Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Au bal des faux semblants…

Au bal des faux semblants…

 Il est certain qu’avec ces observations, je vais encore m’assurer quelques inimitiés quand à la valse des faux semblants qui se déroule devant nos yeux citoyens. En effet, après avoir lu la nouvelle dans la presse comme vous tous, je me suis attaché en tant que syndicaliste, mais aussi en tant que citoyen parents d’élèves, responsable politique et j’en passe, à décrypter les conséquences de l’ouverture d’un « 3ème lycée » sur notre bassin de vie.

J’ai analysé au cours des multiples réunions auxquelles j’ai été convié à un titre ou à un autre, les pours et les contres et je n’ai trouvé que « politique du fait accompli », « décision autocratique », « non respect des professionnels », des « citoyens-parents », des « citoyens-élèves », « manœuvres politiciennes »…

Que l’on ne s’y trompe pas, je suis de celles et ceux qui affirment la nécessité d’un meilleur service public d’éducation, plus grand, plus proche des administrés, un service public qui donne toutes ses chances à nos enfants et je ne suis pas pour moins de service public.

Cependant force est de constater que la précipitation, le manque de concertation, la seule volonté de tel ou tel puissant de notre région ne sont pas des données suffisantes pour bâtir harmonieusement une carte des formations cohérente dans notre bout de département.

Car sur le fond, ce n’est pas l’existence ou non d’un 3ème lycée qui est à remettre en cause, c’est bien la question des moyens humains et matériels pour abonder ces 3 structures qui est posé avec plus d’acuité.

Au sortir de la tardive concertation-mascarade au rectorat, ce mardi 22 décembre, nous n’avons obtenu que peu de choses malgré la veille citoyenne organisée et pour cause, jamais M. le Recteur n’a fait l’annonce d’un quelconque renforcement des moyens horaires pour permettre la mise en place de toutes les options, de toutes les filières proposées.

JPEG

SMS, STI, ES, L….Les titres ne se suffisent pas à eux seuls. Il faudra bien mettre des profs devant les élèves même si ces derniers risquent d’être parfois peu nombreux. Or, M. le Recteur connait déjà la réalité comptable des moyens qui lui sont alloués pour faire vivre l’ensemble des enseignements dans l’académie, tout comme M. l’Inspecteur d’académie et ces enveloppes déjà définies ne sont pas extensibles. Elles sont le résultat de la politique régressive et restrictive de ce gouvernement appliquée de manière zélée par M. Chatel (voir le budget de l’éducation nationale et les milliers de suppression de postes annoncés).

Il y a comme un je ne sais quoi de malsain dans cette affaire car en fin de compte, c’est au conseil d’administration des lycées que l’on demandera de « faire avec ». Et que se passera t-il si les attentes ne sont pas satisfaites ?

Verra t-on M. Baylet avec M. Nunzi et M. Malvy emboiter le pas des syndicats enseignants qui demandent d’ores et déjà une augmentation significative du nombre de poste pour satisfaire les besoins à la prochaine rentrée ? M. Baylet usera t-il de son « poids » pour satisfaire les revendications des profs ? M. Malvy prendra t-il la défense des filières menacées dans d’autres départements par « la récupération » des moyens ?...

Au bal des faux semblants, les images de France 3 des éditions du 22 décembre et la page entière consacrée par la Dépêche du 23 décembre entonnaient un chant étrange où à se satisfaire de si peu, nous risquons de perdre beaucoup plus. Devant notre petite assemblée et devant l’œil de la caméra, les propos étaient rassurants pourtant, il est à craindre que ce ne soit les citoyens, leurs enfants qui paient le plus lourd tribut aux rêves grandioses de l’un comme des autres. Quand à vous, à moi, nous n’avons pas fini d’affirmer nos convictions !

 

Maximilien Reynès-Dupleix

Enseignant, citoyen, syndicaliste et responsable politique

http://moissacaucoeur.elunet.fr et/ou http://democrite.over-blog.org/

Moyenne des avis sur cet article :  3.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Michel DROUET Michel DROUET 26 décembre 2009 12:42

    Concertation, piège à cons : jamais ce vieux slogan n’a été d’autant d’actualité.
    Le débat nauséabond sur l’identité nationale est là pour nous le rappeler


    • Bardamu 26 décembre 2009 13:59

      « citoyen parents d’élèves », « notre bassin de vie », « les pours et les contres », « une carte des formations », « la veille citoyenne », je cite !

      Quel avenir pour l’éducation comme pour la littérature, quand le méta-langage, la novlangue technocratique du citoyen -au coeur de la vie associative- chaque jour réduit plus en poussières ce qu’il reste de français ?

      La troisième voie ne consisterait-elle pas à rétablir cela : ce que d’aucuns, plus éclairés que d’autres, appellent... la langue !


      • Maximilien alias Démocrite Maximilien alias Démocrite 26 décembre 2009 14:14

        Il s’agit ici du langage technocratique utilisé par ces décideurs qui ont laissé la démocratie au vestiaire à défaut d’y avoir laissé la langue française de maintenant....
        Les évolutions ne sont pas nécessairement des innovations inutiles...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès