Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Asnières : vidéos surprenantes d’une démocratie locale en (...)

Asnières : vidéos surprenantes d’une démocratie locale en faillite

Le système Aeschlimann est épinglé depuis plusieurs années par les médias. L’Express notamment parle de : "guérilla judiciaire", "esprit de famille", "occupation du terrain sans relâche" (par une communication outrancière), "discrédit des adversaires", communautarisme, mises en examen, condamnations pour diffamation, affaires de favoritisme...

A Asnières, la corruption de la démocratie locale atteint aussi le fonctionnement du conseil municipal. Voici le dernier conseil de la mandature de Manuel Aeschlimann, député-maire UMP : des images qui peuvent choquer (notamment les dernières vidéos). C’est pourtant à cela que ressemblent tous les conseils municipaux à Asnières depuis quelques années. Commençons justement avec la dernière vidéo dans laquelle deux élus de l’opposition s’emparent d’un mégaphone pour se faire entendre suite aux nombreuses coupures du micro du maire et tournent en dérision le fonctionnement de la majorité de Manuel Aeschlimann (il s’agit de Bruno Casari, ex-UDF et de Jean-Jacques Semoun (ancien membre de la majorité municipale) :

Séquence finale
Bruno Casari et Jean-Jacques Semoun s’emparent d’un mégaphone pour se faire entendre lors du conseil municipal


Essayons maintenant de comprendre comment on a pu en arriver là. Voici les autres vidéos du conseil municipal du 13 décembre 2007 à Asnières-sur-Seine :

Séquence n° 1
Intervention de Bruno Casari
(conseiller municipal d’opposition, ex-UDF)


Bruno Casari fait allusion aux condamnations de certains élus de la majorité


Séquence n° 2

Intervention de Sébastien Pietrasanta
(conseiller municipal d’opposition, conseiller régional d’Île-de-France, groupe PS)


Sébastien Pietrasanta tire un bilan de la mandature actuelle.
Lire le texte intégral de son intervention sur son blog


Séquence n° 3

Intervention de Serge Danlos (1re partie)
(conseiller municipal d’opposition, ex-membre du groupe PS)


Serge Danlos affirme sa place dans l’opposition.


Séquence n° 4

Intervention de Serge Danlos (2e partie)


Serge Danlos :
- constate le refus de Manuel Aeschlimann de pratiquer la moindre ouverture ;
- fait le récit ubuesque de son entretien avec le directeur de cabinet de Manuel Aeschlimann, enregistré à son insu ;
- demande à l’UMP de retirer l’investiture donnée à Manuel Aeschlimann ;
- appelle à l’union de tous les républicains.


Séquence n° 5

Intervention de Jean-Jacques Semoun (1re partie)
(conseiller municipal d’opposition, ancien membre de la majorité municipale, ancien maire-adjoint de Manuel Aeschlimann)


Jean-Jacques Semoun dénonce de multiples « mensonges ».


Séquence n° 6
Intervention de Jean Jacques-Semoun (2e partie)


Jean-Jacques Semoun évoque la garde à vue du directeur général des services de la ville d’Asnières.


Séquence n° 7

Réactions aux premières coupures de micro


- Le public brandit des panneaux en silence
- Bruno Casari demande la parole, refus de Manuel Aeschlimann
- Luc Bérard de Malavas (groupe PS) demande à de multiples reprises au maire d’ouvrir le micro de Bruno Casari
- Bruno Casari dénonce l’impossibilité d’un débat serein : « L’opposition doit pouvoir s’exprimer »


Séquence n° 8

Intervention de Luc Bérard de Malavas
(conseiller municipal d’opposition, groupe PS)


Luc Bérard de Malavas dénonce la modification d’une délibération votée par le Conseil municipal.

Séquence n° 9
Intervention de Bruno Casari


Bruno Casari évoque l’affaire Antoine Bary lue dans le rapport de la Chambre régionale des Comptes (à lire sur le site Rue 89). Bruno Casari dénonce les coupures de micro.
Manuel Aeschlimann coupe l’intervention de Bruno Casari.


Séquence n° 10
Intervention de Jean-Jacques Semoun


- Micro coupé, sirène, 20 minutes de capharnaüm indescriptible
- Inaudible, Charles Caillet, premier adjoint, continue la lecture des rapports soumis au vote du Conseil municipal
- Manuel Aeschlimann, responsable de la police de l’assemblée et de la bonne tenue des débats, n’intervient pas...



Que faut-il retenir de ces quelques séquences vidéo ?

Peut-on imaginer une ville de plus de 80 000 habitants, dont le budget atteint les 140 millions d’euros, dans laquelle :

- le nombre des séances est réduit au strict minimum légal : une fois par trimestre ;

- chaque séance comprend un nombre énorme de délibérations : il est alors impossible aux élus de présenter publiquement leur position sur chaque point et au public de suivre les débats ;

- les délibérations sont votées par lot au lieu de l’être une par une, ce qui empêche les élus d’opposition d’exprimer par leur vote l’approbation ou le refus de telle ou telle délibération, ce qui est encore plus pernicieux en matière budgétaire ;

- Le maire ouvre ou coupe le micro des élus de l’opposition selon ce qui l’arrange ;

- les élus privés de micro en viennent à utiliser un porte-voix pour se faire entendre (lors d’un précédent conseil municipal, la Brigade anti-criminalité (!) de la police nationale est intervenue sur la demande du maire pour s’emparer de ce porte-voix ) ;

- la partie de la salle du conseil réservée au public, déjà très exiguë, est régulièrement en grande partie occupée bien avant le début de la séance par les militants de la majorité en place, reléguant ainsi une partie du public dans un lieu sans visibilité ;

- malgré un budget communication énorme (le mensuel L’Expansion de mars 2006 consacre une double page à la "Fièvre éditoriale chez les élus locaux"), un service audiovisuel et un site internet d’envergure, les images des séances ne sont diffusées aux citoyens ni en direct ni en différé ;

- le compte-rendu de séance affiché et mis en ligne sur le site internet de la ville après le conseil est un résumé plus que succinct, incompréhensible au citoyen ;

- les délibérations ne sont jamais mises en ligne sur le site internet municipal ;

- ... ?

Pourtant, en théorie, le conseil municipal est le lieu principal de l’exercice du débat démocratique. Constitué d’élus, il est chargé de gérer les affaires de la commune. Le code général des collectivités territoriales impose au moins une réunion du conseil municipal par trimestre, mais la plupart des villes réunissent leur conseil jusqu’à dix ou onze fois par an.

Le conseil municipal est public : tout citoyen peut assister au conseil municipal, c’est la garantie de la transparence de la gestion communale. Le maire est responsable de la bonne tenue des débats, dans le respect des élus et du public.

Mais de la théorie à la pratique, pour certains, le chemin est introuvable.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (201 votes)




Réagissez à l'article

182 réactions à cet article    


  • Antoine (---.---.119.14) 4 janvier 2008 11:07

    Incroyables ces vidéos ! J’en reviens pas. Jamais j’aurais pensé que c’était possible. La première et la dernière sont à mourir de rire. Hallucinantes !!! smiley

    Mais toutes les autres sont très instructives car elles montrent bien comment « fonctionne » la démocratie locale dans certaines villes. Et là on rigole beaucoup moins. Cela fait froid dans le dos... smiley


    • geko 4 janvier 2008 11:23

      Tout simplement hallucinant !!

      Ce genre de personnage devrait être viré à grands coups de pied au cul et interdit d’exercer des responsabilités publiques. Vous faites bien d’étaler ces pratiques sur la scène publique car cette situation n’est pas propre à Asnières, cet article devrait en appeler d’autres.

      Ce qui est tout simplement inadmissible c’est que ce genre d’individu (et ça concerne également le PS) n’est pas remis en cause dans leur parti politique !


    • tvargentine.com lerma 4 janvier 2008 11:10

      Me Josiane Fischer ,votre campagne de diffamation est assez inquiétante.

      Vous vous servez d’un support qui risque de se retrouver devant la justice pour avoir repris des informations douteuses en vue d’une destabilisation de l’actuelle municipalité.

      Quand vous écrivez « Asnières, la corruption de la démocratie locale atteint aussi le fonctionnement du conseil municipal »

      On a l’impression de lire des discours communistes d’une autre époque


      • geko 4 janvier 2008 11:35

        Depuis quand la réalité est diffamante Lerma. Je ne vois pas ce que les communistes viennent faire là ! Vous viendrais nous donner des leçons sur les valeurs républicaines ! Commencez par poser vos oeillères de militant binaire !


      • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 12:00

        Encore un beau dénie de réalité Lerma, vous êtes décidement un coutumier du fait. Toujours aussi affligeant. On vous met le nez dedans et vous n’êtes pas capable de reconnaître le 1/16ième des faits, j’en souris mais c’est pitoyable.


      • Nobody knows me Nobody knows me 4 janvier 2008 13:39

        Vous savez, quand on a le nez dans la merde pendant longtemps comme lerma, on ne fait plus la différence.

         smiley


      • Voltaire Voltaire 4 janvier 2008 11:20

        Ces éléments ne grandissent pas la politique locale. Pour être objectif, il eût été utile de présenter les réponses du maire ou de ses adjoints aux commentaires et interventions de l’opposition. Ceci dit, le problème d’Asnières est de notoriété publique, comme hélas cela existe dans d’autres villes des Hauts-de-Seine.


        • Josiane Fischer Josiane Fischer 4 janvier 2008 14:40

          Bien sûr, « il eût été utile de présenter les réponses du maire ou de ses adjoints aux commentaires et interventions de l’opposition » ! Encore eût-il fallu que le maire répondît. Sa seule réponse est celle qu’on peut entendre après l’intervention de Sébastien Pietrasanta, c’est-à-dire aucune réponse précise sur les faits précis énoncés ; en substance le maire se contente de dire que la campagne électorale pour les élections municipales tiendra lieu de réponse et donne un échantillon de discours électoral.


        • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 15:04

          Je suis assez étonné que vous ne répondiez pas à ma question. Cela vous dérangerait-il ?


        • Adama Adama 4 janvier 2008 11:21

          Oh, c’est Vassé qui va être content de cet article !

          Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose !


          • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 12:01

            Vous faites un sacré couple avec Lerma vous dites donc.


          • Adama Adama 4 janvier 2008 13:12

            Oh, c’est Vassé qui va être content de cet article !

            Diffamez, diffamez, il en restera toujours quelque chose !


          • marc 4 janvier 2008 22:31

            adama

            Il est réconfortant de voir que le sionisme le plus caricatural se complait aussi dans l’apologie de la crapulerie. Tout cela va bien ensemble.


          • jiji (---.---.123.229) 5 janvier 2008 21:11

            je ne vois pas trop le rapport avec vos propos à la hauteur d’un antisémite et la corruption de cette ville il y en a marre des gens comme eux comme vous d’ailleurs !


          • Adama Adama 4 janvier 2008 12:06

            Vous voulez dire un couple sacré !


            • Emile Red Emile Red 4 janvier 2008 13:02

              Vive la démocratie....


              • Adama Adama 4 janvier 2008 13:13

                Vive les chiottes !

                Slogan aussi creux et nul que celui de rouge.


              • koton 4 janvier 2008 16:26

                « vive la démocratie »...enfin,ce qu’il en reste,sigh.


              • Philippe Vassé Philippe Vassé 4 janvier 2008 13:04

                A l’auteuse,

                Un grand moment de la vidéo sur le Net : voilà que les pratiques du maire d’Asnières sont donc en vision libre sur le Net - ici et sur d’autres blogs.

                La vérité des faits y explose sans qu’il soit besoin de longs commentaires.

                Un beau travail.

                Félicitations,

                PS : je prends note avec une joie amusée de la pauvre réaction du minuscule Adama-Terre : il n’a pu rien dire cette fois en défense de son ami Manuel Aeschlimann. Est-ce que quelqu’un lui a fait passer la vidéo sur l’Ambassadeur de la République Islamique d’Iran recevant la Médaille d’Honneur de la Ville d’Asnières le 21 janvier 2005 des mains de Manuel Aeschlimann pour qu’il soit si silencieux ? Ou le Communiqué de l’IRNA défendant Manuel Aeschlimann en parlant du « lobby juif » ? On le sent désemparé...


                • Adama Adama 4 janvier 2008 13:11

                  Pour tout vous dire vava, je m’en contrefout de ce qui se passe à Asnières !

                  On a assez de problèmes ici !


                • Adama Adama 4 janvier 2008 13:15

                  « Lobby juif »

                  Vous devriez le défendre sur ces propos, vous le pourfendeur du CRIF !


                • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 13:24

                  De quel problème parlez-vous donc ? et quel rapport avec le lobby juif ? un peu de sérieux adama svp.


                • Adama Adama 4 janvier 2008 13:33

                  Je faisais référence à une réflexion de Vassé sur un autre fil et du CRIF qui lui pose problème apparement !


                • Zalka Zalka 4 janvier 2008 13:41

                  Le CRIF est ultra communautariste. En tant que tel, il pose effectivement un problème. Le fait que ce soit juif est totalement secondaire. C’est comme le CRAN : l’aspect ultra communautariste pose problème et le fait que ce soit pour les noirs est secondaire.


                • haddock (---.---.105.19) 4 janvier 2008 20:46

                  Journalisme citoyen , exemple :

                  Montrer le Texte

                  Casher le Texte

                  Suggérer le Texte

                  Frotter le Texte

                  Restituer le Texte

                  Tester le Texte

                  Texter le Test

                  Attester le Steak

                  Steak Tartare

                  Steak dare-dare

                  Worcester-sauce

                  Fast-food

                  Cacher le Texte


                • Adama Adama 7 janvier 2008 11:58

                  Je faisais référence à une réflexion de Vassé sur un autre fil et du CRIF qui lui pose problème apparement !

                  zalka,

                  Appartenir à une organisation est un problème pour vous ou bien le problème ce sont les Juifs, les noirs ?


                • tvargentine.com lerma 4 janvier 2008 13:13

                  Soyons réaliste,nous rentrons dans une période électorale ou tous les mauvais coups et les manipulations sont permis.

                  Asnières est une tres belle ville et son Maire (même si je ne partage pas ses idées politiques) à fait du très bon boulôt et on comprend que des vautours veuillent la place pour ce partager le cadeau.

                  Nous lisons bien « ancien Conseiller Régional d’Ile-de-France de 1998 à 2004 »

                  A l’époque notre madone a toucher un bon salaire mais n’avait rien vue ni entendue sur les détournements de fond public ?? smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley smiley et durant 6 ans ??? smiley smiley smiley smiley smiley


                  • Zalka Zalka 4 janvier 2008 13:43

                    Là pour le coup, Lerma, sous entendre que l’auteure est impliquée dans les problèmes de justice du conseil régional SANS LA MOINDRE INFOS, est effectivement de la diffamation.

                    Vous êtes définitivement un sombre crétin.


                  • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 13:29

                    En revanche en rapport à ce déballage, j’avoue que cela me gène qu’il émane d’une future candidate aux élections (j’imagine) et qu’il serve donc ses intérêts directement.

                    Cela ne change en rien le fait que ce soit scandaleux et j’espère qu’il y aura une suite mais je demande à l’auteure de s’expliquer sur ses intérêts dans cette affaire.

                    Merci à Josiane Fischer de répondre.


                    • geko 4 janvier 2008 13:45

                      @Matthieu

                      Dans ce cas le déballage sert les intérêts de la collectivité dans son ensemble, peu importe l’étiquette politique !


                    • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 13:57

                      Je ne suis pas d’accord. Comme je l’ai dit je ne remet pas en question l’intérêt de cet article mais je ne tiens pas non plus à cautionner des maneouvres politiques pour autant. J’attends donc la réponse de l’auteure.


                    • Josiane Fischer Josiane Fischer 4 janvier 2008 16:39

                      Ce document est ici mis à la disposition de tout le monde. Le conseil municipal est public, ce qui s’y passe devrait être connu de tous. Rendre les prises de parole des élus accessibles à tous, c’est peut-être réveiller des esprits engourdis par la propagande et aussi permettre à terme d’obtenir des réponses aux questions posées. Aujourd’hui, rien ne sortant de l’enceinte de la salle du conseil, ce qui s’y dit importe peu à l’équipe dirigeante, puisque rien ne parvient à l’oreille des citoyens, ni les questions, ni les réponses (ou surtout l’absence de réponse).


                    • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 16:46

                      Il est difficile de ne pas être d’accord avec ça mais ce la ne répond nullement à ma question. J’avoue que j’aurai préféré que cela émane de quelqu’un qui ne se présente pas aux élections, je n’aime pas être manipulé, même si votre document à l’air neutre. Car rien de tel que la vidéo pour manipuler les gens. Vous vous présentez bien en face de Manuel Aeschlimann ?


                    • geko 4 janvier 2008 17:36

                      @Matthieu

                      Manipulé vous l’auriez été si Josiane Fischer avait fait publier cet article par un inconnu ! Ces comportements despotiques dépassent de loin les clivages droite gauche puisqu’ils remettent en cause le fonctionnement démocratique de nos institutions. C’est vous qui parlez des municipales, pas l’auteur ! Je ne vote pas à Asnières et vous ? Polémiquer sur la candidature ou non de l’auteur aux municipales d’Asnières c’est reconnaitre la dimension politique nationale voulue par Mr Sarkozy pour les municipales ! Ca c’est de la manipulation ! Perso je vote pour un individu qui a un projet et surtout des compétences de gestionnaires. Quelque soit l’étiquette du future maire d’Asnières j’espère qu’il ne portera pas le nom Aeschlimann !


                    • Josiane Fischer Josiane Fischer 5 janvier 2008 01:53

                      Que je me présente ou pas n’est pas la question. Ceux qui s’intéressent à la vie politique asniéroise savent que je dénonce depuis des années le système Aeschlimann qui fait la une des médias depuis relativement peu de temps. Je ne m’en cache pas. J’ai été candidate, je le serai encore si c’est utile pour participer au rétablissement de ce qui serait, selon moi et de nombreux autres, un fonctionnement plus démocratique à Asnières. C’est le sens de mon engagement dans l’association ANTICOR, association qui lutte contre la corruption, y compris et surtout contre la corruption de la démocratie.


                    • seigneur_canard seigneur_canard 4 janvier 2008 13:43

                      Et le pire, c’est qu’il risque fort d’être réélu... Aeschliman, Balkany et ont vingts kilomètres de casseroles accroché à la heuu... bref, vous voyez l’image, et pourtant, les électeurs leurs donnent sans coup férir leur bulletin de vote. C’est à pleurer. La démocratie est vraiment très malade en France.

                      Je crois qu’on doit être un des rares pays d’Europe ou des délinquants (condamnés par la justice) peuvent encore briguer des mandats électoraux et réussirent le tour de force de conserver ou retrouver leur siège. Je ne comprend même pas que l’inéligibilité ne soit que temporaire. Un élu du peuple doit, selon moi, être irréprochable sur le plan judiciaire. Mais, bon, vu que les politiques définissent les lois, c’est pas prêt d’arriver.


                      • seigneur_canard seigneur_canard 4 janvier 2008 13:44

                        il manque un bout de phrase dans mon post : « Aeschliman, Balkany et autres.... »


                      • Mathieu Lagardère 4 janvier 2008 14:01

                        Oui toujours dans le même principe du dénie de réalité ou plutot du « oui mais ». C’esst beau tout de que l’on peut excuser sous des prétextes introuvables.


                      • Nobody knows me Nobody knows me 4 janvier 2008 13:45

                        Ca me rappelle un reportage sur Balkany il y a qqs années, où les conseils municipaux étaient de vraies foires aux bestiaux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès