Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Avec ou sans péniche, Peillon rame toujours dans son idéologie

Avec ou sans péniche, Peillon rame toujours dans son idéologie

Si les références simplistes sur les sov et kolkhozes s’adressent bêtement à Mélenchon (France Inter), le fond dogmatique d’un Vincent Peillon s’avère beaucoup plus dangereux : ses arguments de candidat et le boulet de réformisme autocratique qu’il traîne en attestent.  
Une idéologie de gauche mutante, extrême, malsaine car ME rappelant trop les totalitarismes du siècle passé, un comble pour un candidat se réclamant du centre socialiste, entre une aile droite Valls-Iznogoud et Hamon-Montebourg à gauche, frères Taloche du socialo-show.

En préalable, il ne faut pas se laisser endormir par la pratique oratoire de ceux qui aspirent, pour nous servir, à donner le cap au paquebot FRANCE. Il ne faut pas plus se laisser impressionner par la maîtrise de soi, le sérieux de la préparation, la connaissance sur le bout des doigts d’un programme expertisé, autant de paramètres pour répondre avec réactivité et réussir un débat sinon un entretien politiques (le contre-exemple étant la prestation de Royal [dont Peillon fut le porte-parole], contre Sarkozy, sur le chapitre économique, en 2007... pensée n’engageant que MOI...).

Enfin, concernant Peillon, politicard de profession, nous ne nous attarderons pas plus sur cette tare (il s'en prévaut et c’est symptomatique du décalage croissant entre la nomenklatura au sens large et le peuple !) que sur les dérapages verbaux particulièrement lourds qui plomberaient sa campagne pour la primaire.

MOI mon dada c’est l’emprise idéologiquement totalitaire des Folamour consanguins de l’Éducation Nationale, plus vibrionnants encore pendant le règne de François Ier la Francisque et réactivés à l’avènement de François II le Piteux (de la seule dynastie républicaine), avec les résultats que l’on sait. La réforme des rythmes avec Peillon à la barre illustre trop bien cette dérive rappelant par la manière (comment faut-il le leur corner ?) des régimes que le XXème siècle a vomis... 
Salamé et Pujadas ont fort heureusement évoqué ce passif du candidat à sa primaire :  
 
PEILLON candidat à PROPOS DE SA REFORME DES RYTHMES (janvier 2017 / « L’entretien politique » France2 / https://www.youtube.com/watch?v=dKczRavEJM0)
L. Salamé : ... pour beaucoup de Français, c’est une réforme qui est ratée, qui a créé des inégalités, qui a été mal financée, est-ce que c’est une réforme qui a été ratée ?

V. Peillon « "Noon"... réforme dont tout le monde pensait qu’il fallait la faire... la droite avait fait une grosse bêtise et Luc Chatel a dit "IL FAUT Y REVENIR"... tous les syndicats avaient écrit un texte, c’était la première fois où ils s’étaient mis d’accord pour dire "IL FAUT Y REVENIR", ON A FAIT UNE CONSULTATION ET TOUT LE MONDE A DIT "IL FAUT Y REVENIR" et au moment où on est passé à l’acte, ce qu’on dit « ça n’a pas été concerté », C’EST EXACTEMENT LE CONTRAIRE... tout le monde s’est dit "c’est un petit effort", JE NE L’AVAIS PAS MESURE... effort pour les parents... effort pour les enseignants... effort pour les collectivités locales... mais il faut distinguer deux choses, vous avez LE TEMPS SCOLAIRE QUI ETAIT DE MA RESPONSABILITE : AUJOURD’HUI LES ENFANTS DE FRANCE ONT CINQ MATINEES POUR APPRENDRE A LIRE, ECRIRE, COMPTER ET SE CULTIVER, PERSONNE NE VOUS DIRA QUE C’EST MOINS BIEN QUE QUATRE, APRES TOUTE LA SOCIETE ÇA RELEVE PAS DU MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE... à 15h 30 l’école obligatoire est finie, il fallait prendre en charge ces enfants, il fallait que la France à ce moment là s’intéresse davantage à ses enfants... et je dirais quelque part « à tous ses enfants »... 
 

Pujadas : donc aucun mea culpa...
 

Peillon : je pense qu’une réforme doit être poursuivie dans la durée et ajustée. Je vois des endroits où les choses ne se sont pas passées comme elles auraient dû... parce que là encore, contrairement à ce qui est expliqué qu’est-ce qui a accompagné la réforme... ? ce qu’on appelle les Plans Educatifs de Territoires (PET), c’est à dire que chaque école, en associant les parents, devait décider mercredi matin, samedi matin, à quelle heure qu’est-ce qu’on fait et c’est précisément d’avoir donné le pouvoir aux gens qui, dans un certain nombre d’endroits a donné des choses merveilleuses, dans d’autres, il faut le reconnaître, un peu moins. Je crois qu'il faudra y revenir... »

DECRYPTAGE sur une réforme dont l’évaluation est gardée sous le coude au moins jusqu’aux élections de 2017...

1. Finalement n’importe quel imbécile admet sans problème que la semaine de 5 jours est meilleure, pour nos enfants, que celle de 4 ! La réforme utile était donc à la portée du premier idiot venu (je ne vous dis pas le niveau de Darcos, qui n’y paraissait pas mais qui a parrainé la semaine de 4 jours avec 2 heures en moins dans la semaine !). Peillon, inutile de nous seriner qu"IL FAUT Y REVENIR" ! 

2. « ON A FAIT UNE CONSULTATION ET TOUT LE MONDE A DIT "IL FAUT Y REVENIR" »... trop facile car ton « TOUT LE MONDE » se cantonne à ton monde à toi, à savoir les nomenklaturistes des premier, second et troisième cercles, syndicats compris, "chronobiologistes" triés (les autres étant écartés), toute une clique de plus en plus coupée du peuple, pour ne pas dire de la France profonde ! La représentativité revendiquée par nos « gouvernants » ne repose sur rien sinon la prétendue légitimité donnée par les urnes...

3. « UN PETIT EFFORT » que tu N’AVAIS PAS MESURE, que tu dis, complètement irresponsable... bien dans la ligne de tes consanguins qui n'y sont pour rien dans le délabrement général de la France, concernant des parents à qui on ne demande rien (1), qu’on court-circuite avec mépris, à qui on impose une organisation contraignante dans le temps ! Cynique aussi, concernant des collectivités locales d’abord sciemment appâtées puis légères de ne pas prévoir que les dotations de l’État n’iraient que s’effilochant !

Mais si tu avais bien considéré tes deux choses, tu ne te serais occupé que de ta première alors que jouant à l’apprenti-sorcier tu as été criminel de vouloir modeler d’autorité notre société !

Et pour quel résultat sinon des inégalités plus criantes encore entre les riches et les pauvres, les mairies nanties et celles modestes sinon indigentes ! Mais comme tu l’analyses, le mal est d’avoir donné le pouvoir aux gens !.. Là tu fais fort sur ta philosophie de la démocratie !  

"Noon" Peillon, pour reprendre ta moue insincère, j’espère bien qu’il ne faudra pas y revenir sur ta bêtise crasse et têtue... parce qu’elle concerne un progressisme lamentable rappelant (de loin, j’espère) trop des doctrines puantes du passé (2) dont il faut toujours se garder !

Vincent, retourne sur la péniche de ton parachutage en PACA (2014)... et après ton Chinois à Paris, écris le récit de voyage d’un Samarien sur le Rhône (à moins que ta Suisse soit plus d’actualité...), avant que ton bateau ne coule...

(1) comme pour les prétendus « Conseils d’école » où les parents ne sont que présents. Non seulement ces représentants sont mis devant le fait accompli mais leur présence cautionnerait tout ce qui vient d’en haut (« Vous y étiez ! » leur répliquera-t-on !)... Si la représentativité doit éviter la cacophonie stérile, il ne faut pas, pour autant, qu’elle se retourne contre sa quintessence républicaine et démocratique... Dans le secondaire, il y a cinq ans, c’était mieux, concernant le conseil d’administration même si le jeu consistait, pour l’administration, à se mettre les parents d’élèves dans la manche contre les professeurs...

(2) A Mayotte, le zèle carriériste de la vice-recteur, Nathalie Costantini, a seulement fait appliquer la loi sur les rythmes scolaires sur un territoire où d’autres priorités autrement préoccupantes prévalent. Ce crétinisme de haut-fonctionnaire a abouti à l’imposer même là où deux classes alternent dans un même local par rotation ! N’est-ce pas une maltraitance pour ces enfants qui subissent une journée d’école de 8 heures, décalée de trois heures chaque semaine par alternance (cela nous rappelle la joie des ouvriers subissant les 3 x 8 !) ... sans que les chers « PET » que le ministre, impute l’air de rien, aux parents, ne soient engagés !.. Comment ne pas considérer ces apparatchiks en tant qu’ennemis du peuple ?!?!  

Note : les « ME » et « MOI » en majuscules veulent humblement démontrer que je n’engage que ma personne dans des propos ouverts à toutes les critiques...


Moyenne des avis sur cet article :  3.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • vesjem vesjem 9 janvier 14:58

    On te sent remonté, jean-françois ; tu as l’air de bien connaître l’énergumène ;
    Ce qui est décourageant , c’est qu’on a conscience que toute cette clique pourrie, qui agit sur ordre (mondial) crée des dégâts sévères dans nos sociétés, et que, quoiqu’elle fasse comme connerie satanique de franc-mac, elle va perdurer grâce à ses réseaux


    • V_Parlier V_Parlier 10 janvier 13:32

       @vesjem
      Vous ne croyez peut-être pas si bien dire par l’emploi de tels qualificatifs : http://www.youtube.com/watch?v=pHHj-coox6A .


    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 9 janvier 15:32

      Merci vesjem, tu as tout dit... et très bien traduit : « REMONTÉ », exactement ça !

      Mais cette colère contre la « clique pourrie » s’accompagne aussi d’un besoin de gerber au double constat qu’ils sont nuisibles et si peu nombreux alors que, de notre côté, nous sommes nombreux et que nous laissons faire...
      Quand j’entends notamment un Bartolone, apparatchik patenté, fourbe profiteur du système, proférant son mépris de caste : « le vote blanc ne sera plus compté avec les nuls » (en substance), je ne crois pas que la violence verbale et ce semblant de liberté d’expression suffiront à changer la donne... 


      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 9 janvier 15:52

        « ... Certains journalistes disent de lui qu’il est un »intellectuel". Non, pas intellectuel, car intellectuel nécessite un peu d’honnêteté et de recul. Il est un doctrinaire...« 

         »... Il a initié notamment deux grandes réformes qui ont été une catastrophe pour les enfants..."

        Merci Sylvain !


        • Etbendidon 9 janvier 16:11

          Peillon est impayable

          Parait que François Hollande quand il était premier secrétaire du PS le surnommait « le serpent » !
          Ministre de l’éducation nationale, il n’a pas laissé un souvenir impérissable aux enseignants.

          Chantre de la laïcité, promoteur de la théorie des genres, pourfendeur des racines chrétiennes de la France, le bonhomme est le champion du « faites ce que je dis mais pas ce que je fais ».

          Pour preuve, pendant qu’il vantait l’école républicaine, il plaçait ses enfants dans des écoles privées dont certaines étaient confessionnelles !


          • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 9 janvier 17:12

            @Etbendidon
            Si, Si... la réforme des rythmes c’est pas un souvenir impérissable ?


          • fred fred 9 janvier 16:38
            Ne « Peillon » que le juste prix pour pour ce « Mètre » à « Panser » du cheptel en voie de disparition de la « Gôche » collabo !

            • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 9 janvier 17:15

              @fred

              merci Fred... Plus ton petit lyrisme que le ton pas patelin de ce foutu Peillon ! 


            • franc 10 janvier 08:08
              Peillon écrit des livres et fait le contraire de ce qu’il écrit en particulier sur la laïcité et l’émancipation par rapport à l’obscurantisme religieux en particulier islamique .

               Cousu de clinquants titres universitaires il n’en est pas moins un nul en politique comme le montre sa détestable réforme sur les rythmes scolaires et ses échecs électoraux .


              Peillon a été renvoyé à la corde par la blonde nunuche de l’émission de Ruquier qui a répondu à l’attaque minable de Peillon « vous êtes une mauvaise élève » par une contre-attaque « vous êtes un mauvais professeur »


              Hollande a raison de l’appeler « le serpent »

              • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 10 janvier 08:21

                @franc
                merci franc... et ce n’est pas pour ajouter une réaction inutilement redondante, juste pour confirmer que nous devons nous serrer les coudes pour contrer la nomenklatura... certains disent même « mafia » !


              • zygzornifle zygzornifle 10 janvier 09:48

                Peillon mais combien ? au moins 10 000€ d’argent de poche par mois hors enveloppes .....


                • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 10 janvier 10:31

                  @zygzornifle
                  salut fidèle d’Avox, pour te donner une idée la sous-fifre vice-recteur à Mayotte entre 7000 et 15000 par mois. A Mayotte la prime double presque le mois, et comme pour tous les nomenklaturistes de base elle bénéficie des FNM (Facteurs Non Monétaires) (logement, ameublement, climatisation, déménagement, primes diverses, voiture de fonction et je dois en oublier).

                  L’an dernier, en catimini, le 27 décembre 2015, l’organisation étatique qui les protège a ajouté 10000€ à une prime déjà perçue de 15000€...

                  On comprend la manière que ces grands serviteurs ont de servir leur suzerain, le pouvoir en place... et la Nathalie Costantini particulièrement indécente lorsqu’elle veut laisser croire que Mayotte avance et n’est pas si mal lotie que ça peut s’épancher hypocritement sur les enfants de Mayotte qu’elle aime tant...

                  Dans mes « nathaliques » je l’ai surnommée Constance Cynique !

                  Dire qu’elle impose la sale réforme de Peillon même aux classes en rotation... si tu me tends encore la perche, je ferai l’effort de mettre en ligne ce véritable emploi du temps de maltraitance ! 


                  • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 10 janvier 13:32

                    @Crab2
                    "... Le monde à l’envers caractérise par électoralisme quelques soient les élections la recherche des voix musulmanes et au diable la république, au diable la laïcité, au diable l’égalité femmes-hommes  ;
                    dans ce cas, si l’on se doit de suivre le raisonnement alambiqué de V. Peillon, comment se fait-il, il n’y a jamais-eu issues des populations athées ou des populations sans religion une seule personne pour assassiner des musulmans ou mettre des bombes dans leur lieux de cultes..."
                    Merci d’apporter ta pierre !


                  • zygzornifle zygzornifle 11 janvier 10:09

                    avec ou sans pénis ? ....ho mince j’avais mal lu ......


                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 11 janvier 11:59

                      @zygzornifle
                      ... comme les canards qui continuent de courir quand on la leur coupe ?


                    • ZenZoe ZenZoe 11 janvier 11:55

                      Vous êtes méchants. Peillon est un excellent candidat, la preuve, il vient d’être adoubé par Mazarine Pingeot, héritère de vous savez qui, c’est dire !


                      • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 11 janvier 15:34

                        @ZenZoe
                        ah oui... celle qui a été couverte par le secret et nos impôts au harem du pacha François Ier le Florentin alias la Francisque (presque un comparse de Dédé la Sardine...), celle qui se croit de sang bleu alors que, pigeonnée, elle ne porte que le nom de sa mère...

                        Hier l’émission « C je sais plus quoi » a annoncé sa présence... heureusement que, dans la seconde, la télécommande était à portée...

                        Mais tant qu’il y aura des magazines pour nous placarder le pédigrée des couples royaux et leurs bâtards officiels...   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès