Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Cas de conscience ?

Cas de conscience ?

A l’occasion du Premier Mai s’organise un petit peu partout en France des manifestations Anti-Sarkozy, comme ce fût le cas en 2002 avec Monsieur Le Pen. cependant, il n’aura échapé à personne que Monsieur Sarkozy est arrivé en tête du premier tour et demeure le mieux placé pour le second. dès lors, avec les risques que cela comporte, manifester contre lui est-il un dénie de démocratie ou un sursaut de bon sens populaire ?

Comme tout citoyen devrait le faire, j’ai suivi cette campagne électoral. On me range souvent par mis les gens que cette campagne a passionné, pour le simple fait que j’ai suivi les émissions qui en parlait. On ne se demande pas si, qu’elle que soit la forme qu’ai pu prendre les choses, j’aurais été, de toute façon, spectateur ? le citoyen se doit de voir comment on s’adresse à lui, ce qu’on lui dit, et il ne le fait pas autrement qu’en rentrant, sous forme de chiffre, dans un ensemble de spectateurs auquel on a ajouté, cette fois-ci, l’attribut " passionné ".

comme tout citoyen pourrait le faire, j’ai suivi ces débats, sans passion particulière dans un premier temps. J’ai écouté ce que chacun avait à dire, d’accord parfois, perturbé d’autre fois. J’ai pu entendre les propos faisant écho à des candidatures dont l’histoire apporte la preuve qu’elles étaient assassines. On se passerais certainement des leçons de l’histoire si de telles choses n’étaient pas arrivées. Si l’égalité du temps de parole a fait que chacun à le même temps pour se défendre des choses dont on l’accuse, elle fait aussi en sorte que toutes idées prennent également la place. Tout et son contraire. A qui s’y retrouvera le mieux, mais pas sur qu’il ai raison.....

comme tout citoyen, mes oreilles ont tiqué en entendant les propos eugénistes de Monsieur Sarkozy. Mais également lorsqu’il c’est adressé, en ministre de l’intérieur, à tous ceux qui auront pu se reconnaître sous la bannière " racaille ". les exemples de " dérapages incontrôlés " ne manque pas et ils tendent à inspirer une crainte bien palpable.

Cependant, Monsieur Sarkozy n’est pas en marge. Si l’on peut y faire confiance, les résultats le place en première place du premier tours des élections. A ces cotés, des artistes, des UDF, Simone Weil, Borloo, les têtes les plus célèbres du Gaullisme républicain ancestral. j’en viens, en bon citoyen que je suis, a franchement douté de mes capacités critique. Si ce candidat est à la hauteur des craintes qu’il inspire, pourquoi est-il à la tête du parti le plus fort de France ? l’opinion publique se tromperait elle véritablement sur la personne de Sarkozy ? ou bien tout ces gens, opportunistes, ont bien senti l’intérêt qu’ils avaient à suivre l’homme le plus actif de France  ? Autant de question qui reste sans réponse. Un vide dans lequel le citoyen que je suis est tout entier aspiré. Personnage au caractère un peu trop vif à qui l’on fait parfois un procès d’intention ? véritable fantôme des histoires dont on se souvient pour.... Ne jamais recommencer ?

Pour le premier Mai s’organise un petit peu partout en France des manifestations anti-Sarkozy, et le citoyen de base ne sait pas ce qu’il doit faire. Faut-il manifester contre Sarkozy, comme cela c’est fait en 2002, lorsque Jean-Marie Le Pen était au deuxième tour ? Dans l’hypothèse la plus évidente, tout laisse à penser que l’action serait légitime. Mais que faire des Cinquante et quelques pour cent de voix dont les sondages le crédites à l’heure actuelle ? Une telle manifestation, rempli des symboles qu’on imagine, est une véritable déclaration de guerre entre une France scindée en deux. on imagine le climat qu’une telle situation peut installer.

Voici donc un cas de conscience :

Faut -il manifester contre Sarkozy le premier Mai, parce que cet homme est un véritable danger pour la démocratie ? Peut-on refuser à ce point le jeu de la démocratie qui a fait de cet homme, malgré ses propos, le représentant de la droite de gouvernement ? on imagine bien qu’un tel acharnement pourrait d’avantage servir sa cause ; on ne peu prévoir la porté des symboles qu’on agite. On imagine bien les risques qu’il y a en traitant en dictateur le candidat majoritaire. On imagine bien que si l’on ne fait rien et qu’il est bien ce qu’il paraît, on se reprochera un jour de n’avoir pas tout fait pour l’empêcher de s’emparer du pouvoir. Le plus grand danger que cet homme inspire n’est pas d’ordre personnel : C’est avant tout parce qu’il divise les français, comme l’affaire Dreyfus, qu’il représente un véritable danger.

Alors dans ce climat, je vous le demande, faut-il oui ou non allé manifester contre Monsieur Sarkozy le premier Mai ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • LE CHAT LE CHAT 2 mai 2007 11:07

    il faut acheter la delorean , attendre l’orage , rouler à 88 miles pour aller manifester hier contre Sarko .Cet article arrive un peu tard smiley


    • Bill Bill 2 mai 2007 11:13

      Nicolas Sarkozy a de grandes chances d’être élu, et s’il fait bien ce qu’il dit, il va y avoir un sacré bras de fer avec les syndicats de fonctionnaire ! Dans de nombreux pays, les fonctionnaires n’ont pas le droit de grêve, et le service public dans les transport est continu. Il est de fait anormal qu’une petite minorité puisse prendre tout le monde en otage, pour un oui ou un non.

      Il s’agissait donc de se montrer en force pour dire qu’ils ne céderont rien pour tous les syndicats présents...

      Personnellement je me suis occupé de ma petite famille le 1er mai...

      Bill


      • ExSam 2 mai 2007 12:12

        Bill

        Tes remarques sont évidemment fausses. Elles concernent, et encore, une toute petite minorité de HAUTS fonctionnaires, qui ont autant à voir avec le fonctionnaire lambda, que Sarkozy avec un conseiller municipal.

        Fallacieux de ce point de vue, tes propos sont inexacts d’un autre.

        La vraie minorité, c’est celle de Sarkozy, celle qui l’entoure, le nourrit, le protège.

        Celle qui se gave, la voilà « la base » de Sarkozy. Elle est composée de millionnaires et millardaires en euros, qu’il fréqente toujours, qui représentent son milieu ordinaire de fils de prince, et qu’il aime, comme F. Pinault le parrain de son fils, ou Arnauld Lagardère, un ami, et tant d’autres...

        Vous vouliez la rupture et vous vous apprétez à voter pour un millonnaire en euros qui ne songe qu’à enrichir les super-riches, et faire voter un autre TCE, SANS REFERENDUM, pour obtenir la base légale de cette politique européenne au service des riches.

        Je ne crois pas que ce type aille dans le sens citoyen, ni satisfasse une quelconque justice sociale élémentaire. Vraiment pas du tout.


      • Bill Bill 2 mai 2007 12:49

        « Elles concernent, et encore, une toute petite minorité de HAUTS fonctionnaires, qui ont autant à voir avec le fonctionnaire lambda, que Sarkozy avec un conseiller municipal. »

        Les syndicats ne représentent pas plus de 5% de la population parait-il. Quand je parle de la majorité, ce n’est pas des syndicats ou des grands patrons, il faut être un peu tordu (ou pervers)pour croire ça... mais des gens qui se lèvent et vont bosser, parce qu’ils doivent se nourrir, se loger, et nourrir et loger toute leur famille en plus des fonctionnaires et autres personnes en assistance.

        Bill


      • vachefolle vachefolle 2 mai 2007 17:17

        Alors finalement la France est un tres beau pays, avec 31% de milliardaires.... Vite on la prend ou la carte UMP ?


      • yoda yoda 2 mai 2007 11:54

        Il faut s’attendre en effet a une guerre civile. L’anti-france des fraudeurs contre la france qui se leve tot. smiley

        Une bonne dizaines au moins de fotes d’ortographes. Felissitations smiley


        • ExSam 2 mai 2007 12:00

          L’auteur étonne. Candeur ou manip ?

          Indépendamment du fait que le 1er mai est passé, et que la rue lui a répondu en masse, avec ses pieds, il faut dire à notre ami de Sirius que le « vide dans lequel le citoyen que je suis est tout entier aspiré. », ce vide n’est que la parole et la chorégraphie des meetings du candidat qui lui pose problème.

          Il n’y a rien à élucider. Le type est très clair, justement parce qu’il balance de l’encre partout, pour cacher ses turpitudes.

          C’est un ultra-libéral, qui veut accroitre le pouvoir et la fortune de « sa base », c’est-à-dire des gens qu’il fréquente, qu’il connaît, qu’il aime, comme Pinault, le parrain de son fils, ou Lagardère, un ami.

          C’est simple. Comme est simple sa méthode. Casser l’opposition. Reprimer les voix, les populations, les organes de la presse.

          Ca passe par cet impressionnant arsenal législatif au service d’une repression systématique, généralisée, compulsive, qui fait écho a ces régimes de colonels de triste mémoire, sur le territoire sud-américain. Parenthèse : ils n’arrivèrent au pouvoir que grâce à la complicité chaleureuse de leurs amis US, qui voyait en eux un bulldozer pour aplanir la route des financiers.

          Notre version préliminaire s’appelle Perben II. Elle organise un flicage quasi-total, entérine la toute-puissance de la police, en rabaissant celle des juges - contre-pouvoir aussi - et en mettant sous pression légale les avocats, au point d’en coller un ou deux en taule, histoire de bien montrer le fond de l’affaire.

          Fond de l’affaire lumineux. Sarkozy ne discute pas, il impose. Si t’es pas d’accord tu plies, ou tu te casses. « Si vous n’aimez pas la France.. »

          Et, pour bien cadrer totalement le bonhomme, il faut ajouter qu’il s’assied sur ces lois qu’il voulues, soutenues et mises en route, ces lois qui mènent les autres à la baguette.

          Exemples :

          Explications oiseuses, parcellaires ou mensongères pour l’affaire de la Jatte : rabais très grand à lui consenti contre préférence accordée en marché public à une entreprise, dixit le Canard.

          Pressions sur les juges : l’affaire du « transformateur », où Sarko a tout de suite dit que les flics n’avaient pas bougé, n’avaient rien fait. Ils ont bougé, ils ont poursuivi les jeunes jusqu’a que survienne le prévisible, la mort eléctrocutée.

          Diffamation sur les juges : il traite les juges de Bobigny de laxistes, quasiment d’incapable, alors que lui et son pote Perben organisent le manque de moyen chronique de la Justice.

          Pression sur les médias : Sarko fait virer Génestar, carrément, parce qu’il a publié une photo de cecilia avec son amant.

          Il convoque l’éditeur de First à l’Elysée pour l’empêcher de sortir une bio de sa femme le mettant en scène.

          Sans oublier que pour respecter le NON au TCE que 56% des français de toute couleurs politiques, ont voté, il veut faire un autre TCE, préparé diplomatiquement (c’est-à-dire de façon opaque) par les gouvernements européens, qui sera voté par le Parlement national, donc sans référendum.

          Enfin, il est assez scandaleux que, non content d’être millardaire, de cumuler les postes et les payes, contrairement à sa « morale » politique, il utilise notre argent pour faire sa campagne et gaspille des sommes considérables pour se faire protéger par une horde de flics et de garde du corps, une centaine, quand il se déplace, quand monsieur fait bronzette...

          Il agresse même les députés en séance d’Assemblée - ainsi il lança à Emmanuelli qui lui apportait contradiction, « Méfie-toi, fais bien attention à toi », alors que la courtoisie et surtout la loi interdisent à toi ou à moi de proférer, ne serait-ce que des propos ironiques dans un message adressé verbalement ou par écrit à un élu, sous peine d’amende ou de prison.

          Ainsi, un SDF qui lui fit un bras d’honneur a pris un mois de prison.

          Franchement, je vois pas pourquoi tu te poses des questions. smiley


          • miaou miaou 2 mai 2007 12:20

            Si on considère que les manifestations anti-Le Pen étaient légitimes (c’est d’ailleurs un point à discuter), je ne vois pas pourquoi celles contre Sarkozy ne le seraient pas, sous prétexte qu’il serait en position éligible (ce serait même d’autant plus indispensable) . C’est au contraire un signe très fort de démocratie de pouvoir exprimer ainsi son avis, d’autant que Sarkozy peut légitimement inquiéter. Rappelons au passage que les manifestations du 1er Mai ne sont pas des grèves et se font pendant le temps libre des travailleurs.


            • Julien Domard 2 mai 2007 14:25

              Cas de conscience...

              En gros, tu te poses la question : faut il manifester contre Sarkozy le 1er mai, jour de la « fête » du travail ? Rappelons l’origine du 1er mai : En 1886, à Chicago, une grève générale pour la réduction du temps de travail à 8h/jour est réprimée dans le sang par un état policier : 5 leaders sont condamnées à mort. Depuis, cette grève est restée le symbole de la lutte des travailleurs. Le 1er mai est la journée internationale des travailleurs. Mais celui qui parle tant de la « valeur travail », quelle valeur lui donne t-il ? Celle du « travaille et tait-toi ». Quelle valeur transmet il avec des contrats tel que le CPE ou le CNE ? La précarisation. Même la libérale Angleterre n’impose qu’une année d’essai. La stigmatisation : payons moins les « jeunes » ou les « vieux », offrons leurs des contrats sous la « norme ». A qui le tour après ? Aux femmes ? Aux étrangers ? Aux personnes syndiquées ? Pourquoi pas des tests génétiques de productivité ? Divisons, divisons, pour mieux régner.

              Quel est le programme de Sarkozy pour les travailleurs ? Loin de la réduction du temps de travail, celui ci propose de le rallonger en supprimant les cotisations sociales sur les heures supplémentaires. Outre que cette mesure fait croire que ce sont les cotisations qui sont toujours à la base du problème de l’emploi, un minimum de bon sens suffit à dire qu’elle découragera toute nouvelle embauche. Si les heures supplémentaires sont moins chères, pourquoi embaucher ? Il n’a de cesse de placer ceux qui travaillent les uns contre les autres : syndiqués /non syndiqués, privé/public, lève tôt/assistés... Quelle schizophrénie ! Prétendre défendre les travailleurs, et les diviser entre eux. Et surtout, ne privilégier que les actionnaires et les plus riches.

              Ensuite, sur le personnage, le commentaire d’ExSam suffit à se convaincre du danger qu’il représente. Quelqu’un qui est à même de faire taire les journaux, les télévisions, d’empêcher la tenue de débat (ce qu’il a raté d’ailleurs, pas faute d’avoir essayer), d’avoir des comportement systématiquement agressif avec ceux qui ne sont pas d’accord avec lui, alors qu’il n’est pas encore élu... mais que fera t il lorsqu’il sera président ?

              Alors pour peu que l’on soit un tant soit peu attaché aux valeurs de la démocratie, de la liberté d’expression, oui il y a lieu de manifester son désaccord contre Sarkozy. Et pour le progrès social, les solidarités entre les peuples, ... est il besoin encore de le préciser ?


              • vachefolle vachefolle 8 mai 2007 01:49

                Quand je pense que je suis attaché « aux valeurs de la démocratie, de la liberté d’expression, » et que je vote Sarkozy....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès