Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Banlieues : est-ce que le rap fait tout déraper ?

Banlieues : est-ce que le rap fait tout déraper ?

Faut-il poursuivre les rappeurs pour incitation à la haine de la France et au racisme ? C’est ce que voudraient 152 députés et 49 sénateurs, qui ont demandé au ministre de la justice d’engager des poursuites contre sept chanteurs ou groupes de rap dont les textes inciteraient «  à la haine et au racisme », et qui seraient responsables, pour partie, des violences dans les banlieues.

Et il est vrai que la lecture desdits textes laisse perplexe : " Quand j’vois la France les jambes écartées, j’l’encule sans huile. (...) Tu m’dis : "La France un pays libre" ; (...) attends-toi à bouffer du calibre. J’rêve de loger dans la tête d’un flic une balle de G.L.O.C.K.". (Lunatic). J’aimerais voir Panam (NDLR : Paris) brûler au napalm comme au Vietnam... j’ai envie de dégainer sur des faces de craie" (Ministère Amer). Ambiance.

Il y a deux approches possibles. Se dire que ces artistes sont responsables de la violence des banlieues, et choisir de taper un grand coup dessus, histoire de mettre un peu plus d’huile sur un feu qui, s’il semble maîtrisé, continue de couver sous les cendres (des voitures et des écoles...). L’autre option serait de voir dans ces paroles non seulement un symptôme, mais également un signal d’alarme, auquel on continue de faire la sourde oreille. Citons NTM, dans "Le monde de demain". [...] "prêt à redéclencher / Une vulgaire guerre civile / Et non militaire / Y en a marre des promesses / On va tout foutre en l’air ".

Pour info, c’était dans l’album Authentik en... 1989. Et si les députés et sénateurs se mettaient au rap ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.206.62) 29 novembre 2005 10:00

    Jusqu’à preuve du contraire, les rappeurs en colère (français ou pas) ne sont pas obligés de rester en France si ce pays ne leur convient pas. Qu’ils aillent donc voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Jusqu’à preuve du contraire, on vit dans un pays libre ; tout le monde est libre de partir vers d’autres cieux à tout moment. Au lieu de se plaindre de la « répression policiaire » et d’inciter à la haine du « p’tit blanc » et des symboles républicains, sur une musique de nase et des paroles de psychopates, il ne tient qu’à eux de se casser dans un pays plus accueillant. Je ne sais pas moi, un pays démocratique et libre comme il en existe tant en Amérique du sud et en Afrique ? Que des avantages : liberté totale d’expression comme chacun sait, mais un pouvoir d’achat décuplé. La vie n’est pas chère là-bas, même pour un p’tit Français. Mais c’est sûrement trop difficile de quitter les jupes de sa mère, parce que ce qui ressort souvent des textes de ces grands garçons là, c’est un attachement profond à leur maman...


    • juve (---.---.243.69) 29 novembre 2005 10:48

      De Juve Pour Fred entiérement d’accord avec vous.Entre les grands fréres musulmans et les rapeurs le point commun c’est l’islam .La prise de pouvoir en france est déja commencé.


      • (---.---.166.210) 21 janvier 2006 15:59

        t con ou koi ? honnetemen ta peur de koi ? ou de ki pluto ?


      • Steph Janoks (---.---.254.173) 29 novembre 2005 10:57

        Ne serait-ce qu’une sorte de marronnier que les textes de Rap ’violents’ ? Dans ma jeunesse, dans le début des années quatre-vingt nous avions aussi nos groupes qui parlaient de ’police/Milice’ (trust), ’que rien n’avait changé’ et que ’ trop arabe ou trop nègre tu étais coincé dès l’entrée’ (des boites ; la souris déglinguée) pour ne citer que les plus connus de l’époque (pas les plus virulents). La musique est un moyen d’expression, souvent symptomatique de ce que celui qui écrit les textes a vécu. Que ce soit du rap, du rock, ou du punk importe peu. Il est plus simple d’écrire un texte de révolte quand tu es dans la mouise parceque cela correspond à un état de fait. Et le dessin qui accompagne cet article donne le ton juste : ’Quelle est la définition de ce ’sang impur’ qui devrait abreuver ’nos sillons’ ? Sommes nous dans une relativité du sang impur ou dans un absolu ? L’origine des céfrans est elle celle du sang, de la couleur de la peau ou celle du sol ? La France, peut être, est malade de son histoire coloniale qu’elle n’a pas su gérer et les clapiers à lapin n’aident pas à améliorer la situation.


        • florian (---.---.162.37) 29 novembre 2005 12:24

          d’abord pour juve, les rappeurs ne sont pas tous musulmans. mais bon, on sait que le racisme se nourrit de prejuges. pour fred, on peut aussi dire aux gens qui se plaignent de payer trop d’impot, de pas avoir assez de pouvoir d’achat, de ne pas vivre en securite etc de partir ! et oui les gens se plaignent, certains le font dans la rue ou sur le net, d’autres dans des chansons. mais on accepte pas toujours la critique, surtout quand elle vient de gens que l’on considere comme etranger ou emmigre en france grace à la bonte des bons français.

          c’est facile de sortir une phrase d’un texte et d’en ressortir des textes « haineux » ou « racistes ». certains des textes incrimines ont une dizaine d’annees, donc si ils etaient vraiment un appel à la haine, pourquoi n’ont pas t ils ete interdit plutot ? la police a porte plainte sur la chanson « sacrifice de poulets » de minister amer, bilan : relaxe. tout simplement parce que remise dans le contexte, chanson inspiree du film la haine, et avec une explication simple, scenario mettant en scene un emeutier, la chanson n’est qu’une mise en musique d’un evenement. de même, à la suite de « j’ai envie de dégainer sur des faces de craie » suit « bien placees qui ne me laissent pas en placer une ». du coup, on passe d’une attaque raciste à une attaque envers les hommes au pouvoir. et la chanson decrit l’etat d’esprit d’un type qui devient fou et veut buter tout le monde. voilà juste deux exemples simples pour montrer que des phrases en elle meme ne veulent pas dire grand chose. sinon la marseillaise est aussi attaquable avec son « sang impur ». mais on l’apprend à la maternelle et les enfants, en leur expliquant, comprennent pourquoi cette chanson est guerriere. mais les gens qui ecoutent du rap sont peu etre trop betes pour comprendre ce qu’ils ecoutent !

          les elus sont tellement surs que les textes ne sont pas hors la loi qu’ils ne les attaquent pas en justice, mais demandent au garde des sceaux de faire « quelque chose » contre ces rappeurs. ils feraient mieux de garder leur energie pour reflechir aux vrais problemes, il y a de quoi faire.

          pour soigner un malade qui se plaint, le remede n’est pas de le faire taire.


          • mahmoud (---.---.52.83) 29 novembre 2005 14:05

            « je cris bien haut que le bleu marine me fait gerber j’aime pas le travail, la justice et l’armée.. » « contre les flicards plus de slogans mais des fusils, des pavés, des grenades  »la Marseillaise meme en reggae ça m’a toujours fait dégueuler...votre république moi j’la tringle" faut-il mettre l’auteur de ces paroles haineuses en prison ? L’interdire de chanter à nouveau et de diffuser son message subversif à notre jeunesse ? Et bien non, la République à fait de l’auteur de ces paroles un chevaler des arts et des lettres. Ce « dangereux parolier » est Renaud et sa chanson « ou c’est que j’ai mis mon flingue ? » date de plus de vingt ans Comment penser séreusement qu’une chanson peut changer la face des choses et peut amener des gens à bruler des voitures ? Mais si tu le crois continu de trembler bourgeois !!


            • Fred (---.---.206.62) 29 novembre 2005 14:36

              Belle leçon de démagogie vis-à-vis des personnes ultra violentes, au moins en paroles...

              Ah, je suis rassuré : le chanteur Renaud est lui-même devenu un bon bourgeois bien pensant... Il ne faut donc pas désespérer !


              • Daniel (---.---.224.252) 29 novembre 2005 15:19

                La violence, ce n’est pas d’écrire de telles paroles aujourd’hui, mais de faire croire que les « bougnoules » ont inventé ce type de discours. Il est vrai que du point de vue électoral, c’est vendeur coco...

                Je dis « bougnoule » pour que certains me comprennent mieux. Je me met tout simplement à leur niveau...


                • Thomas (---.---.91.222) 29 novembre 2005 15:46

                  Utiliser la musique pour évoquer un problème de société est une chose.

                  Nombres de chanteurs anarchistes en l’occurence le firent par le passé. Mais , sauf erreur de ma part, aucun d’entre eux n’a insulté les Grands qui ont fait ce pays, aucun n’a demandé de buter du poulet ou de se faire du petit blanc.

                  Il y a une différence notable entre revendiquer un droit à la liberté, une envie de mieux vivre et le fait de pousser à tuer ou à insulter.

                  Le rap est comme ces groupes de « rock » qui poussent des jeunes à se suicider. Le rap véhicule la haine de notre nation et ne pas le voir relève simplement de la connerie.

                  Il faut punir ces gens qui ne respectent pas nos valeurs.

                  Certes, il y a de nombreuses choses à changer ici bas mais à quand des chants poussant au sacage de tombes ? A quand des chants poussant franchement au meutre ?


                  • mahmoud (---.---.52.83) 29 novembre 2005 15:56

                    cher fred la vraie démagogie n’est-elle pas celle des dirigeants qui tentent de faire croire aux français les plus faible intellectuellement que des rappeurs sont tous des musulmans anti francais et qu’ils puissent etre dangereux pour la société ? dans un seul but encore : esquiver les vrais problemes et commencer à installer une fois de plus un climat de terreur avant 2007....


                    • Le Cancre (---.---.116.89) 29 novembre 2005 16:10

                      « La France est une garce, n’oublie pas de la baiser jusqu’à l’épuiser, comme une salope il faut la traiter ‘mec’ ».

                      Monsieur R., je ne savais pas que les garces et les salopes méritaient un tel traitement. Vos mots, M. R., avez-vous entendu vos mots ? Les avez-vous compris avant de les envoyer dans l’oreille d’une enfant, d’une jeune fille, d’une femme, d’une mère, d’une dame d’un certain âge. Voyez-vous tous ces yeux qui, troublés par vos mots, se demandent encore comment vous avez osé les prononcer. Est-ce donc cela que vous pensez des femmes ? Votre culture prônerait-elle l’idée qu’une femme ayant peu de moralité ou prenant trop de liberté se viole, se lapide, se brûle ?

                      Saviez-vous M. R que la garce et la salope n’ont pas la même définition ? La première est souvent méchante et sans moralité tandis que la seconde se faire tenir pour méprisable par sa conduite dévergondée.

                      Vous invoquez des textes d’auteurs français pour vous légitimer comme celui de Renaud où il écrit : « Les marches militaires, ça m’déglingue/Et votr’République, moi j’la tringle/Mais bordel ! Où c’est qu’j’ai mis mon flingue ? » Ouai... il dit qu’il encule la République... et je crois que parfois y’a des raisons de lui dire qu’on l’emmerde. Mais il ne faudra pas oublier de donner la parole à Renaud en temps voulu, avant le 6 février ! Il sera sûrement enchanté de rappeler l’effort de style (admirer la rime en « ingle » et « ingue ») et le contexte de sa chanson. Le contexte de M. R., j’aimerai le connaître. Savoir comment il a réagi ses dernières années devant l’oppression des femmes dans les banlieues et pas seulement dans les banlieues d’ailleurs. Comment il réagit devant les exactions et les tortures dont ces femmes sont les victimes quotidiennes ?

                      M. R. votre prose a jusqu’ici pu s’exprimer grâce à la liberté d’expression. Mais ne vous servez pas de ce droit, qui est notre droit à tous, pour déverser une culture infâmante sur les femmes. Vous fragilisez la confiance que nous avons, nous les femmes françaises de tous âges, ... en vous. J’insiste sur ce point parce qu’à la différence d’autres auteurs, vous ne dites pas « j’encule, je baise, je tringle » mon pays. Non, vous comparez la France a deux catégories de femmes, vous invoquez un traitement spécifique pour ces femmes étiquetées par vos soins et vous appliquer ce traitement à la France : « la baiser à l’épuisement » autrement dit la torturer ! Vous continuez avec cette autre phrase « comme une salope faut la traiter, mec ». J’espère qu’à l’audience il vous sera demandé comment une salope se traite, mec.

                      Beaucoup l’ont déjà clamé sans se faire censurer : la France est une putain. Pour moi, elle est terre nourricière, mère et père, elle est une seule sphère. A téter ses mamelles, on peut le dire, on est nombreux. Mais malgré tout son dévouement, certains confondent et crient sans interdit : la République serait une putain à qui on file trop de fric et qui nous le rend pas bien. On oublie, tout comme pour la prostituée, que ce qu’on lui demande, elle ne peut pas nous le donner. S’aimer soi-même, s’aimer entre peuples, entre catégories sociales, se redonner à tous notre propre dignité en commençant chacun par se respecter. Rien de tout cela ne pourra se régler par des lois économiques ou sociales. La discrimination positive reste une discrimination. Il faut convaincre de se faire aimer, convaincre, convaincre... vaincre les cons par notre talent à tous. Un talent explosif, tout feu, tout flamme qui détruira juste ce qu’il faut détruire : la violence faite aux êtres humains, l’exclusion, le racisme, la ghettoïsation... La France est en marche depuis longtemps, ne faîtes croire à personne qu’elle a abandonné qui que ce soit. Elle avance, elle nous pousse, mais elle ne pourra pas traîner longtemps 65 millions de frileux xénophobes qui ont peur de se mélanger, de s’ouvrir et qui refusent désormais et depuis le 29 mai dernier, de lui faire tenir le rôle qu’elle a toujours tenu : celui d’une vieille nation qui montre l’exemple. Je finis par tout emmêler, c’est qu’au fond tout est lié. Même les artistes abandonnent la scène pour rejoindre une cave glauque et cracher dans un micro des vers vraiment pas beaux. Moi j’ai le coeur en bobo... Je cherche dans mes pleurs le visage du bonheur.

                      Signé : Le Cancre

                      « Il dit non avec la tête mais il dit oui avec le coeur il dit oui à ce qu’il aime il dit non au professeur il est debout on le questionne et tous les problèmes sont posés soudain le fou rire le prend et il efface tout les chiffres et les mots les dates et les noms les phrases et les pièges et malgré les menaces du maître sous les huées des enfants prodiges avec les craies de toutes les couleurs sur le tableau noir du malheur il dessine le visage du bonheur »


                      • florian (---.---.162.37) 29 novembre 2005 16:29

                        des rappeurs sont violents dans leurs textes, ce n’est pas nouveau. les gens qui ecoutent mr R ou booba savent qu’ils ne vont pas entendre « vive la france, voter sarko ». mais cette violence n’est pas dirigee envers la france en tant que nation ou envers « les blancs ». elle vise la republique, qui n’est pas celle enseignee à l’ecole (liberte, egalite, fraternite). je comprends pas que l’on attaque des textes de rap, ecrits par des jeunes gens et que l’on justifie toutes les paroles plus que limites des elus du peuple (« nettoyage au karcher »). dans les deux cas ceux sont des provocations destinées à toucher une partie de la population partisane au detriment d’une autre.


                        • Daniel (---.---.224.252) 29 novembre 2005 16:49

                          Mon cher Thomas, ne savez-vous pas que Renaud avait appelé à flinguer et à brûler des policiers dans l’une de ses chansons ? Que Brassens se réjouissait de la mort de gendarmes dans une autre ?

                          On ne peut pas avoir une opinion valable si on n’est pas au courant de la moitié du quart de l’affaire dont nous parlons ici.


                          • Thomas (---.---.91.222) 29 novembre 2005 17:08

                            Cher Daniel,

                            Il est vrai que je ne suis pas fan de Renaud et que je connais peu de ses chansons. En même temps, je n’ai jamais été attiré par la prose de troskito-anarcho-leninistes-maoistes, je dois partager ce sentiment avec les millions de morts provoqués par ces régimes....

                            Je marquerais quand même une petite différence. En effet, il y a pour moi une différence entre vouloir flinguer à tous va comme le fit Renaud que de vouloir à tout prix, « niquer ma race » comme le font à nouveau Mr R, NTM et les autres hurleurs. J’entends par là une certaine volonté affichée de destruction. Les paroles des rappeurs sont à un degré de haine supèrieur.

                            Peut etre que Brassens en son temps aurait pu montrer des femmes blanches nues accompagnant des logans haineux, mais j’en doute un peu tout de même.

                            Libre à vous de laisser de tels propos se diffuser sur les ondes mais cela est scandaleux et infamant. De tels chants dans une époque d’incertitudes et de doutes telle que celle que nous vivons actuellement n’est pas la meilleure des choses. Cela ne sert qu’à attiser encore plus la haine.


                            • fredo_le_beau 4 décembre 2005 14:02

                              Mon cher Daniel, Je ne suis abolument pas d accord avec votre facon de minimise la violence des text de Brassens ou de Reneaud. Et je trouve les texts de ces rappeur tout a fait « logique » vu le context social. Ils vivent dans une societe qui les insulte a longueur de journee : refu en boite de nuit, control de police incessant, rejet des employeurs et des propietaires. Alors quand il ne faut vraiment pas s’etonner que leur textes soient plein de haine. Mais je voulais principalement reagire a votre reaction : « De tels chants dans une époque d’incertitudes et de doutes telle que celle que nous vivons actuellement n’est pas la meilleure des choses. Cela ne sert qu’à attiser encore plus la haine » Pour dire que je suis parfaitement d accord, mais que ceci devrait s appliquer d autant plus a nos politiques qui ne cessent d attiser cette haine en reliant probleme d imigration et problemes d insecurite.


                            • Sylvio Sylvio 29 novembre 2005 18:27

                              Déjà il faudrait arrêter de généraliser :

                              Ces musiques de rap et ces artistes sont minoritaires dans le courant musical du rap, d’autres musiques « rap » pronnent au contraire : « le travail », « la tolérance », « la paix ». Mais évidement, on ne voit que le coté négatif, que les peurs. Bref, d’un coté on tente de d’entretenir cette généralisation et d’un autre coté on stigmatise.

                              Non ! Le rap n’est qu’un courant musical, il peut être violent dans les paroles tout comme le hard-rock est « violent » dans les paroles ou les instruments et tout comme la techno peut être violente dans ces rythmes. Ces textes sont choquants certes quand on les cites comme cela, j’accorde qu’ils sont vraiment limite mais ils sont dirigés vers le gouvernement (comme ceux de Renaud, Trust, etc) et non contre la population ou les « blancs ».

                              Le rap est caractérisé par un flux de parole qui suit un rythme (ou l’inverse), il est donc basé sur les paroles. Les textes dénoncent depuis très longtemps ce que les politiques ne veulent pas entendre. Et malgré 20 ans de rap, personne ne les as toujours écouté alors forcément certains haussent le ton et d’autres mettent le feu.

                              C’est facile pour nos chers élus de droite de stigmatisé à tour de bras tous ce qui caractérisent des habitants des banlieues, c’est facile et ça rapporte : +18% de voix (et même plus car la France est encore plus raciste et xénophobe qu’en 2002 depuis ces émeutes).

                              Je suis fier d’être français mais pas fier de vivre avec certains qui préfèrent le coté obscure de la force.

                              Chirac a beau être vieux et avoir été immobile, au moins il pronent la tolérance et la réconciliation et il garde le sourir. Lui ne cherche pas le clash des civilisations.

                              La face de Sarko montre la peur, la face de Sarko n’a pas de sourire, la face de Sarko me rappelle les années 1936.


                              • Daniel (---.---.224.252) 29 novembre 2005 18:28

                                Thomas, je pense comme vous : la haine raciale, religieuse ou ethnique n’est pas souhaitable. Condamnable peut-être pas. Si je devais juger de telles affaires (en tant que magistrat), je préfèrerais me faire porter pale...

                                Mais cette haine n’est pas le monopole de certaines minorités. Il serait donc normal, pour éviter toutes discriminations, de vouloir condamner tous les propos haineux et pas seulement ceux des « bronzés ». Ce serait une mesure mieux comprise et dont l’objectif serait clair.

                                Pour en finir avec Renaud, certaines de ses chansons feraient passer Monsieur R pour un doux plaisantin. Il avoue en effet sa haine de la République et il dit quelque chose qui devrait tous nous faire réfléchir.

                                « Etre né sous l’signe de l’hexagone, on peut pas dire qu’ca soit bandant si l’roi des cons perdait son trône, y aurait 50 millions de prétendants. »

                                Le texte intégral : http://www.paroles.net/chansons/15646.htm

                                Je vous en conseille une autre qui est un condensé de haine pure envers les institutions et les forces de l’ordre : http://www.paroles.net/chansons/19459.htm


                                • (---.---.218.179) 29 novembre 2005 20:08

                                  je serai assez d’accord avec les propos du « Cancre »...ne connaissant par franchement, ce groupe ( pas de généralisation sur la musique rap, merci), je me suis résolu à voir le clip trouvé sur emule (que cela n’en deplaise !!). Et à ma grande « surprise », je suis quand même consterné de l’image que l’ont peut donner de la femme blanche (représentaion de la France ???)... deux se filles se dandinent à poil (ou en string), poitrine predominante gonflée à l’helium au près de femmes noire (habillé celle ci) et les membres du groupe autour... en fond de clip, nous avons aussi droit à une sorte de prise position politique anti « coloniale » (guerre en Afrique), nous sommes en 2005 !!!. Afin de comparer ce qui peut être encore comparable, les mouvences dite « alternatives » avaient au moins encore le respect d’autrui et ne pronaient en rien la haine de l’autre, et au contraire, se voulaient rassembleur et donner encore espoir. Il faudrait affirmer clairement contre qui on se bat(si il y a encore un combat), plutôt que de semer une sorte d’almagame visuel, truffé de cliché haineux et machiste. Je n’ai pas l’impression que cela le cas pour ce groupe.

                                  Pour rappel, les concerts et/ou rassemblement de mouvements fascistes sont interdit en France et fort heureusement.


                                  • franckouche (---.---.58.124) 11 décembre 2005 10:59

                                    Pour rappel, les concerts et/ou rassemblement de mouvements fascistes sont « officiellement » interdit en France ! Officieusement, tu n’as qu’à sortir de chez toi pour voir ce qu’il en est !!! Il y a de nombreux concerts néà-nazi et pro-nazi partout en France ; promènes-toi dans les Vosges et tu verras leur belles affiches !!!


                                  • aisyk (---.---.130.241) 29 novembre 2005 22:23

                                    Je voulais vous donner ma petite contribution au débat...

                                    A qui la faute ?

                                    - Tu viens d’incendier la bibliothèque ?
                                    - Oui, J’ai mis le feu la.

                                    - Mais c’est un crime inouïe !

                                    Crime commis par toi contre toi même, infâme

                                    Mais tu viens de tuer le rayon de ton âme,

                                    C’est ton propre flambeau, que tu viens de souffler,

                                    Ce que ta rage impie et folle ose brûler,

                                    C’est ton bien, ton trésor, ta dot, ton héritage

                                    Le livre hostile au maitre est à ton avantage

                                    Le livre a toujours pris fait et cause pour toi

                                    Une bibliothèque est un acte de foi

                                    Des générations ténébreuses encore

                                    Qui rendent dans la nuit témoignage à l’aurore

                                    Quoi ! Dans ce vénérable amas de vérités

                                    Dans ces chef-d’oeuvres plein de foudre et de clartés

                                    Dans ce tombeau devenu répertoire

                                    Dans les siècles, dans l’homme antique, dans l’histoire

                                    Dans le passé, leçon qu’épelle l’avenir

                                    Dans ce qui commença pour ne jamais finir

                                    Dans les poètes ! Quoi dans ce gouffre des bibles

                                    Dans le divin monceau des Eschyles terribles

                                    Des Homère, des Job, debout sur l’horizon

                                    Dans Molière, Voltaire et Rant, dans la raison

                                    Tu jettes, miserable, une torche enflammée !

                                    De tout l’esprit humain tu fais de la fumée

                                    As-tu donc oublié que ton libérateur

                                    C’est le livre ?

                                    Il est là sur la hauteur

                                    Il luit ; parce qu’il brille et qu’il les illumine

                                    Il détruit l’échafaud, la guerre, la famine

                                    Il parle plus d’esclave et de paria

                                    Ouvre un livre. Platon, Milton, Beccaria

                                    Lis ces prophètes, Dante ou Shakespeare ou Corneille

                                    L’âme immense qu’ils ont en eux tous, en toi s’éveille

                                    Ebloui, tu te sens le même homme qu’eux tous

                                    Tu deviens en lisant, grave, pensif et doux

                                    Tu sens dans ton esprit tous ces grands hommes croitrent

                                    Ils t’enseignent ainsi que l’aube éclaire un cloître

                                    A mesure qu’ils plongent en ton coeur plus avant

                                    Leur chaud rayon t’apaise et te fait plu vivant

                                    Ton âme interrogée est prête à leur répondre

                                    Tu te reconnais bon, puis meilleur, tu sens fondre

                                    Comme neige au feu, ton orgueil, tes fureurs

                                    Le mal, les préjugés, les rois, les empereurs

                                    Car la science en l’homme arrive la première

                                    Puis vient la liberté, toute cette lumière

                                    C’est à toi comprends donc et c’est toi qui l’éteins

                                    Les buts révés par toi sont par le livre atteints

                                    Le livre en ta pensée entre et défait en elle

                                    Les liens que l’erreur à la vérité mêle

                                    Car toute conscience est un noeud gardien

                                    Il est ton médecin, ton guide, ton gardien

                                    Ta haine il la guérit, ta démence il te l’ôte

                                    Voila ce que tu perds, hélas et par ta faute

                                    Le livre est ta richesse à toi ! C’est le savoir

                                    Le droit, la vérité, la vertu, le devoir

                                    Le progres, la raison dissipant tout délire

                                    Et tu detruis cela toi !

                                    - Je ne sais pas lire

                                    Poème de Victor Hugo que l’on peut qualifier d’actualité...

                                    Si on se cache derrière des fausses raisons, on ne peut pas avancer, et faire reculer les maux qui frappent notre société. Dire que tous les rappeurs sont musulmans c’est une connerie qui ne fait que sourire et qui ne se base sur rien, aucun fait, aucune statistique, juste de l’idéologie d’extrême droite pour encore et toujours identifier un « diable », un « sarrasin » à bouter hors de france (comme avec Charles Martel en 727 ?)... Ce sont quoi vos réponses ? L’armée dans les cités ? Baisser de 40 à 70% les aides aux associations de quartier ? Diminuer le nombre d’inspecteurs du travail ?

                                    Ce ne sont pas des réponses, ce sont des attaques, ressenties comme tel par des personnes qui s’expriment avec la violence avec laquelle elles vivent au quotidien. Mais cette violence, elle était politique (elle aurait tendance à la redevenir depuis peu...), mais dans ces « zones » elle est ethnique (et pas religieuse !).

                                    Pourquoi en se promenant à Stockholm on peut entendre un minaret à 10h du matin et que les habitants ne soient pas « choqués » ? pourquoi les autres pays européens trouvent des solutions, et nous on ramène toujours tout aux « envahisseurs » ? La phobie de l’envahissement est-elle si fondatrice de notre société ?


                                    • fredo_le_beau 4 décembre 2005 14:12

                                      Poitier c est 732 pas en 727. Mais sinon tout a fait d accord avec toi.


                                    • Voodoo (---.---.34.207) 29 novembre 2005 22:52

                                      Après les polygames, les rappeurs ! Plus de Dieudonné, plus de Ramadan, faut bien trouver quelqu’un à se mettre sous la dent.

                                      Si ces rappeurs sont condamnés, il faudrait logiquement inclure ceux qui ont diffusé ces artistes, c’est à dire s’attaquer au lobby du disque. Bon courage ! Ces marchands de disques ne reculent devant aucun scrupule pour vendre ce genre de daubes. Tant que ca marche, on ferme les yeux sur des propos hardcore en s’abritant derrière la liberté d’expression.

                                      Que dire également des radios et télévisions qui diffusent l’oeuvre de ces artistes ? Et le CSA ? Absent du banc des accusés ?

                                      Venons en maintenant à ces esprits assez tordus pour sacrifier leur argent de poche pour ce genre de produit : les jeunes. Vu la somme, les jeunes d’origine populaire ne sont pas les plus représentatifs. Vu le succès de ces titres, on en arrive à une définition du client potentiel : une partie relativement des jeunes issus des milieux favorisés de la population. Aïe, ca fait mal ! Quoi, comment se fait il qu’ils en arrivent à écouter ce genre d’inepties ? Le genre de question que ne se pose pas les extrêmistes habituels, trop heureux d’avoir pris en flagrant délit des bronzés « pas vraiment de chez nous ».

                                      Et pourtant, en creusant, ils se rendraient compte que les plus jeunes générations ont bien changé. La culture des banlieues s’est étendu à l’ensemble de la Cité. Même un ministre emploie le mot racaille. Qui a dit que l’intégration était en panne en France ? Qui a dit qu’elle était unidirectionnelle ?


                                      • Emile Red (---.---.11.161) 30 novembre 2005 11:03

                                        Quelques relevés, par ci par là :

                                        Thomas : « je n’ai jamais été attiré par la prose de troskito-anarcho-leninistes-maoistes, je dois partager ce sentiment avec les millions de morts provoqués par ces régimes.... »

                                        Un exemple emblématique de ce qui peut déclencher les haines, cette méconnaîssance (j’espère involontaire) des idéologies, montre que la non instruction conduit à des propos absurdes et dangereux au mépris de toute vérité historique.

                                        Aujourd’hui, non content de vouloir embastiller les rappeurs, nos gouvernants, bonnes âmes chrétiennes, veulent se voiler la face (comme quoi...) devant un texte de loi ignominieux édicté l’an passé.

                                        Ces potentats veulent réecrire l’histoire comme aux plus noirs jours du siècle précédent, et faire croire à nos enfants de toutes origines de toutes couleurs que la France fut un bienfait pour les territoires qu’elle occupa.

                                        Depuis quelques années, déjà, l’histoire inculquée à nos mômes se réduit à un brouillamini antiquo-royaliste où plus aucune chronologie n’est respectée.

                                        Et de ces manuels brumeux un seul domaine rejaillit sans cesse, péremptoire : la religion.

                                        Aujourd’hui de la sixième au bac, plus de révolution, plus de colonisation, plus de guerre de 14-18, enfin plus rien qui permettrait aux gosses de se forger une reflexion.

                                        Les seuls repaires qu’on leur laisse sont maigres, religieux pour les studieux, la rue, les médias pour les autres.

                                        Que le rap, mais aussi le metal, véhiculent des messages, souvent succints, reste indéniable, mais n’est ce pas le lot de tout art contemporain.

                                        Mettre au banc des accusés la culture que les gamins sont allé chercher sur leur pc, tv, radio, c’est cracher dans la soupe qu’on a cuite nous même.

                                        Que leur avons nous proposé de mieux de différent, avec nos esprits étroits, nos portefeuilles à plat, nos présugés ancestraux ?

                                        Ils veulent du rêve on leur offre des prisons, ils veulent des couleurs on leur offre du béton.

                                        Ils veulent un peu d’espoir, voir derrière le mirroir, sentir la chaleur, ouvrir leur coeur...il trouve le mépris, les batons, les insultes et les grenades.

                                        Le nabot dans son bureau doré s’en balance, la jeunesse il a pas connu, ses seuls joujoux sont la haine, l’ambition, les flashballs et bientôt pourquoi pas la pendaison...


                                        • franckouche (---.---.58.124) 11 décembre 2005 11:01

                                          Rappel : les anarchistes sont les ennemis des « rouges » comme des « bruns », l’ami !


                                        • dallo (---.---.25.123) 30 novembre 2005 13:55

                                          je ne comprend pas l’article de fred et de juves ces types la c’est des racistes je crois q’on vit en democratie et qe les artistes sont libre de s’exprimer librement c’est le systeme democratique,lorsque les articste n’aurons plus droit d’expression nous seront en dictacture je crois qu’il faut employer les grands mots pour les grandes situations si y il des gens qui doivent quitter le systeme c’est bien vous !!!!!!en democratie on na pas besoin de gens comme ca !!!!!!!!!!!!!!!!!!


                                          • Courouve (---.---.102.40) 29 décembre 2005 00:00

                                            Tout le monde doit pouvoir s’exprimer librement, pas seulement les artistes !!

                                            La seule limite est le trouble grave à l’ordre public, c’est-à-dire l’appel à la violence et l’incitation à commettre des crimes ou délits.


                                          • kifran (---.---.52.83) 1er décembre 2005 00:02

                                            ce qui est dommage c’est que l’on mette sur la sellette les rappeurs en les catalogants de violents, racistes etc.. « Peace Unity Love and having fun » voila l’esprit du mouvement hiphop (dont le rap fait parti)c’est également un brassage de cultures, de musiques..et ça, ça peut ne pas faire plaisir à tout le monde...enfin je me comprends Le rap est également une musique « de la rue » (récupérée biensur depuis par les requins) qui véhicule forcément un ésprit de colère, de souffrance, de malheur, de révolte, comme d’autres styles de musique l’ont été avant. Si un jeune abandonné par la société se tourne vers la délinquance c’est parcequ’il écoute du rap, évidement ! ATTENTION JE NEXCUSE RIEN « Mais regarde ta jeunesse dans tes yeux » et apprend à l’écouter ! un « silence Jean-charles vous m’indisposez » dans un quartier vaut un « ferme ta gueule fils de pute j’vais t’fumer » dans un autre.. bon c’est sur le dialogue sera dur à établir..


                                            • mimil (---.---.52.83) 1er décembre 2005 00:05

                                              VIVE DANIEL !!!


                                              • (---.---.166.210) 21 janvier 2006 16:05

                                                florian, g n’ai rien ajouté, tu as tout dis, les messages précédents des autres internautes me font vomir. Ces gens parlent de ce qu’ils ne connaissent pa et c bien ce que l’on ne connais pa fait peur.


                                                • (---.---.166.210) 21 janvier 2006 16:11

                                                  thoma, tu ne le sai pa mai g te le di : tu es un crétin. toàn


                                                  • missizsopra 22 février 2008 16:41

                                                    une réponse spéciallement réservée a Fred et aux autres raleurs,

                                                    1. Les rappeur qui sont mécontent devrait quitter la France ? Mais alors tout les petits cons qui ont votés Sarko et qui mintenant font la grève et emmerdent tout le monde pourquoi ne vont-il pas ailleur selon toi tout le monde devrait se barrer c’est la solution ?

                                                    2. Liberté d’expression tu connais pas ?

                                                    3. Les rappeurs ne forcent personne ni à les écouter ni à suivre leur pensées

                                                    4.Pourquoi faire une généralité tous les rappeurs ne crie pas la haine dans leur texte, d’autres invoquent la paix ou autres.

                                                    5.Tes messages sont tellement long ennuyeux et digne d’un petit bourge qui sors jamais de son logis que j’ai même pas eu le courage de tout lire !!!!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès