Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Brouillage politique

Brouillage politique

Le marketing politique, fer de lance des campagnes électorales dans toutes les démocraties.

Nicolas Sarkozy en bon jardinier électoral chapeau de paille et tablier vert ratisse large.

Ségolène Royal, panier en osier au bras gère son programme en économie de cueillette politique.

L’intrusion du marketing politique jette la confusion la plus totale dans les idées politiques et chez les électeurs. Et pour cause. Il dénature le débat politique par ses considérations purement rationnelles, basées sur un individu poussant son chariot dans un supermarché déserté par la vraie idéologie politique mais dont les rayons sont emplis de promesses sociales, culturelles, fiscales, économiques... et surtout mercantiles, mais nous y reviendrons plus loin. Le marketing politique a transformé, en quelques décennies, des électeurs responsables (des citoyens donc) possédant une conscience politique, en ce que je nomme des consommélecteurs en recherche d’ingrédients politiques qui leur permettront de fabriquer la recette personnelle, c’est-à-dire celle qui les satisfera le plus ; et c’est là que le bât blesse !

Premier point : au fil des ans, les partis politiques - les offreurs - se sont transformés en grands distributeurs. Comme leurs homologues distributeurs qui font du « fun shopping » pour déculpabiliser le consommateur, les partis politiques font, de la starisation politique, un concept idéologique pour grimer la pauvreté des programmes. Ils offrent du plaisir ! Plaire est le seul leitmotiv potentiellement réaliste. Mais tout cela n’a rien de nouveau.

Machiavel au XVIe siècle disait dans Le Prince que « la politique est l’art de séduire les foules ». Séduction et hédonisme par procuration politique se trouvent ainsi élevés au rang d’expression artistique ; depuis Machiavel certes, mais surtout depuis que les idéologues du « tout marché » (eux seuls à présent peuvent se targuer de ce terme) s’en sont accaparé pour en faire un outil de manipulation des foules, car c’est bel et bien le seul moyen d’infléchir la tendance en démocratie. Tout est plaisir, tout est séduction dans le grand hypermarché des promesses. Ici, au royaume des sondages, tout est gratuit, féerique, vous payerez à la fin et en prime vous aurez des bonimenteurs patentés.

Second point : la demande. Elle est atomisée, déstructurée, égarée, perdue. Et c’est bien naturel, car, en réalité, l’offre de chaque leader ressemble plus à celle des Galeries Lafayette dont nous connaissons tous le slogan. Si l’électeur ressemble à un humain, il n’en possède pourtant pas toutes les caractéristiques. Il apparaît sous le microscope marketing servant à disséquer les comportements, comme une amibe, ce protozoaire unicellulaire, aveugle, sourd, muet et engraissée aux jeux télévisés. La finalité recherchée reste l’adhésion à un nouveau programme, par contestation avec le précédent. Elle déclenche une catharsis subliminale qui accouche d’un consommélecteur affairiste, mercantile, dont la quête d’espoirs est multiple, diverse, non aboutie et par définition, jamais assouvie. Le demandeur n’est qu’un tube héliotrope soumis à l’attraction de l’image la plus brillante, tube où se déverse sans cesse la diarrhée verbale des rhéteurs de tous bords. Ces deux items construisent le marché.

Le jeu politique, tout comme en économie, est bien la rencontre entre l’offre et la demande, et il s’agit bien là d’un marché au sens où nous le concevons tous.

Mais revenons à l’offre. Elle se veut intrinsèquement oligopolistique. Peu d’offreurs sur un marché concourent à canaliser la volatilité d’un électorat plus perdu que désabusé. Pour cause, rien ne permet aujourd’hui de comprendre de manière simple et logique dans quel bord se rangent les leaders politiques. Comme évoqué en début, le râteau large et la cueillette nomade restent les outils privilégiés des conseils en marketing politique. Ils brouillent le jeu politique en détruisant le caractère clair et la lisibilité des idéologies.

Cela provoque chez les demandeurs des conséquences inattendues. La sociologie du demandeur des années 1950 et 1960 s’est transformée en un comportement de gallinacé. Tout comme la poule, le demandeur politique marche sans but avec un regard rasant dans une zone tantôt sale, la basse cour et tantôt agréable le champ. Sa démarche forcément saccadée contrainte par les inclinaisons de la tête à gauche puis à droite lui permet de trouver sa pitance de manière isolée dans le contenu des discours qui vantent les mérites des produits politiques les plus attrayants. C’est la sociologie du picoreur qui va alimenter ses phantasmes et répondre à ses aspirations personnelles. Car la politique aujourd’hui n’est plus seulement l’art de séduire les foules mais seulement la technique permettant de s’adresser à chaque électeur.

Lorsque Nicolas Sarkozy répond : « Je suis d’accord, je suis comme vous », comment ne peut-on pas voter pour soi-même en votant pour lui, disait un chroniqueur de France Inter.

L’individualisme est rentré en politique car le discours dénué d’idéologie est devenu un produit de consommation banalisé.

Derrière le verbe policé, c’est de la transformation de l’électeur en consommateur qu’il faut parler. Les idées sont jetables et éphémères, reconductibles pour les meilleures et substituables pour les pires, tout cela étant du jargon marketing.

Patrick Louart


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Malkut Malkut 18 février 2007 11:03

    Au premier point, j’aimerai adjoindre cette citation, entendue sur TF1 il y a des années : « Toutes les stars du showbiz et de la politique étaient présentes ».

    ======

    Le citoyen « gallinacé » a la campagne qu’il mérite. Je trouve qu’il s’en sort encore trop bien dans cet article, même si on sait déjà qu’il ne se précipitera pas dans les « magasins » le 22 avril.


    • fkl...... (---.---.114.192) 18 février 2007 15:22

      Malin cet article, on sent le professionnel de la COM En effet il n’y a pas vraiment de choix dans l’offre politique et elle se veut donc « intrinsèquement oligopolistique », ce qui ne me conviens plus en temps que consommateur. . L’explosion d’Internet, nous amènent à reconsidérer l’offre. Sous la pression du pouvoir du média libre (avec tout les (en)bémols qui vont avec), « l’hyper » démocratie nous offrent de nouveau horizons.

      La mondialisation harmonise les pratiques économiques, mais revalorise en même temps les différences culturelles, du moins dans une version optimiste.

      Le politique intra-muros d’aujourd’hui n’est plus qu’un quelconque commerçant qui garnit sa vitrine de propositions à la mode, et qui utilise les ficelles du Marketing pour vendre un stock géré en flux tendu.

      Bon, pour mon bulletin (ou chèque en blanc) des prochaines échéances ou factures, ce n’est donc pas sur la forme mais le fond que je vais donc choisir. Derrière le packaging il y a bien un produit, et peut-être un cadeau bonus. Dans une boutique, il y a bien un commerçant qui a une allure humaine et qui soigne sa clientèle de plus en plus volatile afin qu’elle reste fidèle.

      Ce que je retiendrai donc pour prendre une décision, c’est celui ou celle qui a en réserve quelques fondamentaux. La défense de la démocratie, la laïcité, qui n’agit pas sur nos peurs en cherchant à nous protéger des méchants, qui maintient la séparation des pouvoirs, qui ne nous menacent pas de sanction si nous ne servons pas l’outil économique. Le pendent de nos droits sont nos devoirs ok mais nous sommes quand même libre et non esclave de nos choix.

      Je voterai donc en républicain affranchi, pour le « souverain » protecteur de nos libertés.


      • imane04 (---.---.15.89) 20 février 2007 09:13

        Quelle magistrale analyse !!!c’est tout a fait ce que je ressens mais n’ayant pas l’intention de garder une attitude de galinacée( parce que je m’en étais rendue compte )j’apprécie la clarté de vos propos, qui démontent la machine infernale ,que je compare à un entonnoir dans lequel on cherche à nous diriger inéluctablement - Mais,il n’y a rien d’inéluctable...surtout en politique et qui vivra verra !Salutations a vous -

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès