Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Aux blogs, citoyens !

Aux blogs, citoyens !

Dorénavant, nous autres, citoyens actifs et réveillés, faisons savoir urbi et orbi ce que nous pensons, quelles sont nos propositions et contre-propositions, via des canaux qui échappent aux réseaux habituels.

Nous sommes dans une période où, dit-on, nous avons perdu toute énergie créatrice. Où nous nous installons dans une plate et banale morosité. Où nous sommes si soucieux de l’avenir et du passé que nous ne savons plus devenir ! À lire nos quotidiens, à entendre nos maîtres à penser, une espèce de lassitude morale s’est installée. On nous dit aussi, sans craindre la contradiction, que de nouveau leaders se dressent et font lever les foules : c’est le volontarisme dans un camp ("Vivement la rupture !") qui répond à la désolation persistante dans l’autre ("Que sont nos idéaux devenus ?" - "Recherche leader désespérément"...).

Volontarisme trépignant et apitoiement sont pourtant aussi stériles l’un que l’autre, mais à les en croire, l’alternance ne serait possible qu’entre ces deux univers qui se croient tellement opposés mais qui reflètent pourtant la même approche, binaire, "vieillie, usée et fatiguée" de notre société. Comment ne pas voir qu’elle est en pleine mutation ! Serait-ce leur propre morosité qu’ils projettent sur nous ? Et si les citoyens allaient bien mieux que leurs représentants ?

Dans chaque recoin de cette maison des Atrides, on semble s’être convaincu que le peuple se ralliera finalement, au moment du vote, à l’un ou l’autre navire en perdition. Mais lever les foules dans son village est une chose : enflammer tout un pays en est une autre ! De même, appeler des nostalgiques rabougris à la contrition est une chose, mais penser pouvoir mener derrière soi un peuple qui serait tout entier noyé de remords est illusoire. Sont-ils vraiment si nombreux, ceux qui pensent que, par la seule volonté de leur impatient leader, tout sera transformé et nos problèmes - économiques, sociétaux, etc. - magiquement résolus, sitôt leur champion arrivé au pouvoir ? Et quel remords peut bien avoir toute cette génération montante, férue de culture Internet et bloguesque, de flash mob ludique, plus mobile et mieux informée que jamais, qui n’avait pas encore l’âge de voter en 2002 ?

On nous affirme donc que le navire sombre lentement dans une mer immobile. Mais que dire, alors, de la marée profonde qui secoue chaque jour un peu plus le monde virtuel, de la lame de fond insaisissable qui gonfle partout, de la blogosphère aux réseaux sociaux, faisant les usages les plus divers et les plus inventifs de la mobilité, des messageries instantanées, du partage de documents au sein de communautés virtuelles, et j’en passe...

Dépressifs, disiez-vous ? Morfondus de lassitude, vraiment ? Au bord de la rupture ? Tiens donc ?
S’il s’agit là d’un état des lieux du monde des éléphants politiques ou des patrons de presse historiques, qui décidaient jusqu’à présent ce que nous devions penser ou faire, alors c’est bien possible ! (Cf. le fameux édito de Serge July après la victoire du "non"...). Mais pour le reste, certainement pas ! Il n’est que de considérer cette société civile des internautes actifs, évoquée plus haut, témoignant sans relâche de ce que le monde a bel et bien changé, et qu’il ne suffit plus d’utiliser quelques vieux trucs de communication grotesque pour s’attirer les faveurs d’un public endormi. Un bel exemple en est le "bide" retentissant du spam politique de Sarkozy, qui, faisant fi de la néthiquette, a tout simplement négligé l’intelligence citoyenne de ses destinataires. Sans parler de l’achat d’"ad-words" : savez-vous par exemple que, chaque fois qu’un internaute tape le mot "AgoraVox" dans Google, il lui est proposé de venir débattre avec M. Sarkozy de son projet pour la France en 2007 ?

Si l’ancien monde se porte mal, en effet, on ne peut ignorer qu’entre-temps, pour le meilleur et aussi pour le pire (ne le cachons pas !), le monde virtuel est arrivé...

En son sein, les citoyens du monde associatif, les acteurs de terrain et tous les pourvoyeurs d’idées anonymes qui, naguère, alimentaient journaux et partis politiques de leur force vive et gratuite, ont fini par se regrouper en réseaux fluides et incontrôlables. Ces spins docteurs qui s’ignoraient en ont assez de soutenir dans l’ombre l’ascension de ces quelques hommes et femmes qui, une fois arrivés au pouvoir, se trouvent comme par enchantement atteints d’une amnésie globale ou sélective (rappelons-nous M. Jospin, et son sempiternel "moi-je"...).

Dorénavant, nous autres, citoyens actifs et réveillés, faisons savoir urbi et orbi ce que nous pensons, quelles sont nos propositions et contre-propositions, via des canaux qui échappent aux réseaux habituels. C’est sans doute la raison pour laquelle ils ignorent apparemment encore à quel point nous débordons d’idées, de créativité et d’énergie. Nous savons et nous faisons savoir ce que nous voulons, et surtout ce que nous ne voulons plus.

Voilà pourquoi les discours démagogiques et creux, les promesses de châteaux en Espagne, les campagnes électorales sans projet ne fonctionnent plus !

Alors, oui, c’est vrai, cet idéal qui se met en place est encore hésitant, mais il est vaste et puissant. Il ne fera que s’amplifier !
Et si l’ancien schéma mental encore en vigueur s’enlise dans des références au passé, au nom d’un avenir incertain, nous savons, nous, que c’est dans le présent que réside la créativité.

Humainement,
tatiana f.

PS : De grâce, ne prenez pas ceci pour la réflexion d’une citoyenne exaltée, séduite par quelque nihilisme politique ou par un utopiste ras-le-bol de gauche façon "viva Chavez !". Toute ressemblance ne serait que pure coïncidence. Il y a fort longtemps, j’étais atteinte de cette vision binaire parvenant toujours à opposer des bons et des méchants (les bons étaient bien sûr toujours de mon côté, et par définition de gauche). Mais ça se guérit !


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 1er février 2006 12:26

    Au sujet des mots-clés Google, inutile de préciser que nous n’y sommes pour rien naturellement. Le prestataire qui travaille pour l’UMP a décidé d’acheter le mot « agoravox » ainsi que d’autres qu’il a jugé « vendeurs » comme « netizen » ou « loïc le meur ».

    Personnellement, que l’UMP achète des mots-clés sur Google ne me choque pas plus que ça surtout quand il s’agit de mots génériques. Par exemple, quand ils ont acheté le terme « émeutes », j’ai trouvé l’approche certes assez marketing mais pourquoi pas. Quelqu’un qui suit l’actualité de son pays et utilise Google pour s’informer peut avoir envie d’en discuter au sein de l’UMP.

    Maintenant, l’utilisation d’une marque me parait bien plus délicate. En dehors des aspects juridiques, l’aspect éthique a toute sa place. Quelqu’un qui fait une recherche sur les journaux AgoraVox ou Netizen a-t-il envie forcément d’aller sur le site de l’UMP ? Pas forcément. Juridiquement parlant, s’agit-il de « parasitisme » ? Peut-être.

    J’ai cru comprendre cela dit, que si on le souhaite, il est possible assez facilement de faire supprimer l’utilisation d’un mot-clé sur Google.

    Qu’en pensez-vous en tant que lecteurs d’un journal citoyen ? En dehors de vos convictions politiques, êtes vous choqué ou pas par une telle démarche organisée par un parti politique (en l’occurrence aujourd’hui c’est l’UMP mais demain ça pourrait être le PS ou l’UDF) ?


    • colza (---.---.156.111) 1er février 2006 14:17

      J’étais plutôt indifférent au fait que l’UMP, enfin SARKOZY, se paye des mots-clés sur Google...

      Mais, hier, j’ai voulu en savoir plus sur la CPE et j’ai donc tapé CPE sur Google et je suis encore tombé sur SARKOZY qui voulait me faire signer une pétition en faveur du Contrat Première Embauche. Et là, j’ai commencé à trouver ça fatigant...

      Dans un sens, ça me conforte dans mon opposition à ce texte, car si c’est bon pour Sarko (bon, pour l’UMP), ça ne peut qu’être mauvais pour les jeunes.


    • Zassenhaus (---.---.186.8) 7 février 2006 19:05

      Achetez des liens concernant la politique française et les événements en France me semble déjà assez discutable pour un parti politique. Mais mais dans le contexte actuel, achetez les mots « caricature Mahomet » me semble plus que déplacé...


    • Etienne Parizot (---.---.95.138) 1er février 2006 15:04

      Bravo à Tatiana pour cet article remarquable, que je considère comme un véritable manifeste ! Je souscris entièrement à ce qui est dit là, ainsi bien sûr qu’à l’appel implicite à renforcer nos actions citoyennes et notre participation à toutes les réflexions qui contribueront à modeler la société de demain, sur schémas mobiles, ouverts et redynamisés. 100% d’accord, donc.

      En ce qui concerne le commentaire de Carlo Revelli, je dois cependant exprimer mon vif désaccord. On me dira : « comment peut-on être en désaccord, alors que rien n’est affirmé, et que ce ne sont que des questions posées ? » Eh bien justement ! C’est là que je ne suis pas d’accord. C’est pratiquement la démarche inverse de celle qui est proposée dans le « manifeste » ci-dessus. Quand allons-nous comprendre que c’est en refusant systématiquement de trancher, d’affirmer notre propre opinion, que nous faisons reculer la société, que nous la laissons s’enliser, et que nous donnons à chacun l’opportunité d’exploiter les failles ou les vides juridiques pour détourner les plus belles idées ou les plus beaux projets, et dénaturer les outils les plus porteurs de renouveau.

      Peser avec soin le pour et le contre est assurément un devoir de l’esprit. Mais si cela ne mène pas à une conclusion, même provisoire, à une opinion, même imparfaite, alors à quoi bon ? A-t-on avancé d’un iota ? Bien sûr, Carlo Revelli, en sa position de « modérateur » d’AgoraVox, peut estimer qu’il n’est pas de son rôle de trancher, mais de soulever les problèmes. D’accord. Mais je m’étonne tout de même de cette position en demi-teinte, que je qualifierai (sauf votre respect, bien sûr) de passive et de résignée : « que l’UMP achète des mots-clés sur Google ne me choque pas plus que ça ».

      Mais avons-nous si peu d’estime pour cet outil extraordinaire qu’est l’Internet pour abandonner sans un froncement de sourcil le rêve d’un réseau universel fondé sur le partage, l’échange de connaissances, le dialogue libre rompant radicalement avec la structure habituelle basée sur un centre émetteur et des récepteurs disséminés qui écoutent simplement ce qu’on leur dit ? Où sont passés les idéaux des pionniers, des fondateurs du Net ? Bien sûr, on ne peut pas s’opposer éternellement à ce que « le marché » et les intérêts privés investissent aussi le monde virtuel, puisqu’ils sont à ce point omniprésents dans le réel. Mais du moins efforçons-nous, en élevant nos voix chaque fois qu’il est nécessaire, en rappelant à chacun et à nous-même qu’il n’est pas absurde d’avoir un véritable projet pour ce monde qui, après tout, nous appartient, en construisant quelques barrages ici ou là (même provisoires), d’en infléchir le cours !

      La nethiquette ! Ça vout dit quelque chose ? C’est naïf ? Et alors ! Non, je ne considère pas qu’il soit une bonne chose d’acheter des mots-clés sur Google, de récupérer le flux des idées et de la pensée échangées librement sur Internet pour le diriger vers un but spécifique, intéressé et partisan ! Non, je ne veux pas recevoir une pub pour le viagra chaque fois que je recherche un site qui parle d’amour ! Est-ce si difficile de maintenir un idéal, au moins comme point d’horizon ? Est-ce si difficile, dans mon cœurs et mon esprit, d’accorder un prix suffisamment élevé à la liberté de penser et de conduire ses réflexions à ma guise sur Internet pour m’offusquer, en effet, qu’on achète mon intérêt pour tel ou tel sujet afin de me vendre quelque chose ?

      Carlo Revelli pose la question très gentiment : « Juridiquement parlant, s’agit-il de »parasitisme«  ? Et il répond : »Peut-être.« Mais je moque de savoir si c’est juridiquement ou non du parasitisme (surtout avec des guillemets à ce dernier mot, qui lui fait perdre tout sens, de toute façon) ! Je ne vois qu’une question valable : est-ce une bonne chose pour nous tous, pour le fonctionnement d’Internet et pour le développement de cette société participative que nous voulons mettre sur pied collectivement ? Et je ne vois que deux réponses valables : »oui« ou »non« , et pas »peut-être" !

      Ma réponse personnelle, vous l’aurez compris, est NOOOOOOOONNNNNNNNN ! Ce n’est pas une bonne chose. L’argument consistant à dire qu’il pourrait être intéressant de permettre à des gens de signaler leur site web en relation avec tel ou tel sujet est totalement absurde ! Comment peut-on ne pas le comprendre ? Si vous faites un site sur un sujet, on pourra vous trouver. Si votre site est intéressant, ça se saura, et les flux convergeront vers lui « naturellement ». Tout autre démarche doit être considérée comme agressive, comme un « forçage de main », une violation de la déontologie et de l’interêt même d’Internet. Le pire, c’est que Google est justement là (avec les autres moteurs de recherche) pour permettre de trouver les contenus pertinents sur n’importe quel sujet. Vendre des mots-clés pour rediriger un intérêt initialement exprimé (lors d’une requête) vers autre chose, c’est la négation même du principe de Google. Si on va dans cette voie, il sera bientôt inutile de proposer un contenu sur un sujet donné pour être lu : il suffira d’acheter le mot ! Ce principe court-circuite la démarche même de la recherche par mot-clé. Comment peut-on ne pas voir ça ????? Légal ? Pas légal ? Mais qu’est-ce que ça peut faire ?

      Mais bon, je prends cet exemple parmi d’autres, comme symptôme de ce qui est en train d’arriver à notre société. Nous nous endormons. Les communautés virtuelles sont éveillées, elles, heureusement, et c’est tout le sens, je pense, de l’article de Tatiana. Alors ne laissons-pas la résignation et la paresse nous gagner nous aussi. Sinon, quel sera le prochain facteur d’espoir ?

      Bien à vous tous,

      Etienne


      • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 1er février 2006 18:03

        Mon cher Etienne, si j’avais une position passive et résignée comme vous le dites soyez sûr que je n’aurais pas lancé AgoraVox en y consacrant 100% de mon énergie...

        J’ai du mal à comprendre votre longue tirade un peu agressive d’ailleurs. Le fait d’avoir une opinion bien précise sur le sujet ne m’empêche pas de laisser le débat ouvert à nos lecteurs. Comme je l’ai déjà précisé à d’autres personnes proches de Tatiana, je ne suis pas favorable à l’utilisation des Google Ads dans le cas de marques. Je ne sais pas quelle est la position de Ginisty de Netizen. Cela ne m’empêche pas de garder mon calme d’une part et de poser la questions à nos lecteurs d’autre part qui auraient pu me faire changer d’avis par exemple (pour l’instant ce n’est pas le cas). J’ose espérer que la même virulence sera utilisé si le PS ou tout autre parti décide de suivre cette approche. Ce qui est loin d’être impossible...


      • jean-rémi (---.---.60.179) 1er février 2006 15:34

        Oui ! Voilà une remarquable analyse qui dépeint bien notre paysage et donc donne des clés pour mieux comprendre. Je sens aussi cette vague de fond, encore invisible pour ceux qui canotent dans les eaux stagnantes des vielles lunes politiques. Ce travail de questionnement, de réflexion, d’échange qui se lie sur les blogs est comme un vent frais, et même si l’on retrouve les partis pris et les préjugés que nous avons dans la real-life, c’est un commencement de partage qui est l’occasion de s’enrichir et de remettre en cause nos idées douillettes et rassurantes, au prix de la saine confrontation.

        Sans idéaliser, nous assistons sans doute, en germe, à la naissance d’une « noosphère », avec une nouvelle carte (et bientôt un nouveau territoire ?) qui délimite des rapports politiques inédits entre les citoyens et ceux qui sont censés les représenter. Beaucoup parmi les politiciens et leaders d’opinion font la sourde oreille face à la marée qui avance, mais ils me font penser à cet empereur chinois devant une cascade peinte. Quelque mois plus tard il faisait recouvrir la fresque d’un épais badigeon : le bruit de l’eau l’empêchait de dormir. Sans doute y en a t-il qui commencent à avoir du mal à dormir devant cette évolution « pronétarienne » d’un monde en puissance qui acquière des propriétés déstabilisantes, et qui pour tout virtuel qu’il soit devient opératif en lui-même.

        C’est d’ailleurs ainsi que je vois en partie la volonté de tout contrôler - comme on fait dans le « vieux monde » - avec l’achat de mot clé dans Google. C’est une attitude finalement dérisoire parce que comme les dinosaures, condamnée à disparaître. Ils essaient maladroitement de cerner le problème mais ça va trop vite pour eux et leurs supercheries sont mis au grand jour, comme ce fut le cas récemment sur le blog de mémoire-vive.

        Cette tentative de « contrôle » est dépassé parce que vieille dans sa méthode, même si elle utilise les outils modernes. Je pense qu’ils n’ont pas compris qu’en ce domaine nous avons quitté la dimension du somatique et même du médiatique pour entrer dans celle du numérique, qui est une technique moléculaire par laquelle on crée des matrices avec un infini de possibles... incontrôlables. Et pas seulement dans l’espace. C’est un changement de paradigme spatio-temporel (hi hi) ou la temporalité géologique (la sélection naturelle sur des milliers d’années), la temporalité historique (changements sur quelques générations), sont bouleversées par l’explosion du numérique, qui initie des changements en temps quasi-réel. Nos vieux schémas de pensée ne peuvent pas suivre.

        Pour en revenir à votre question Carlo, mon point de vue est très clair : je suis contre toute récupération par les vieux. Ce qui peut faire la force d’un journal citoyen c’est son indépendance (et tout reste à faire, c’est sur le long terme que ça se prouve et s’éprouve). Indépendance d’idées, indépendance face aux copinages politiques et économiques. Je partage le point de vue de Tatiana, c’est une question d’éthique pour soi-même et bien sûr pour les rédacteurs et les lecteurs. Il n’est donc pas du tout acceptable de mon point de vue que l’UMP, pas plus que le PS ou tout autre formation achète le mot-clé AgoraVox. Encore une fois, je crois que c’est la qualité des rédacteurs et des commentaires qui fait la valeur d’un blog et non celle de parasites fussent-ils très médiatiques qui surfent sur la vague.


        • Roues Libres Claude DP 1er février 2006 22:48

          Juste pour vous ramener sur terre, notre Premier Ministre a qui on demandait comment il réunirait les fonds nécessaires à une campagne électorale s’il n’était pas le candidat de l’ UMP a déclaré : « les campagnes seront désormais de moins en moins onéreuses car elles passeront pour l’essentiel par le web ». Attendez vous Monsieur Djeun à ce que votre espace numérique atomisé et matriciel soit assez fréquenté bientôt...Au point je le crains que votre petite différence soit aussi difficile à entendre qu’ avant la grande révolution dont vous nous parlez et qui bien entendu est interdite aux vieux. :)


        • Tatiana F Tatiana F 1er février 2006 23:03

          Ah bon ? J’ai dit que la blogosphère était socialiste ? Je pense justement le contraire ! Comme quoi on peut dire n’importe quoi... Mais à part ça, vous n’avez pas répondu à la question de Carlo. Vous trouvez ça bien, vous, le racolage politique sur Internet ?

          Merci d’avance.


        • Aldoo (---.---.43.123) 1er février 2006 16:07

          Oui, tout à fait, sus au parler creux de nos élites ! À bas les promesses sans suite ! Marre de ces gens qui n’ont plus d’idéologie et ne croient plus en rien.
          Il suffit ! Agissons ! Plutôt que de discutailler de manière stérile, avançons nos idées ! Au contraire de nos dirigeants, proposons ! Car nous, les netoyens, nous avons les idées ou en tout cas la bonne méthode pour en avoir. Nous, nous ne tournons jamais autour du pot ! Nous sommes les nouvelles forces vives par qui les idées progressent. Les gens d’en haut doivent en prendre de la graine et écouter ce que nous avons à dire, ce que nous clamons bien haut.
          Alors autant dire que tout cela va changer ! (et paf, dans les dents ! comme dirait Coluche)

          Bon sérieusement... ce genre de discours me rappelle pas mal les délibérations du Front du Peuple Palestinien (ou un autre smiley ) dans La Vie de Brian des Monty Python... ... autant dire qu’au final nous avons les dirigeants que nous méritons, en quelque sorte.


          • Tatiana F Tatiana F 1er février 2006 19:59

            Caro Carlo,

            Je ne comprends pas très bien où vous voulez en venir avec vos allusions à « d’autres personnes proches de Tatiana ». Etienne s’exprime dans son post avec son style et son point de vue personnels. Pour ma part, je ne suis pas en colère, rassurez-vous, mais je ne trouve pas non plus que les propos d’Etienne soient agressifs. Peut-être parce que j’ai l’habitude du Net et des débats contradictoires, parfois houleux. Je suppose que vous ne vous adressiez pas à moi (sinon, merci de ne pas le faire par personne interposée  ), mais quand vous dites « J’ose espérer que la même virulence sera utilisée si le PS ou tout autre parti décide de suivre cette approche », je me demande si vous avez bien lu les propos ci-dessus. Il n’a été question que de principes généraux, éthiques.

            Comme Netizen et Loïc Le Meur, vous avez décidé d’interroger les blogueurs pour avoir leur point de vue. Mais dans le même temps, vous avez choisi de vous exprimer dans les commentaires de mon article et non pas à travers un article spécifique signé de votre nom, qui aurait eu d’ailleurs bien plus d’écho que ma petite contribution aux débats. Pourquoi ne connaissons-nous pas votre position (à vous Carlo) ? On ne demande qu’à connaître votre avis. Puisque vous avez demandé l’avis de tous, ici même (dans mon article, donc, qui n’était pourtant pas ciblé sur ce problème), vous pouvez sans doute le comprendre. Alors où est le problème ? Se passe-t-il quelque chose que nous « ignorions » ? Merci de nous le dire franchement.


            • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 1er février 2006 20:21

              Oui Tatiana. Il y a plein de trucs qui se passent ici mais je peux pas vous en parler. C’est trop secret... smiley

              Ou mon français est de moins en moins compréhensible oppure parli troppo italiano ultimamente... smiley

              Comment être plus clair dans mes propos qu’avec cette phrase ? « je ne suis pas favorable à l’utilisation des Google Ads dans le cas de marques ».

              Quand je disais « d’autres personnes proches de vous », je voulais dire que j’avais exprimé mon point de vue aussi à Tristan et Natacha, comme je viens de le faire ici. Voilà c’est tout. Aucun problème. Rien n’est caché. Je pense être le seul à avoir pris position clairement parmi les personnes cités et je vais donc demander à Google de ne pas associer le nom de notre marque à cette campagne. Et je le ferai vis à vis de n’importe quel autre parti ou entreprise. Spero che sono stato chiaro questa volta... smiley


              • Tatiana F Tatiana F 1er février 2006 20:58

                Si va bene carissimo, Grazie lei. « Va meglio dicendo » smiley


              • Etienne Parizot (---.---.91.66) 1er février 2006 21:25

                Cher Carlo (ma que bella questa lingua ! Mama mia !),

                Aie aie aie, je ne voulais nullement vous agresser, et je crains à présent de vous sembler dur à nouveau. Mais vous dites : « Comment être plus clair dans mes propos qu’avec cette phrase ? »je ne suis pas favorable à l’utilisation des Google Ads dans le cas de marques« . » Désolé, mais vous pourriez en effet être plus clair : en vous prononçant sur le cas de mots qui ne sont pas des marques ! Je pensais avoir argumenté clairement (avec virulence, disiez-vous, mais dans le seul espoir de nous réveiller tous - y compris moi-même !), et fait valoir notamment que l’achat de mots-clés, par essence même, réduisait à néant le principe des moteurs de recherche par mot-clé en correspondance avec une analyse de contenu, puisqu’alors il suffit d’acheter le mot-clé et on se trouve immédiatement dispensé de fournir tout contenu !

                Êtes-vous d’accord avec cela ?

                Sinon, je m’étonne aussi de cette remarque : « J’ose espérer que la même virulence sera utilisée si le PS ou tout autre parti décide de suivre cette approche ». Y a-t-il la moindre phrase dans mes propos qui laisseraient envisager l’inverse ? Ne me suis-je pas placé d’emblée sur le terrain des principes, de la néthiquette et du bon sens. Une des choses contre lesquelles je m’élevais, c’était justement de ne pas considérer d’emblée le problème globalement, sur le plan de l’éthique et de la pérénité du modèle alternatif offert par l’Internet. Car bien sûr, on pourrait toujours se dire : « oui, c’est pas génial dans l’absolu, mais bon, là, ce n’est pas trop grave ». Ce relativisme est dangereux. Je note d’ailleurs que vous avez demandé : « En dehors de vos convictions politiques, êtes vous choqué ou pas par une telle démarche organisée par un parti politique (en l’occurrence aujourd’hui c’est l’UMP mais demain ça pourrait être le PS ou l’UDF) ? » Mais vous noterez que mentionner le PS ou l’UDF est sans doute inconsciemment une façon de relativiser le problème. Et si c’était le Front National, ou le Hamas, ou le Ku Klux Klan qui achetait des noms ? Mais bon, justement, je ne voulais pas rentrer dans ce genre de considérations qui sont en fait hors sujet. Donc oui, à mon tour d’être clair, je m’élèverait de la même façon contre l’achat de mots-clés par le PS ou l’UDF, ou toute autre organisation ou personne privée !

                Cordialement (sans la moindre agressivité ! smiley ),

                Etienne


                • L'équipe AgoraVox Carlo Revelli 2 février 2006 00:16

                  Sur l’achat des mots-clés génériques, je ne suis pas choqué outre mesure pour une raison simple. Ca fait des années que je les vois et j’y prête plus aucune attention. Mon oeil a appris à ne pas regarder dans cette zone de l’écran.... smiley Cela dit, personnellement je préfère une publicité contextuelle à une pub complètement au hasard. En suivant le raisonnement, la pub tout court est condamnable. C’est sûr que si vous me demandiez est-ce que vous préférez avoir de la pub ou un espace vide, je préfère la deuxième possibilité. De même, je préférerai ne pas voir un film ou une émission interrompus par une pub à la TV. Mais ces souhaits sont-ils vraiment réalistes dans une société marchande ? La remarque sur le PS ou l’UDF ne s’adressait pas à vous en particulier mais à l’ensemble des lecteurs.


                • Roues Libres Claude DP 1er février 2006 22:39

                  Juste pour rire. Essayez UMP comme adword...et vous tomberez sur le Nouvel Obs. Carlo a raison. Restons calmes. Ce qui importe dans le fond, c’est qu’ Agoravox fasse l’objet de 606000 citations par Google. Ce qui n’est pas si mal pour un journal citoyen. Mais ce qui tend aussi à relativiser les choses. UMP produit 2950000 citations. Mais PS en retourne 101 000 000 ...dans le monde et 5 950 000 en France. De quoi en déduire que la blogosphère est définitivement socialiste...Mais ça Tatiana, on le savait déjà.


                  • Tatiana F Tatiana F 1er février 2006 23:23

                    Ah bon ? J’ai dit que la blogosphère était socialiste ? Je pense justement le contraire ! Comme quoi on peut dire n’importe quoi... Mais à part ça, vous n’avez pas répondu à la question de Carlo. Vous trouvez ça bien, vous, le racolage politique sur Internet ?

                    Merci d’avance.


                  • Homère (---.---.76.85) 1er février 2006 23:48

                    Si le PS imite l’UMP il aura droit à une volée de bois vert lui aussi ; mais par la même occasion, l’UMP se faira de nouveau morigéner pour avoir lancer la pratique. Je trouve les méthodes de l’UMP en terme de marketing politique via Internet absolument répugnantes en ce sens qu’elles révèlent une forme de voracité qui l’emporte sur toute forme de considérations éthiques.

                    Le désir d’occuper la place vaille que vaille, d’être innovant et de ratisser large les amène à sauter sur tout ce qui bouge. Mais au final, je ne pense pas que cela soit un bon calcul. Il est probable au contraire que ces méthodes visant à l’omniprésence seront perçues par les destinataires (les utilisateurs de Googles) comme intrusives, envahissantes, pénétrant l’espace des internautes par la force, les obligeant à subir une présence non sollicitée et finallement exaspérante. Tout cela devient lourd-dingue.


                    • Homère (---.---.76.85) 1er février 2006 23:54

                      Super l’emploi de « netoyens ». Récemment je me suis interrogé pour savoir pourquoi l’équipe de Netizen avait opté pour cet titre au lieu de Netoyen. Peut-être parce que netoyen ça sonne ringard ?!!


                      • Homère (---.---.63.65) 2 février 2006 08:33

                        A Claude,

                        « Netoyen ça fait un peu société de nettoyage non ? »

                        1/ Dans un premier temps je n’y avais pas pensé

                        2/ A la réflexion, c’est indéniable

                        3/ Ce n’est pas automatique

                        4/ Ce n’est pas génant

                        5/ Le Net n’a-t-il pas pour caractéristique de faire place nette pour un nouveau monde ! ?

                        6/ Netoyen parle probablement davantage à la majorité des citoyens francophones

                        7/ Ma préférence pour Netoyen demeure


                      • Roues Libres Claude DP 2 février 2006 08:12

                        à Tatiana. Je ne ferai jamais aucun compromis sur la liberté. A vous lire (avec plaisir), je pensais qu’il en était de même pour vous aussi. Si l’ UMP souhaite acheter Agoravox comme adword, je vois juste celà comme une reconnaissance de ce qu’est Agoravox aujourd’hui, par un grand parti politique français. Ce qui me laisse à penser que nos colonnes sont lues par ceux qui réfléchissent à une stratégie politique et que donc, nous trouverons peut-être dans celle-ci la molécule d’influence que nous souhaitons y mettre. Je ne pense vraiment pas qu’il s’agisse d’un « détournement ». Il y a plein d’autres utilisations des adwords qui pourraient prêter à ce genre de critique. Je considère chaque Internaute comme suffisamment adulte pour cliquer là ou il l’entend. Ce qui est frappant par contre c’est l’absence bruyante des mammouths (en tant que vieux éléphants) du PS dans nos pâturages blogosphériens pourtant si accueillants pour de gros animaux bien pansés et bien pensants. Ce n’est pas vous qui le dites en effet Tatiana. Pour Homère : Netoyen ça fait un peu société de nettoyage non ? Surtout si les partis politiques doivent considérer le web comme une réserve naturelle où ils n’ont pas le droit de pénétrer sans fausse barbe. En résumé : si critique il doit y avoir, c’est à Google de l’adresser. Les adwords sont le moteur commercial de Google qui a été contraint par les autorités de régulation d’ établir l’ordre de classification qu’il propose de manière objective et non pas à partir de l’achat de places, comme c’était le cas auparavant. Il s’agit donc de liens commerciaux clairement identifiés comme tels. Ces adwords donnent lieu c’est vrai à des utilisations très limite y compris en matière commerciale, certaines marques ayant tendance à utiliser des adwords normalement connotés par la marque de leurs concurrents. C’est parfois en effet très contestable.


                        • Scipion (---.---.48.244) 2 février 2006 09:19

                          Tatiana F. se fait énormément d’illusions, lorsqu’elle écrit : « Dorénavant, nous autres, citoyens actifs et réveillés, faisons savoir urbi et orbi ce que nous pensons, quelles sont nos propositions et contre-propositions, via des canaux qui échappent aux réseaux habituels. »

                          Mille citoyens « actifs et réveillés », c’est mille solutions pour un même problème et c’est aussi consacrer autant de temps à proposer des solutions qu’à combattre les solutions présentées par le camp d’en-face !

                          Le web n’est donc qu’un infini foutoir cacophonique d’où il ne sortira jamais rien de constructivement opérationnel. D’autant moins que les sites pornos seront toujours beaucoup plus prisés que les forums politiques.


                          • Aldoo (---.---.43.123) 2 février 2006 10:45

                            Scipion, je vous trouve bien catégorique, mais les faits sont tétus. À en voir les initiatives récentes du ministre de la culture, puis du président de l’UMP, qui ont jugé bon d’inviter des blogueurs pour débattre du droit d’auteur, il me semble que ce qu’il ressort du net ne compte pas que pour peanuts.

                            Que ce soit le bordel : je le veux bien, mais le monde analogique est lui aussi bordélique en général. C’est l’émergence de structures, telles les médias, les partis politiques ou autres associations et lobbies qui permet d’y voir clair. Maintenant, jettez un oeil sur le monde numérique et vous verrez aussi ces structures émerger de la toile a priori amorphe. Que sont les moteurs de recherche ? Les réseaux de blogs ? Tous les sites basés sur des réseaux sociaux ? Les oeuvres collectives (Wikipédia) ? Si le net permet à une foultitude d’opinions différentes de s’exprimer, les structures permettant d’en faire des synthèses existent, au moins potentiellement.

                            Que les sites pornos établissent des records de fréquentation, je le veux bien aussi. Mais contrairement à une rue commerçante, qui une fois remplie de sex shops ne laissera pas la place à une seule librairie, sur le net, il y a la place à la fois pour le sexe et pour les opinions.

                            Non, décidément, Scipion, votre analyse n’est guère pénétrante.

                            PS : dans mon précédent commentaire j’étais assez critique vis-à-vis du billet de Tatiana, mais sur le fond je suis assez d’accord avec elle.


                            • Roues Libres Claude DP 2 février 2006 11:23

                              PS : dans mon précédent commentaire j’étais assez critique vis-à-vis du billet de Tatiana, mais sur le fond je suis assez d’accord avec elle.

                              So French ! La blogosphère n’est-elle qu’un grand moulin à vent ?


                              • Aldoo (---.---.43.123) 2 février 2006 12:42

                                @Claude DP : mon PS était un peu vague, je vous l’accorde, car on pourrait en conclure l’inconstance de mon opinion. Mais non, Claude, je ne brasse pas que de l’air !

                                En fait, mon premier commentaire, ironique, ne prenait pas position par rapport aux idées de Tatiana, mais par rapport à la forme du billet qui aurait pu ne recouvrir que du vent (mais apparemment, certains ici dont Scipion, pensent effectivement que c’est le cas).


                              • Homère (---.---.70.120) 2 février 2006 11:49

                                A scipion

                                « Mille citoyens »actifs et réveillés« , c’est mille solutions pour un même problème et c’est aussi consacrer autant de temps à proposer des solutions qu’à combattre les solutions présentées par le camp d’en-face ! »

                                Certes, mais il en restera toujours quelque chose de nouveau qui lui même contribuera à fabriquer du nouveau. Maintenant, le nouveau est-il mieux, plus efficace, du point de vue de la progression du vivre ensemble sur cette planète ?


                                • Scipion (---.---.48.244) 2 février 2006 12:14

                                  Vous dites que les faits sont têtus, Aldoo, mais quels faits ? Le web n’a rien produit de politiquement concret. Beaucoup de gens s’expriment, mais ça ne va jamais au-delà de la prise de parole spontanée.

                                  Ce n’est pas sans rappeler le Speakers’Corner de Hyde Park. Quelqu’un s’exprime sur un sujet donné, un « attroupement » se forme, puis se dilue, avec la même facilité, dans l’indifférence du monde environnant.

                                  En outre, je ne crois pas à la capacité mobilisatrice physique du militant internaute. C’est un feignant, foncièrement statique, qui ne quitte son fauteuil que contraint et forcé. Et assurément pas pour descendre dans la rue.


                                  • Natacha Quester-Séméon / Natacha Quester-Semeon / NatachaQS Natacha Quester-Séméon 2 février 2006 12:26

                                    Scipion>« En outre, je ne crois pas à la capacité mobilisatrice physique du militant internaute. C’est un feignant, foncièrement statique, qui ne quitte son fauteuil que contraint et forcé. Et assurément pas pour descendre dans la rue. »

                                    Faux ! Et le mouvement contre la guerre en Irak en 2003 ? Je peux vous dire que le Net a été un outil précieux et efficace dans le monde et en France aussi ! Regardez les traces historiques sur PaxHumana.Info et Cyberhumanisme.Org (sites des Humains Associés).

                                    La manifestation du 15 février 2003 a été la plus grande manif mondiale, elle a largement utilisé le Net pour se préparer... Lors de cette manifestation de 15 millions de personnes des gens de toutes croyances et de toutes tendances, politiques et apolitiques étaient mélangés. Le Net peut servir à mobiliser les citoyens si l’appel est lancé par des citoyens. Comme le dit Tatiana, les gens un peu conscients ne veulent plus être récupérés par des organisations qui ont usé et abusé des bonnes volontés et de l’engagement local de leurs sympathisants. Chacun veut reprendre la parole... et choisir ses engagements ponctuellement.


                                    • Aldoo (---.---.43.123) 2 février 2006 12:48

                                      Tout à fait !

                                      Ajoutons aussi les manifs contre les brevets logiciels, par exemple. Certes, la mobilisation physique est parfois difficile, mais pour les sujets importants, le netoyen se déplace. Il ne m’étonnerait guère que bientôt les manifestations s’organisent principalement par internet, si ce n’est déjà le cas. C’est tellement plus pratique !


                                    • Scipion (---.---.48.244) 2 février 2006 16:35

                                      Autant pour moi smiley) Et d’autant plus que cette manifestation m’avait inspiré quelques commentaires sur l’« impuissance » politique de la Toile, précisémenent...

                                      On mobilise dix millions de personnes - ou quinze, si ça vous fait plaisir -, ça ne sert strictement à rien du tout. Mais ce n’est pas l’essentiel : il n’en reste rien du tout.

                                      Même pas l’ébauche de l’embryon d’un mouvement. Ce qui démontre que le web peut mobiliser une fois, une grande masse de gens caractérisés par la superficialité de leur engagement.

                                      On avait observé un phénomène de même nature en Autriche, lorsque les libéraux de Joerg Haider sont entrés dans le gouvernement. Les « démocrates » avaient juré de manifester tous les jeudis soirs tant que l’« extrême droite » serait au pouvoir.

                                      Le premier jeudi, ils étaient 400’000, mobilisés en grande partie par Internet, déjà ; une semaine plus tard, 40’000 ; deux semaines plus tard, 4’000 ; trois semaines plus tard, 400, et un mois plus tard, 40. C’était le noyau dur qui serait encore motivé un an plus tard...

                                      Le Forum Social mondial est un autre exemple de ces mobilisations, dopées à l’Internet, qui se dégonflent au fil du temps...


                                    • Roues Libres Claude DP 2 février 2006 13:07

                                      @Aldoo et à tous les blogueurs.. Ce que je voulais dire c’est qu’il y a dans nos gênes de Français une très nette propension au débat pour le débat, c’est notre côté latin, les idées s’effaçant parfois derrière le goût de la polémique. ( je ne suis pas le dernier...).Il me semble que ce n’est pas un hasard si les blogs sont à ce point populaires en France, ce qui constitue une originalité nationale. La tentation est grande alors de leur donner plus de pouvoir qu’ils en ont et de les voir comme de possibles catalyseurs d’une action « révolutionnaire ». Notre autre penchant génétique à nous le peuple régicide. Mais là je rejoindrais plutôt l’opinion de Scipion. Les bloggueurs, que je ne vois néanmoins pas comme des fainéants, sont plutôt d’incorrigibles romantiques qui préfèreront toujours se balancer des arguments plutôt que des pavés. Et c’est tant mieux.


                                      • Tatiana F Tatiana F 2 février 2006 13:15

                                        D’autant plus que les pavés balancés ont touché la tête de certains, qui sont restés fêlés à vie smiley Cependant, vous ne répondez pas vraiment à la question de Carlo.


                                      • Tatiana F Tatiana F 2 février 2006 13:21

                                        Oups... ! Il ne s’agit pas de vous, cher Claude, puisque vous avez déjà repondu clairement à la question smiley


                                      • Roues Libres Claude DP 2 février 2006 16:01

                                        Fêlé me convenait pourtant bien... smiley


                                      • Pertinents et Impertinents (---.---.240.116) 5 février 2006 02:12

                                        Tapez “caricature mohamet” dans Google et cela affiche… la fameuse et intempestive publicité de l’UMP. Cette même pub (AdWord de Google) qui s’était greffé cette semaine sur les mots-clefs : AgoraVox, Netizen, Jack Lan...


                                        • (---.---.33.53) 14 mars 2006 11:33

                                          Sárközy de Nagy-Bócsa ne renonce décidément devant rien : Allez sous google et taper Ségolène Royal, et la miracle qu’apparait-il dans la catégorie “liens commercial” ? Le site de l’UMP bien entendu !!! Ceci est une pratiq...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès