Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Cantonales : étonnante maturité des Français

Cantonales : étonnante maturité des Français

L'abstention aux élections cantonales rappelle la désaffection des Français pour leur géographie administrative, et singulièrement pour les départements. Elle exprime un besoin de renouveau institutionnel. Le succès relatif du Front National nous permet de poser dès 2011 les termes du débat de 2012, spécialement à droite.

Dans la masse des commentaires très pessimistes sur les résultats des cantonales, je me permets d'instiller une petite touche d'optimisme. A la lecture des résultats, je trouve en effet que nous avons un certain nombre de raisons de nous réjouir des résultats finaux, qui manifestent somme toute une grande maturité des Français. Si tant est que nous dépassions les aspects purement partisans du scrutin.

Les Français ne se déplacent pas pour des élections inutiles

L'abstention aux élections est analysée comme un symptôme de maladie pour notre démocratie. L'excellent tableau :http://www.france-politique.fr/participation-abstention.htm permet de mettre les chiffres de l'abstention dans leur juste perspective. Certes, l'abstention à battu un record historique aux cantonales, avec un taux d'environ 55%. Il était d'à peine 45% en 2008 pour le même scrutin. Mais... il n'est guère plus élevé qu'au premier tour des régionales de l'an dernier. Et il reste inférieur aux élections européennes de 2004 et 2009.

Faut-il s'inquiéter de l'abstention aux cantonales ? Depuis plusieurs années, l'existence des départements et des conseils généraux est fortement en suspens en France. Notre mille-feuilles administratif est une source d'embrouillamini pour les citoyens, surtout dans la dynamique intercommunale qui modifie les grands équilibres locaux. Entre la commune, la communauté de communes, le département, la région, le pays, qui retrouve ses petits ? Comment s'étonner de la faible mobilisation citoyenne pour des échéances auxquelles personne ne comprend rien ?

Ces points ne sont une surprise pour personne, puisqu'ils constituent l'essentiel de la loi du 16 décembre 2010. Celle-ci, en créant les conseillers territoriaux, a transformé nos cantonales en collector, où il est bien hypocrite de s'étonner que les citoyens ne se soient pas déplacés. La vraie question est de savoir pour quoi la loi n'a pas supprimé les cantons.

Si l'on revient aux sources de notre géographie administrative, on comprend le caractère totalement désuet du canton, entité inventée par la révolution, en 1790, dans une France essentiellement rurale. La France d'aujourd'hui est essentiellement urbaine, et ses cantons appartiennent au folklore. La meilleure chose qui nous reste à faire est de les supprimer, pour passer au scrutin de liste proportionnelle dans les départements.

Sur le fond, le maintien de départements comme entités distinctes des régions est extrêmement contestable. A quoi servent-ils ? Souvenons-nous des préconisations du rapport Mauroy, en 2000 : http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/004001812/0000.pdf. Il n'aura fallu que 11 ans pour envisager de les mettre timidement en oeuvre, notamment en prévoyant la possibilité de fusionner, sur une base de volontariat, le département et la région (articles 26 à 29 de la loi du 16 décembre 2010).

En réalité, il y a trop d'instances de représentations en France, qui sont devenues trop dispersées, avec trop peu de pouvoirs. Nous sentons tous que ce manque de lisibilité sur le territoire, cette dilution des responsabilités, sont des freins à la modernisation du pays. Ils jouent un rôle d'amortisseurs d'alternance pour les partis de gouvernement. Quand l'un perd les législatives, il garde les territoires, et inversement. Mais gouverne-t-on un pays pour préserver ses élus ou pour promouvoir l'intérêt général ?

En s'abstenant massivement, les Français ont clairement répondu à cette question. Et exprimer leur volonté de voir le cadre institutionnel de notre Vè République entamer un processus de transformation bien plus radical.

Les résultats du Front National posent clairement le débat pour 2012

Fait amusant, pour ceux qui aiment l'humour noir en chemises brunes, les rares électeurs qui se sont déplacés au second tour ont infligé un cinglant camouflet aux apôtres du Front Républicain. Le FN est en effet passé de 600.000 voix au premier tour à 900.000 voix au second.

Rappelons cependant que Jean-Marie Le Pen avait recueilli près de 4 millions de voix en 2007, plus de 5,5 millions au second tour de 2002. Aux législatives de 2007, les candidats FN avaient engrangé 1,1 million de voix. Je ne cite pas ces chiffres pour minimiser la menace nationaliste en France. Simplement, il faut la placer dans ses justes proportions.

Paradoxalement, l'immense avantage de cette percée du Front National est de mettre chacun devant ses responsabilités avant l'échéance de 2012. Cet exercice est vertueux, car il permet de savoir d'ores et déjà, ce qui se passera entre les deux tours si Marine Le Pen obtient un bon score l'an prochain. Les querelles de l'UMP ont un air de répétition générale. On voit clairement la tentation qui s'insinue de passer des alliances tactiques avec le FN pour garder le pouvoir.

De ce point de vue, ce qui se passe en ce moment est un bon test élyséen pour voir comment l'opinion publique réagit à la banalisation du FN. Manifestement, la ligne qui se dessine à droite est de briser le front républicain et de durcir le discours pour mordre sur l'électorat lepéniste.

La seule conclusion qu'on peut en tirer aujourd'hui est plutôt simple : la crise de 2008 n'a pas tardé à radicaliser le discours politique dans notre pays. Après des décennies de relative sérénité, nous entrons dans le dur du projet républicain. L'heure vient de se mobiliser.


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 29 mars 2011 12:55

    Oui on peut supprimer les cantons et le poste de conseiller général , dont le plus gros du job consiste à distribuer avantages et privilèges dans une logique clientéliste , tel un baron ou un vicomte d’autrefois , et c’est pour cela qu’on fait un front républicain , ça en est risible !


    • Tristan Valmour 29 mars 2011 14:41

      Vincent Quivy, journaliste et historien, auteur de « Chers élus, ce qu’ils gagnent vraiment », a enquêté sur les hommes politiques. Selon lui, ils sont 500 000. Les élus locaux, donc une fraction des élus seulement, se partagent vraisemblablement (parce qu’il est impossible de savoir combien, vu l’opacité des rémunérations) 1.5 milliards d’euros d’indemnités. Sans compter les coûts induits par leurs « activités » : frais de réception, communication, collaborateurs, etc. Des milliards d’euros dépensés pour du baratin.

      La France, record mondial du nombre d’élus par habitant. Record mondial !

      Sur 500 000 élus, combien sont nécessaires ? Des gens qui ne travaillent pas et se permettent de dire aux autres comment travailler !!! Des gens qui vivent du travail d’autrui et souvent en redistribuent le fruit à leurs proches et faussent ainsi la libre concurrence. Des gens qui, lorsqu’ils sont ministres, pillent le mobilier national comme de vulgaires délinquants. Des gens qui, lorsqu’ils sont députés (je t’ai vu jacquot le socialo) prennent des magazines dans les kiosques à journaux et s’étonnent lorsque le commerçant leur réclame le paiement du journal. Comment des gens qui sont habitués à ne rien payer peuvent concevoir la valeur de l’argent ? Comment des gens qui sont habitués à vivre du mensonge peuvent concevoir la vérité ? Comment des gens qui n’ont fait que de la politique peuvent concevoir le travail ?

      Il faut réduire considérablement le nombre d’élus, interdire le cumul des mandats, interdire le cumul des indemnités avec d’autres rémunérations, plafonner les indemnités, interdire de se représenter à un mandat gagné, obliger les hommes politiques à exercer une activité civile entre 2 mandats, rendre les mandats impératifs, prévoir des sanctions dissuasives (confiscation du patrimoine et emprisonnement) pour les élus convaincus de corruption et malversation, abolir toute immunité, et bien d’autres choses encore.

      Bien entendu, il y a des élus honnêtes et efficaces (Dupont-Aignan, Patrick Roy, Lionel Tardy…), et je les loue autant que je peux vomir les malfaisants. Mais les malfaisants, ça ne passe pas. L’Ancien Régime est révolu, les gens sont instruits et éduqués.

      Deux citations de Platon pour terminer : “La plupart des hommes au pouvoir deviennent des méchants” / « L’un des préjudices d’avoir refusé de prendre part à la vie politique est que vous finissez par être gouverné par vos subordonnés. »


      • Emmanuel Aguéra LeManu 4 avril 2011 02:21

        La France, record mondial du nombre d’élus par habitant. Record mondial !

        En effet nombreux sont les pays où les pouvoirs sont « dispensés » à discrétion.
        Ça s’appelle le fait du Prince et devrait n’avoir plus cours en France depuis la Révolution...
        Sur qu’en Birmanie, par exemple, y’a moins de paperasse et d’incompétence électorale.


      • YVAN BACHAUD 29 mars 2011 17:55

        55% d’abstention PLUS 7% de blanc et nul cela 62% de gens qui n’ont pas exprimer de vote.
        C’est encourageant pour la démùocratie !

         Quand on ne peut pas CHOISIR SES REPRÉSENTANTS par le vote préférentiel et que l’on ne pourra plus reprendre la parole ne disposant pas du référendum d’initiative citoyenne l’abstention est la bonne solution.

        Ce sera plus dûr a tenir aux presidentielles..


          • Louise Louise 29 mars 2011 18:54

            « Si l’on revient aux sources de notre géographie administrative, on comprend le caractère totalement désuet du canton, entité inventée par la révolution, en 1790, dans une France essentiellement rurale. La France d’aujourd’hui est essentiellement urbaine, et ses cantons appartiennent au folklore. La meilleure chose qui nous reste à faire est de les supprimer, pour passer au scrutin de liste proportionnelle dans les départements. »

            A l’auteur.

            - Supprimer les cantons n’est pas vraiment une bonne idée. Cela ne ferait que centraliser encore plus l’administration. Les conseillers généraux, enfin ceux pour qui il ne s’agit pas de se pousser dans la vie politique, mais de faire avancer des projets concrets au service des habitants, sont quand même les mieux placés pour connaître les besoins de la population.

            Peut-être qu’en ville, les gens ne connaissent pas leurs élus, mais dans les cantons ruraux (que vous enterrez bien vite) le CG est connu et on peut s’adresser à lui. Sauf, bien sûr quand ce sont des personnes plus ou moins parachutées.

            Je ne pense pas que l’abstention soit un signe de maturité. Si la moitié des abstentionnistes s’étaient déplacés pour voter NUL, cela pourrait avoir un sens. Je sais bien que les votes nuls ne sont pas comptabilisés. Mais s’ils représentaient plus de 50% des votes, je suis sûre que ça créerait un choc, peut-être pas salutaire...Mais ça ne passerait pas inaperçu !


            • JacquesLaMauragne JacquesLaMauragne 29 mars 2011 23:10

              Suis totalement d’accord avec vous, Louise.

              Bien cordialement,

              jf.


            • Eric Verhaeghe Eric Verhaeghe 30 mars 2011 10:47

              Dans la pratique, la loi du 16 décembre 2010 règle une partie du problème, puisque le conseiller territorial sera présent dans les deux instances : CR et CG. Reste à savoir si, au nom d’une proximité à mon avis très relative et variable selon les endroits, on doit continuer à attacher le conseiller territorial à une circonscription, ou bien si l’occasion ne fait pas le larron d’une élection à la proportionnelle sur scrutin de liste au niveau local.

              Dans tous les cas... il y a trop d’échelons locaux en France. Cela n’est pas raisonnable. Et cela donne trop de poids aux campagnes par rapport aux villes. L’essentiel des problèmes français aujourd’hui se concentrent dans les grands oubliés de la géographie administrative : les banlieues.

            • Alain-Goethe 29 mars 2011 20:05

              Bon article !

              la conclusion de l’auteur est  :

              «  » La seule conclusion qu’on peut en tirer aujourd’hui est plutôt simple : la crise de 2008 n’a pas tardé à radicaliser le discours politique dans notre pays. Après des décennies de relative sérénité, nous entrons dans le dur du projet républicain. L’heure vient de se mobiliser. «  »

              Conclusion assez bonne ..

              Mais le nombre de décennies de sérénité a été limité ( Mais c’est normal la vie est une lutte )

              Et la devise  : «  chacun pour soi est - hélas - assez répandue

              Les politichiens cumulards ont bien de la chance que :

              Des bénévoles essaient, au sein d’associations, d’aider des gens qui sont dans la panade

              plus que jamais cette  » société française " est bloquée .. Hélas ..

              On n’a que ce qu’on mérite
              Enfin espoir fait vivre dit on  ??

              Quand les Agences de notation vont elles abaisser notre note .. qu’on se marre un peu


              • Kalevala 29 mars 2011 20:58

                Ce qui c’est passez aux cantonales ne permet pas d’avoir un regard enthousiasment, car il y a un courant qui milite pour l’abstention pure est simple de tous les élections. et par ailleur il y a un mouveau mouvement politique (l’Union Populaire Républicaine (UPR) rassemble des Français, de droite et de gauche ) dont les médias s’entendent à ignorer car il est à antithèse des accord tacite des parties politiques sur l’Europe. Il y a craindre que si se mouvement de l’abstention deviens ce vote de protestation, il est à craindre que des mouvements innovants en politique puise émerger dans les élections présidentiels de 2012 et que nous allons nous retrouves une fois de plus devant blanc bonnet, bonnet blanc, devant la même impasse que 2007.  


                • Axel de Saint Mauxe Axel de Saint Mauxe 29 mars 2011 21:18

                  Discours d’énarque se passant de commentaires.


                  • abcde11 29 mars 2011 22:58

                    je ne vote plus depuis 1995, car tous ces hommes politiques se moquent du monde ! supprimons l’ENA, le senat, limitons les mandats à 2 elections, après ces gens restent chez eux. c’est devenu un métier. en plus ayant passé 15 ans dans l’entourage de ces gens à titre professionnel, j’ai tellement vu des élus qui nous réclamaient de l’argent pour nous passer des commandes, ( et pas des petites sommes !). et ne parlons pas de la compétence de ces élus, c’est une honte ! ils racontent n’importe quoi et chaque fois que j’en rencontre un, je ne lui laisse pas développer ses anneries et j’interviens chaque fois pour rétablir la vérité des choses. c’est dire si je suis bien vu dans ce milieu !!!! faisons comme les tunisiens et les !egyptiens, mettons les tous dehors. le vote FN est un RAZ LE BOL des ces élus qui osent encore nous parler de démocratie !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès