Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Camp de travail à Poitiers

Camp de travail à Poitiers

Poitiers, au mois d’Août 2011.

Il fait chaud. La moitié seulement de la France est en vacances et les chômeurs se rendent tout de même dans les locaux de Pôle Emploi pour répondre aux convocations.

En se dirigeant vers la porte d’entrée de cette agence située à Saint Benoit, rue de la goélette, à deux pas de la salle des fêtes, les demandeurs d’emploi sont accueillis par une abjection, une inscription traçée à la bombe, taguée en pleine nuit.

Le travail rend libre « Arbeit Macht Frei ».

Banalisation de l’horreur

La faculté d’endurcissement de nos contemporains n’a pas de limites.

Preuve s’il en est que ce pays peut absorber n’importe quelle vomissure avec la meilleure conscience.

Dans quel dessein ? Quel sens attribuer à cette horreur ?

Pôle Emploi serait-il considéré comme un camp de travail dans lequel chacun serait obligé de travailler ?

Le travail rend libre, cette devise du NSAPD a fait son apparition dans les années 20. Elle est, à l’origine, le titre d’un roman de l’auteur nationaliste allemand Lorenz Diefenbach paru en 1872.

Ce slogan fut repris dans les années 1930 par le Parti national-socialiste ouvrier allemand (Nationalsozialistische deutsche Arbeiterpartei) qui l’a adopté comme un refrain.

C'est le général SS Theodor Eicke qui ordonna l'apposition de la phrase à l'entrée des camps de concentration et des camps d'extermination.

Les agents (et agentes) de Pôle Emploi passent devant tous les matins et tous les soirs. L’une d’elles est interrogée gentiment par un passant qui lui montre l’inscription et lui fait part de ses interrogations.

Elle répond tout aussi gentiment qu’elle ne comprend pas l’allemand et qu’elle ne sait donc pas ce qu’il y a écrit sur le mur.

Le passant, surpris, se tourne vers sa compagne et dit « Moi non plus, je ne connais pas l’allemand, mais là, tout de même… ».

Aux dernières nouvelles, l’inscription se trouve toujours sur le mur de cette petite construction.

Les « tags » se multiplient en ville, sur les murs des particuliers et même des voitures et l'agglomération de Poitiers mobilise ses équipes pour les effacer.

Celles-ci sont surchargées… Peut-être à la rentrée, quand les effectifs seront à nouveau au complet.

Photo datée du 22 Août 2011, inscription toujours visible le 4 septembre


Moyenne des avis sur cet article :  1.92/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


    • Talion Talion 10 septembre 2011 11:29

      Belle inspiration du tagueur en tout cas... C’est peut-être très con, mais c’est bien imaginé !


      Je dois avouer que ça m’a fait rire !  smiley 

      • Talion Talion 10 septembre 2011 11:32

        En fait, c’est pas « peut-être »... C’EST super con !... Mais au moins c’est super percutant...  smiley 


      • Talion Talion 10 septembre 2011 11:34

        Il faut croire en tout cas que l’auteur de cette oeuvre avait un compte personnel à régler avec pôle emploi...


        Un radié récent peut-être...

      • LeLionDeJudas LeLionDeJudas 10 septembre 2011 18:03

        C’est pas si con lorsqu’on voit à quel point le travail est aliéné au capital, à quel point les pouvoir essaient de nous rendre ce travail désirable comme condition de l’accès à la consommation, ce matérialisme nihiliste qui nous enchaine plus qu’il ne nous libère.

        Le salariat n’est que la version moderne de l’esclavage, il est si subtil qu’il réussit à obtenir le consentement de l’esclave qui va même jusqu’à payer sa propre chaine, plus encore, fier de sa condition, il va montrer sa chaine comme preuve de sa réussite.

        Oui, Arbeit Macht Frei c’est dur, une phrase d’un cynisme inique sur le fronton des camps mais qui ne manque pas d’une certaine ironie sur un mur du Pôle Emploi.


      • Gabriel Gabriel 10 septembre 2011 12:17

        N’est ce pas la devise de notre gouvernement actuel ?


        • Kalki Kalki 10 septembre 2011 13:12

          travailler plus pour travailler plus,

          ta vie est fait pour ne pas durer

          vous n’irez pas jusqu’à la retraite

          et il faut tout brader

          C’est ca les motto du néolibéralisme et de la droite ?

          oh fait Plus personne ne travaille.Vous non plus


        • foufouille foufouille 10 septembre 2011 13:14

          vu le prix de l’heure de certains boulots en allemagne ..........


          • sparte sparte 10 septembre 2011 14:43

            L’horreur c’est pas le POLE EMPLOI

            L’horreur c’est les fins de droits ...

            Quant à « arbeit macht frei » on peut préférer  :

             « LA VERITE VOUS REND LIBRE » ( Jésus Christ )
             


            • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 10 septembre 2011 14:56

              L’auteur est bien sensible. Vous en verrez d’autres des horreurs smiley smiley


              • 65beve 10 septembre 2011 16:55

                Bonjour vous autres.

                Et à Poitiers, il ne se trouve personne pour effacer (recouvrir) cette abjection ?

                ça serait près de chez moi, je vous assure que j’aurais fait le nécessaire.

                cdlt


                • LE CHAT LE CHAT 10 septembre 2011 16:59

                  c’est un pour court comme article , Paul Villach , lui , en aurait écrit dix fois plus , avec des leurres d’appel à la pelle , des intericonicités de folie avec le 3eme reich  smiley

                  mais pas pire que ça  !


                  • Qaspard Delanuit Gaspard Delanuit 10 septembre 2011 21:23

                    La devise du gouvernement actuel est « le travail rend riche », ce qui est aussi mensonger. Voler, tromper, mentir, faire bosser les autres rend riche. Quand au Pôle Machin, tout le monde sait bien que c’est juste une agence de flicage et de culpabilisation pour que les pauvres ne puissent pas s’organiser entre eux contre leurs oppresseurs. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Paul Lémand


Voir ses articles







Palmarès