Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Ce qu’on ne dit pas assez !

Ce qu’on ne dit pas assez !

Non seulement je vais aller voter mais j'ai inscrit mes enfants sur les listes électorales pour qu'ils puissent eux-mêmes accomplir leurs devoirs, s'ils en avaient envie car je ne peux les y contraindre. Mais je vais vous dire pourquoi je vais aller voter , d'une part en tant qu'ex - immigrée, j'étais trop frustrée de ne pouvoir participer à ce grand rendez - vous, pour exprimer ma voie citoyenne, alors que j'étais tenue de payer mes impôts et je ressentais cela comme une profonde injustice. D'autres parts, il faut toujours voir une situation globalement, c'est vrai qu'il y a un recul manifeste de la démocratie, mais nul ne peut nier les avancées en matière de développement, même si cela reste insuffisant vu les moyens que nous disposons car il y a des responsables d'A.P.C. et des Wali corrompus qui ont profité du budget de l'Etat, ce n'est pas la faute aux institutions. Quelques -unes ont été poursuivies en justice, quand il n'y a pas un parti pris du procureur, mais dans l'ensemble nous voyons des résultats concrets et le paysage algérien s'est transformé au niveau de ses infrastructures. Le président A. Boutéflika a redonné de la dignité aux fonctionnaires en réajustant leurs statuts, la recherche bénéficie d'un budget important et nous en percevons les dividendes, ce qui a permis de restructurer les classes sociales et réhabiliter la classe moyenne en tant que force stabilisatrice, en outre quel est le pays au monde où le citoyen est logé gratuitement par l'Etat ? soigné à titre gracieux : n'importe qui peut bénéficier des services de soin en urgence, être hospitalisé sans dépenser un seul sou et la carte chiffa dernièrement a été généralisée. Les charges sont maintenues à un prix raisonnable et les denrées de premières nécessités sont sujettes à des subventions pour empêcher la flambée des prix des commerçants mercantiles. Au niveau de l'emploi, les jeunes peuvent obtenir un micro-crédit pour lancer une petite affaire et certains ont réussi à merveille. Les étudiants diplômés perçoivent un salaire deux fois le SMIG, s'ils sont au chômage, et ce près avoir bénéficié d'une scolarité gratuite jusqu'au doctorat, certes on aurait pu encore mieux faire car les responsables qui sont aux postes clefs n'ont pas tous la compétence nécessaire et s'ils sont maintenus, c'est sans doute pour des raisons qui nous échappent, mais il y a de nombreux aspects positifs et chaque catégorie sociale en a ressenti les bienfaits y compris les jeunes générations qui ont été préservées du poids de la dette, au point où aujourd'hui nous ne sommes plus débiteurs, mais créanciers avec tout ce que cela suppose de récession et de sacrifices. Donc, '' on sait ce qu'on a, mais on ne sait pas ce qu'on aura'' ! , à commencer par le péril vert. L'Etat actuel est notre rempart et non les partis démocratiques qui ne représentent qu'eux -mêmes car ils ne font pas de la propagande pour leurs idées, ils ne vont pas vers les jeunes pour les aider à une éducation citoyenne. La démocratie est une culture citoyenne et elle ne s'enracine qu'à la longue, dans les actes de tous les jours. On ne les entend pas toute l'année, ou presque et ils se contentent de boycotter au moment des rendez -vous opportun. S'ils croient renverser le pouvoir,ainsi, ils se trompent, même avec une faible participation, les rouages parlementaires resteront fonctionnels, à la simple différence est qu'il sera aux commandes avec les islamistes dont il devra composer, comme cela c'est passé déjà, d'où la régression démocratique. Oui, demain, au parlement, il y aura de nombreux députés islamistes car eux savent occuper les places vacantes par un activisme offensif et sans relâche,afin d'imposer leurs points de vues.
 

Moyenne des avis sur cet article :  1.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Lolo Le Caid 12 mai 2012 10:16

    Les préjugés véhiculés par les médias de masse dominants (et relayés par certains citoyens) restent tenaces. Selon eux, les seules élections crédibles en Algérie seraient forcément remportées par les islamistes, à l’image des élections tunisienne, égyptienne ou marocaine… Une telle affirmation est complètement fausse et traduit une méconnaissance flagrante de la société algérienne en pleine mutation.

    Toute personne clairvoyante et de bonne volonté comprendra aisément les raisons du rejet massif de l’islamisme radical.

    - Pour l’immense majorité des Algériens, il est associé à la terreur et aux massacres collectifs des années 1990.

    - Depuis l’avènement de la grande imposture appelée « printemps arabe », les monarchies corrompues d’Arabie Saoudite et du Qatar ont placé leurs pions en Tunisie, en Egypte, en Libye, sans oublier leur rôle macabre en Syrie où ils usent de leur influence à coup de pétrodollars et d’armes … mais en Algérie,  ils ont jusque-là échoué.

    Ceux qui doutent encore devraient faire un tour à Alger et à Tunis. Les rôles se sont inversés : si la première est devenue paisible malgré les difficultés du quotidien, la seconde vit désormais dans la peur avec des barbus au henné et fardés au k’hol omniprésents et menaçants. Signe du temps, les touristes algériens boudent la Tunisie qui était pourtant leur destination favorite…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès