démagogie.

  • Par Prosope (---.---.---.147) 5 juillet 2006 20:03

    Et voilà un champion de l’amalgame. Vlan, dans la tombe des arguments.

    Il y avait besoin d’une démonstration : elle n’a pas tardée. Je vous félicite. Juste avant que je parte, je dois dire, que c’est le pompon. Encore merci. Je viens juste de lire un article sur les TROLL et vraiment, chapeau bas.

    La guerre, effectivement, c’est indigne. La guerre, c’est l’avilissement de l’humanité. L’exclusion, la discrimination, c’est la petitesse de notre espèce. Que l’arme tire des balles artisanales ou industrielles, au nom d’une cause ou d’une autre, c’est indigne. Indigne, dans toutes les langues.

    Le débat reste sur la médiation.

    Que savez-vous de la médiation ? Que pensez-vous des qualités et des compétences qu’il convient d’avoir pour être médiateur ? Faut-il s’improviser ? Faut-il suivre une formation ? Faut-il entretenir ses savoir faire ?

    • Par Marcel Patoulatchi (---.---.---.59) 15 juillet 2006 18:55

      N’avez-vous pas l’impression qu’il y a finalement peu de monde qui s’intéresse au statut de médiateur détaché du contexte, du sujet de médiation ?

      Vous, qu’est-ce qui vous passionne à ce point sur le détail du statut du médiateur, puisque vous dites ne pas vouloir parler du sujet de médiation ?

  • Par Courouve (---.---.---.199) 5 juillet 2006 20:09
    Senatus populusque (Courouve)

    Quelqu’un qui a une double nationalité est mal placé pour juger de l’attachement à la France.

    • Par (---.---.---.182) 15 juillet 2006 19:34

      vraiment courouve, la double nationnalité est un plus, ça veut dire que le coeur et la raison est en mesure de s’adapter à deux mentalités, l’école et l’université de la république je la fréquente tout autant que vous bien que née en france, j’ai demandé en plus à 18 ans la nationnalité algérienne j’ai simplement plus de droit et de devoir que vous, je vote deux fois plus et je suis chez moi dans mes deux pays préférés, si je pouvais avoir en plus la nationnalité américaine et indienne et m’y sentir chez moi !

    • Par Daniel Milan (---.---.---.242) 15 juillet 2006 19:48

      C’est vrai, j’oubliais qu’avoir la nationalité israélienne était un plus, comme le fait d’avoir une prestigieuse origine. Se comparer à Ano Klarsfeld, quand on a la nationalité française et algérienne, et le prendre pour modèle. Il faut le faire !!

    • Par boudiba samira (---.---.---.182) 15 juillet 2006 19:52

      mais daniel je ne me suis pas comparer à cet homme j’ai juste commenter courouve qui disait que quelqun qui avait la double nationnalité n’était pas bien placer pour parler désolé de n’avoir pas précisé !

    • Par Daniel Milan (---.---.---.242) 15 juillet 2006 20:02

      Mais Samira, tu n’as pas à t’en excuser, te comparer à un homme aussi beau et aussi bon, c’est le must du must !!!! Bon, on n’a pas la même conception, mais ce n’est pas grave !

    • Par boudiba samira (---.---.---.182) 15 juillet 2006 20:12

      danny, je pense que je suis mieux que cet avocat, avec mon égo démesuré je prendraisplutot marcuse comme exemple il avait bien plus de chose à dire,

    • Par boudiba samira (---.---.---.182) 15 juillet 2006 20:16

      désolé, j’ai dit danny, je voulait dire daniel

    • Par Daniel Milan (---.---.---.242) 15 juillet 2006 20:23

      Libre à toi de préférer le cousin à Klarsfeld ! Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas !

    • Par boudiba samira (---.---.---.182) 15 juillet 2006 20:30

      mais la pensée se discute et l’oeuvre philosophique de marcuse dépasse largement les interets de sa religion, il était peut etre cousin de sang avec cet avocat mais sa position sur le conflit était épuré, comme moi marcuse privilégiait l’interet humain à tout autre interet, de groupe ou d’idéologie

    • Par boudiba samira (---.---.---.182) 15 juillet 2006 20:40

      le problème chez nietzsche c’est, il le dit lui meme, que sa philosophie est une bombe à retardement, qui introduit le meilleur comme le pire(généalogie de la morale) c’est un peu comme le coran désolé daniel de faire cette comparaison mais j’ai pas pu résister

    • Par Prosope (---.---.---.147) 15 juillet 2006 20:46
      Jean-Louis Lascoux

      Manifestement, vous avez besoin d’une adresse. Voici un forum où l’on débat de Nietzche

       smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires