Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et (...)

Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et illustré

Je suis allée consulter les mentions des procès-verbaux (PV) cinq jours après le 2éme scrutin des présidentielles ; Elles étaient belles et bien archivées, ignorées, niées.

J’ai eu pour objectif d’en lire un maximum ( compte tenu que j’avais un délai très limité) et le constat est évident : la mairie prétend que les mentions ne portaient que sur les délais d’attente incroyables (au 2nd tour elles l’étaient mais moindres, mais tout aussi expressives, exaspérées...). Leurs dimensions ont été bien plus pertinentes qu’« on » ne le prétend...

Les mentions portaient essentiellement sur le manque de confiance :

• Comment savoir si notre vote est bien celui enregistré ?

• Comment expliquer La touche « vote blanc » sachant qu’elle n’existe pas dans notre constitution ?

• Comment expliquer la caméra sur « l’urne / isoloir » du bureau n° 2 (signalée sur le PV) ?

• Comment expliquer le nombre innombrable, sur tous les bureaux, des interventions d’X personnes dans les isoloirs pour aider certaines personnes (handicapées ou non handicapées mais en difficulté face aux machines) ?

• Comment expliquer que des mals-voyants ou des personnes de petites tailles (ou autres handicapes) n’aient pas pu voter seuls alors qu’ils le faisaient auparavant ?

• Comment expliquer que le vote ne soit plus secret ? Les exemples sont très nombreux, les personnes qui arrivent à « l’urne/isoloir » sans que le précédent n’ait validé son vote, une intervention d’un tiers pour donné un coup de main, on peut observer la direction prise par le bras...

• Comment expliquer un tel délais d’attente (pour ma part, 1 h 30 au premier tour, 50 min au second) ?

• Comment expliquer l’écart entre le nombre d’émargements et le nombre de votes annoncé par la machine sachant qu’aucun recomptage n’est possible ? (cela est exprimé par des présidents de bureaux de vote ou assesseurs).

• Comment expliquer que les citoyens n’ont pas la possibilité de vérifier les « tickets » des résultats donnés par les ordinateurs (avec des symboles étonnants, en langue anglaise...) ?

• Pourquoi, au premier tour, certains bureaux présentent sur le PV 1 ou 2 tickets ?

• Comment justifier qu’au second tour les urnes ne soient pas vides ? Elles comptabilisent le premier tour ! C’est illégal.

• Un isoloir est censé, selon le Code électoral, être pour 300 votants. A Issy-les Moulineaux, il y a eu qu’un seul "isoloir/urne", quel que soit le nombre de votants dans le bureau (parfois plus de 1000).

• Comment justifier ce sentiment que le citoyen est exclu de son droit 1er qu’est le suffrage universel et le dépouillement ?

• ...

Je suis retournée vendredi 18 mai durant 1 h 45 consulter les procès-verbaux. Ce temps est de nouveau très limité compte tenu de l’ampleur de la tâche.

• J’ai pu observer (comme chacun qui le souhaite), au premier tour, qu’aucun des « compteurs totaliseurs » ne commençait à 0 à l’ouverture des Ordinateurs, ils commencent entre 4 et 27. Personne, aujourd’hui au centre administratif, n’a pu m’expliquer ce que cela signifiait, on me dit de « repasser la semaine prochaine ». Ces PV ne sont consultables que 15 jours après le scrutin.

• De plus, au second tour, aucun des ordinateurs ne commence à 0. Il prend en compte le 1er tour (avec les erreurs qui y sont liées). Hors, le code électoral (article L63) exige que les compteurs soient à 0 (une urne en plexi transparent est visiblement vide, de tous, un ordinateur NON).

• Je n’ai pas non plus pu savoir quand et par qui ont été validées les machines et, si c’est le cas, si chacune d’entres elles l’ont été.

• La mise à jour qui a permis de mettre la 1ère liste et les 2 finalistes n’est indiquée nulle part. Par qui et quand ont-elles été faites ?

• Etonnant également que le « recensement par bureau des votes émis dans la commune » soit exprimé en nombre d’enveloppes et de bulletins.

En ce qui concerne les mentions sur les PV, elles restent nombreuses au 2nd tour. Elles sont certes moindres mais très nombreuses. Il semble raisonnable de penser que les personnes qui se sont exprimées au 1er tour aient les mêmes opinions au 2nd. Quoi qu’il en soit, le nombre des mentions sur les PV au 1er et au 2nd tour reste historique.

Pourtant, beaucoup tâchent de l’ignorer...

Le contenu est sincèrement le même qu’au premier tour, je n’y reviendrai pas. Tout le monde peut le vérifier. La mairie (et d’autres) se cramponnent à faire croire que seule l’attente a été pénible, c’est un mensonge éhonté. Les remarques du premier tour s’affirment au second, chacun peut le vérifier (d’ici le 29 mai).

J’ai pris de nombreuses notes, je tâcherai de retourner consulter les PV pour les compléter.

Vous ne comprenez pas tout ? Rassurez-vous, personne à ce jour ne peut tout m’expliquer. Je ne comprends surtout pas (si je fais preuve d’honnêteté naïve) pourquoi la mairie a choisi ces machines, pour ce scrutin, sans concertation aucune !

Pièces jointes : Photo de

- Mention d’un assesseur

- Ticket de résultat bureau n° 1, 1er tour

- Ticket n°1 de résultat bureau n° 1, 2ème tour

- Ticket n°2 de résultat bureau n° 1, 2ème tour

- RECENSEMENT PAR BUREAU des votes émis dans la commune.

Documents joints à cet article

Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et illustré Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et illustré Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et illustré Bilan des présidentielles sur ordinateurs à Issy complété et illustré

Moyenne des avis sur cet article :  4.91/5   (89 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Marsupilami Marsupilami 22 mai 2007 12:30

    Eh ben, c’est du joli. Bonjour la transparence et la démocratie. Les citoyens doivent absolument s’insurger contre le vote électronique.

    Merci pour cette enquête citoyenne très concrète et très parlante.


    • LE CHAT LE CHAT 22 mai 2007 13:20

      Un bien bel article qui montre bien les risques pour la démocratie bien réels après les foirages en Floride nous ayant amené Debeulyou sur le trône .Le vote electronique , c’est loin d’être au top smiley


      • Algunet 22 mai 2007 14:00

        Comment vérifier si la machine ne nous vole pas les voix ? Impossible, il faut faire confiance à cette même machine pour le contrôle !

        Toujours cette vidéo implacable.http://www.youtube.com/watch?v=uWjJmZ0oKRE ...qui nous fait comprendre que voler des votes et donc falsifier le vote est techniquement possible et que le contrôle est impossible car le vote validé par la machine n’est pas obligatoirement celui du votant. Donc tous les contrôles ultérieurs sont caducs : la machine ne pourra vous dire qu’une chose, à savoir que le vote volé vérifié est bon… smiley


        • Emmanuel 22 mai 2007 14:43

          Tout à fait.

          On peut généraliser en affirmant : seul un dispositif matériel (comme une urne avec bulletins ou jetons, etc.) peut garantir l’anonymat ET la vérifiabilité publique de la concordance avec la liste d’émargement.

          Une machine à voter électronique est donc par conception anticonstitutionnelle.

          Nous, citoyens, ne devons pas accepter cette régression.

          Merci à l’auteur pour son témoignage. Il faut perséverer et exiger de pouvoir voter avec une urne.


        • olivier01 22 mai 2007 17:30

          Je me demande pourquoi vous paranoïer de la sorte.Vous oubliez le principal que ces machines comme tout le reste de l’élection sont garanties par le ministere de l’interieur !! arretez de voir le mal partout ! cool !! lexomil !! etc...


        • Eric De Ruest Eric De Ruest 23 mai 2007 09:54

           smiley c’est pas lui qui est devenu président ???


        • Eric De Ruest Eric De Ruest 22 mai 2007 14:46

          Félicitation !!!

          Combien de personnes ici pourront faire de même et participer au démarrage d’une enquête digne de ce nom ?

          Personnellement, j’estime que le vote est un acte politique, parmi tous les possibles, proche du néant. Et pourtant, je combats le vote électronique tant il est évident qu’il est l’outil favori des amis de W.

          Dans notre cocasse royaume belge, l’électronique a pris aussi le relais du bulletin papier et ce n’est pas une bonne nouvelle. C’est une preuve de plus de l’inaptitude citoyenne à réagir conséquemment aux restrictions démocratiques qui nous submergent.

          Mais puisque les seigneurs du capital le veulent comme cela, c’est encore une fois par la rue que la démocratie réapparaîtra !


          • Fanch 22 mai 2007 14:47

            Ne pas tomber dans la parano, mais on peut rajouter :

            - les machines à voter sont chères, le gain est nul car le dépouillement manuel est effectué par fes bénévoles, le retour sur investissement est proche de 0 étant données qu’elles ne servent que quelques fois par an.

            - leur installation s’est effectuée sous le contrôle direct du ministère de l’Intérieur, chargé d’organiser les élections (pas besoin de rappeler que le ministre était également candidat à cette élection, qu’il a d’ailleurs gagné)

            - le conseil constitutionnel a validé l’installation de ces machines s’appuyant sur un texte de 1969, quand les ordinateurs fonctionnaient avec de grosses ampoules.

            - Veritas, l’organisme chargé de tous les contrôles de fiabilité, est une société appartenant (au moins en partie) au baron Ernst Antoine Seillères.

            On voudrait susciter une polémique qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Alors pourquoi ???...


            • Shakti 22 mai 2007 14:57

              Bonjour.

              « Un isoloir est censé, selon le Code électoral, être pour 300 votants. A Issy-les Moulineaux, il y a eu qu’un seul »isoloir/urne« , quel que soit le nombre de votants dans le bureau (parfois plus de 1000). »

              Cela devait être le cas partout car l’ ordinateur était considéré comme une urne et non comme un isoloir, or il ne peut y avoir qu’ une seule urne par bureau de vote.

              Mon sentiment :

              Comme d’ habitude, si la théorie était correcte, l’ application a été foirée (rien de nouveau) mais si les irréguralités constatées sont troublantes et devraient à mon avis nécessiter de remettre à plus tard le vote électronique, pour une longue durée de tests et une fin de développement, je ne suis pas d’ accord avec les nombreuses personnes s’ insurgeant naturellement contre ce systême à cause de la sécurité alors qu’ un vote électronique est plus difficilement falsifiable qu’ un vote traditionnel.


              • Emmanuel 22 mai 2007 15:03

                Désolé, la théorie n’est pas correcte : seul un dispositif matériel (comme une urne avec bulletins ou jetons, etc.) peut garantir l’anonymat ET la vérifiabilité publique de la concordance avec la liste d’émargement.

                Même un programme informatique « parfait » ne pourrait garantir cela.


              • vero 22 mai 2007 15:09

                « un vote électronique est plus difficilement falsifiable qu’ un vote traditionnel »

                Comment le savoir ? Rien n’est vérifiable sur les ODV. On ne peut pas recompter, on ignore ce qu’il y a dans les logiciels ? On ignore qui les mets à jour...


              • Shakti 22 mai 2007 17:11

                @Emmanuel : encore faudrait il ne pas se planter sur la théorie : le vote électronique a été envisagé pour permettre une plus grande vitesse d’ éxécution et un contrôle des dépenses mieux assuré en continuant d’ assurer au maximum l’ anonymat et la vérifiabilité Et donc la théorie était bonne et c’ est donc bien l’ application qui a merdé : fiabilité non parfaite, anonymat non respecté pour cause de non habitude du systême et d’ inorganisation, vérifiabilité atteinte par la non fiabilité de la machine


              • Shakti 22 mai 2007 17:14

                «  »un vote électronique est plus difficilement falsifiable qu’ un vote traditionnel"

                Comment le savoir ? Rien n’est vérifiable sur les ODV. On ne peut pas recompter, on ignore ce qu’il y a dans les logiciels ? On ignore qui les mets à jour..."

                Comment le savoir ?

                Peut-être en gardant à l’ esprit qu’ un vote traditionnel ne nécessite pour fraude que la subordination des contrôleurs tandis que la fraude du vote é"lectronique nécessite un accès antérieur aux urnes, des connaissances techniques, une expérience et des moyens qui ne peuvent être remplacés que par une subordination plus importante (corrompre plus de monde) et donc une discrétion moindre et partant de là une probabilité de réussite moindre


              • Emmanuel 22 mai 2007 19:00

                @Shakti

                Merci de considérer l’avis d’un spécialiste critiquant, entre autres, la théorie : http://www.journaldunet.com/expert/11497/machines-a-voter-la-mauvaise-solution-a-un-faux-probleme.shtml

                "Je crois que le temps est venu pour les pouvoir publics de sonner la fin de la recréation et de remettre un peu d’ordre en instaurant sans plus tarder une moratoire sur les ordinateurs de vote, comme cela a été fait par exemple au Quebec il y a quelques mois (www.assnat.qc.ca/fra).

                Roberto Di Cosmo"


              • Shakti 22 mai 2007 20:30

                @ Emmanuel

                Je m’ en veux de troller (pour une fois , allez) mais l’ article que tu cites ne fait aucune référence à la théorie. L’ auteur la contredit elle en disant que, contrairement à ce qui était envisagé et annoncé, le vote électronique est par nature plus lent que le traditionnel ? Contredit elle le fait que si le système était valide, les élections pourraient se montrer moins lourdes à organiser et donc les citoyens pouvoir envisager une consultation du peuple plus fréquente ?

                Réponse simple : non !

                Cet article ne fait qu’ étudier le vote électronique actuellement testé par rapport aux nécessités d’ une élection, la seule partie faisant (et légèrement) référence à la théorie ne fait que 11 lignes : 6 où il ne considère qu’ un aspect de la théorie (la vitesse en oubliant le fait que celle-ci était recherché pour donner la possiblité d’ une plus grande consultation) pour ne même pas la critiquer, juste la citer, et 5 où il étudie un des aspects de la théorie non par rapport à elle m^me (pour la contredire par exemple) mais par rapport à l’ organisation dernière pour dire qu’ elle a été ratée. Cet article ne s’ occupant donc aucunement de la théorie mais uniquement du fiasco dernier, je ne vois pas en quoi il pourrait m’ apprendre quelque chose là-dessus. Quant au reste, il ne m’ apprend rien de plus que ce qu’ on a tous pu lire dans les journaux ou même ici depuis de 6 mois. (quand au débat sur la théorie et le fond du problème, tu me pardonneras mais j’ ai vu mieux sur d’ autres forums se prenant moins au sérieux).

                Au fait, pour préciser ma pensée : effectivement, la dernière élection a été un fiasco en ce qui concerne le vote électronique mais je ne penses que cela implique forcément de jeter bébé avec l’ eau du bain, surtout tant que la théorie n’ est pas rejetée.


              • kolymine 23 mai 2007 00:09

                @ Shakti

                Absolument pas, Déjà ca sous entend de corrompre, les assesseurs des différents partis, désigné par les dits Parti... et les citoyens, et quand c’est bien fait, emargement pour avoir l’enveloppe, emargement apres le vote, il est impossible de tricher, sauf en admettant que tout le monde est corrompu...

                Alors que sur un ODV, il suffit d’un mec avec des connaissances technique, ou un programme pour, et l’ODV délivrera le resultat qu’on lui demande, 100% pour untel etc .. C’est laid, très laid.


              • Eric De Ruest Eric De Ruest 23 mai 2007 09:55

                Absolument, bien résumé !


              • Shakti 23 mai 2007 13:57

                @ Kolymine

                Malheureusement, il suffit d’ ouvrir les yeux pour s’ apercevoir que l’ homme est faillible et qu’ on ne peut lui faire confiance simplement parce qu’ il te dit être honnête. Augmente le prix ou rend ton approche plus sournoise et tu achètes n’ importe qui mais ce n’ est pas parce que tu as de l’ argent que tu vas spontanément comprendre les bases de l’ électronique, de l’ informatique ... et être alors en mesure de pirater le systême. D’ autant plus que lkes connaissances théoriques ne sont pas tout et que ce piratage nécessite du pirate une certaine expérience qui ne peut s’ obtenir avec de l’ argent (ent tout cas pour soi même). De plus, contrairement à ce que tu déclares, la fraude du systême traditionnel n’ est pas ausi complexe que tu le déclares.

                En conclusion et comme je disais, la fraude du systême traditionnel ne nécessite vraiment que des moyens financiers. La fraude électronique nécessite elle des conaissances théoriques et leur compréhension (déja un morceau à acquérir), des connaissances appliquées et une expérience technique (si en théorie je comprends comment on peut frauder une urne électronique, je suis bien incapable de définir un protocole d’ action, et je suis loin d’ être seul). Sans compter la possibilité du fraudeur qui nécessite ou un accès antérieur et libre à la machine ou une parfaite liberté de manoeuvre au moment du vote ce qui est impossible vu que l’ ordi étant considéré comme une urne est constamment sous la surveillance du public. Et encore faut-il que cette urne électronique dispose de connexions stantards ou que ses plans soient librement consultables sinon c’ est au moment d’ essayer de frauder que l’ on découvrirait si on peu tou non.

                En conclusion et comme je disais, la fraude électronique nécessitant naturellement plus de moyens et de compétences que la fraude traditionnelle, il est ridicule de soutenir que le vote électronique est par nature trop peu sécurisé.

                A moins, Kolymine, que tu ne nous expliques ici dans le détail le porcessus de la fraude. Explique nous comment tu ferais pour concevoir cette fraude, explique nous comment ut accéderas à la machine, à quel moment, en utilisant quel matériel, de quelle manière ..... ? Explique nous cela, démontre nous que cela marche à coup sûr fais l’ nverse pour la tradition et ensuite tu pourras essayer de nous faire croire que n’ importe qui est capable de pirater une urne électronique mais pas de corrompre quelqu’ un (action qui elle ne dépend pour sa réussité que de la discrétion, de la ruse et du montant du pot de vin).


              • Internaute Internaute 3 juin 2007 08:26

                @shakti

                Vous essayez de démontrer que la fraude électronique est difficile à réaliser. Ce faisant, vous partez de l’unique possibilité d’un piratage externe, comme pour les cartes bancaires.

                Le seul cas de fraude probable est que les commandiaires des sociétés qui mettent en place les machines participent à la fraude. Votre machine arrive donc avec un logiciel tout préparé pour avantager tel ou tel candidat. C’est cela le risque. Que le PS, le CRIF et l’UMP se mettent d’accord pour truquer les élections. A partir du moment où l’on supprime tout contrôle citoyen on ouvre la porte à ce type de magouilles.

                Les machines électroniques représentent un marché trés important et il est bien évident que les politiciens subissent des pressions sans nom pour l’installer. Peut-être qu’une des pressions est justement la possibilité de contrôler un peu mieux la façon dont les gens votent et d’interdire l’arrivée au pouvoir de partis dits « terroristes, racistes, homphobes ou xénophobes ». Ouf, la paix et la démocratie sont sauves. Il est beaucoup plus cher que le système papier. Je vous rappelle que le comptage dans les bureaux de vote est fait par des BENEVOLES.


              • pépé 22 mai 2007 15:14

                ça décoiffe : étonnant est aussi que le nombre de votants soit exactement le même pour les 2 tours. Bravo pour cette recherche.


                • Hervé Torchet 22 mai 2007 16:05

                  Eh oui, tout ça est louche smiley


                  • Christophe Christophe 22 mai 2007 17:29

                    On a eu moins d’ennuis à Courbevoie, mais on en a eu quand même.

                    Les socialistes ont gueulé contre le maire qui les a gentillement reconduit en disant : « si les électeurs ne sont pas contents, ils n’ont qu’à envoyer chacun une lettre à la mairie et peut-être qu’on se penchera sur la question ».

                    En gros : cause toujours.


                    • Ashura Ashura 1er juin 2007 11:06

                      J’ai envoyé un courrier électronique à la mairie de Courbevoie (où je vote aussi), quelques semaines avant le premier tour. J’ai reçu un joli courrier me disant en gros « on a bien reçu votre plainte, mais on s’en fout. »


                    • Chantal Enguehard Chantal Enguehard 22 mai 2007 18:19

                      Bonjour, j’ai commencé un recensement systématique des pv de nombreuses communes, pour une étude systématique. Merci de me contacter directement par mèle : chantal.enguehard@univ-nantes.fr.


                      • Eric De Ruest Eric De Ruest 22 mai 2007 18:39

                        Bravo, je ne peux que vous féliciter pour cette démarche toute citoyenne.

                        Messieurs, ne trouvez vous pas ces dames formidables ?


                      • ExSam 22 mai 2007 19:42

                        Voilà un article qui pose les bonnes questions sur une pseudo-innovation qui met en péril l’intérêt citoyen pour la politique en actes, comme la démocratie par les dangers qu’elle recèle.

                        C’est très documenté et d’une clarté lumineuse.

                        Excellent.


                        • joseW 22 mai 2007 21:48

                          Ces machines à voter sans aucun contrôle citoyen possible sont une honte pour notre pays et notre démocratie !


                          • vero 23 mai 2007 01:18

                            Je suis l’auteur de cet article sans esprit partisan.

                            Je tiens à répondre à chacun, surtout aux réprobateurs. Non pas pour les convaincre (enfin, pas forcément) mais pour me faire comprendre.

                            Je suis simple citoyenne qui a été surprise et choquée par ce scrutin présidentiel à Issy-les-Moulineaux. Un peu en colère certes, avec le temps, mais qui ai voulu comprendre et qui ai pris du temps pour le faire.

                            Je baigne depuis 20 ans dans l’univers informatique, avec ses plaisirs, ses contradictions et ses problèmes. Je ne peux pas nier, que malgré les compétences et la volonté de chacun, dès qu’il y a un vrai problème, nous faisons appel à un technicien plus ou moins clair ou compétent pour nous « dépatouiller » mai qui n’est pas accessible à tous.

                            Il semble que je doive être plus précise.

                            Il n’est, d’aucune manière, objectif d’incriminer le progrès !

                            En revanche je ne vois pas pourquoi, en quoi les Ordinateurs de Vote, tel que nous les avons subits, sont un progrès :

                            • En terme de coût : Ils sont plus chers, nécessitent plus de personnel. Il faudrait, pour respecter le Code Electoral, une machine pour 300 électeurs. Il faudrait multiplier le nombre de bureaux de vote, le nombre de Présidents de Bureau,..., le nombre de papiers « courrier » pour expliquer chaque scrutin,... parfois par 3 !

                            • En terme de compréhension, d’acceptation : En, tant que simple citoyenne, il m’est impossible, aujourd’hui, de comprendre comment fonctionne ces machines. Mes amis informaticiens me disent que, eux-mêmes « sont inaptes à le comprendre, mais personne ! Même pas le Ministère de l’Intérieur , qui n’a aucun accès aux sources qui sont commercialement secrètes, ils n’y ont pas accès ! ». Nous devons faire confiance aux fournisseurs américains (qui sont largement rejetés « là-bas aux USA » après expérience ! Voir la Californie !).

                            Ces machines sont TRES chères ; certes pris en charge pour partie par les contribuables, grâce M. Sarkosy quand il était aux finances, grâce à une mesure de 800 euros par machine si je ne me rompe pas).

                            Enfin, après avoir étudié les procès-verbaux, qui ne sont compréhensibles ou expliquables par personne, à la mairie, je ne vois pas comment faire confiance spontanément. Rien n’a été préparé, concerté, présenté.

                            Quant à une éventuelle corruption ? La dimesion change (du moins elle le peut à terme).

                            A qui, chacun d’entre nous, serions prêts à laisser un « chèque en blanc » ?

                            Cela suffit ! Que voulons-nous ?

                            J’ai eu beau chercher ! J’ai tant espéré ! Je n’ai rien trouvé de probant !

                            Les Ordinateurs de vote, à ce jour, nient le suffrage universel citoyen, démocratique.

                            J’ose espérer que nous puissions moderniser les scrutins dans la transparence te la démocratie.

                            Citoyennement Vôtre


                            • Boileau419 Boileau419 23 mai 2007 05:26

                              La mauvaise nouvelle, c’est que Sarkozy y croit, lui. J’ai lu sa réaction sur le site ordinateursdevote.org et il est totalement et inconditionnellement pour.

                              C’est donc très mal parti. A part les partis dits extrêmes, aucun parti de l’Etablissement ne pose les questions qui s’imposent. Pas même Bayrou et son mal nommé Modem.


                              • anomail 23 mai 2007 10:26

                                Il y a une chose qui pourrait mettre un coup d’arrêt à l’utilisation de ces machines, c’est que quelqu’un en pirate une de façon évidente lors d’un scrutin, genre 99% de voix pour un seul candidat.

                                Dès lors, les mairies ne pourraient plus faire semblant d’ignorer le problème.


                                • etarcomed 27 mai 2007 03:14

                                  petite remarque, il semble que le compteur totalisateur général ressemble au compteur kilométrique d’une voiture, il ne se met donc jamais à zero.

                                  L’écart de 16 voix, devrait donc apparaitre sur le ticket initial qui n’est pas dans votre poste. Il s’agit probablement de test de la machine effectués précédemment.

                                  Cela explique qu’au deuxième tour ce même compteur n’est pas à zero et corresponde au votes du premiers+les 16 en question.

                                  Plus intrigant est l’undervote de 1, qui correspond apparement un vote effectué mais non comptabilisé pour un candidat, on se demande comment cela est possible, mais il faudrait voir la procédure, il y a je suppose une explication.

                                  Quant à l’attente, elle est du au fait que le vote se passe entre le moment ou on donne sa carte d’électeur, que le numéro est trouvé dans le registre et le moment ou on signe. A courbevoie au deuxieme tour, le registre a été scindé en deux ce qui a supprimé les files d’attentes.


                                  • Z Z 28 mai 2007 10:52

                                    Bonjour et merci pour l’article.

                                    Je me permet de laisser ici le lien Wikipédia sur le vote électronique, qui est très bien fait et qui comporte de nombreuses références : de quoi se faire une idée !

                                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Vote_%C3%A9lectronique#_note-2

                                    Il faut rappeler que le code source de ces machines est fermé, ce qui contredit le principe de transparence : on ne peut pas savoir de quelle manière est comptabilisé le vote !!! Du délire, je me demande comment les partisans du vote électronique peuvent justifier cela !

                                    Cordialement,

                                    Z


                                    • Internaute Internaute 3 juin 2007 08:16

                                      Allez franchissez le pas ! Au lieu de dire « l’urne/isoloir » inventez-nous un néologisme adapté, par exemple « urinoir ».

                                      Trêve de plaisanterie votre article pose une question de fond. Quel est l’intérêt du vote électronique ?

                                      Du côté des avantages on a le maigre, trés maigre avantage, d’avoir peut-être un résultat précis un peu plus tôt. Remarquons tout de même que l’élection de Bush aux USA a montré que le vote électronique n’apporte pas d’avantage décisif sur la vitesse d’annonce des résultats dés que ceux-ci sont serrés. Remarquons aussi que les sondages à la sortie des urnes sont d’une incroyable précision et que le comptage manuel permet d’avoir un résultat au % prés un quart d’heure aprés la fermeture des bureaux.

                                      Du côté des inconvénients il y a votre longue liste. Pour moi, le principal est le manque de participation directe des citoyens. Dans le comptage manuel, tout le monde peut aller voir et les partis politiques peuvent envoyer leurs représentants. Il n’y a donc pas de magouilles possibles à grande échelle (à petite, toujours). On ne doit pas faire confiance à un système de comptage opaque où interviennent un tas de personnalités et de sociétés contrôlées par le pouvoir en place. Ils sont donc juges et partie, ce qui est contraire à tout principe démocratique. Le système est en soi mauvais et même si l’on peut faire confiance aux gens qui nous gouvernent aujourd’hui il reste une effroyable porte ouverte à tous les abus à venir.

                                      A rejeter avec la grande fermté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

vero


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès