Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ce n’est pas contre les retraites qu’il faut manifester

Ce n’est pas contre les retraites qu’il faut manifester

Le 7, c’est demain. Grèves et manifestations au programme. Du monde en perspective, du moins si l’on en croit les projections. En face, le gouvernement reste sur ses positions, et ce bien qu’il fasse croire à des arrangements possibles. Monsieur Woerth plie mais ne rompt pas, et il aurait bien tort de s’en priver… c’est à ça qu’il sert.

Les syndicats vont se tailler la part médiatique la plus importante, et les partis de gauche vont tenter de tirer la couverture vers eux. La droite va minimiser les chiffres, et y opposer ceux de la police. Tout le monde en définitive sera satisfait, car pour tous la démocratie aura joué son rôle, et marqué la bonne tenue de nos institutions.

Pour ma part, j’espère vraiment que la mobilisation sera la plus forte possible, mais à vrai dire je sais très bien qu’elle ne servira à rien. D’ailleurs tout le monde sait qu’au fond tout cela ne servira à rien. La seule chose qui compte pour tous, c’est l’apparence de la victoire, et les retombées médiatiques qui permettent de ratisser des électeurs. Pour tous la démocratie se trouvera validée par la seule rébellion qui soit autorisée, et chacun rentrera alors chez lui fier et content, ayant la sensation du devoir accompli, et puis retournera travailler le lendemain, avec la déception à digérer…. quelle arnaque !

Rendez-vous compte, qu’il y ait 2 ou 4 millions de manifestants ne prouvera pas que le gouvernement fait fausse route, ni ne fera changer les choses d’un iota. La seule information qui ressort de ces manifestations concerne le nombre de personnes qui croient encore à la valeur de celles-ci. Car la manifestation n’est en réalité que l’expression de la soumission des citoyens au système qu’ils sont censés contester, et celle de l’illusion démocratique qu’elle permet de créer. Quand on y songe, on sait bien à quel point toutes ces actions sont vaines, et pourtant elles sont quasiment les seules possibles : les pétitions, les rassemblements festifs, les journaux, les tracts et la grève sont presque aussi inutiles que s’ils n’existaient pas, au moins d’un point de vue pragmatique.

Mais il ne faut pas être pessimiste, et certaines actions sont tout de même susceptibles de porter leurs fruits. Le seul problème étant la réaction du gouvernement, qui dans son arsenal démocratique possède presque toutes les armes juridiques (et autres) pour les empêcher. La grève générale par exemple, serait une méthode valable, pour peu qu’elle soit bien organisée, et dure assez longtemps pour effrayer nos gouvernants, sans pour autant qu’elle tourne à l’affrontement. Mais il faudrait qu’à cette occasion les grévistes se montrent unis et solidaires.

Il faudrait aussi des rassemblements massifs comme il s’en est déjà produit dans de nombreux pays, répétés et solides, réclamant le retour sur les mesures prises, et imposant les mesures justes.

Il faudrait également des médias libres et indépendants répercutant les mots d’ordre, éveillant les consciences aux autres possibilités qui existent.
Bien entendu, certaines actions seraient vite considérées par les dirigeants comme illicites ou illégales, mais il faut bien comprendre qu’à ce moment, et c’est tout l’enjeu du rapport de forces qu’il faut créer, nous ne serons déjà plus dans un cadre démocratique : si le gouvernement refuse d’entendre la voix du peuple, c’est lui qui devient illégitime, et les méthodes répressives qu’il emploie illégales.

Mais pour en arriver là, il faut un idéal, car les masses ne se regroupent pas si facilement. Et même si nombreux sont ceux qui rêvent de ce « grand soir », du changement qui redonnerait l’espoir à tous, et la volonté de tourner la page…il faudra bien avoir quelque chose d’autre à proposer. Car même en imaginant le recul du gouvernement sur les sujets les plus importants, même en rêvant sa déchéance face à la détermination du peuple, nous ne serions pas beaucoup plus avancés. Il nous faudrait revoter pour les mêmes incompétents assoiffées de pouvoir et d’argent, qui nous promettront les mêmes résultats illusoires, et qui finiront eux aussi par nous conduire dans la rue… retour à la case départ.

C’est pour cela que ce n’est pas la réforme des retraites qu’il faudrait dénoncer ce 7 septembre, ni même le départ du gouvernement qu’il faudrait réclamer, mais bien plutôt la mise en place de nouveaux principes, de nouveaux droits, une nouvelle constitution. Avec pour soutien l’ensemble des populations exploitées par un système injuste dont on connaît déjà la finalité : quelques centaines de maîtres pour quelques milliards d’esclaves. Il ne faut pas demander le recul sur telle ou telle mesure, mais exiger la fondation d’une nouvelle démocratie, non plus basée sur l’intérêt individuel, mais sur l’intérêt général.

Manifestons pour un autre monde, pas contre celui-ci. Il faut d’abord réfléchir, préparer ce nouveau monde, et les manifestations ne doivent venir qu’après, comme le moyen démocratique ultime, un vote réel et sans tricherie possible, avec une majorité incontestable. Quand les 90 % d’exploités seront prêts, ensemble, à venir réclamer leur dû aux 10 % d’exploiteurs, alors nous pourrons aller manifester tranquillement, et rien ne nous sera refusé : le peuple s’installera à la place qu’il doit tenir naturellement, et les justes mesures voulues par tous suivront alors.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 6 septembre 2010 11:05

    J’ai lu dans Marianne qu’en 2000 2,5% des richesses produites en France étaient versées aux actionnaires. En 2010 c’est 8,5% de ces richesses qui échappent aux entreprises, à l’Etat, aux artisans et aux salariés... au bénéfice de la rente privée. La somme est évaluée à cent milliards d’euros, soit exactement ce que Sarko et sa clique prétendent nous faire payer pour renflouer les banquiers aventureux et les spéculateurs orduriers de Wall Street.

    Oui, tous en grève demain.


    • Croa Croa 6 septembre 2010 22:51

      Oui Kalki « le travail est mort » (ou plutôt le travail contraint.)

      Les investisseurs n’ont plus besoin de travailleurs, enfin de moins en moins... D’où l’idée de ne plus les payer et pour commencer de ne plus payer les retraites de ceux dont ils ont eu besoin à une certaine époque.

      Dans le monde capitaliste idéal vers lequel nous tendons les travailleurs sont de trop et les pensionnés constituent carrément l’horreur absolue !


    • leypanou 6 septembre 2010 11:26

      "Pour ma part, j’espère vraiment que la mobilisation sera la plus forte possible, mais à vrai dire je sais très bien qu’elle ne servira à rien" : c’est tout le problème qui se pose au citoyen ayant un minimum de conscience politique. Comment faire pour avoir un minimum d’efficacité ? De toute façon, il faut chasser cette clique au pouvoir et ne surtout pas la remplacer par une clone. Le chantier est vaste et voter à chaque fois n’est qu’une goutte d’eau qui n’a pas grande efficacité. Ce dont on est certain, c’est que ne rien faire mais se contenter de gueuler dans son coin est la 1ère chose à ne pas faire. Plus on est nombreux à savoir/pouvoir argumenter qu’il faut faire quelque chose, plus on a des chances que cela change un jour. Il faut voir jusqu’à point les partis (PS, PCF, Europe Ecologie,etc,etc) et syndicats (CGT,CFDT,etc,etc) peuvent amener les changements.


      • Kalki Kalki 6 septembre 2010 11:30

        Le changement se fait par les faits : résister c’est créer, créer c’est résister.

        Créez autre chose : mais quoi ?
         * Créez vos fournisseurs d’accès a internet (associatif, ou pour une collectivité : légale), créez vos réseaux libres et incontrôlables c’est à dire également décentralisés et devenant un bien commun et non un « produit à acheter » pour avoir le « droit » de se connecter ( solutions : openmesh, netsukuku, a quelques euros...)
         * changez de monnaie : une monnaie privée, ce qui est légale, utilisé par les collectivités, et par les entreprises. Créez votre monnaie pour qu’elle soit également décentralisés, et incontrôlable. ( solutions , ... )
         * changez de fonctionnement et de vision de groupe et de la place de l’individu dans le groupe. ( Problème que vous, caleb, n’arrivez pas encore à résoudre ? ). Le réseau sera partout, même dans la forme d’organisation. Gouvernance en réseau.
         * Vivez autrement, organisez vous autrement, visez le long terme.
         * Culture libre, logiciel libre, art libre, matériel libre, habitation libre, ressources libres

        Le travail est mort, la question des retraites est mortes : changez...

        LE CHANGEMENT CE N’EST PAS DANS LE FUTUR QUE CA DOIT AVOIR LIEU :

        LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT.


        • Kalki Kalki 6 septembre 2010 11:35

          Des rencontres du matériel libre : se trouveront a New york le 23 septembre (openhardwaresummit.org)


          « Les exemples de coopération se multiplient entre les grands industriels utilisant des composants open source », Opees (airbus …), Genivi (une alliance de constructeurs automobiles pour le développement de briques open source « non différenciantes ») et Open Healthcare (dans la santé aux Etats-Unis) …

          État des lieux de l’OpenData en France



        • Kalki Kalki 6 septembre 2010 12:06

          Calmos, tu crois comprendre le message : mais non

          tu ne vois que la face émergé de l’iceberg.

          Le travail est mort, a vous de réagir

        • Kalki Kalki 6 septembre 2010 12:12

          Je n’ai pas besoin de toucher RMI, et si tu veux je peux te faire millionnaire par toi meme ou par la machine : l’argent ne vaut rien.

          Il est question de vie, de société, et de liberté. Reste humble.


        • Pelmato 6 septembre 2010 12:05

          J’y crois plus aux manifestations, car ce sont des manifestations de riche, d’enfants pourris gâtés trop content de vivre dans une société d’hyperconsommation… Ces générations n’ont plus rien avoir ceux qui ce sont vraiment battus (parfois et souvent au péril de leur vie) et elles ne prendront pas trop de risque…Quand on nous dit que le pays s’appauvrit, que les gens souffrent de la précarité j’y crois pas trop sinon ils n’attendraient pas tout l’été tranquille pépère sur les plages ou à la montagne pour aller ensuite (enfin) manifester à la rentrée scolaire !!!!…
          Oui Woerth à raison de s’obstiner car il sait bien tout ça.


          • Enotero 9 septembre 2010 01:28

            Je suis assez d’accord avec ça : la plupart des gens sont pris aux cxxilles par leurs crédits.
            Je me rappelle que quand j’étais gamine, avec un père ouvrier et une mère qui faisait quelques ménages, nous n’avions ni télé, ni bagnole, mais on était heureux et on partait quand même en vacances avec les sous que mon père économisait toute l’année à cette intention (cf la chanson de Jonasz « on partait au bord de la mer... »).
            Le taux de syndicalisation en France est dérisoire.
            C’est par cette saloperie de crédit que les riches nous transformeront en quasi-esclaves.
            Je ne crois plus que modérément au bulletin de vote, mais pour le moment on n’a guère d’autre solution... Et puis il faut marteler des vérités pour faire un peu évoluer les mentalités des pauvres qui votent contre leurs intérêts.... On peut aussi lire et diffuser Fakir


          • cimonie raoul 6 septembre 2010 12:33

            Hello Caleb !

            Alors, vous avez travaillé un petit peu sur la décroissance ? smiley

            J’aime bien l’article (je parle du fond) et suis plutôt d’accord avec vos propos ou plutôt avec vos espérances mais j’ai de plus en plus de mal à croire que puisse arriver ce que vous souhaitez. 
            Oui, il faut aller manifester ce 7 septembre. Non, cette manif n’est pas suffisante.
            Pourquoi les syndicats n’appellent ils pas à une grève générale ? Pourquoi les partis ne dénoncent t’ils pas l’atteinte non justifiée aux acquis sociaux ?
            Qui parmi ceux qui ont le pouvoir d’être entendu osera remettre en question nos institutions et leur infiltration par les lobbys et pourquoi avons nous perdu notre capacité à nous indigner ?.....


            • liberta 6 septembre 2010 12:50


              à relire :http://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire

              Il faut retrouver notre pouvoir d’indignation et reprendre possession du pouvoir citoyen que les élus dévoient depuis si longtemps


              • LE CHAT LE CHAT 6 septembre 2010 13:03

                faudrait qu’ils commencent à foutre le feu aux banques pour que ça bouge !


                  • cimonie raoul 6 septembre 2010 15:12

                    A propos des retraites, je conseille l’excellente émission de la Mère Met du 02 septembre 2010. Son invité ? Bernard Friot, sociologue et économiste, et auteur de « L’enjeu des retraites ».

                    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1979


                    • paul 6 septembre 2010 17:11

                      Je suis moins pessimiste que l’auteur, tout d’abord parce que le projet injuste de réforme des
                      retraites touche le cœur de notre société républicaine fondée sur la solidarité .
                      Ensuite parce que ce nouveau coup porté à nos systèmes sociaux s’ajoute à une série de scandales qui éclaboussent ce gouvernement .
                      Enfin parce que les conséquences de la crise financière avec ses fausses solutions vont faire
                      de plus en plus de dégâts dans la vie quotidienne, surtout pour pour les plus fragiles .

                      Si la rue est assez forte demain et les jours suivants, syndicats et politiques devront se mettre
                      au niveau des aspirations des citoyens que ce système politique ( 5éme république ) ne représente plus .
                      Il faut malheureusement des crises graves pour avancer .


                      • Radix Radix 6 septembre 2010 19:30

                        Bonsoir

                        Quel que soit le nombre de manifestants demain, rien ne changera !

                        Pourquoi ? Par-ce-qu’ils s’en foutent comme du traité constitutionnel !

                        Il y a bien longtemps que nos députés se sont assis sur nos désidérata, cela leurs fait un coussin confortable pour ronfler à l’assemblée nationale quand ils daignent honorer celle-ci de leur présence !

                        Leur but : uniformiser l’Europe et par le bas, déconsidérer l’Etat National pour que sa disparition n’affecte plus grand monde (en la matière Sarko fait mieux que Berlu, chapeau l’artiste !).

                        Voter ne pas voter, là est la question... Qui ne change rien puisque nous ne pouvons choisir celui qui se présente, nous avons juste l’illusion du choix !

                        Radix


                        • Kalki Kalki 6 septembre 2010 22:46

                          Ce qui comte ce n’est pas « eux » : mais vous, ce que VOUS allez faire.

                          Je peux formuler autrement : est ce que vous avez encore le temps de papoter sur le net ou dans la rue ? ou vous préférer passer à la « création » de quelque chose ?

                          EUX, Nos élites : Ils ont peur, ils ont compris qu’ils sont en voie de disparitions et ils passent à l’attaque, j’ai de la pitié pour « EUX » : il y a de la place pour tout le monde dans un monde en paix, en paix économique ... mais si on doit passer par autre chose, soit : je me suis déjà expliqué : personne ne gagnera sauf la « machine ». L’économie de l’abondance est un fait, prévu depuis longtemps : il faut juste faire la transition vers la paix économique.

                          La paix économique peut déjà être faite à l’intérieur des pays ou de l’europe, avec les peuples de l’europe, voir l’amérique du nord, et la russie.

                          Faire la paix économique avec le monde entier c’est un second problème. Les relations extra territoriales ne sont pas de mon domaine.

                          Il faut désamorcer la bombe étape par étape : le contrôle n’est pas la solution.


                        • Croa Croa 6 septembre 2010 22:30

                          Pas d’accord smiley

                          Manifestons d’abord contre ce monde injuste créé par et pour une oligarchie maligne.

                          Ensuite le peuple redevenu souverain mettra en place le sien. Contrairement à ce que l’auteur suppose des projets existent (ils foisonnent même !) mais l’horizon est trop bouché pour qu’il y en ait un qui soit l’alternative obligée. Un débat sur les choix à faire pourra avoir lieu et aboutir après mise à bas de l’existant. Mon avis est qu’il n’est pas possible d’anticiper cela.

                          A part ça l’article est bien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès