Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > CHARLIE HEBDO : le terrorisme est un piège pour la Démocratie

CHARLIE HEBDO : le terrorisme est un piège pour la Démocratie

Dimanche 11 janvier 2015, à 15h, la marche républicaine organisée en l’honneur des victimes des actes terroristes de cette semaine sanglante (sur lesquels nous reviendrons plus bas) se déroulait dans plusieurs villes de France, dont Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Strasbourg. A Paris, en raison de l’affluence, 3 itinéraires étaient prévus, chacun partant de la Place de la République et finissant à la Place de la Nation. 

Dans les faits, dans la capitale, la place de la République était déjà pleine à 11h, et les gens ont tenté de rejoindre chaque place par toutes les rues possibles. J’ai suivi le cortège de Place de la République à Nation en passant par l’itinéraire 3, donc la Bastille. Toutes les photos de cet article ont donc été prises sur ce trajet. 

Imaginez-nous : « A la Bastille ! A la Bastille ! », comme un souvenir de liberté qui rejaillit à pleins poumons.

A Paris, partis politiques, syndicats, autorités, tout le monde compte environ 1,3 à 1,5 millions de citoyens dans la rue pour défiler pour la liberté d’expression. Et environ 3,7 millions en France. Cela reste sans doute un record dans l’Histoire de nos libertés et c’est à glorifier. Non, nous n’avons pas marché « contre » le terrorisme, nous avons marché « pour » nos droits : Démocratie, liberté d’expression, liberté de vivre, et pour les conserver coûte que coûte, même face au terrorisme.

Etaient présents, en vrac, une cinquantaine de dirigeants d’Etats du monde ou leurs représentants, une première historique : notre Président de la République, François Hollande ; le 1er Ministre, Manuel Valls ; tous nos ministres ; la Chancelière allemande Angela Merkel ; le 1er Ministre britannique David Cameron ; le Président malien Ibrahim Boubacar Keïta, les dirigeants de la Ligue Arabe, les 1ers Ministres italiens et espagnols Matteo Renzi et Mariano Rajoy ; le Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker ; le Président du Parlement Européen Martin Schulz ; le Président nigérien Mahamadou Issoufou et bien d’autres encore. Une remarquable alliance internationale rarement vu aussi soudée et solidaire, bien que nous aurions pu nous passer allègrement de représentants d’Etats hostiles et ennemi des libertés  : ils n’avaient rien à faire chez nous : lutter contre le terrorisme n’est pas synonyme automatique de protection des droits de l’Homme, au contraire parfois : le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov..

Et surtout, surtout, les centaines de milliers de citoyens français.

Un cauchemar pour les forces de l’ordre qui devaient s’assurer de notre sécurité à tous. C’est encore l’occasion de les remercier pour leur travail.

Peu importe qui organisait officiellement cette marche républicaine : partis politiques, conseils municipaux, organisations cultuelles, ou associations et syndicats en faveur de la liberté d’expression.

Le fait est que ce rassemblement se voulait citoyen, unifiant la Nation française en une seule voix, un seul corps, faisant fi des différences politiques, religieuses, culturelles, etc. Et il le fut. Pour une fois, la France a su taire ses revendications partisanes et honorer la liberté, la liberté d’expression et la démocratie. Et nous l’avons vu cette semaine, les différents rassemblements qui ont eu lieu, fréquemment, partout en France, sur tous les réseaux sociaux (avec le hashtag #jesuischarlie), mélangeant toutes nos convictions personnelles pour soutenir Charlie Hebdo, et nos valeurs du vivre ensemble… c’est que nous en sommes capables : être unis contre l’adversité innommable et monstrueuse du terrorisme. Un tel rassemblement réchauffe les cœurs, redonne un peu espoir en l’Humanité. Si nous en sommes capables, alors rien n’est perdu. Malheureusement, il aura fallu cette tragédie pour que les différences s’effacent enfin entre nous, pour que les citoyens se rendent enfin compte de l’importance de la liberté d’expression, pour que les amalgames soient enfin hués à juste titre… Toute l’Histoire de la France, de l’Europe….du monde ?

Je rappellerai très brièvement les faits, même si nous les connaissons tous :

Le 7 janvier 2014, à 11h30, 2 hommes cagoulés et lourdement armés (les frères Saïd et Chérif Kouachi) entrent dans les locaux de Charlie Hebdo, situé au 10 rue Nicolas-Appert, dans le 11ème arrondissement de Paris. 12 personnes sont mortes ce jour-là, et 11 personnes sont blessées.

Les victimes décédées sont, pour n’oublier personne :

Le jeudi 8 janvier, un autre terroriste (Amedy Coulibaly) fait feu dans les rues de Montrouge (92) et tue Clarissa Jean-Philippe, une policière, et blesse un agent de voirie. Il est suspecté aussitôt comme le complice des meurtriers de Charlie Hebdo.

Le vendredi 9 janvier au matin, les 2 suspects du massacre de Charlie Hebdo sont retrouvés dans une imprimerie à Dammartin-en-Goêle, dans le 77, avec un otage. A l’issue de la tentative de négociation, l’assaut est donné et ils sont abattus par le GIGN. Parallèlement, Amedy Coulibaly prend en otages plusieurs personnes dans un supermarché kasher à Porte de Vincennes, il est également abattu par les forces de l’ordre en tentant une sortie.

Au total, 17 personnes sont mortes.

Je ne jouerai pas au détective privé qui essaie de reconstituer les faits avec minutie derrière son ordinateur en feuilletant Internet, comme beaucoup font, pensant faire mieux que les services policiers et judiciaires en « dénichant » sur la toile des détails, photos, empreintes, historiques ou incohérences que ces services auraient manqués ou ignorés. Je ne ferais pas non plus le jeu complaisant des médias en diffusant des images choc heurtant notre sensibilité à tous pour verser dans le drama publicitaire et spectaculaire, pour faire du buzz. Leur course au scoop et aux images frappantes, pour aller plus vite que son concurrent et pour garder le téléspectateur ou auditeur en haleine quand la vie de nos concitoyens était en jeu, était un jeu malsain indigne de Charlie Hebdo. Le droit à l’information oui, mais pas l’exploitation de la terreur. L’information en temps réel qui fuse à tout va sur la toile, la Tv et la radio sont malheureusement un boulet pour le travail de recherche, de poursuite et d’enquête de nos forces de l’ordre. Un temps minimum de réflexion et d’attente par les médias avant d’informer (donc pas en temps réel) permettrait à nos forces de l’ordre de travailler dans de meilleures conditions et plus efficacement. Il faut parfois savoir concilier deux impératifs : notre liberté et notre sécurité, et tant que l’information circule, même avec queqlues heures de retard, les deux sont assurés. Je ne chercherai pas non plus à soulager des angoisses dans un délire complotiste et paranoïaque, faisant le jeu tant des terroristes, que des dictatures et des haineux de tout poil et de toute contrée cherchant à diviser l’union civile. Tout cela, ainsi que le passé des suspects, le déroulement des enquêtes et des interventions, vous le trouverez facilement partout sur Internet.

Tout ce que je peux faire, et que nous devons tous faire, c’est être citoyen, honorer la mémoire des victimes, mortes pour nous, pour la liberté et la démocratie, ne pas haïr son voisin musulman, ne pas avoir peur et avoir confiance en notre démocratie. C’est mettre en lumière que cette attaque terroriste est, comme toute attaque terroriste, un piège tendu à la démocratie, à nos libertés individuelles et publiques, à notre manière de vivre, à nos lois et Etat de droit. La menace, les dangers et les horreurs qu’ils constituent appellent trop de réactions à chaud, fausses tant chez les politiques que chez les citoyens, violentes. En cherchant un bouc-émissaire, un responsable pour ces horreurs, nous nous retournons contre nous-mêmes et jouons le jeu des terroristes, en tombant directement dans leur piège obscurantiste.

Les meurtriers des victimes, visant expressément les journalistes de la rédaction de Charlie Hebdo, se revendiquaient, selon l’une des personnes présentes sur place au moment des faits (dessinatrice Corinne Rey, Coco), d’Al Qaida, dans le cadre d’une revanche de leur prophète Mahomet.

En février 2006, Charlie Hebdo avait republié les caricatures du journal danois Jyllands-Posten. Un an plus tard, Charlie Hebdo gagne son procès l’opposant au Conseil français du culte musulman. En 2011, les anciens locaux de Charlie Hebdo avaient été attaqués au cocktail Molotov et détruit dans l’incendie. Depuis, Charlie Hebdo était sous protection policière face aux menaces constantes de vengeance de la part des extrémistes islamiques qui n’avaient pas apprécié ces dessins, et probablement aussi la relaxe des chefs de diffamation, justice rendue au nom du peuple français. Et dimanche 11 janvier au matin, les locaux du journal allemand Hamburger Morgenpost ont été attaqués avec un engin incendiaire, sans faire de victimes, il avait publié les caricatures de Mahomet après le 7 janvier 2015.

En droit français de la liberté d’expression, le blasphème n’existe pas (En Alsace-Morelle où il existe encore dans les textes, il n’est plus appliqué). C’est une notion religieuse qui n’a rien à faire dans notre droit, malgré les nombreuses revendications nationales ou internationales. De même, la diffamation et l’injure peuvent être constituées contre l’un des éléments d’une religion, ses symboles ou ses « personnages ». En effet, la diffamation et l’injure (articles 29 et suivants de la loi du 29 juillet 1881) ne protègent que les individus vivants. Si les musulmans ou les catholiques voulaient que Mahomet ou Jésus soit protégés par ces infractions, il faudrait qu’ils prouvent que ces prophètes ont eu une descendance et que cette descendance vivante apporte la preuve de sa filiation devant le juge. Car mêmes les croyants d’une religion ne peuvent supposer à la place d’une personne décédée il y a des milliers d’années ce qui l’aurait blessé dans tel ou tel contenu. Mahomet comme Jésus comme Moïse peuvent donc être critiqués librement et c’est heureux. Comme tout le corpus religieux, ils représentent aujourd’hui des symboles, des idées. Des idées que l’on peut et doit pouvoir discuter librement dans l’intérêt de la démocratie. Ces idées n’ont pas l’apanage de leur contenu symbolique. D’autres religions peuvent l’avoir, d’autres philosophies aussi.

Peu importe que ce contenu choque ou déplaise aux croyants, blesse ou attriste. C’est le rôle de la liberté d’expression (CEDH, Handyside c/ RU, 22 mars 1971). Ce contenu peut d’ailleurs ne choquer qu’une partie de ces croyants, serait-il alors normal de condamner ce contenu quand la totalité des croyants d’une religion ne s’estime pas blessée par lui ? C’est bien la preuve que la religion et ses symboles sont tout relatifs selon les croyants et sont des idées qui en elles-mêmes ne peuvent être blessées, seuls ceux qui les ont le peuvent. Certes, la provocation à la haine existe pour protéger certaines idées, mais seulement si cette haine peut se retourner contre les êtres humains. Et Charlie Hebdo a parfois été condamné à ce titre, lorsqu’il allait trop loin. Mais c’est au juge de le décider, et à personne d’autre.

La liberté protège les êtres humains, pas les idées. C’est ça, la démocratie et le respect des Droits de l’Homme. La religion catholique aussi en a bavé. Il suffit de se rappeler Emile Zola qui, dans Lourdes (1894) et Rome (1896), fustige la foi catholique pour sa superstition à croire au miracle guérisseur et démasque la cupidité du clergé romain, hypocrite face à la misère du monde derrière une religion dont l’humilité ne s’applique qu’aux pauvres.

Mais cette prétendue revanche par les 3 terroristes pouvait tout aussi bien viser tous les autres dessins réalisés et publiés par Charlie Hebdo sur l’Islam et les fanatiques religieux.

Le fait est que ces fanatiques visaient expressément à attaquer la liberté d’expression et ses représentants évidents, les journalistes, le droit de critiquer la ou leur religion. Cette attaque d’un âge antédiluvien, barbare, archaïque, arriéré, veut limiter la liberté d’expression, hérité du siècle des Lumières, notre droit de critiquer leur obscurantisme et leur fanatisme et par là même, attaquer notre démocratie, notre Etat de droit qui s’oppose encore et toujours à de telles horreurs, à l’injustice des religions d’Etat qui soumettent les individus à des pratiques parfois cruelles, discriminatoires, à l’absence d’éducation, d’égalité entre les religions et les croyants…

Ont-ils réussi ? La réponse à cette question se juge et se jugera à la réaction que nous adopterons, tous, journalistes, politiques ET citoyens face à cette barbarie qui nous touche tous.

En réponse, que faire donc ?

Augmenter les lois pour les rechercher et les punir ? La droite propose ainsi un durcissement de la législation contre le terrorisme ….comme si la gauche au pouvoir depuis 2012 n’avait rien fait qui aille déjà dans leur sens liberticide. Que dire en effet de la loi pour la lutte contre le terrorisme passée au Parlement fin 2014 et qui viole allègrement plusieurs de nos libertés fondamentales sans la moindre utilité dans cette lutte et dans le plus grand ridicule scandale juridique ?

Il fallait s’y attendre, comme à chaque fait divers, comme à chaque menace terroriste, les députés de tous bords paniquent à l’unisson avec la population effrayée et proposent pêle-mêle (pour se faire de la publicité ?) de nouvelles lois, de nouvelles règles, de nouvelles procédures, de nouvelles restrictions aux libertés pour faire face au terrorisme ou à un comportement dangereux, pour « sécuriser » notre territoire, comme si aucune loi n’existait déjà pour cela ! Mais messieurs les députés, mesdames les politiques, ouvrez donc un manuel de droit pénal et de procédure pénale avant de parler !

Et voilà ici Eric Ciotti (UMP) qui propose même un « centres de rétention fermés  » pour les terroristes, sorte de Guantanamo ? Et pourquoi « fermés » ? Parce que les prisons sont ouvertes, elles ?!

Car non, et toujours non, il n’y a rien de plus stupide et d’inutile que de créer aujourd’hui, en 2015 et à l’avenir, de nouvelles lois et de nouvelles restrictions aux libertés pour traiter ce problème. Comme le rappelle fort heureusement Manuel Valls, Premier Ministre, il ne faut pas « inventer de nouvelles mesures parce qu’il y a eu ces actes ».

Nous avons toutes les lois pour faire face à ce type d’attentats à l’être humain et à nos sociétés :

  • Actes de terrorisme : articles 421-1 à 422-7 CP, peines allant de la réclusion criminelle à perpétuité à 7 ans d’emprisonnement pour les aides aux terroristes. 
  • Inutile de voter une loi qui viendrait interdire des faits qui . . . sont déjà interdits !
  • En procédure pénale, des procédures exceptionnelles sont également prévues pour les traiter, rechercher, poursuivre et juger les terroristes : articles 706-16 à 706-25-2 du Code de procédure pénale. Des pôles d’instruction et des juges spéciaux sont prévus pour juger ces actes, les gardes à vue peuvent durer jusqu’à 120 heures, le plan Vigipirate permet de surveiller la voie publique et de prévenir immédiatement toute atteinte à la sécurité des personnes, et bien sûr le travail si mystérieux mais efficace de nos services du renseignement. Alors que les politiques de l’opposition, les journalistes versant dans le scandale et les régimes étrangers fustigent nos services, nous ignorons en réalité le nombre probablement effrayant de menaces et de tentatives d’actes terroristes visant la France. Sans doute que sur 10 ans, nous aurions pu être atteints plusieurs fois sans eux, nous n’en savons rien.
  • Toutes ces procédures et ces infractions : sont exceptionnelles pour faire face à la gravité du danger, elles sont sans commune mesure avec les autres criminels de droit commun : elles permettent d’aller plus vite plus loin dans la recherche de la vérité et contre la menace.
  • Mais elles ont besoin de garantie qui ne sont pas là pour faire joli, si seul un juge peut décider de rallonger la GAV et non la police, ce n’est pas pour ralentir l’enquête. C’est uniquement parce que seul un juge, dans notre Etat de droit, peut décider, de manière impartiale et indépendante, garanties de bonne justice, de la prolongation des restrictions aux libertés d’un individu. Parce que finalement il y a toujours ce doute : la personne peut être innocente, et tant qu’aucun acte n’a été commis en flagrance, ou sans preuves, sans jugement, comment accepter son emprisonnement même temporaire ? Un coupable en liberté vaut mieux que 10 innocents en prison.
  • C’est à cela que se juge la force de notre démocratie. Ce n’est pas être faible face à la menace, ce n’est pas être conciliant avec les terroristes. Bien au contraire, c’est assurer à l’être humain ses droits, là où le terroriste les lui renie.

Il suffit, si j’ose dire, d’appliquer ces règles. Inutile d’en appeler à plus de règles pour se donner bonne conscience et bonne contenance aux yeux du public, pour lui faire croire qu’on l’écoute et qu’on veut le protéger. Inutile d’inventer d’autres lois pour donner une simple impression au citoyen que le gouvernement fait vraiment quelque chose, quelque chose que le public ne peut pas voir au quotidien, et heureusement sinon il serait réellement effrayé. Au contraire, inventer de nouvelles règles plus répressives donnerait le sentiment que jusque-là, nous n’étions pas réellement protégés par nos lois, que l’Etat ne faisait pas grand-chose et qu’il a attendu cette horreur pour réagir. Alors que maintenir nos lois actuelles, notre position d’Etat de droit, permet non seulement de prouver notre bon droit, notre justice, mais aussi leur force et leur utilité, notre inébranlable foi en la démocratie, que l’absence de violations des droits de l’Homme permet.

De toute manière, c’est triste à dire, mais aucune loi ne pourrait empêcher un fou furieux de tuer des dizaines d’innocents dans la foule, le RER, le supermarché. Que cette personne soit un terroriste avéré ou juste un « malade mental, un forcené » isolé. C’est comme ça, nous n’y pouvons rien. C’est horrible et malheureux mais aucune loi, aucun policier, aucun militaire, même de la plus sévère des dictatures ne peut l’empêcher. C’est dire à quel point un régime contraire aux droits fondamentaux (libertés individuelles, garanties procédurales contre l’arbitraire) serait inutile face à ces menaces. Aux sombres régimes totalitaires que sont la Russie et la Chine qui fustigent la liberté et la démocratie comme trop « tolérantes » vis-à-vis de l’intolérance, il suffit de rappeler qu’eux aussi sont victimes d’attentats terroristes ou de meurtres et que même leurs lois liberticides et archaïques ne peut l’empêcher (attentat terroriste à Volgorad, en Russie le 29 et 30 décembre 2013 causant 30 morts et plus d’une cinquantaine de blessés, et attentat en Chine au Xinjiang le 22 mai 2014 causant 14 morts, pour les derniers en date).

En effet, l’émergence et la reconnaissance des droits de l’Homme ne se sont pas faites au monde des Bisounours où tout le monde était heureux, où personne n’était opprimé et où personne n’était assassiné. Les Droits de l’Homme sont le fruit d’une lutte contre les Etats totalitaires, sous l’oppression, contre la tyrannie des gouvernements, la dictature. A titre d’exemple, le droit humanitaire s’est développé au XIXème siècle en pleines guerres coloniales, quand les prisonniers étaient tués et les civils massacrés au passage.

Non, la meilleure réponse face à cet attentat, c’est : 

Entre 2 régimes qui sont incapables d’empêcher les actes terroristes, autant choisir celui qui respecte les droits de l’Homme !

Pourquoi ? Parce que ce que veulent faire les terroristes, c’est installer la terreur, la peur de sortir de chez soi, la peur de son voisin, la haine celui qui est différent et qui ressemble à celui qui se revendique de la même « catégorie » (religion, ethnie, n’importe laquelle fera l’affaire chez le terroriste et le citoyen apeuré). En clair, ce que les terroristes veulent, c’est que nous renions notre union nationale, nous diviser, en nous poussant à nous haïr les uns les autres, à accuser le voisin différent d’être responsable de ces horreurs, à trouver un bouc-émissaire facile, si possible étranger. Ce qu’ils veulent, c’est, par l’ampleur de leur acte, leurs horribles conséquences, nous pousser à vouloir plus de sécurité, à rêver sécuritaire, jusqu’à l’extrême, pour au final restreindre nos libertés dans ce but. Ce qu’ils veulent, c’est donc que nous renions nos libertés, notre Etat de droit, notre démocratie. Que nous devenions un Etat totalitaire, facilement manipulable.

Finalement, peu importe que ces terroristes se revendiquent de l’Islam ou d’une autre religion, ce qu’ils veulent c’est nous pousser à détester les musulmans, une minorité principalement assimilée faussement à une masse étrangère, à les mettre encore plus au ban de la société, à les stigmatiser et les enfermer dans un racisme primaire de notre part, la discrimination et la misère. Pour pousser ces derniers, victimes épuisées, à se révolter.

La terreur, la peur, le désordre : le rêve informe et sanglant des terroristes sans autre but que de nous enfermer dans le tout sécuritaire liberticide.

Comme n’importe quel mass murderer, ils veulent tuer et se justifient de la religion comme ils pourraient se justifier de communisme extrême ou d’un complot extraterrestre. Aussi, peu importe qu’ils se disent musulman, arabe ou autre : on ne condamne pas un criminel en fonction de sa religion ou de son origine, mais uniquement en fonction de ses actes, de faits précisément établis et prouvés. C’est pour cela que demander aux musulmans de se désolidariser de ces actes est d’une stupidité aberrante et monstrueuse. Est-ce que l’on demande aux catholiques de se désolidariser des meurtres immondes commis par le Ku Klux Klan ? Est-ce qu’on demande aux belges de se désolidariser des actes de Marc Dutroux ?

Ce n’est pas l’Islam qui est en cause, ni le Coran, ni les croyants musulmans à travers le monde. Les seuls en cause sont des dégénérés inhumains qui ont voulu faire taire des gens pour leurs opinions différentes, quelles qu’elles soient des deux côtés, par la violence la plus barbare. La seule cause est l’intolérance, la violence, la haine, la bêtise, l’immondice dont l’être humain est parfois capable, quelle que soit la raison. Est-il besoin de rappeler l’Inquisition du Vatican pour voir que l’Homme peut trouver n’importe quelle excuse pour commettre les crimes les plus abjects  ?

Non, la religion n’est pas en cause. 

Mais alors, pouvons-nous nous demander, où trouver la cause, ou l’une des causes d’autant d’extrémisme ?

Pour la France, je retranscrirai ici les propos de l’artiste C215, postés sur sa page Facebook le 8 janvier à 12h35, et qui ne pourraient mieux résumer le problème auquel notre société fait face concernant l’Islam :

« Après cette journée horrible, vient l'heure du deuil, mais aussi celui de la réflexion…
Pour ma part, je ne pense pas que l'immigration ou l'islam soient en cause dans cette tragédie.
La plupart des malades mentaux et des idiots qui se laissent endoctriner aussi radicalement ne sont pas devenus des fanatiques parce qu'ils étaient immigrés ou musulmans, car il y a toujours eu en France une forte immigration, ainsi qu'une communauté musulmane que l'on sait par expérience pacifique, sinon pacificatrice, tout au moins dans nos banlieues.
Le problème c'est l'exclusion et le laisser-aller face à l'inculture.
Le problème réside en ce que la France laisse nombre de ses jeunes dériver sans aucun espoir, sans aucune perspective d'intégration sociale, notamment dans les banlieues, qu'ils soient enfants d'immigrés ou non.
Le problème est que l'on laisse nombre de jeunes s'écarter du système scolaire sans aucune acculturation sociétale, avec un langage réduit, avec une culture générale insignifiante, et surtout sans repères clairs sur ce qui pourrait constituer leur identité et leurs perspectives de réussite.
(…) C'est à nous tous d'inventer une société qui ne néglige pas sa jeunesse, qui ne ferme pas les yeux face à l'exclusion, qui ne stigmatise pas ceux qui sont dans l'échec, mais au contraire qui puisse apporter de l'espoir aux nouvelles générations pour les intégrer dignement dans le corps social. »

Pour le reste du monde qui s’oppose à l’Occident, peut-on imaginer ce que des décennies de colonialisme, de guerres, d’exploitation et de paternalisme ont pu faire ? Il ne s’agit aucunement d’excuser ou de justifier, mais de comprendre cette cruauté et cette bêtise humaine.

Face à l’horreur terroriste, certains d’entre nous souhaiteraient le retour de la peine capitale. Et certains politiciens surfent sur cette vague immonde pour la proposer au référendum. Nous ne nommerons personne pour ne pas lui faire de publicité.

Abolie par la loi du 9 octobre 1981, la peine de mort est selon les mots de Victor Hugo : « le signe spécial et éternel de la barbarie… Partout où la peine de mort est prodiguée, la barbarie domine ; partout où la peine de mort est rare, la civilisation règne » (Discours présenté à l’Assemblée Nationale en 1848 dans sa lutte contre la peine capitale).

En effet, regardons la réalité en face, la peine de mort est, au-delà de son caractère institutionnalisé ou légal, la mort d’autrui, certes criminel, mais sa mort malgré tout. Pourquoi vouloir la mort des criminels et terroristes ? Parce que nous avons mal, que nous sommes tristes et blessés ? Que des gens sont morts sous leurs faits ? Cela n’est rien d’autre que la loi du Talion, une loi barbare. Vouloir la peine de mort des criminels, c’est vouloir la mort des criminels. Vouloir la mort d’autrui, criminels ou pas, c’est en soi une intention criminelle. C’est cette même intention criminelle qui motive les meurtriers, les assassins solitaires ou groupes, terroristes ou pas. C’est cette même intention criminelle qui habite les terroristes et qui motive, qui habite les partisans de la peine de mort. Quelle est alors la différence entre le criminel, le terroriste et celui qui veut instaurer et pratiquer la peine de mort ? 

Vouloir la mort de quelqu’un, c’est vouloir le tuer. Peu importe la raison, peu importe le mobile. En droit pénal, le criminel est condamné pour meurtre quel que soit le mobile qui l’a poussé à tuer, celui-ci est indifférent (Cour de Cassation, Chambre criminelle, 3 septembre 1996). Alors pourquoi le mobile du partisan de la peine de mort serait ici pertinent ? La peine de mort ne dédouane pas de cette envie meurtrière : c’est dur, mais la manière dont nous traitons nos criminels et les terroristes révèlent notre humanité, à nous, et n’occulte en aucune manière leur manque d’humanité à eux.

Entre l’humanité, caractéristique de notre démocratie et de notre Etat de droit, et la barbarie des dictatures où la peine capitale existe (21 en 2011, dont l’Iran et la Chine), il n’y a pas de demi-mesure. Une démocratie ne peut se permettre de tuer ses criminels, pour préserver l’humanité de ses membres, parfois malgré eux. Au contraire, elle a besoin de procès, de juger ses meurtriers, de reconnaître leur culpabilité et de les condamner, si besoin à perpétuité pour qu’ils payent éternellement leurs crimes odieux. La peine de mort c’est trop facile pour eux, ils ne s’en rendent même pas compte, ne savent même pas qu’ils sont morts, ils sont tranquilles pour toujours. Alors qu’un procès aurait non pas vengé nos morts, mais leur aurait rendu justice, en hommage à leurs propres combats pour la liberté et la démocratie. C’est ce qu’ils auraient voulu. Et un procès, suivi d’une condamnation en bonne et due forme, aurait montré à ces terroristes et à tous leurs défenseurs extrémistes du monde entier, qu’ils n’ont pas réussi à démolir les fondements de notre société.

On ne peut se prétendre farouche défenseur de la liberté et de la démocratie et militer pour la peine de mort, c’est antinomique.

De toute manière, la peine capitale ne sert strictement à rien. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter Robert Badinter plaidant pour la dépénalisation de la peine capitale, en 1981, alors Ministre de la Justice. Certes, c’est long, et cela demande du courage et de la patience aujourd’hui d’écouter un si long discours, à l’heure où nous consommons l’information comme un fast food, incapables de nous arrêter un moment pour analyser l’information, mais surtout pour faire la part des choses entre l’affect que nous développons au contact des communications flashs et des données brutes que nous ingurgitons, les orientations idéologiques que nous recevons sans nous en rendre compte et les véritables informations intéressantes pour orienter nos choix civiques. Dans un discours absolument magnifique, empreint de rigueur, de logique et d’humanité comme Robert Badinter sait le faire, l’inutilité ridicule de la peine de mort nous apparaît dans toute sa simplicité. Et aujourd’hui plus que jamais, ses paroles sont on ne peut plus vraies : la peine de mort est absolument inutile pour les extrémistes religieux et autres terroristes. Croyez-vous sérieusement que la peine de mort intimiderait ces fanatiques au point de les dissuader de commettre leurs attentats ? Mais voyons, l’Homme risque sa vie pour de nobles causes, le soldat se bat pour la liberté, le gendarme et le policier risquent leurs vies pour défendre l’ordre public et nous le glorifions et parfois même l’encourageons pour cela. Bigre, l’Homme est prêt à affronter la mort pour le sport ! Alors un fou furieux persuadé d’agir pour son dieu, qui ne veut que la mort et le sang d’autrui, prêt même à se suicider, n’en a rien à faire de la peine de mort !

Non, la peine de mort ne les intimide en aucun cas, alors inutile de se dédouaner sur la loi d’une simple envie barbare de vengeance meurtrière.

En résumé, comme le rappelle si justement Manuel Atréide, nous devons nous battre contre les terroristes avec nos propres armes, celles de la démocratie, celles qui font de nous un pays libre : « si le terrorisme est une guerre contre la démocratie, ce n’est pas un danger mortel pour cette dernière. Seul notre manque de confiance dans la validité de notre modèle politique est à craindre. En revanche, la démocratie est le poison mortel du terrorisme. Ce type de criminalité ne prospère que dans un cadre coercitif voire dictatorial. Nous avons nos armes. La haine n’en fait pas partie. La restriction des libertés civiles non plus : nous ne vaincrons pas le terrorisme en laissant l’Etat nous priver de nos libertés de peur que les terroristes ne le fassent. » .

C’est aujourd’hui que nous allons voir la force de notre démocratie : sommes-nous capables d'en conserver ses attributs ?

Aussi, à tous les débiles profonds que l’on voit débouler sur Internet avec des messages stupides proférant que « Charlie Hedbo l’a bien cherché, c’est dommage pour eux, la mort c’est pas bien, mais ils n’avaient qu’à rien dire sur Mahomet », ou « qui sème le vent récolte la tempête  », le tout dans un langage approximatif…je vous dis ceci : vous êtes cons, il vous manque une case dans la cervelle. Pire, vous êtes aussi inhumains que les terroristes en cautionnant leurs actes. Puisque vous pensez que les victimes de ces attentats méritent ce qu’ils ont eu, c’est que vous êtes des meurtriers en puissance, et vos propos sont constitutifs de provocation et d’incitation à la haine, pour le coup, contrairement aux dessins de Charlie Hebdo qui ne visaient personnes en particulier, alors que vous si. Et vous n’avez rien compris à la liberté d’expression : si vous avez la possibilité aujourd’hui d’utiliser l’anonymat sur Internet (pour vous cacher lâchement derrière, comme des moins que rien) pour dire des choses aussi connes sans censure soumettant la publication de vos conneries à un contrôle préalable, si vous avez la possibilité d’attendre qu’un juge vous condamne au cours d’un procès équitable vous permettant de vous défendre sans même passer par la case détention provisoire ou prison après éventuelle condamnation, c’est grâce à cette chère liberté d’expression que vous vilipendez. Telle qu’elle existe en Europe, telle que l’exerce Charlie Hebdo. Alors réfléchissez avant de fustiger notre manière de vivre car vous en bénéficiez tout autant que Charlie Hebdo. Concéder ainsi du terrain aux terroristes, de quelque religion qui soit, c’est revenir en arrière sur l’évolution de nos sociétés tendant vers plus d’ouverture et de tolérance, et vous ne pourriez plus demain faire joujou avec vos téléphones, raconter vos conneries sur snapchat, balancer, vos photos de pizza et vous délecter de porno en cachette, surveiller la fille de vos rêves et autres. La liberté pour vous mais pas pour les autres ? Certainement pas.

Maintenant, aujourd’hui, j’aimerai voir la même mobilisation internationale quand des journalistes sont tués, abattus sommairement dans tel ou tel autre pays d’Amérique du Sud, en Asie ou en Afrique, quand une entreprise de presse est attaquée de la même manière ailleurs qu’en Europe. La sénatrice Nathalie Goulet, présidente de la commission d'enquête parlementaire sur les réseaux djihadistes, déclare « Mourir pour la liberté d'expression en France en 2015, qui l'eut cru ?  », c’est d’un relativisme égocentrique révoltant. La vraie question à se poser est « Mourir pour la liberté d’expression, en 2015, qui l’eut cru ? ». Car la mort ne se justifie ni ne s’explique différemment selon l’endroit où l’on se trouve, c’est tout le principe des libertés fondamentales…

N’oublions pas le journaliste Antonio Gamboa Urias, directeur de la revue Nueva Prensa, spécialisé dans les affaires de corruption, retrouvé mort le 23 octobre 2014, à Ahome, dans l’État du Sinaloa, au Mexique. De même, n’oublions pas l’animateur radio Atilano Román Tirado, assassiné samedi 11 octobre 2014, alors qu’il présentait son émission hebdomadaire en direct de la radio Fiesta Mexicana, à Mazatlán dans l’État du Sinaloa, au Mexique. Au Bangladesh, après le 25 octobre 2014, les bureaux de médias, principalement des chaînes de télévision, ont attaquées à la bombe artisanale par des membres de la Jamaat-e-Islami causant de nombreux blessés parmi les journalistes du pays.

Pourquoi, pour eux, pas de marche du silence, pas d’intervention de nos représentants officiels d’Europe et d’Amérique du Nord ? La liberté d’expression est tout aussi atteinte et meurtrie, mais où passe la solidarité de leurs confrères européens ? Pourquoi ce silence indifférent dans nos médias face à cette atteinte à leur même liberté d’expression ?

Le problème est pourtant le même, où qu’il soit. Espérons qu’à l’avenir, nous entendrons plus parler d’eux par la totalité de nos médias, à l’instar du travail que fait Reporters sans frontières.

D’ailleurs, pendant que nos médias monopolisent tout le temps d’antenne sur Charlie Hebdo, voici aussi ce qu’il se passe dans le monde : Au Nigéria, à Baga, Boko Haram a massacré près de 2000 personnes. 2000. 

Quel tapage médiatique n’entendons-nous pas à leur sujet ? A tous ces enfants, toutes ces femmes, tous ces vieillards assassinés sauvagement dans l’indifférence la plus totale ? Où est notre solidarité et notre humanité lorsqu’au loin sur un autre continent, des gens se font massacrés en masse sans une mobilisation équivalente ?

Certes, nous voulons aujourd’hui montrer aux terroristes et aux extrémistes de tous bords que face à leurs menaces, nous n’avons pas peur, nous sommes unis et qu’ils ne pourront pas nous diviser, nous anéantir. Et il le faut. Mais un massacre reste un massacre, qu’il soit commis sur le sol européen ou africain, les africains sont aussi des êtres humains. Et la couverture médiatique de cet horrible évènement est si minime comparée à celle réalisée sur l’attentat qui nous a touché, que c’est à se demander si nos médias européens ne considèrent pas ces gens moins humains que nous, parce qu’ils se sentent moins concernés par quelque chose qui est arrivé loin de chez eux et qui n’intéresse pas les européens, que ces attaques ne touchent pas directement ?

Aujourd’hui, nous sommes choqués, attristés, unis dans la force de nos valeurs démocratiques pour défendre la liberté d’expression. A juste titre. Pourquoi ne le sommes-nous pas en tout temps et partout ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.4/5   (57 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Phoébée 12 janvier 2015 10:14

    Ca y est vous avez fini ?

    Je me suis arrêtez là :

    « lutter contre le terrorisme n’est pas synonyme automatique de protection des droits de l’Homme, au contraire parfois : le premier ministre turc Ahmet Davutoglu, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.. » 

    Donc vous lisiez Charlie, en plus de lire le monde, libération, et Télérama.

    .

    J’ai vu aussi une pancarte : ’ Arrêts autorisés pour livraisons ’ . Au dessus d’une autre ’ Vive la liberté ’ . Le type qui portait la première au bout d’un mât en acier devait être vachement plus costaud que celui qui portait la seconde en carton.

    Une métaphore sans doute.


    • kako 13 janvier 2015 12:33

      Moi aussi !


      • agent ananas agent ananas 12 janvier 2015 11:36

        Jamais vu autant de moutons se rendrent à l’abattoir volontairement. smiley


        • Laulau Laulau 12 janvier 2015 11:38

          Vous êtes choqué par la présence d’un diplomate russe ? Par contre la présence de
          Netanyahu ne semble pas vous poser de problème. Pour lire ce genre de prose, nous avons déjà : Le Monde, Libération, le Nouvel Obs ...... Même le Figaro est plus objectif que vous !


          • agent ananas agent ananas 12 janvier 2015 11:45

            Par contre la présence de Netanyahu ne semble pas vous poser de problème.

            Pas plus que la présence du néo-nazi Porochenko qui génocide sa population dans l’est de l’Ukraine.


          • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2015 11:39

            Oui, certains vont avoir la gueule de bois, des nausées, des vertiges, l’esprit en feu... d’avoir dit : « Je suis ça » car ils ne connaissent pas trop. On va bouffer du « Je suis Charlie » à toutes les sauces le temps de comprendre.


            Ceci dit, le vrai problème est le champ magnétique terrestre et les réseaux électriques qui le perturbe.


            • tf1Groupie 12 janvier 2015 11:40

              « Je ne chercherai pas non plus à soulager des angoisses dans un délire complotiste et paranoïaque »

              BRAVO.

              Par contre concernant votre discours sur la liberté d’expression, je suis plus circonspect :
              si elle était totale il n’y aurait pas de loi « contre l’incitation à la haine raciale », il n’y aurait pas de loi Gayssot.

              On pourrait très bien créer une loi interdisant « d’insulter une communauté religieuse », car il y a bien des lois interdisant d’insulter la communauté juive.


              • alinea alinea 12 janvier 2015 11:45

                Eh bien ! voici un long concentré de la bien-pensance officielle !!
                Rien de neuf, rien à voir, et moi aussi j’ai arrêté ma lecture attentive après le signalement de la présence du Russe !


                • Robert GIL Robert GIL 12 janvier 2015 11:51

                  Quant à tous les complotistes qui dans leurs délires désignent les sionistes, les illuminatti ,ou prétendent que cela est un coup monté par la DGST et que les victimes ne seraient pas mortes, je me demande comment on peut dire autant d’âneries… ! Les Dupont La Joie de notre temps ressemblent à des BdB  ! Et si ces personnes sont en manque d’imagination, je peux leur livrer une petite théorie : celle de fanatiques d’extrême droite déguisés en jihadistes pour promouvoir la guerre des civilisations et faire monter le vote extrémiste … remarquez que ce ne serait pas la première fois que les fachos font des attentats sous fausses bannières  !
                  .
                  voir :
                  CHARLIE : la grosse rigolade !


                  • christophe nicolas christophe nicolas 12 janvier 2015 14:53

                    Ce n’est pas Charlie qui est visé mais le gars qui regarde, Charlie sert à ouvrir le cerveau du gars qui regarde. Oui, je sais c’est dégueulasse mais ils s’en tapent des gars de Charlie. Les instigateurs devaient être à la manif, ils ont sans doute poussé à la manif.


                    L’attentat est réel, il n’y a pas de souci mais c’est piloté et exploité à fond. Le meurtre pour ouvrir l’aspect émotionnel du cerveau et le gros mensonge de la vidéo. C’est dur de voir qu’il y a des vrais méchants mais c’est un petit groupe, sans doute très petit. Il ne faut pas croire, quelques dizaines de gars bien motivés suffisent surtout qu’après ils vont lancer des fausses pistes. Il faut tout de même des « Konàchié » sous le manteau, là, il y a une certaine logistique. Honnêtement, je ne vois pas nos services faire cela, on se rappelle du Rainbow Warrior.

                    A qui profite le crime ? Pas aux vendeurs de Basquets, pas aux policiers ridiculisés, pas à citroën, etc...

                    C’est triste.

                  • o.man 12 janvier 2015 12:15

                    Quelque chose d’important s’est passé pendant ces quelques jours de terreur .

                    Il semblerait que François Hollande ait pris conscience d’une menace extérieure !

                    Le doute sur des éléments dans certaines vidéos , des détails qui ne collent pas , des couacs dans le déroulement des actions terroristes .

                    Éléments que j’ai pu relever :

                    - Le jeune Mourad , le seul qui aurait pu se faire surnommer « MOMO » par ces complices , qu’on entend interpelé dans la vidéo , dont la retranscription n’est pas faite en sous-titre et où le policier se fait froidement descendre .
                    Disculpé , car il était à l’école avec ses camarade à des centaines de kilomètres à Charlesville-Mézières au moment des faits .
                    Et cette façon de revendiquer leur crime à haute voix dans la rue alors qu’ils viennent de commettre un crime odieux et vont avoir toutes les polices de France aux fesses .
                    C’est pas crédible .

                    - Les rétroviseurs de la voiture qui ne sont pas de la même couleur .
                    Blanc au moment de l’assassinat du policer et Noir sur la voiture récupérée par la police .
                    Les terroristes n’avait pas prévu que quelqu’un pourrait les filmer dans la rue .

                    - La carte d’identité retrouvée dans la voiture .
                    C’est logique de trouver une carte d’identité seule .
                    En général , elle est dans un porte feuille ou autre contenant dans lequel on trouve aussi une carte vitale , carte de crédit , argent liquide , mais rien de tout ça , juste la carte d’identité , admettons .
                    Quelle idée de se trimbaler avec une carte d’identité si c’est pour se balader avec une cagoule sur la tête ?
                    Dans le cas où un des terroristes se fait prendre ou descendre , on l’identifiera bien sans sa carte d’identité .

                    - L’employé caché sous un évier tout le temps de la prise d’otage dans l’imprimerie .
                    Il pouvait en temps réel informer les policier sur l’état d’esprit des deux frères Kouachi .
                    Il est possible que ces jeunes aient été lâchement jetés en pâture au gendarmes du GIGN après que les vrai auteurs , très professionnels , se soit volatilisés .
                    Ou que les deux terroristes dans l’usine ne soient pas les frères Kouachi .
                    On ne le saura peut-être jamais .

                    - Les journalistes qui se contredisent avec le ministre Caseneuve en direct sur des soit disant renseignement fournis par les renseignements Américains alors que le Ministre les dément totalement toute information sur le passage à l’acte des personnes recherchés .
                    Il est certains que le Ministre et les policiers ont été abusés car le ministre a bien été informé de la présence de trois terroristes lors de l’attaque à Charlie Hebdo alors que sur la vidéo où le policer est froidement abattu , seulement deux terroristes sortent de voiture dont le conducteur .
                    Le troisième terroriste , il faisait quoi assis à l’arrière du véhicule ?
                    Il gardait la voiture pour qu’on ne leur vole pas les armes , les drapeaux islamistes et surtout la carte d’identité qu’on a retrouvé ?

                    J’apprends ce matin :

                    - L’employé du supermarché casher qui arrive à se sortir du magasin par une porte arrière et qui donne les clef du rideau de fer de l’entrée principale aux policiers .
                    L’intervention de la police empêchant la mise en place d’explosifs dans le magasin ce qui aurait détruit pas mal de preuves .
                    Des preuves comme par exemple une arme utilisée lors d’une agression contre un jogger , celui-ci aurait décrit son agresseur comme un homme de type Européen ,
                    Coulibaly n’a pas , semble t-il , la peau si claire .

                    - Les vidéos posthumes de Coulibaly , postés sur internet puis retirés , dans lesquelles on le voit avec au moins quatre tenues différentes et totalement détendu, un vrai défilé de mode pour quelqu’un en cavale ou quelqu’un dévoilant ces méfaits .
                    L’annonce d’un attentat à la voiture piégée qui n’a pas eu lieu , étrange !
                    Le soutiens et la confirmation de coordinations entre les deux groupes de pieds nicklés .
                    Les journalistes informent actuellement que les policiers doutent de l’authenticité des vidéos posthumes de Coulibaly .

                    - La tête de réseau présumé , un jeune Imam des Buttes de Chaumont , serait en fait un jeune qui se serait rangé et qui suivrait depuis quelques temps des études d’infirmier .
                    Lui aussi disculpé dans cette affaire comme Mourad .

                    Une chose est certaine , le plan de manipulation à foiré .
                    L’employé resté caché dans l’imprimerie et l’évasion de l’employé du magasin casher permettant à la police d’intervenir avant que les terroristes ne se coordonnent pour mette d’autres plans à exécution , ont été les grains de sable dans cette action terroriste .
                    Les Terroristes n’ayant pas pu rejoindre Charleville-Mézières pour que le jeune Mourad soit accusé , il était forcé qu’un ou des complices agissent pour faire diversion , d’où la prise d’otage du super marché casher , sans ce contre temps , la prise d’otage n’a aucune justification .

                    La venu de certaines personnalités à la manifestation de Dimanche est certainement leur dernier baroud d’honneur à la déstabilisation du pays .
                    François sait , les Français sauront (peut-être) !


                    • o.man 12 janvier 2015 12:23

                      Désolé pour les nombreuse fautes de frappe et d’orthographe .


                    • caramico 12 janvier 2015 12:25

                      Rien entendu sur les causes du mal :

                      Rien sur notre politique étrangère, rien sur nos sympathiques alliés, l’Arabie Saoudite, le Quatar, la Turquie, les USA, sur nous mêmes avec les positions de Hollande et de Fabius, va-t-en guerre en Syrie, dans la continuation des saloperies faites en Lybie par Sarko.

                      Pas un mea culpa sur tout ça, et rien de décidé pour infléchir cette politique.

                      Allez juste un petit patriot act à la française, et tout le monde sera content ?


                      • luxwalker 12 janvier 2015 12:26

                        Et si on rêvait ?

                        Imaginons un instant ces millions de gens qui manifestent « citoyennement » pour la liberté d’expression s’arrêter durant quelques minutes et faire silence !

                        Puis debout, assis ou allongés, ils produiraient des pensées d’AMOUR envers la terre et l’humanité !

                        On appelle ça, produire des EGREGORES

                        Maintenant on parle de champs morphogénétiques

                        Nos ancêtres lointains connaissaient cette technique et produisaient des égrégores sur une place publique dénommée agora qui signifiait lieu de rassemblement de la foule

                        Le mot égrégore possède la même racine que le mot agora, vous avez compris ?

                         smiley


                        • o.man 12 janvier 2015 12:30

                          Certains sont venus défiler pour la liberté d’expression .
                          D’autres sont venus pour la liberté d’ex-pressions .

                          Ces chefs se reconnaitrons .


                          • njama njama 12 janvier 2015 12:41

                            liberté d’expression ?
                            De Charlie Hebdo à l’islamophobie d’Etat

                            Par Comité Action Palestine

                            « La dictature n’est pas le contraire de la démocratie, mais son évolution par temps de crise ».
                             Bertolt Brecht
                            11.01.2015 - Le Comité Action Palestine condamne fermement l’assassinat comme mode d’action politique et défend la liberté d’expression. Charlie Hebdo avait le droit d’exprimer son opinion même si elle était nauséabonde et d’une vulgarité sans nom. Mais cette liberté d’expression ne peut être à géométrie variable, elle est un principe. C’est ce principe que le Comité Action Palestine a toujours défendu dans le cadre de son action, et c’est au nom de ce principe qu’il avait dénoncé les interdictions des spectacles de l’humoriste Dieudonné. Or on constate que l’Etat français la défend dans le cas de Charlie Hebdo alors qu’il n’a pas hésité à censurer Dieudonné et interdire les manifestations dénonçant les massacres sionistes à Gaza en juillet 2014. Devons-nous en conclure que la liberté d’expression s’arrête là où commence l’Etat d’Israël ? La présence à la manifestation parisienne du dimanche 11 janvier 2015 de plusieurs dirigeants de l’entité sioniste répond sans ambiguïté à cette question.
                            http://www.ism-france.org/


                            • soi même 12 janvier 2015 12:58

                              Ne nous trompons pas, crié son dégoût et sa peine devant l’inhumanité est une chose salutaire mais delà à pensé que le problème est réglé par cette grande communion est un leurre soigneusement bien entretenue !

                              Il suffit de lire c’est article et vous comprendre toute l’ambiguïté de cette grande communion !

                              jeudi 5 décembre 2013
                              Médias posté à 11h44, par Olivier Cyran
                              « Charlie Hebdo », pas raciste ? Si vous le dites…

                              Il y a travaillé de 1992 à 2001, avant de claquer la porte, échaudé par « la conduite despotique et l’affairisme ascensionnel » d’un certain Philippe Val. Depuis, Olivier Cyran observe de loin, hors les murs, l’évolution de Charlie Hebdo et sa grandissante obsession pour l’islam. Il revient sur cette longue dérive à l’occasion d’une tribune récemment publiée dans Le Monde, signée Charb et Fabrice Nicolino.

                              Post-scriptum 11 janvier 2015 : à tous ceux qui estiment que cet article serait une validation a priori de l’attaque terroriste ignoble contre Charlie hebdo (ils l’auraient bien cherché), la rédaction d’Article11 adresse un vigoureux bras d’honneur. Charognards ! Pour que les choses soient bien claires, il y a ce texte.

                              http://www.article11.info/?Charlie-Hebdo-pas-raciste-Si-vous#a_titre

                              J’espère juste que ceux qui on été à cette grande messe, s non pas plus communier dans la crasse bêtise et qui garde le sens du discernement, car à la lecture de cet article , il est facile de comprendre que la spontanéité n’est pas une aide efficace à discernée ce qui se trame en coulisse !


                              • parousnik 12 janvier 2015 15:00

                                @Isabelle F...rance 2

                                 Je regrette et désapprouve ces assassinats mais je ne lisais plus Charlie Hebdo depuis la prise de contrôle par Val de ce journal devenu alors islamophobe. Si l’Occident et son Otan n’avait pas en toute illégalité semé la terreur sous de fallacieux prétextes dans tout le Moyen Orient ces attentats n’auraient jamais eu lieu. Et puis ce sont des français qui ont commis ces actes douloureux surtout pour les familles et les proches, faudrait alors ce demander pourquoi des français sombrent ainsi dans un tel desespoir qui les poussent au suicide les armes à la mains.
                                L’Onu : « condamnons le nazisme » : l’Ue s’abstient, Usa et Ukraine votent contre... 

                                • BA 12 janvier 2015 15:57

                                  Lundi 12 janvier 2015 :

                                  Une photo exceptionnelle, prise par Martin Argyroglo.

                                  Cette photo est extraordinaire :

                                  https://twitter.com/argyroglo/status/554434942298755074/photo/1


                                  • Jelena 12 janvier 2015 16:19

                                    Ça prétend défendre de « la liberté d’expression » et ça censure un max... Toi être zombie, toi pas avoir droit réfléchir ou sinon c’est pas du jeu.


                                    • egos 12 janvier 2015 22:42

                                      La démocratie, un piège pour les moutons de Panurge,


                                      belle unanimité ce dimanche pour honorer la mémoire des disparus et la liberté d’expression,
                                      à grand renfort d’articles et reportages tournant en boucle,

                                      en tête de manif les plus ardents défenseurs des libertés et du peuple, les défenseurs des droits des femmes, de l’homme e de l’enfance apprécieront leur présence et soutien à la cause.

                                      Le journal Libé (Sartre réveille toi ...) héberge une fois encore les équipe des CH pour la préparation de la future édition, 

                                      tirage annoncé (et « annoncé » comme il se doit) 3 millions d’exemplaires.

                                      De quoi surpasser les profits records réalisés en 2009 lorsque la publication prit le relai du journal danois qui avait lancé la campagne.

                                      Simultanément, sur le site de Libé (qui porte vraiment mal son om) un article signé Leo Mouren met en garde contre toute forme de diffusion d’informations non autorisée ou préjugée licite par les autorités 
                                      articles de loi à l’appui

                                      La vie (et le business) reprend ses droits, la presse officielle également

                                      de quoi nous faire regretter la Pravda des années 50

                                      • lsga lsga 12 janvier 2015 22:45

                                        et donc, à part la démocratie, tu proposes quoi ?


                                      • egos 12 janvier 2015 23:19

                                        à Isga


                                        commnecer par éliminer l’usage, pour ce type de débat, du pronom je

                                      • lsga lsga 12 janvier 2015 23:23

                                        tu proposes quoi à part la démocratie ? parce que JE suis contre la République Bourgeoisie prétendue représentative, mais pour la démocratie de conseil. Et toi ? 


                                      • egos 13 janvier 2015 00:07
                                        Isga

                                        la démocratie représentative, depuis ses origines est une structure formelle et efficace pour les intérêts qu’elle sert,

                                        l’archétype US, représentation du modèle dominant actuel fut longtemps comparée au modèle athénien, approximatif à l’intérieur, dictatorial à la périphérie,

                                        d’un point de vue matérialiste, elle correspond au modèle le plus achevé répondant aux exigences des contraintes de production, reproduction, hiérarchisation (culte voué au sacré qui par voie de conséquence exige des sacrifices)

                                        Isga développe ses raisonnements à partir de concepts matérialistes,

                                        l’état de l’orde social repose sur celui des modes de production eux mêmes tributaires d’une dynamique historique vis à vis de laquelle les initiatives individuelles, restent inopérantes sauf si elles s’inscrivent dans le champ historique

                                        les limites de cette approche (svp ne pas confondre avec l’analyse produite Isga) consiste à lier l’évolution des sociétés humaines à une forme de prédestination des sociétés humaines (déterminisme) économique,

                                         ce qui équivaudrait à retomber dans les thèses du camp d’en face (Divinités, Nature ou les deux à la fois)

                                        un monde idéal est un lieu inaccessible, une sorte de géométrie euclidienne ou les parallèles se rejoignent à l’infini

                                        par ailleurs, les forces en jeu (ns y viendront ultérieurement ou peut être pas) sont considérable, 
                                        une démocratie de conseils, participative ouverte constituerait un premier pas sous réserve d’une adaptation constante

                                        dans un monde idéal (est ce souhaitable ou accessible) une société libérée de ses contraintes et nécessités devrait pouvoir associer des groupes fortement soudés, engagés, des créatifs ou des rêveurs et les membres de cette Rose Noire de la pensée et des manifs que sont les anarchistes

                                      • egos 13 janvier 2015 00:09

                                        svp lire prédestination (déterminisme) économique


                                      • lsga lsga 13 janvier 2015 00:26

                                        ok ok, ça me va. N’hésite pas à défendre la démocratie de conseil et la hiérarchie spontanée plutôt que de simplement attaquer la démocratie tout court sans plus de précision. 


                                      • yvesduc 12 janvier 2015 23:27
                                        À force de ne vouloir faire le « jeu » de personne, vous ne remontez pas aux racines du mal.

                                        Les racines du mal, ce sont notamment ces conflits que l’Occident alimente en Afrique et au Moyen Orient et la stigmatisation des musulmans à des fins de politique étrangère.

                                        Je soutiens, moi aussi, la démocratie mais celle-ci me semble infiniment plus menacée par le TAFA, ou lorsque le TCE est adopté après avoir été rejeté par les urnes. Rappelons que le TAFTA est soutenu par les deux premiers partis de France (l’UMPS), les États-Unis et les plus grandes firmes étasuniennes, et que par comparaison une poignée de criminels de droit commun, sans parti, sans mouvement ni association derrière eux (même minuscule) n’ont absolument aucune chance d’imposer leurs vues, a fortiori avec des procédés qui les font détester par à peu près tout le monde.

                                        Le danger, bien réel cette fois, est que nos gouvernants veuillent restreindre nos libertés, comme l’avait fait Bush avec le Patriot Act, après le 11-Septembre. Torture, détention arbitraire, tribunaux militaires… Non, non, ce n’est pas Ben Laden qui a insufflé le Patriot Act !! Bush a même fait pression sur le Congrès pour le faire passer !

                                        Je rappelle que le volet juridique du TAFTA instaure la primauté du ‘droit au profit’ des multinationales SUR les lois démocratiques. Si, si, ils ont osé…

                                        Charlie Hebdo usait certes de la liberté d’expression, mais on peut se demander si parfois ils n’en abusaient pas et ne versaient pas dans l’incitation à la haine. Dans Rhâââ lovely tome 2, Gotlib dessine les dieux au cours d’une méga orgie, enchaînant les blagues salaces et grivoises. Mais c’est de l’humour bon enfant et les histoires de Gotlib portent en majorité sur des personnages imaginaires. Il n’agresse pas, ne se focalise pas sur les religions ni sur une religion en particulier. Sa BD est en vente partout. Sans problème… Le cas de Charlie est tout à fait différent et relève d’un véritable acharnement sur l’Islam, depuis le 11-Septembre et l’arrivée à la Rédaction de Val et Fourest, qui se sont ainsi offert une marche vers de plus hautes destinées.

                                        • soi même 13 janvier 2015 12:51

                                          Le combat contre la religion est aussi monté de toute pièce, il est évident que depuis les années cinquante que c’était un phénomène qui prenez de moins en moins d’importance, en cela le combat a vouloir l’éradiquer par la force et aussi une façon de lui redonné de la vigueur et de forcé et quel prenne le chemin de la violence !

                                          Car ce qui c’est passé le 8 janvier, n’est pas seulement une réponse à un outrage perçus par certain,c’est aussi toute une stratégie voulue pour un changement brutal de paganisme sociétal, ceux que certains n’avaient pas obtenue dans les années 50, car un certain De Gaulle avait mis des bâtons dans les roue d’une machination bien l’huilée, cela est revenue sous une autre forme par la stratégie de choc !

                                          Il est urgent les défenseur de la Laïcité arrêtes leurs provocations gratuites, cela ne veut pas dire baissé la garde quand un phénomène religieux qui veulent prendre les règnes de la société, cela sous entend que sur la liberté individuel ils doivent reconnaître que le danger vient d’ailleurs et tant qu’ils n’orront pas le respect que des personnes puisent se liée à une religion, ils verront venir à eux, cette avant garde extrémiste qu’ils nourrissent par leurs diatribes et qui sont tous sauf en réalités des religieux si ce n’est en réalité des mercenaires qui sont envoyées pour labourer le terrain en profondeur et nous poussées à ce qui n’est plus de résistance face aux grands projets qui est américanisation de du monde !


                                          "Personne n’est plus redoutable que celui qui n’a jamais de doutes."

                                          Jacques Sternberg.


                                        • colza 13 janvier 2015 15:19

                                          C’est la récupération politique (ici du terrorisme) qui est un piège de la démocratie.

                                          Ce fonctionne à plein tuyau en ce moment et malheureusement, ça va se voir dans les sondages et ensuite et peut-être plus (trop) tard dans la restriction de nos libertés individuelles.



                                          • julius 1ER 13 janvier 2015 18:08
                                            CHARLIE HEBDO : le terrorisme est un piège pour la Démocratie
                                            vous auriez du développer comme suit :
                                            Acte 1
                                             les USA par l’entremise de la CIA ont créé Al Quaida( pour user l’URSS dans une guerre meurtrière en Afghanistan afin d’en finir avec l’URSS....
                                            à la suite de çà le terrorisme n’a fait que prospérer, comme c’est étrange en même temps que l’URSS explosait !!!!!
                                            Acte 2
                                            11 Septembre 2001, c’est la destruction des tours WTC par Al Quaida (manipulé ou pas ?? juste laissé faire ???)
                                            conséquences =guerre en Irak (avec de faux prétextes) guerre en Afghanistan (à nouveau) puis Libye et maintenant Syrie avec comme conséquence non pas l’instauration d’états de droit , mais 
                                            3000 milliards de dollars dépensés avec tout son cortège de prises de participation et délit d’initiés dans les sociétés d’armements... n’est ce pas Messieurs Cheney, Rumsfeld et consorts.....
                                            destabilisation de tous le moyen- orient avec en prime, main basse sur les réserves de pétrole par l’intermédiaire des grosses sociétés pétrolières Exxon BP et autres...
                                            instauration du Patriot act ( ou limitation des libertés, loi d’exception dans toute sa splendeur avec son coup de rabot sur l’état de droit)..... 
                                            Acte 3
                                            mise sous tutelle des états par la finance débridée et mondialisée avec comme conséquence la crise que l’on connait depuis 2007/8
                                            Acte 4
                                            le terrorisme n’a fait que se multiplier car financé largement par les pétro-dollars et maintenant instauration du chaos en France et déjà on parle d’un Patriot Act à la Française........
                                            Résultat des courses...... chômage de masse, destructions, restriction des libertés, augmentation des inégalités et surtout destabilisation des peuples qui ne revendiquent plus rien !!!!!! 

                                            alors la question que l’on peut poser est : tout ces évènements ne sont ils que le fruit du hasard ???
                                            ou alors est- il le plan pensé par une oligarchie qui veut avoir la mainmise sur nos vies ????
                                            en ce début 2015, je répondrai que tout a commencé avec le terrorisme artisanal dans les années 80 mais celui-ci est devenu un terrorisme d’état en 2015 car le terrorisme est devenu une arme pour perpétuer un ordre établi CQFD...

                                            • Herlock Sholmes Herlock Sholmes 13 janvier 2015 20:27

                                              Bien lire cet article de Michel Collon, datant du 07-12-2013 :



                                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 18 janvier 2015 10:16

                                                Eh oui, comme vous le dites bien !!!

                                                FEUILLETEZ CETTE ENCYCLOPÉDIE :
                                                https://www.facebook.com/M.A.Madjour

                                                Je vous renvoie à mon avertissement du 21mars 2004 rappelé le 26 septembre 2014

                                                « L’EUROPE FACE A EL-QAIDA ». Non !!! Moi je vous dis :  « L’EUROPE EST FACE A ELLE-MÊME ».

                                                Ma naïveté va encore plus loin et je vous dis que la France et l’Europe qui ne veulent rien comprendre, seront longtemps et durablement assiégées par leur propres armées A CAUSE DES CONSÉQUENCES DE LEUR IDÉOLOGIE HYPER-NATIONALE-SOCIALISTE !


                                                • Tillia Tillia 19 janvier 2015 02:18

                                                  L’Arabie saoudite et la menace extérieure, L’EI veut rentrer à la maison smiley


                                                  Arabie Saoudite : une « Grande Muraille » contre les djihadistes.
                                                  http://rue89.nouvelobs.com/2015/01/18/arabie-saoudite-grande-muraille-contre-les-djihadistes-257175

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Isabelle F.


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès