Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Chirac dit non, Clinton dit oui

Chirac dit non, Clinton dit oui

J’ai proposé un projet de livre à Chirac, il a dit non. J’ai pris mon téléphone, j’ai appelé la Maison Blanche, j’ai fini par rencontrer Clinton, il a dit oui... Et puis Chirac a suivi. Nul n’est prophète en son pays.

Que peut-on faire lorsqu’on est jeune, plein d’idées et qu’on vit ans un pays sclérosé par une élite administrative et politique ? On peut aller vivre ailleurs ou se retrousser les manches. C’est ce que j’ai fait en 1998.

Deux ans avant le passage en l’an 2000, je décide de lancer un projet fou : laisser une trace pour les générations à venir d’un dialogue entre la jeunesse du monde entier et les chefs d’État les plus puissants de la planète.

Pour réaliser ce projet Millenarium, un outil nouveau s’offrait naturellement à mes yeux : Internet. Avec mon ami d’enfance Léonard Anthony, originaire de Pondichéry en Inde, nous avons réalisé un site Internet en trois langues et nous avons invité la jeunesse terrienne à poser ses questions à nos têtes républicaines. En même temps, nous avons contacté directement les chefs d’État en question afin de les faire participer à ce projet unique au monde.

Le volet jeunesse avançait à grands pas, 30 000 questions avaient été postées sur notre site en trois mois. À l’époque, c’était énorme. La presse classique comme la virtuelle commençaient à s’en faire l‘écho : à Paris, New York, Sao Paulo, Calcutta... Le volet chefs d’État, quant à lui, traînait des pieds : nous recevions des fins de non-recevoir des conseillers. Que faire alors ?

Étant Français, nous insistons auprès de l’entourage de Chirac pour expliquer l’originalité de la démarche et l’opportunité pour le Président de s’associer à un projet mondial lié à la jeunesse. Souvenez-vous, un an avant, en 1997, Chirac avait dissout l’Assemblée nationale ; les élections suivantes avaient vu la victoire de la gauche avec la nomination de Jospin à Matignon. Concrètement, Chirac avait du temps, et une image à redorer. C’est en tout cas de cette façon que nous avons vendu l’opération à ses conseillers.

Malgré tous nos efforts et notre bonne volonté, la réponse des conseillers de Chirac était peu accommodante : « Pourquoi le Président vous dirait oui à vous et pas aux autres ? ». Notre réponse a été tout aussi cinglante : « Parce que personne d’autre ne vous a présenté un projet aussi original qui associe la jeunesse, les nouvelles technologies et la démocratie directe du troisième millénaire ». Excédés, les conseillers maintiennent leur position : « N’insistez pas, notre décision est prise, c’est non. Bon courage ».

Après pareille douche froide, nous avions mille raisons d’abandonner ; c’était sans compter sur notre opiniâtreté et notre volonté de faire aboutir ce projet qui, plus qu’un caprice de jeunes en quête de reconnaissance, pouvait montrer que tout est possible en ce bas monde, que l’avenir est à construire ensemble, avec les jeunes et avec les gouvernants du monde.

J’y reviendrai en détail une autre fois, mais de 1992 à 1997, nous avions lancé, déjà avec trois tonnes de naïveté, un projet tout aussi fou en banlieue. Il s’agissait de rédiger, avec dix jeunes des deux cités dans lesquelles Léonard et moi vivions, une enquête boursière sur Eurotunnel et Eurodisney. Et là aussi, après deux ans d’enquête, il a fallu trois longues années pour qu’un éditeur, Fixot, finisse par nous publier, non pas un livre, mais deux : Splendeurs et misères des petits actionnaires et On vous écrit d’à côté, ce deuxième livre étant un making of de l’histoire du premier.

Tout cela pour vous dire que les échecs et les obstacles ont nourri mon jeune âge et que l’expérience du non, du refus, était une invitation à lui faire découvrir son alter ego, le oui, l’accord, qui au bout du compte ne se trouve jamais vraiment très loin.

Forts de cette expérience, le non de l’entourage de Chirac nous a motivés encore plus pour convaincre les autres chefs d’État. En ligne de mire, nous avions Bill Clinton, le président des États-Unis. Dans notre esprit, il était clair que l’obtention de l’accord du président le plus puissant de la planète nous ouvrirait les portes des autres écuries présidentielles.

C’est à réaliser cet objectif que j’ai passé sept mois : 210 jours à essayer de voir, de rencontrer, de lire tout sur Clinton et les personnes qu’il avait rencontrées en Europe depuis son accession à la Maison Blanche. Les premiers contacts en direct et en différé ne sont pas très prometteurs. Mais voici que Jospin se rend en voyage officiel aux États-Unis avec un de ces conseillers en nouvelles technologies que nous connaissions depuis quelques temps, Jean-Noël Tronc.

Sitôt qu’il est de retour à Paris, nous prenons immédiatement contact avec Jean-Noël. Il nous reçoit dans la foulée. On lui expose l’idée du livre-entretien entre les jeunes de la planète et les chefs d’État du G7 via Internet (à l’époque, on avait déjà recueilli 80 000 questions sur notre site). Jean-Noël, sensible à notre enthousiasme et à notre détermination, nous donne le mail du conseiller spécial pour les affaires européennes de Bill Clinton, un certain Anthony Blinken, qui parle, nous dit-il, un français voltairien. Il s’empresse d’ajouter : « Je ne vous garantis rien, c’est pas une partie facile ». De toute façon, dans notre esprit, nous n’allions pas tenir rigueur à Clinton de nous dire non une deuxième fois.

E-mail en poche, j’écris à Blinken. On attend, 24 heures, trois jours puis dix jours ; le temps est long. Le onzième jour, à minuit, heure de Paris, je prends mon courage à deux mains, j’attrape mon téléphone et je compose le numéro de la Maison Blanche que j’ai trouvé sur Internet. Avec un anglais d’étudiant et une intonation quelque peu fébrile, je me présente et demande à l’opératrice le bureau de Blinken. Après trois sonneries, je tombe sur la secrétaire à qui j’explique brièvement que j’appelle de Paris, en présentant mon projet et mon souhait de parler avec Blinken. Elle me le passe aussitôt.

L’accueil de Blinken est très chaleureux. Le projet, son originalité, notre enthousiasme l’ont très vite touché. Il nous confie que c’est le genre de projet auquel le président Clinton peut être très sensible. Je lui propose de le rencontrer au lieu et à la date qui l’arrangent. Il nous parle d’un voyage qu’il doit faire avec Clinton au Proche-Orient dans les vingt jours suivants. Je lui réponds que nous pouvons nous y rendre sans difficulté (accompagnés de notre correspondante américaine) si ça peut lui faciliter les choses. Après quelques secondes de réflexion, il propose une rencontre à Washington, je lui réponds : « Avec plaisir, votre date sera la mienne. »

Le lendemain matin, on s’empresse d’envoyer un fax aux conseillers de Chirac en mentionnant : « Rendez-vous à la Maison Banche prévu pour dans quinze jours. » Aucune réaction de l’Elysée. Le jour du départ arrive ; le vol est prévu pour 10h30 du matin de l’aéroport Charles de Gaulle à Roissy. À 9h35, soit une heure avant le départ pour Washington, le téléphone sonne ; d’une voix ferme et quelque peu agacée, le conseiller du président Chirac m’ordonne de prendre un stylo et une feuille. Je m’exécute. « Notez », dit-il. Je note : « La Présidence de la République, et non le Président, s’empresse-t-il d’ajouter, est d’accord pour participer à l’opération Millenarium. Bon voyage ». Depuis, ce conseiller est devenu ministre.

Je raccroche mon téléphone et, fou de joie, je me lance pour une accolade dans les bras de Léonard. Nous sommes heureux, vive l’Amérique !

L’avion n’a pas encore décollé, mais nous savons déjà que nous avons gagné. Le lendemain, nous nous retrouvons à Washington à la Maison Blanche dans le bureau d’Anthony Blinken. D’emblée, Blinken nous tutoie avec sympathie et amitié. On en fait de même. On lui parle un peu de notre parcours et il nous interroge sur ce qui peut motiver deux jeunes Français à s’engager dans un projet aussi fou. Il nous confie que « d’habitude, on voit davantage des Américains les initier ».

On ne peut cacher un brin de fierté devant pareil compliment. Il ne se fait pas prier pour nous dire qu’il a parlé du projet à Clinton, qui a été emballé. Rendez-vous est pris. Dix jours plus tard, Clinton nous félicite pour notre courage et notre audace. Il a trouvé ingénieuse et superbe l’idée d’un livre-entretien avec des jeunes du monde entier grâce à Internet. Ça lui rappelait l’état d’esprit dans lequel il était lorsque, jeune inconnu, et audacieux qu’il était dans l’Arkansas, tout lui semblait à construire mais jamais impossible. Nous voici désormais avec un accord définitif écrit et sans condition du président des États-Unis. Ce que Chirac n’avait pas voulu faire, Clinton le faisait avec plaisir. Nul n’est prophète en son pays.

De retour à Paris, nous relançons les six autres chefs d’État récalcitrants avec la demande formulée six mois auparavant, mais cette fois-ci, au courrier est jointe une lettre de la Maison Blanche. En dix jours, par courrier aussi, les six chefs d’État sont fiers de partager notre enthousiasme en acceptant de participer à l’opération. Nous en sommes alors à 200 000 questions reçues des jeunes du monde entier.

C’est un miracle. Six mois après, nous sommes invités au Sommet du G7 à Cologne à l’occasion duquel nous remettons officiellement devant les caméras du monde entier les questions les plus pertinentes des jeunes aux chefs d’État. Des entretiens séparés suivront. Le livre-entretien Quel avenir pour l’humanité ? sera publié les premières semaines de l’an 2000 dans sept pays.

Voici ce qu’on peut faire lorsqu’on est jeune et plein d’enthousiasme. Huit ans plus tard, c’est animé par la même passion que j’ai décidé de me présenter aux présidentielles 2007.


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (207 votes)




Réagissez à l'article

95 réactions à cet article    


  • machinchose (---.---.168.96) 30 juin 2006 12:32

    Mais vous êtes formidable !

    est ce que vous avez soumis à messieurs Clinton et Chirac vous idées anti-démocratiques ?

    Ce genre d’article à la seule gloire de leur auteur me navre un peu mais bon ça ne mange pas de pain.

    en tout cas vous vous aimez bien c’est toujours ça.

    vous en êtes ou de vos signatures ?


    • Johan Johan 30 juin 2006 13:40

      Peux tu preciser s’il te plait ? Je suis alle sur le site Web, c’est une version peut etre un peu trop « on line » de la vie et de la democratie mais a part ca...


    • machinchose (---.---.239.45) 30 juin 2006 17:34

      il suffit d’aller voir sur le précédent article de monsieur. Et plus précisemment sur ces questions il suffit de se concentrer sur nos échanges (une petite recherche de « machinchose » sur la page vous guidera)


    • machinchose (---.---.239.45) 30 juin 2006 17:53

      Johan je copie/colle une réponse que j’y ai fait pour vous éclairer sur mon point de vue sur le programme du monsieurs :

      J’y repensais tout à l’heure et j’ai donc relu la réponse de M.Nekkaz :

      « Par ailleurs, être député n’est pas une kermesse, l’éboueur ou le technicien de surface n’ont rien à y faire. La dessus, je rejette toute démagogie qui ferait de la démocratie une grande surface où tout le monde peut être député alors qu’il n’a aucune compétence sur les grands dossiers qui concernent la France. A côté de cette position de principe, il y a 400 000 élus dans notre pays, il y a donc de la place pour toutes celles et ceux qui veulent s’investir dans le vie de la cité dans les différents postes de conseillers municipaux notamment ; d’ailleurs, dans nos campagnes abandonnées, il manque cruellement de volontaires à ces postes électifs. »

      Voilà la promesse de faire une république corporatiste qui va à l’encontre de tous les principes les plus élémentaires. (égalité devant les élection, égalité tout court)

      Pourquoi le soigné aurait moins à voir avec les questions de santé que le soignant ? (d’ailleurs une infirmière est elle catégorie kermesse ou c’est seulement les femmes de ménages ?)

      pourquoi le citoyen lambda devrait laisser le soin des questions de justice aux avocats et juges ? (le greffier est il « kermesse » ? le juriste d’entreprise est il kermesse ?)

      quelles seront les commissions ?

      Avec M.Nekkaz on aura une sorte de renouveau antidémocratique : une république du notable, du riche, corporatiste et méprisante et d’un point de vue local une république du petit chef méprisés d’en haut mais seul représentant d’une immense partie du pays... Le fait que cela aille à l’encontre de la plupart des traités internationaux qui nous obligent (déclaration universelle des droits de l’homme par exemple) en instaurant une inégalité de fait des citoyens ne semble pas troubler notre homme...

      Voilà j’espère, Johan vous avoir éclairé un peu sur ce qui est mon point de vue. J’attends toujours les réponses de M. Nekkaz qui m’a surtout l’air d’être un amateur mal éclairé.


    • Quelqu’un de bien (---.---.94.46) 3 juillet 2006 10:37

      Ils ont dit non et alors ? Pourquoi faudrait-il toujours acquiescer à toutes les demandes ?


    • L'équipe AgoraVox Francis 30 juin 2006 12:34

      Article très intéressant et démarche très citoyenne. Bravo. Ca fait plaisir de voir des gens qui bougent quand d’autres n’arrêtent pas de se plaindre ou de dénigrer.


      • machinchose (---.---.168.96) 30 juin 2006 12:43

        en ce qui concerne la démarche, en effet elle est interessante et c’est bien de voir que quelques jeunes se bougent (bon il y en a plein qui se bouge quand même entre les partis politique- c’est important le militantisme- le samu social, les asso, les affaires etc.)

        mais là ce n’est pas ce à quoi nous avons à faire ce dont il s’agit n’est jamais que de la pub d’un candidat pour lui même. Avez vous lu ses projet expliquant que l’assemblée nationale n’est pas une kermesse et que donc tout le monde n’a pas vocation à y entrer (entendre si vous n’êtes pas « compétent »... entendre « notable avec des diplomes sérieux ») ??

        Donc en ce qui me concerne ici tout me navre


      • L'équipe AgoraVox Francis 30 juin 2006 12:50

        Machinchose, Je ne connais pas l’auteur, ni son programme en détail. J’ai lu cet article et j’ai trouvé sa démarche assez originale et culotté. Je viens de lire aussi son autre article qu’il a publié ici pour annoncer sa candidature aux présidentielles. Je sais pas s’il va obtenir ces 500 signatures mais sur cet article il a obtenu tout juste 500 commentaires ! Un signe du destin ?  smiley

        Même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’il dit, là aussi je le trouve original, culotté et avec une volonté impressionnante. Cela dit, je ne le connais pas plus que ça mais au feeling c’est le genre de démarche que j’aime. Ca me change en tous cas, de ce que je vois tous les jours à la tv avec politiciens habituels.


      • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 30 juin 2006 13:25

        Merci François. Il est vrai que « se bouger », c’est s’exposer, se fragiliser, et ça coûte...en temps, en remises en question, en argent, en amitié...mais vivre des aventures de cette nature, ça rend l’impossible moins dogmatique.


      • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 30 juin 2006 13:28

        SilenT,

        Dans quelle direction aurais je du prolonger cette ambition ?


      • Bulgroz (---.---.33.5) 30 juin 2006 13:51

        Article très intéressant et démarche très citoyenne. Bravo. Ca fait plaisir de voir des gens qui bougent quand d’autres n’arrêtent pas de se plaindre ou de dénigrerdit Francis.

        Oui, bravo, absolument, mais où est la valeur ajoutée de tout cela ?

        Et qui paie tout ca ? La France généreuse et solidaire ? ca rachid Nekkaz ne nous le dit pas.


      • SilenT BoB SilenT BoB 30 juin 2006 14:30

        Mr Nekkaz,

        En fait je pense tout simplement que votre ambition aurait du se tourner aussi vers les entrepreneurs, ceux qui font l’economie de ce monde.

        Je pense qu’une interview d’ un Warren Buffet, d’un Bill Gates, pour ne citer que des tres connus aurait pu egalement apporter quelque chose. Je ne dis pas que votre idee est mauvaise, bien au contraire, elle bonne mais a mon sens (et ca n’engage que moi) pas assez aboutie.

        Les chefs d’Etat sont interessants sous certains aspects, les grands dirigeants d’enreprises peuvent aussi faire voir le monde sous un aspect different (parfois choquant pour certains et meme pour moi). Mais je pense que le pouvoir politique et le pouvoir economique sont tres tres lies.

        Une idee comme ca aussi, pourquoi pas une interview de Greenspan ?


      • Moise (---.---.18.61) 2 juillet 2006 01:37

        En fait quand vous dites que le monde politique et economique sont tres liés ; moi je pense que c’est bien plus que « liés » mais je ne vois pas pourquoi ces hommes politiques se laissent tres souvent dicter les interet privés au lieu d’ecouter le peuple ! Quand les interets privés(economiques) ont une puissance superieure aux interetx publics, alors nous ne sont plus en démocratie mais dans un regime Fasciste ! Roosvel nous avais deja mis en garde en apelant a la mefiance vis a vis du « complexe militaro industriel » americain qui a depuis, pris le pouvoir du peuple americain.


      • Toxique (---.---.251.200) 30 juin 2006 12:43

        demian west : si vous pouviez faire des commentaires lisibles , compréhensibles et surtout intélligents çà ne serait pas plus mal !Parce que là c’est plus que laborieux...

        Sinon toutes mes félicitations pour ce site. smiley


        • SilenT BoB SilenT BoB 30 juin 2006 13:18

          J’ai pris le parti du fait que cet article n’etait pas bon, pas pour sa forme, ni meme sur l’idee qui y est developpee, mais plutot sur le fait qu’on ait un dialogue avec des chefs d’Etat, cela pour un liberal comme moi me choque un peu. Je pense que le livre aurait ete bon avec un autre point de vue, celui des grands chefs d’entreprise de ce monde. le politique et l’economique en ce monde sont pour l’instant inseparable sur tous les points, je pense que votre ambition etait bonne, mais vous auriez du la prolonger.

          Mais bon ceci n’est que mon avis personnel, mais j’admire quand meme votre force de persuasion et votre volonte de vous activer afin de soutenir et faire aboutir un projet, pour cela bravo !

          (pardon pour le manque d’accents, toujours sur clavier qwerty)


          • Bulgroz (---.---.33.5) 30 juin 2006 13:34

            SilenT Bob,

            Ca suffit avec tes excuses de manques d’accent, moi, j’ai bossé au Mexique, Kosovo, Hongrie, UK, Grèce....et j’ai toujours su mettre des accents partout. Même au Kosovo, où j’ai du communiquer en Bulgare.

            Tu vas dans « Control Panel » puis dans « Regional and Language » puis « Languages » puis « Language for non unicode programs » puis tu te constitues la palette de langues dans lesquelles tu veux écrire.

            Je te dis ca pour parfaire ta maitrise des sciences.


          • SilenT BoB SilenT BoB 30 juin 2006 14:24

            uhhhhhhh bon ca va je vais le faire, c’est bon, je savais pas comment, faut pas s’ennever, reste cool Bulgroz.

            moi y’en a toujours parler calmement, pourquoi tu t’ennerves ?


          • Sylvain Reboul Sylvain Reboul 30 juin 2006 16:52

            ça suffit ce genre de commentaire méprisant et méprisable qui fait régresser le dialogue au raz des paquerettes et fait de l’arrogance un argument d’autorité alors qu’elle n’est que l’expression d’un autoritarisme compensateur.

            La morgue affichée par qui sait faire des accents français sur d’autres claviers pour disqualifier son interlocuteur est le signe infaillible d’une incapacité (voire d’un refus de) à dialoguer ; .

            Ce commentaire hors sujet, a la limite de l’insulte, n’a pas sa place ici.


          • Yann Riché (---.---.114.114) 30 juin 2006 13:48

            Bon courage pour votre candidature, déjà vous avez le culot, et pour ceux qui disent que c’est de l’autopromotion, ils ont raison mais quand on est pas connu il faut bien la faire cette promotion soit même !


            • roumi (---.---.74.206) 30 juin 2006 13:54

              salut rachid je vais essayer de ne pas ecrire avec mes dents !!!pour respecter ton ecrit .

              ton idee de leur vendre l’optimisme de la jeunesse et de ses interrogations comme valeur de dialogue est vraiment raffraichissante . c’est surprenant qu’il faille faire autant de surenchere pour arriver a ses fins . le mot jeunesse aurait du immediatement faire tilt cela a du leur arriver aussi ce stade de la vie !!

              la le marketting ou le lobbying n’y peut rien . si cela pouvait etre une evidence plus reconnue chez eux nous pourrions aussi plus nous y retrouver .

              j’espere que vous leur avez poses plein de questions sur leur jeunesse et leurs aspirations a cet age . et si le pouvoir a elargis leur reves ou pas et comment ils vont digerer vos questions ? avez vous repris rendez vous ensuite ?

              ton article se lis d’un trait


              • Rachid NEKKAZ (---.---.105.4) 30 juin 2006 15:28

                Oui je leur ai posé des questions sur leur jeunesse et leurs aspirations. La question était : « à 20 ans, comment voyiez vous le monde ? Quelles étaient vos aspirations ? »

                Les réponses ont été sincères et mêmes naives à plus d’un titre. Ce sont des hommes comme nous ; après en fonction de leur degré d’ambition et de conviction, la vie les a amenés à occuper les plus hautes fonctions de l’Etat dans leur pays respectif. Ceci étant dit, l’exercice du pouvoir les a un peu refroidis. Ils ont perdu comme une certaine illusion. Le pouvoir ne fait pas tout. il est parfois plus frustrateur que réalisateur.

                Nous avons pris rendez-vous ensuite avec Schroder et Obushi notamment. Schroder nous a même demandé si nous n’avions pas un autre projet à lui soumettre...A l’époque, on n’avait rien d’aussi audacieux à concrétiser...


              • machinchose (---.---.239.45) 30 juin 2006 17:39

                en gros vous avez compris très jeune qu’en alliant culo / ambition et cirage de pompe qui ne mange pas de pain vous alliez leur plaire. Voilà le bon point. Il y a aussi des jeunes qui passent leur nuits dehors à distribuer des soupes et des couvertures ou encore d’autres qui montent leur boite à 18 ans etc. Votre démarche n’est pas plus mauvaise qu’une autre mais elle ne m’impressionne pas et me semble montrer surtout que vis à vis des puissants vous avez toujours été d’une confondante naïveté. Comme celle qui vous fait croire que la majorité de l’assemblée nationale vous soutient quand elle se contente de dire à une vague proposition de loi « oui monsieur c’est interessant ».


              • Marsupilami (---.---.230.19) 30 juin 2006 14:01

                Ouaf !

                Quel egomaniaque ! De la pure autopromotion narcissique. Pour en savoir plus lisez ceci.

                Houba houba grrr...


                • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 30 juin 2006 14:01

                  Merci Yann,

                  j’ai regardé ton blog et tes articles sur les présidentielles ; si ma démarche t’intéresse, je serai ravi d’approfondir cela avec toi.


                  • Yann Riché (---.---.114.114) 30 juin 2006 16:11

                    Je ferais un petit tour sur votre site

                    Yann


                  • fredericKH (---.---.102.41) 30 juin 2006 16:07

                    @ Rachid NEKKAZ,

                    « ...Voici ce qu’on peut faire lorsqu’on est jeune et plein d’enthousiasme. »

                    Voilà une phrase dont chaque jeune doit s’inspirer pour gérer son propre destin et en corollaire le destin de son pays.

                    Il me revient de mémoire une phrase de ‘Gibrane Khalil Gibran’, souvent attribuée à d’autres : « Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande-toi plutôt ce que tu peux faire pour ton pays »

                    Bravo, tout simplement. Plein de réussite pour votre nouveau challenge.

                    Cordialement.


                    • Rachid NEKKAZ (---.---.105.4) 30 juin 2006 16:20

                      Merci Frédéreic, C’est cette philosophie de Gibran que je continue d’appliquer à moi-même dans toutes les actions que j’entreprends. Un autre proverbe dit : « on ne peut pas applaudir d’une seule main »... la porte est ouverte : blog.nekkaz.com


                    • Marsupilami (---.---.176.12) 30 juin 2006 16:42

                      Ouaf !

                      « On pe peut pas applaudir d’une seule main ».

                      Quand je lis la démagogie autopromotionnelle de ton programme branchouillard, j’ai envie d’être manchot...

                      Houba houba grrr...


                    • machinchose (---.---.239.45) 30 juin 2006 17:45

                      Marsupilami je suis content de te lire. Encore une fois c’est sidérant de voir que le pire programme présenté avec le sourire et le coup du « je suis plein de bonne volonté » suscite l’adhésion la plus irréfléchie de personnes dont on pourrait espérer qu’elles ne sont pas les plus stupides. Le net est démentiel. Un peu comme ces gens qui donnent un crédit illimité à Chouard seulement parce qu’il est « simple et comme vous bonnes gens »... flippant.


                    • Marsupilami (---.---.33.161) 1er juillet 2006 11:01

                      Ouaf !

                      @ Machinchose

                      Ben oui, c’est consternant. C’est la net-politique, le pur buzz, le j’affiche ma tronche et je veux qu’on voie ma binette au JT de TF1 et dans Gala. Le degré zéro de la politique, la démocratie je-clique-sur-le-mulot. Et le pire, c’est qu’il y en a plein qui se laissent emballer par ces inepties (faut lire son programme pour le croire !). Mais bon, Nekkaz est trop vieux pour postuler à la Starac, fallait bien qu’il se trouve un créneau médiatique...

                      Houba houba !


                    • aurelien 30 juin 2006 16:28

                      Bonjour Rachid,

                      Cette expérience est donc déjà terminée ? N’aura-t-elle durée qu’un temps ?

                      Cordialement


                      • aurelien 30 juin 2006 16:33

                        Les questions les plus représentatives (Livre Millénarium)...

                        Je ne pense pas que ce soit les questions les plus représentatives qui font avancer les choses, mais plutôt les questions les plus pertinentes.

                        Bonne après-midi


                      • aurelien 30 juin 2006 16:33

                        « qui fassent avancer les choses » smiley


                      • aurelien 30 juin 2006 20:07

                        Comment fait-on pour questionner les dirigeants mondiaux ?

                        Quand on pense à tous les filtres qu’il y a déjà entre la population et le maire d’une ville.


                      • aurelien 30 juin 2006 20:14

                        Rachid Nekkaz a écrit : « Je ménagerai tout le monde, j’écouterai tout le monde et je dirai aussi à tout le monde ce que je pense. n’attendez pas de moi de la langue de bois, j’attends de vous que vous soyez vrai, et je serai vrai avec vous aussi. C’est comme ça que je vois les relations entre nous. On a le droit de ne pas être d’accord, on a le devoir de s’exprimer avec sincérité. »


                      • Nicolas Voisin norbert 30 juin 2006 16:28

                        [champagne à 500 comm’ :) ]


                        • (---.---.135.217) 30 juin 2006 17:02

                          et caviar


                        • JC BENARD (---.---.92.11) 30 juin 2006 16:58

                          Rachid,

                          Allez vous répondre à l’article de « l’ami du peuple » qui interpelle les candidats à la présidence de la république sur la précarité ?

                          http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=11068


                          • Rachid NEKKAZ Rachid NEKKAZ 30 juin 2006 17:02

                            Oui JC Benard, je vais y répondre dès ce soir. MErci


                          • (---.---.135.217) 30 juin 2006 17:01

                            C’est un miracle (avant-dernier alinéa).Ce sont vos propos, je n’invente rien

                            MILLENIUM : c’est une secte ? (appel : ce nom : Millénium, je crois bien l’avoir rencontré quelque part, dans une lecture sur les sectes... à voir...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès