Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Arno Klarsfeld, véritable médiateur de la République...

Arno Klarsfeld, véritable médiateur de la République...

Pour conduire sa politique, le ministre de l’Intérieur fait appel au service de l’avocat Arno Klarsfeld, qu’il a nommé médiateur national.

Par principe, un médiateur est impartial  : il ne prend pas parti ; il est neutre : pas de solution contraignante  ; pas de préjugé... Arno Klarsfeld, fortement engagé politiquement, aurait-il depuis peu développé les qualités et acquis les compétences nécessaires à la médiation ? Tout d’abord, logiquement, en admettant que ce poste ait une légitimité institutionnelle, ne devrait-il pas être placé sous l’autorité du médiateur de la République* ?

Par ailleurs, s’agissant d’enfants scolarisés en France, quid du rôle du défenseure des enfants, poste auquel Mme Dominique Versini vient de succéder à Mme Claire Brisset ? En effet, inscrits dans nos écoles, les enfants et leurs parents ne sont-ils pas des administrés ?

Soyons clairs : la mise en place de ce médiateur fait figure de système détourné. Cet acte ne saurait être cautionné par les professionnels de la médiation. Il consiste à inscrire la médiation dans une politique d’exclusion. Politique de perdant(s). Et quand bien même nous pouvons voir fleurir la médiation partout dans les jardins à la mode, ceci ne saurait justifier l’implication d’un homme de droit dans cette démarche très contestable.

En l’occurrence, ce "médiateur national" a des fonctions de "porte-parole" et de "rappel à la loi" qui ressemblent à celles du médiateur du Procureur de la République. Quoique du côté des "médiateurs pénaux", les choses soient claires, et que les compétences soient dans un cadre juridique précis.

Arno Klarsfeld a obtenu la mission d’instruire selon des critères à la fois sociologiques, familiaux et culturels, les cas d’admission au séjour des étrangers en situation irrégulière et parents d’enfants scolarisés et, en conséquence, de faire appliquer la politique gouvernementale visant le système élitiste de l’immigration sélective ("choisie"). Il devrait rendre compte de son activité d’ici la rentrée de septembre. Toutefois, des associations se mobilisent pour enrayer un système qui considère massivement un type de personnes comme un "problème".

A peine nommé par le ministre de l’Intérieur, l’avocat Arno Klarsfeld a été clair sur sa ligne de conduite et ses a priori : « On ne peut pas régulariser tous ceux qui sont scolarisés. Le simple fait d’avoir pénétré illégalement sur le territoire avec un enfant ne peut être créateur de droits. ». La motivation politique a ses raisons... Et lui qui, en 2003, s’est engagé dans les garde-frontières de Tsahal, une unité israélienne qui participait à l’occupation illégale des Territoires palestiniens...

Le "médiateur du ministre de l’Intérieur" a été tout aussi clair sur ses préjugés en adoptant un critère « d’attaches fortes avec la France » ; lui qui a obtenu à sa demande la nationalité israélienne, il sait de quoi il parle, lorsqu’il affirme un "fort attachement"... à la nation française ! Comment imaginer qu’il puisse regarder avec le moindre discernement la situation d’une famille d’origine palestinienne, par exemple ?

Enfin, l’élitisme, cheville ouvrière des discriminations, s’exprime au travers de son seuil de tolérance qui concerne les enfants "bien notés" à l’école... Imaginons la charge culpabilisatrice qui pèsera sur les enfants mal notés.

Bref, l’ordre des avocats a décidément fort à faire pour clarifier la relation des avocats avec l’exercice de la médiation.

Mais, pour conclure, n’y-a-t-il pas ici une provocation à la désobéissance civique ? C’est en tout cas la manière dont le perçoivent des associations, tel le Réseau Education sans Frontière qui se mobilise, tels les Justes parmi les nations, en s’engageant à donner asile aux familles et enfants qui risquent d’être expulsés.
_______________

* Notons quand même que l’épithète "national" tend à signifier que ce médiateur de circonstance aurait des compétences plus étendues que celles du médiateur de la République. La référence à la nation est en effet toujours plus forte que la référence à la République.

_______________

A connaître aussi, le parti pris de cet avocat engagé pour la reconnaissance des "bienfaits de la colonisation" : rapport publié sur le site de l’UMP


Moyenne des avis sur cet article :  4.07/5   (241 votes)



Réagissez à l'article

195 réactions à cet article


  • jean paul deveaux 5 juillet 2006 11:09

    Cher ami,

    merci pour cet article, je despérais d’une réaction à propos de ce fait scandaleux et je vous remercie de nous fair epartager votre réaction. Cet avocat se complait dans l’arrangement avec les lois de la république, entre démagogie et principes clairemnt contraire à notre droit, quelle légitimité a t il ?? Sous prétexte que ses parents sont des héros , il se plait à donner des leçons de morale tout en travaillant à new york et comme vous le dites il fait partie d’une milice exerçant une occupation illégale ; Loin d’être antisémite, j’ai le plus respect pour ses parents mais si on veut développer l’antisémitisme il n’y a qu’à nommer ce genre de guignols


    • Marcel Patoulatchi 9 juillet 2006 12:27

      En quoi son action est contraire aux lois ? De quelles lois parlez-vous ? Des lois qui autorisent à la Nation de donner ou d’interdire l’accès à son territoire à des non-nationaux ?


    • Marcel Patoulatchi 15 juillet 2006 18:44

      Je ne vois pas bien en quoi mes commentaires sont hors-sujet, à moins d’avoir une vue extrêmement restrictive du sujet.

      On nous parle d’arrangement avec les lois, je maintiens ma question : quelle loi est ici bafouée ou arrangée ?


    • Internaute 5 juillet 2006 11:21

      Excellent article qui a le mérite de jeter le projecteur sur le côté sombre de Sarkozy.

      N’en déplaise à Armand (fil immigration subie/choisie), je trouve que Maître Kraslfeld est un homme plein de qualités et trés efficace pour défendre les intérêts sionistes.

      Malheureusement nos intérêts ne sont pas les mêmes.

      La plus grande vigilance doit être exercée envers Nicolas Sarkozy. Il mélange l’intérêt de l’Etat français et ses affaires personnelles. La nomination de Me Klasrfeld nous montre plus que jamais son incapacité à choisir ses collaborateurs en fonction de leur adéquation à la tâche à accomplir. Le choix est clairement népotique, les amis du CRIF pouvant toujours compter sur une place au chaud chez Nicolas.


      • andré 6 juillet 2006 10:45

        A ma connaissance et jusqu’à preuve du contraire, Arno klarsfeld ne fait pas parti du CRIF. Ce genre de propos maniant insidieusement l’amalgame est tout simplement injurieux et scandaleux (je décrypte pour ceux quin’auraint pas compris : klarsfeld est juif, il fait donc parti du CRIF, qui, représentant les juifs est donc un lobby « sionniste » , qui contrôle donc le pouvoir politique et financier et qui peut donc placer ses « amis juifs » ou il veut dans les cercles de pouvoir). Ce genre de raccourci aussi facile qu’irréflêchi et faux en dit long sur la culture et l’intelligence de ceux qui les écrivent.


      • Sam 5 juillet 2006 11:38

        Mais, pour conclure, n’y-a-t-il pas ici une provocation à la désobéissance civique ?

        Klarsfeld a un réseau très fort. Il se trouve toujours là où sont les caméras et le pouvoir. Avocat,il n’a aucune compétence à faire de la médiation. Militant pour Israël, il n’a aucune légitimité à affirmer une neutralité, une distance qui n’est pas la sienne.

        Déjà, sa proposition de médiation pour légitimer la colonisation - loi crée et propulsée par le gouvernement vychiste au manettes et les troupes muettes et pétochardes qui les suivent au garde-à-vous - avait été rejetée par le fait qu’il n’était absolument pas impartial, de par son parcours, de par son incompétence en tant que médiateur ou spécialiste en histoire et de par sa proximité avec le pouvoir.

        Le pouvoir recommence à vouloir nous balancer son joker israëlien.

        Sarko montre qu’il n’a en a rien à faire de la médiation et que seul le passage de sa loi vychiste lui importe - je rappelle que cette loi permet les rafles dans les écoles comme durant les belles années 40 - .

        Le pouvoir montre qu’il a des copains. Peut lui importe qu’ils soient disqualifiés, il faut les caser. C’est le principe de la meute.

        Chirac en tjs fait usage. On se souvient du trucbidule sur la société qui permettait au type dont les enseignants ont pitétiné les conneries, de se faire du pognon sans en foutre une rame.

        Sarko, bien formaté après 20 ans d’appareil Chirakoïde, fait de même.

        Cette médiation est une fumisterie.

        Cette loi est un moderne instrument raciste et d’esprit colonisateur.

        Cette direction prise par les responsables et la politique de l’immigration est absolument contraire au droit qu’à toujours incarné la France.


        • Faille 5 juillet 2006 11:45

          Il y a une faille dès le début du raisonnement, qui met à bas la condamnation sur la partialité supposée.

          Vous dites « Par principe, un médiateur est impartial : il ne prend pas parti ; il est neutre » puis « quid du rôle du défenseure des enfants, »

          Ce qui serait largement plus partialcomme choix de « médiateur ».

          Ca continue par des attaques adhominem et des a priori sur le fonctionnement supposé du cerveau du bonhomme. C’est cet article qui est partial.


          • Cordialement 5 juillet 2006 12:25

            Bonjour,

            Un petit tour sur le site du Défenseur des enfants et une lecture des textes de loi définissant son rôle s’imposent.

            Pour faire court, le Défenseur des enfants est indépendant et doit garantir le respect du droit des enfants. Ce n’est pas une « assoc’ qui milite pour la régularisation sans condition de tous les étrangers », ou que sais-je encore.

            Si vous trouvez partial de vouloir faire respecter le droit, sachez qu’il ne reste, selon vos critère, plus aucun juge partial en France.

            Cordialement.


          • Jean-Louis Lascoux Prosope 5 juillet 2006 15:49

            Vous m’attribuez des critères que je n’ai pas définis. J’attire l’attention sur les institutions existantes selon les situations mises en cause. Mais si vous souhaitez plus de précision, alors la visite du site du http://www.mediateur-republique.fr s’impose plus justement.


          • Jean-Louis Lascoux Prosope 8 juillet 2006 15:32

            Le défenseure des enfants est directement concerné dès lors que les intérêts d’un enfant sont en cause.

            Il n’est pas prévu dans le texte qui l’institue de condition particulière de nationalité ou de légalité de présence sur le territoire.

            Et je lis, sans effort de lecture, sur le site dudit défenseure des enfants : « Lorsqu’une réclamation mettant en cause une administration, une collectivité publique territoriale ou tout autre organisme investi d’une mission de service public présente un caractère sérieux, (ndr : le risque d’expulsion est certainement sérieux) le défenseure des enfants la transmet au Médiateur de la République dans les conditions prévues par une convention conclue entre lui et ce dernier. ... »

            Donc, les institutions existent bien. N. Sarkozy et A. Klarsfeld, deux hommes de droit, deux avocats, les ignorent-ils ?

            Non. Le tour est judicieux. Ni l’une ni l’autre de ces autorisités indépendantes ne peuvent intervenir s’il y a une procédure judiciaire et la complexité de la saisine dans ces situations d’urgence rend illusoire un recours. Il suffit de lire la FAQ du Médiateur de la République pour s’imaginer le chemin de croix, si je puis dire.


          • Marcel Patoulatchi 9 juillet 2006 12:31

            Donc selon vous, les lois de la Nation qui l’autorise à interdire ou donner accès à son territoire à ses non-nationaux sont nulles et non-avenues ?

            Vous savez quoi ? Vu l’état de la planète, on peut estimer qu’au moins la population d’un continent aurait de bonnes raisons de vouloir s’installer en France. Est-ce un argument pour oeuvrer en ce sens ?

            Cela vous choque, qu’un médiateur ne puisse s’opposer à la Justice française et aux lois françaises ? Vous voulez instituer une dictature, des pouvoirs passant au dessus des lois de la démocratie ?


          • Jean-Louis Lascoux Prosope 9 juillet 2006 13:01

            Il serait intéressant que vous puissiez donner votre définition d’un médiateur. Ceci posé, nous pourrons considérer les différences de définition et, alors, répondre à la question de la pertinence de cette nommination « médiateur national »... Si - et seulement si - le nom de « médiateur » associé à l’épithète « national » est légitime, au regard des institutions existantes, nous pourrons examiner le sens du choix du missionné...


          • Plus robert que Redford 5 juillet 2006 11:50

            Juif ou pas, Pro Sarko ou anti, on s’en fout Royal’ment !

            Ce qui me gène dans le choix de ce personnage « MEDIATIQUE » s’il en est, c’est sa propension au pètage de plombs quand on l’asticote un peu.

            Pas vraiement l’image et les qualités d’un médiateur.


            • Daniel Milan 5 juillet 2006 11:57

              En résumé ton « opposition » à Klarsfeld Arno, se situe au ras des pâquerettes !


            • Jojo2 5 juillet 2006 11:58

              Ben moi ça me dérange que quelqu’un qui doive juger des « attaches fortes avec la France » ait choisi une autre nationalité...


            • Guillaume AGNELET Guillaume AGNELET 5 juillet 2006 12:00

              A moins qu’il n’y ais une image cachée derriere « raz des paquerette »... ??...

              Sinon, je ne vois pas pourquoi la position de « plus robert que redford » serait au raz des paquerettes ???????????

              Il est clair que dans ses interventions sur lesplateaux de télé, Arnaud Klarsfeld ne montre pas beaucoup des qualités requises à la médiation.

              Et c’est légitimement suffisant pour être opposer à sa nomination.


            • Cordialement 5 juillet 2006 12:34

              Bonjour,

              D’accord sur ce point monsieur Plus Robert que Redford. Par contre, « Juif ou pas » n’est pas la question : il ne faut pas confondre ses convictions religieuses, qui le regardent, avec sa demande de naturation et son engagement dans l’armée israëlienne, autrement plus gênant dans cette histoire de médiation comme le souligne Jojo2.

              Cordialement


            • Cordialement 5 juillet 2006 12:40

              Je dois vraiment faire un effort de relecture. Toutes mes excuses.


            • claude 5 juillet 2006 12:55

              jojo 2

              touché ! mais ça ne coulera pas Arno dans l’Arno


            • 5 juillet 2006 12:10

              J’aime assez que l’on critique la double nationalité de Klarsfeld, en oubliant que la majorité des immigrés d’origine maghrebine ont une double nationalité, y compris les enfants nés en France. Quant à l’attachement de Klarsfeld à Israël il ne me semble pas plus suspect que l’attachement des musulmans Français à la Palestine...


              • Jojo2 5 juillet 2006 12:24

                Ce n’est pas pareil de choisir une autre nationalité à l’âge adulte quand on est né Français et aller combattre dans une armée étrangère ou d’avoir une double nationalité à la naissance. C’est assez facile à comprendre.


              • clairette 5 juillet 2006 13:25

                Il a véritablement fait un choix ! qui n’était pas dicté par des difficultés financières, matérielles, ou absences de connaissances intellectuelles ! Donc je respecte son choix ! Mais qu’il ne vienne plus mettre son grain de sel dans les affaires françaises, je ne lui fais pas confiance ! Il y a encore des français capables de faire ce travail de médiation, que je sache !


              • David 5 juillet 2006 13:28

                Tout à fait. Je me permets en outre de souligner à nouveau le caractère plus qu’ambigu, incongru, de la nomination de M. KLARSFELD par M. SARKOZY lorsqu’il s’est agi de légiférer sur le caractère positif de la colonisation. En effet, Israël est l’un des derniers pays, en ce début de 21ème siècle, à justifier une colonisation par les armes (il y a aussi la Chine avec le Tibet). Comment, en ayant demandé la nationalité israëlienne et en ayant surveillé les « frontières » de ce pays la mitrailleuse à la main, peut-on se présenter comme quelqu’un d’impartial en matière de colonisation ?


              • armand 5 juillet 2006 12:13

                D’accord avec le dernier post. Pour le reste, je trouve le choix de Klarsfeld maladroit : 1)il est trop « people » et n’a jamais démontré de grosses qualités personnelles outre le fait d’être le fils de ses parents. Mais n’est-ce pas là le reflet de la « Sarko-attitude » ? paillettes, stars,notoriété ; même le choix d’un avocat suggère une dérive à l’américaine. 2)Peu importe que l’on juge la politique israëlienne juste ou non - pour ma part, c’est très bien que le petit Arno ait voulu faire son service dans un pays où on risque d’être égorgé, enlevé, explosé - mais est-ce raisonnable d’en faire le médiateur de la nation française alors qu’il représente à la perfection la double-allégeance ? A la décharge de Sarko, on pourrait à la rigueur comprendre le choix de Klarsfeld comme la reconnaissance d’une dimension humaine au problème des sans-papiers, des réfugiés comme le pouvaient l’être, en d’autres temps, les Juifs des pays menacés par le nazisme. Par contre, les parallèles rafles d’enfants juifs/expulsions d’enfants étrangers sont stupides : les sans-papiers expulsés ne sont pas menacés d’extermination. Sur le fond de l’affaire, reconnaissons la dimension cornélienne : il est normal que l’Etat refuse la régularisation massive, car ce serait un appel d’air formidable ; il est normal que les gens se mobilisent pour aider, parrainer, cacher les enfants. Ce sont deux légitimités, inconciliables pour le coup, qui s’affrontent. Un dernier point qui n’a rien avoir avec cet article : j’aimerais que D. Milan m’explique son anti-sionisme primaire alors que son idole, Julius Evola, encensait dans ses écrits les « vertus guerrières » de l’Etat d’Israël nouvellement né ?


                • Daniel Milan 5 juillet 2006 12:23

                  Tout d’abord, je n’ai pas d’idoles. Toutefois je tiens Evola, jusqu’à la preuve du contraire, pour un grand penseur. Je n’ai rien lu d’Evola, faisant l’apologie d’Israël, sinon, je me serais bien évidemment remis en question à son sujet !


                • armand 5 juillet 2006 12:22

                  Petite précision : ce n’est pas l’appartenance d’Arno Klarsfeld, clairement revendiquée, à une communauté qui pose problème, mais son service dans une armée étrangère. Qu’un citoyen lambda fasse ainsi double-allégeance, passe encore, mais pas chez un médiateur « de la nation ». La comparaison avec les maghrébins doubles-nationaux tient, mais seulement chez des personnes privées. A ma connaissance aucun des préfets ou membres de cabinets ministériels « issus de l’immigration » comme on dit, n’ont porté des armes ailleurs qu’en France.


                  • armand 5 juillet 2006 12:32

                    @D. Milan A vérifier, mais la citation se trouve dans « Le fascisme vu de droite » écrit après-guerre, dans le chapitre où Evola s’en prend au racisme biologique des nazis.


                  • Daniel Milan 5 juillet 2006 12:53

                    Je regarderai, même si je suis surpris par cette position. S’il a réellement affirmé qu’ il était pour la création d’Israël, il doit y avoir un sens ésotérique à cela, car j’ai lu des positions contraires. Je sais qu’Evola était pour le racisme de l’Esprit et hostile au racisme biologique. Par ailleurs, j’ai parcouru en son temps son traité des races (en Italien) très spécifique à sa pensée, mais je ne me souviens pas avoir lu que les (...) correspondaient au « type solaire », situé en haut de l’échelle, selon lui, des races de l’esprit ! Evola avait souvent des positions propres, comme celui de ne pas "essayer de sauver ce qui est condamné à disparaître et à précipiter les changements. J’avais découvert Evola en son temps, quand je fréquentais le Grèce/Eléments...


                  • armand 5 juillet 2006 13:24

                    Le commentaire d’Evola se trouve - si je ne me trompe - dans « Le fascisme vu de droite », dans le chapitre où il dénonce le racisme biologique des nazis. Intéressant, l’extrême droite épinglait autrefois la passivité des Juifs, leur inaptitude à la guerre et leur internationalise, maintenant on leur reproche leurs qualités guerrières, leur nationalisme et leur rapidité à agir. Comme quoi, ils auraient tort quoi qu’ils fassent.


                  • armand 5 juillet 2006 13:33

                    Il y a d’autres fils sur Gaza - ici on parle d’Arno. Je n’avais pas vu mon post s’afficher, c’est pour cela qu’il y a une redite de ma part sur Evola. C’est le choix de Klarsfeld qui pose problème et non ses actes ou ses prises de position antérieurs. C’est un « fait du prince » alors qu’il existe des spécialistes autrement plus qualifiés, comme Patrick Weil, mais qui n’ont pas eu la chance d’avoir été croqués par Carla Bruni.


                  • Marie Pierre 5 juillet 2006 13:34

                    Daniel Milan,

                    Du temps où vous fréquentiez le GRECE. Voir ce qu’est ce groupuscule d’extrême droite.


                  • armand 5 juillet 2006 13:37

                    Vous voulez dire les pays où ils ont été traîtés en dhimmis pendant des siècles ? Intéressant comment les échanges de population en Europe après la 2ème guerre mondiale (les Sudètes n’étaient pas collectivement responsables de leur utilisation par l’Allemagne à des fins de conquête) ne déchaînent pas les passions. Et même la Grèce et la Turquie arrivent à se parler et à coopérer après les massacres et les expulsions de 1920.


                  • Daniel Milan 5 juillet 2006 13:38

                    Bon, merci quand même. Je vérifierai et essaierai de comprendre... Ensuite, je prendrai, si nécessaire, plus de recul vis à vis d’Evola.Mais même à cause d’Evola, je ne vais pas virer pro-Israélien !!! Je puis vous assurer toutefois que les « Evoliens », ne sont pas des amis d’Israël, même s’il peut y avoir des exceptions. Vous pensez peut-être à Faye ou à Del Valle ? Pour ma part, je me réfère à Claudio Mutti !


                  • armand 5 juillet 2006 13:46

                    Marie-Pierre, A l’origine, le GRECE, comme nombre d’autres organisations à droite dans les années 70, réagissait contre la chape de plomb que les marxistes faisaient peser sur la pensée et sur l’Université. Ce n’est guère plus scandaleux que tous ces maoïstes qui soutenaient à l’époque une des dictatures les plus sanglantes que la terre ait jamais vue. Beaucoup, néanmoins, ont évolué, souvent fort intelligemment.


                  • Senatus populusque (Courouve) Courouve 5 juillet 2006 23:42

                    Quelqu’un qui a une double nationalité est fort mal placé pour juger de l’attachement des sans-papiers à la France.


                  • Marcel Patoulatchi 9 juillet 2006 12:35

                    Les lecteurs attentif noterons que le GRECE n’était pas de droite mais d’extrême-droite. Et que ses positions, voire les positions actuelles de ses anciens membres, sont en matière de sciences humaines aussi éclairées que celles des extrêmistes de gauche.


                  • Jean-Louis Lascoux Prosope 9 juillet 2006 12:52

                    votre propos n’a strictement rien à voir avec le sujet. Il conviendrait que vous vous documentiez pour ne pas faire ce genre d’hors sujet. Merci.


                  • Marcel Patoulatchi 15 juillet 2006 18:50

                    1. Mon propos à tout à fait à voir avec le commentaire d’armand. Le dialogue implique de répondre, pas de monologue sur la simple base de l’article de départ. 2. Vous connaissez de la documentation permettant d’établir que le GRECE n’était pas d’extrême-droite, notamment permettant d’établir que ce n’est que pur hasard si on y trouvait moulte fer de lance de l’extrême droite (Faye, Valla, etc) et que les théories du GRECE ont le vent en poupe en particulier parmi les intellectuels d’extrême-droite ? L’accusation de « mal documenté » me parait légère, en plus d’être gratuite.


                  • ecce lex 5 juillet 2006 12:35

                    le problème des régularisations c’est que c’est un concept. Quand on passe au réel on se retrouve avec des êtres humains, qui de cultures différentes se retrouvent sous le coup de lois totalement ethnocentristes... alors oui à la régularisation et tt simplement non à toutes les droites !

                    Ajouter une réaction

                    Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

                    Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


                    FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès