Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > C’est l’obligation scolaire qui est à revoir …

C’est l’obligation scolaire qui est à revoir …

Segpa ... Possible

JPEG

Impuissance globale

Qu'une brochette de furieux se retrouve dans la même classe depuis bientôt deux années et demie et c'est l'équilibre fragile du contrat scolaire qui vient à se briser. Vous avez suivi les aventures peu avouables de ces adolescents qui, dans la toute puissance, chez eux et à l'école, ne craignent ni Dieu ni maîtres. Ceux-là ont compris que rien ne pouvait les contraindre à travailler et si, par malheur, un de leurs comparses vient à donner le mauvais exemple, ils se chargent bien vite de le ramener à la déraison …

Nous venons de tenir une réunion avec la vie scolaire pour examiner la situation et imaginer des actions. J'avoue ne plus savoir que penser de nos responsables qui feignent, me semble-t-il, de découvrir seulement maintenant, l'ampleur de la catastrophe. Il a fallu que la bulle éclate et qu'une famille, après avoir retiré son enfant, dépose une plainte, pour que la machine administrative prenne enfin des mesures adaptées.

Trois conseils de discipline accompagneront le travail de la justice. On ne pouvait attendre moins, même si les coupables du harcèlement sont plus nombreux encore. La pauvre victime n'était pas partie, qu'un autre élève l'avait déjà remplacée. Lui aussi est conforme, lui aussi a le désir de travailler. Depuis bientôt un mois, il cumule les gastro-entérites sans que l'on n'y voie autre chose qu'une manière de se défiler ...

Dans les trois candidats au départ, un habitué du tribunal scolaire. Ce garçon met en échec toutes les chances offertes. L'école n'est pour lui qu'une contrainte à assumer de temps en temps afin d'éviter à sa famille l'amende pour absentéisme scolaire. Il ne fait rien, n'a pas ouvert un cahier depuis la rentrée et vient sans doute au collège pour se livrer à quelques commerces discrets.

La deuxième postulante a déjà épuisé bien des dispositifs alternatifs. Elle a même obtenu une affectation dans une structure encore plus spécialisée que la nôtre. Hélas, il n'y a pas de place disponible dans la région centre. Alors, elle continuera à gangréner ici, ou bien ailleurs, des classes qui ne sont pas en mesure de prendre en compte ses troubles.

Ces deux-là, mettent en échec le système. Ils pervertissent leurs camarades ; le troisième récipiendaire étant la parfaite illustration du gentil gamin entraîné par des mômes qui n'ont plus leur place dans un système qu'ils vomissent et dont ils ont compris les limites. Pire encore, ils ont acquis le savoir-faire redoutable de mettre en échec les adultes !

C'est une fois encore l'obligation scolaire qui se trouve mise en question par de tels parcours. Deux de ces adolescents vont traîner leur misère et leur formidable pouvoir de nuisance jusqu'à leurs seize ans. Ils vont encore faire peur à des gentils, rendre la vie et le travail impossibles à des enseignants nullement armés pour se prémunir contre toutes les folies de leurs transgressions innombrables. Ils vont encore et surtout entraver la liberté d'apprendre de leurs condisciples et éventuellement en entraîner certains dans leur spirale infernale.

Que faire ? La doctrine à la mode dans nos ministères consiste à fermer les yeux, à feindre d'ignorer le problème. Pourtant, ces enfants ne sont pas quantité négligeable. Ils sont en nombre suffisant pour saper de l'intérieur une partie de l'école républicaine. On peut bien sûr trouver de multiples raisons à leur émergence. On peut montrer du doigt la déliquescence de la famille ou de la société, l'influence désastreuse des modèles sociaux, la perte des repères et des valeurs communes. On peut tout dire et son contraire mais on ne peut plus trouver de réponses pour ces enfants, rejetons naturels d'une civilisation en pleine décadence.

Il appartient à ceux qui prétendent nous gouverner de prendre enfin la dimension de la catastrophe qui ne fait que débuter. Déjà des signaux d'alerte émanent des écoles primaires où jusque-là, les phénomènes d'indiscipline chroniques étaient exceptionnels. Il se trouve même des récits alarmants venant de classes maternelles ou des parents n'ont plus prise sur des enfants de moins de six ans.

On marche sur la tête et il n'y a aucune parole sensée pour prendre la mesure du phénomène. La démagogie ou l'angélisme n'auront, une fois encore, que bien peu de résultat. Il est temps de repenser notre système scolaire, de redonner toute sa place à la discipline et de ne pas avoir peur d'exclure du système ceux qui n'ont d'autres ambitions que de le briser par bêtise, stupidité ou ignorance.

Quand ils auront compris, si jamais ils parviennent à accéder à cette sagesse, ils reviendront d'eux mêmes ! Mais de grâce, cessons d'imposer l'école à des adolescents qui se transforment en véritables terroristes du savoir …

Radicalement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.53/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

42 réactions à cet article    


  • bibou1324 bibou1324 19 décembre 2013 11:00

    L’obligation scolaire, contrairement à ce que son nom semble indiquer, n’a rien à voir avec l’obligation d’aller à l’école, l’école n’étant absolument pas obligatoire en France.



    Si le comportement de quelques élèves sème le trouble, la loi prévoit qu’il est possible de les virer chez eux, de leur envoyer des cours par mail et basta.

    Naturellement, les proviseurs dans le publique doivent rendre des compte à leur hiérarchie, et la loi n’est jamais appliquée, ou qu’exceptionnellement, pour les cas vraiment extrêmes. Comme la plupart des loi, d’ailleurs.

    Le problème, à mon avis, n’est pas la loi actuelle, c’est qu’il y a un décalage entre les directives du ministère de l’éducation (des glandeurs qui n’ont jamais vu un élève de leur vie), et la réalité du terrain.

    • claude-michel claude-michel 19 décembre 2013 11:32

      +++++++++++++++


    • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 12:57

      bibou1324


      Je sais la nuance mais elle demeure de pure forme quand on pense à ces jeunes là
      Les cours par correspondance ont un coût prohébitif et ils sont bien incpables de les suivre 

      Alors que faire ?

      Accpetez leur terrorisme par la terreur ? 
      Ou bien changer les règles et acceptez enfin de prendre des décisions ?

    • claude-michel claude-michel 19 décembre 2013 13:32

      Par C’est Nabum....Vous n’avez pas tort..mais il serait temps que les parents (certains) prennent en main la destinée de leurs enfants non.. ?


    • Jean-Philippe 19 décembre 2013 18:43

      Bonjour,

      Que faire ? Mais pour le mieux, comme toujours ! Vous n’êtes heureusement tenu que d’une obligation de moyens, et pas de résultat !
      Vous n’êtes objectivement pas responsable de la démission parentale subie par ces malheureux jeunes (malheureux dans le sens où j’ai peur que la vie ne leur fournisse guère l’occasion d’être heureux, compte tenu de ce qu’ils sont devenus), et pas davantage responsable des limites matérielles, mais surtout dogmatiques, qui contraignent l’institution pour laquelle vous travaillez !
      Alors, tenez, vous disposez d’un magnifique laboratoire relatif à la dynamique des groupes, laquelle me semblait jusqu’alors bien trop absente de vos analyses. Profitez au moins du spectacle, quand bien même préféreriez-vous pouvoir mener à bien votre mission, malmenée par ces perturbateurs !


    • gaijin gaijin 19 décembre 2013 11:04

      « la barbarie est l’état naturel de l’être humain »
      R.E.Howard


      • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 12:58

        gaijin


        Alors, ils sont terriblement humains ... 

      • gaijin gaijin 19 décembre 2013 19:18

        et terriblement pas civilisés .......


      • Daniel Roux Daniel Roux 19 décembre 2013 11:15

        L’école est à l’image de la société.

        En lisant l’article, j’ai d’abord pensé à un essai parodique sur le gouvernement, celui-ci étant considéré comme une classe avec ses chahuts, ses turlupins, etc..

        Erreur, l’article est sérieux et les problèmes soulevés réels. Nous sommes tous passés par là et avons pu constaté qu’effectivement, un élève peut perturber toute une classe sur de nombreuses années comme d’autres peuvent faire régner la terreur dans la cour de récréation traumatisant un certain nombre d’enfants pour de nombreuses années.

        Avant, les maîtres se faisaient respecter par des punitions corporelles. Ce moyen n’est plus acceptable de nos jours ce qui n’est pas plus mal vu les abus et perversions constatés. Il est néanmoins indispensable que le trublion, s’il persiste dans son attitude néfaste, soit exclu de la classe afin de protéger les enfants.

        Avant la réforme amenant cette idiotie mainte fois dénoncée de collège unique, existait la classe de fin d’étude qui menait à l’apprentissage vers 14 ans.

        Tous ceux qui ont travaillé avec des jeunes savent qu’à 14 ans, ils sont encore capables d’écouter un adulte et donc d’apprendre alors qu’après 16 ans, c’est beaucoup plus difficile, que l’habitude de glander est prise.

        Sachant cela, des mesures correctives sont-elles prises ? Et bien, non.

        Aller savoir pourquoi, le sacro saint dogme imposé par on ne sait qui stipule : Un bon prof sait se faire respecter sans préciser quels moyens sont mis à sa disposition + école obligatoire jusqu’à 16 ans, pourquoi 16 ans et non 14 ? Mystère et boule de cristal.

        Là où le dogme règne, la raison s’absente.


        • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 13:01

          Daniel


          Je dois être un bien mauvais prof, un professeur nullissime sans doute puisqu’une bonne moitié de ma terrible classe va se retrouver en garde à vue.

          Qui sera responsable ? Moi qui n’ai eu de cesse de hurler le désastre à venir et qui sera juger sur les faits ou bien les planqués, les lâches, les importants qui s’indigneront et prendront des mesures trop tard ?

          Vous savez la réponse .... Le lampiste est toujours coupable

        • urigan 19 décembre 2013 16:00

          @ Nabum.

          Mon professeur de psycho-pédagogie a dit un jour au groupe d’élèves-professeurs que nous étions : « Il n’y a pas de mauvais élèves, il n’y a que de mauvais professeurs ! » . Auquel je lui ai demandé :" Sommes-nous, Monsieur, de mauvais élèves ?
          Je suis à la retraite depuis, et j’attends toujours sa réponse.


        • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 16:27

           urigan


          Je dois être un affreux professeur aux yeux de bien des gens bien à l’abri dans leurs bureaux et leurs universités

          Je vais là où les autres ne veulent pas aller et j’attends que les donneurs de leçon prennent ma place

        • urigan 19 décembre 2013 20:05

          Nabum,

          Il n’y a pas de mauvais professeurs, il n’y a que de mauvais inspecteurs, et on peut remonter comme ça jusqu’au ministère.

          Çà mis à part, à coté de mon LP, il y avait une Segpa, et je connais très bien vos problèmes. Bref, je vous admire vous et vos collègues pour le travail que vous faites.
          Vos élèves, sont des enfants abandonnés. Et même s’ils sont « durs », c’est parce qu’ils n’osent pas vous dire  : « Je vous aime »
           smiley


        • urigan 19 décembre 2013 16:34

          "L’obéissance et l’acceptation de l’autorité ...................................................................... .......Vous passez votre temps à décrire les inadéquations et autres dysfonctionnements scolaires, ça n’a pas plus de valeur que si vous décriviez tous les jours votre cuvette de WC."

          Bien que je vous donne raison, j’estime que vous passez votre temps à décrire les inadéquations et autres dysfonctionnements du monde dans lequel nous vivons, et que cela n’a pas plus de valeur que si vous décriviez tous les jours votre cuvette de WC.

          Puisque personne ne peut rien pour ces populations, dites nous plutôt ce qu’il faut en faire. La tentative actuelle est de les envoyer combattre en Syrie, et il me semble bien que ceux qui y reviendront se retourneront invariablement contre ceux qui les y ont envoyés.

          Une autre, pourrait s’appeler H1N8.................Qui saut ?


        • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 16:44

          durae.leges.sed.leges


          Je doute quant à moi de cette corrélation que je qualifierai de purement opérative

          L’école ne sert à par à trouver un travail.
          L’école c’est tout autre chose ...

          Je vous invite à aller lire mon billet L’école ça sert à quoi ?

          Il est cependant certain que dans un société qui irait mieux, l’école ne serait pas aussi malade.

        • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 16:49

          Urigan


          A-t-on la certitude qu’une pandémie épargnerait les sages ! 

        • urigan 19 décembre 2013 19:55

          Nabum ?

          Pensez-vous que l’évolution du virus est fortuite ?


        • Luc le Raz Luc le Raz 19 décembre 2013 16:19

          « ils ont acquis le savoir-faire redoutable de mettre en échec les adultes ! » Je ne vois qu’une seule issue : futurs avocats ou politiciens ! smiley
          J’ai donné des cours d’anglais bénévolement pendant plusieurs années. Je connais ce genre de casse-bonbons et les réactions de l’étage supérieur.
          "Lorsque les pères s’habituent à laisser faire les enfants, Lorsque les fils ne tiennent plus compte de leurs paroles, Lorsque les maîtres tremblent devant leurs élèves et préfèrent les flatter, Lorsque finalement les jeunes méprisent les lois parce qu’ils ne reconnaissent plus, au-dessus d’eux, l’autorité de rien et de personne, alors, c’est là, en toute beauté, et en toute jeunesse, Le début de la tyrannie." (Platon)
          No comment.


          • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 16:46

            Luc le Raz


            Platon donnait son enseignement dans un Gymnase.
            Nous sommes doréavant dsans une salle de combat

            C’est beau le progrès ! 

          • thierry3468 19 décembre 2013 18:42

            Beaucoup de jeunes connaissent les limites du système scolaire et en jouent forcément .La sanction a été dénigrée et l’école se retrouve démunie par des jeunes qui ont compris cette impuissance. Ces jeunes sont le symptôme de cette perte de repères de l’école,de son incapacité à fixer un cadre et de sanctionner ceux qui dépassent les limites .

            Ce n’est pas un hasard que beaucoup de jeunes en recherche de repères veulent intégrer l’armée .Les jeunes ont besoin de repères ,de limites et l’école hésite à en donner.Notre société est devenue permissive et donc favorise le passage à l’acte . Ces jeunes sans repères souffrent de leur exclusion.Finalement ,il serait urgent de revenir sur le fameux slogan de mai 68 :il est interdit d’interdire car au nom de la liberté ,on aboutit à l’anarchie ,à la dictature............


            • C'est Nabum C’est Nabum 19 décembre 2013 20:23

              Thierry


              En rabaisser sur la liberté individuelle en donnant plus de place aux règles collectives

              Vaste programme pas seulement pour les élèves

              Il y a du pain sur la planche

            • France Europe République Morice Bonaparte 19 décembre 2013 21:08

              Le problème est le même dans les « classes banales ». Il suffit d’un ou deux débiles pour saboter une classe, j’en sais quelque chose... on culpabilise l’enseignant qui finit en dépression, le reste de la classe morfle et aucune solution n’est proposée pour les perturbateurs. La hiérarchie met du sable sur ces questions qui dérangent. C’est tout un système qui produit misère sociale et assistanat qui est à revoir...


              • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 06:38

                Morice Bonaparte


                Quand le système administratif n’a d’autre fonction que d’étouffer, de taire, de démentir les problèmes, nous ne pourrons jamais faire exposer la bulle ! 

              • Prudence Gayant Prudence Gayant 19 décembre 2013 22:06

                Quand la moitié de la classe sera sortie de garde à vue que feront-ils ?

                Je suppose qu’étant mineurs les parents sont convoqués.
                Que feront-ils quand ils sortiront ?
                Même planquée derrière mon écran d’ordinateur, vous avez mon soutien. Au cas ou les petits bleus liraient vos articles publiés sur AV et décrivant le désarroi d’un professeur lâché par sa hiérarchie.
                Peut-on écrire que c’est le premier chapitre d’un roman pas banal sur une segpa pas banale ?

                • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 06:40

                  Prudence


                  Ceci n’est qu’une hupothèse mais il y a de fortes chances ...

                  Nous verrons bien
                  Il y a d’autres chapitres à venir

                • tf1Groupie 20 décembre 2013 00:05

                  Donc maintenant vous êtes pour l’exclusion ?

                  Surprenante évolution !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 06:41

                     tf1Groupie


                    Vous avez du fréquenter le fond de la classe

                    L’exclusion c’est transporter le même problème dans un autre établissement.
                    Je suis pour des solutions en dehors de l’école pendant un temps 

                  • MdeP MdeP 20 décembre 2013 01:53

                    D’accord avec vous C’est Nabum. Il faut revenir à ce qui marche. Ne plus automatiser le passage en 6ème à 11/12 ans. Remettre en place les classes de CEP (certificat d’études primaires) pour approfondir chez ces élèves les bases de connaissances strictement nécessaires. Ce qui serait déjà bien jusqu’à 14 ans. 

                    J’ai déjà témoigné sur un autre forum d’un jeune de 19 ans de ma famille, décrocheur depuis 5 ans, qui ne sait pas compter. Et lire et écrire avec un niveau de CE2. J’ai essayé de l’aider mais à perte (il aurait gardé les brouillons de comment faire une addition et une soustraction, c’est tout). On ne peut pas sauver les « gens » malgré eux, en plus s’ils vous rient au nez comme ça m’est arrivé... C’est effarant.
                    Pour les enfants de maternelle extrêmement turbulents pour ne pas dire « caractériels », il existe, tout simplement, des établissements spécialisés pour les accueillir. 

                    • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 06:44

                      MdeP


                      Les établissement sspécialisés sont asphyxiés et trop peu nombreux Notre société fabrique des décrocheurs pour de multiples raisons et la politique absurde du collège unique est un pousse au crime scolaire.

                      Il faut tout repenser de l’école à la société

                    • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 08:04

                      Pour tous mes amis lecteurs


                      Un cadeau ici : 

                      <iframe width="420" height="315" src="//www.youtube.com/embed/F4XzgIzwl6Y" frameborder="0" allowfullscreen></iframe>


                      • MdeP MdeP 20 décembre 2013 14:07

                        Merci pour la vidéo live La venelle à 4 sous de La Bou Sol : bonne chanson dans la tradition française avec de belles paroles et une belle musique. Et le montage est vraiment superbe. Félicitations.



                      • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 17:34

                         MdeP 


                        C’est moi qui vous remercie d’avoir pris un peu de votre temps pour cette modeste production, indigne des diffuseurs et des maisons de disque.

                        Pourtant ...

                      • MdeP MdeP 20 décembre 2013 19:26

                        Quatre musiciens professionnels dans la famille et tous mes amis sont musiciens.




                      • Prudence Gayant Prudence Gayant 20 décembre 2013 21:06

                        Qu’y a t-il dans cette vidéo que vos « amies-lectrices » ne sont pas conviées à regarder ?


                      • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 21:48

                        Prudence


                        Pardon Mes amies lectrices également


                      • C'est Nabum C’est Nabum 20 décembre 2013 20:38

                         MdeP 


                        Merci 

                        J’espère que j’aurai l’occasion de les rencontrer 

                        • passtavie passtavie 24 décembre 2013 00:34

                          Il y a quelques temps j’ai visionné ceci :

                          http://www.youtube.com/watch?v=gjnLPoupL5c

                          Le problème dans cette éducation c’est qu’on veut amener tous les élèves au même rythme, avec les mêmes méthodes et au même niveau. Ensuite l’administration n’appuie pas nécessairement l’enseignant, d’où une perte d’autorité. On est aussi dans une industrie de l’éducation, les établissements sont parfois trop gros, inhumains. Je ne crois pas que sortir un élève du système soit la solution. En revanche faire des classes avec une concentration d’élèves en difficultés n’est pas non plus la panacée. Même à effectif réduit. Les Segpa (des fauves :->) : avant d’avoir besoin d’un enseignement, il leur faut une éducation.
                          La première fois que j’ai lu Confucius, j’ai trouvé absurde et démesuré son attachement aux rituels. Et puis, de fil en aiguille mes raisonnements m’ont conduit à reconsidérer les choses.
                          Je crois que « les rituels » peuvent aider à une mise en condition pour apprendre.

                          L’humilité de l’ignorant face à celui qui a la connaissance:un retour aux sources du savoir.

                          Je suis convaincu que liberté rime avec connaissance, autonomie et responsabilité. On ne peut être autonome si on ne sait pas faire autorité sur soi-même. Et ça, on l’apprend j’en suis convaincu, à travers le respect de l’autorité quand on est jeune. Après, à l’âge adulte, nous devrions plus avoir besoin d’autorité (puisque autonome).


                          • C'est Nabum C’est Nabum 24 décembre 2013 07:12

                            Passtavie


                            Je suis heureux de voir évoquer les rituels.

                            Comment croire que l’école a encore une chance de fédérer tous les élèves quand le jour de la rentrée est dilué, surtout quand il n’y a plus de repère identifiable pour la fin de l’année. C’est à cette période d’ailleurs que les élèves apprennent la vacuité de notre système. Tout traîne en longueur et en langueur, on s’ennuie, on ne fait plus rien, les effectifs fondent de jour en jour ...

                            L’école perd alors sa dimension symbolique.

                            Ce n’est qu’un exemple mais pour moi, il est fondamental dans la dégradation croissante du lien à l’école

                          • passtavie passtavie 24 décembre 2013 08:53

                            Je pratique l’aïkido, et quand j’ai commencé j’ai bien vu l’effet positif sur ma concentration qu’avait la petite « cérémonie » d’entré. On entre dans le dojo, avant de monter le tatami on salue le portrait du fondateur, puis quand le maître l’indique on se met en seisa (position agenouillé, le dos droit...) et on fait silence, ensuite on salue de nouveau le portrait puis le maître, et le cours peut commencer. A la fin même rituel et on remercie l’enseignant.
                            D’une le fait de se mettre dans une posture de détente et de vider son esprit aide à entrer dans le cours plus facilement par la suite.
                            De deux je trouve normal de remercier l’enseignant pour le savoir qu’il nous a transmit et pour la patience qu’il a eu vis vis de nous.

                            Le bonjour, quand on entre dans une pièce, est un rituel aussi. Certains enseignants demandent aux élèves d’être rangés deux à deux devant la classe, de faire silence et ensuite d’entrer( toujours dans le silence) : ce n’est pas un mal.
                            Le problème aussi est qu’aujourd’hui on discrédite tellement l’enseignant qu’on en est revenu à faire du clientélisme, non pas sur du savoir, mais sur une note. L’élève à la place d’être humble face à celui qui détient le savoir, s’oppose à lui d’égal à égal. Normal, on lui explique à longueur de temps que les profs sont des traines savates, bien payés, qui bossent peu et qui veulent toujours plus. On passe notre temps à dire que l’école publique est inefficace (mais n’est t-elle pas organisée cette inefficacité, pour privatiser au nom de la néo-colonisation de nos esprit) et que c’est à cause du statut des profs. Que s’ils avaient un statut comme le privé, ça serait différent. Pour avoir vu les deux système, hormis les écoles privées d’élite, je pense que les autres ne valent pas mieux que le public. Sans compter le risque de propagande « industrielle » inclut dans ces écoles pour financer celles-ci.


                            • C'est Nabum C’est Nabum 24 décembre 2013 09:00

                              Passtavie


                              Je pense en effet que nous sommes d’accord sur bien des points

                              Il est urgent de rétablir des codes sociaux dans nos classes, des règles intangibles pour les établissement.
                              Ainsi le retard ne devrait plus etre toléré. Il y a des heures pour entrer en classe avec tous les autres, ensuite, on attend dehors ...

                              Il faut rétablir une dimension sacrée dans l’acte d’apprendre et les iincoryants, restent à la porte

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès