Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Cité U de Nanterre : Expulsions illégales et lutte des étudiants (...)

Cité U de Nanterre : Expulsions illégales et lutte des étudiants !

Le service social étudiant (CROUS) expulse illégalement de ses cités U...

L'ARENE (Association des RésidEnts de NanterrE), qui défend les droits des étudiants qui résident en cités universitaires et qui se bat à leurs cotés pour la défense du logement social étudiant (élu majoritaire sur la cité universitaire de Nanterre 5 sièges sur 6, contre 1 pour l'UNEF), dénonce depuis plusieurs années des expulsions illégales orchestrées par le CROUS de Versailles (Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires) censé être l'organisme "social" des étudiants (qui octroie les bourses et les chambres en résidence universitaire publique).

Une grande partie de ces expulsions appelées "exclusions" s'effectue par "ordre administratif" de la hiérarchie du CROUS de Versailles par la simple démagnétisation des badges de portes ou par le changement de la serrure, sans passer par la justice. Normalement, partout en France, une expulsion d'une personne occupant des lieux même "sans droits ni titre" doit être prononcée par un tribunal d'instance puis seul le préfet peut s'octroyer le droit de l'appliquer par la force publique. Les étudiants "non réadmis", c'est à dire ne correspondant plus aux critères du CROUS ou de son règlement, (cela peut se produire par de simples retards de loyers ou par un redoublement de l'étudiant dans son cursus) sont donc mis à la rue directement par le CROUS, alors que pour de nombreux étudiants parmi les plus précaires, parfois venus de province, des DOM TOM ou de l'étrangers, ce logement étudiant est bel et bien leur seul toit !

Ces dernières années ces expulsions se sont accélérés avec la condamnation de la cité U d'Anthony (plus grande cité U de France). A Nanterre aussi, depuis les rénovations (terminées en 2008) les serrures ont été remplacées par des badges magnétiques permettant au CROUS de les démagnétiser plus facilement pour expulser les résidents.

L'étudiant se retrouve alors à la rue sans ses affaires. Il doit revenir les récupérer quand il assure avoir trouvé un logement. Plusieurs étudiants ont déjà dormis dehors après ces expulsions. Précisons que le CROUS et les cités universitaires dites traditionnelles accueillent les étudiants sur critères sociaux, autrement dit les étudiants les plus précaires ou vivant loin (souvent obligés de se salarier pour payer leurs loyers au vu des bourses insuffisantes).

Un étudiant attaque le CROUS en justice : 

Cette année un étudiant en droit (Omar X) "non réadmis" pour avoir dépassé les 3 ans en Master autorisé par le CROUS (Il est fréquent que des prolongements soient accordés par le CROUS) a été expulsé par la démagnétisation de son badge. Cet étudiant avait pourtant suivi la procédure en demandant un recours de la décision de "non réadmission" au tribunal administratif puis au conseil d'Etat. Demandes toutes deux refusées. Mais ceci ne permet en rien au CROUS d'appliquer une procédure d'expulsion qui doit être prononcé par un tribunal d'instance, un huissier, puis appliqué sous décision du préfet. De plus, lors de ces procès, l'avocat du CROUS avait démenti au juge toute menace d'expulsion qui passerait outre la justice. 

Mais le CROUS rassuré par ces procès et non inquiet de poursuites ultérieurs (les étudiants expulsés, souvent dans une extrême précarité, n'ont jamais les moyens d'aller en justice pour se défendre) a décidé d'appliquer sa propre décision d'expulsion en démagnétisant le badge de cet étudiant. Cet étudiant en Master s'est donc retrouvé à la rue début juin, sans ses affaires et avant d'avoir pu retrouver un logement. Il a alors décidé d'attaquer le CROUS en justice (tribunal de grande instance de Versailles) avec le soutien de l'ARENE. Le CROUS s'est alors empressé de rouvrir la chambre avouant de fait son tord. 

Le procès s'est donc déroulé ce mardi 18 Juin à Versailles. Le CROUS, pour se défendre, à demander de ne pas retenir "l'expulsion" puisque la chambre a été rouverte. Celui-ci cherche à maintenir le vide juridique sur la question. La décision du procès qui décidera d'un non lieu ou de condamner le CROUS sera rendu le 6 août 2013... 

En attendant : maintien des expulsions et lutte des résidents de la cité U de Nanterre. (voir aussi petit historique)  

Mais ce n'est pas tout, pire encore, ce début Juin, le CROUS annonce aux résidents d'un bâtiment de la cité u de Nanterre (le bat E) que ce dernier va être rénové cet été et que l'ensemble des résidents doivent quitter les lieux pour début juillet. Le directeur de la résidence nous annonce alors que le CROUS a les moyens de reloger tout le monde dans les autres bâtiments de la cité U de Nanterre. Mais c'est avec stupeurs que nous apprenons que le CROUS refuse de reloger des étudiants "non réadmis" pour l’année 2013 2014. Laissant à ces étudiants moins d'un mois pour retrouver un logement.

Face à ces faits les résidents de la cité universitaire ont décidé de s'organiser et ont appelé à un "rassemblement barbecue" au cœur de la cité U à coté des bureaux du CROUS et appellent déja à une "assemblée des résidents" Mardi 25 Juin, décidés à ne plus laisser passer de telles expulsions illégales. Les étudiants prévoient déjà de nouvelles actions si le CROUS n'assure pas de reloger tout le monde avant juillet et ne s'engage pas à arrêter de tels pratiques !

Il faut enfin comprendre que ces expulsions s'inscrivent dans un contexte de privatisation rampante du CROUS qui est désormais obligé de gérer ses fonds propres ce qui le pousse à adopter une gestion mercantile (les loyers sur la cité U de Nanterre ont augmenté de 73% en 5 ans). Ce qui rentre en contradiction total avec le principe de logement social étudiant. Cela s'inscrit également dans un contexte de manque crucial de logements sociaux étudiants et de logements en générale à des prix abordables, ce qui rend difficile le départ des étudiants en fin de droit ou de cursus sur les cité U (un appartement ne se trouve pas du jour au lendemain).

Nous appelons tous les associations, journalistes et individus soucieux de l'accès au logement pour tous, de diffuser ce communiqué.


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • The jester 28 juin 2013 14:58

    Quand on obtient une chambre par le CROUS on connait par avance les règles de renouvellement. Celles ci sont certes assez stricte et peuvent paraitre violentes, mais il ne faut pas oublier le nombre de personne sur les listes d’attentes et qui respectent elles les règles d’admission.

    La solidarité pour ceux en place mais ne répondant plus au critère relève pour moi de l’hypocrisie car vous oubliez ceux qui attendent. Surtout que certains (en tout cas à mon époque au CROUS) violent les règles en connaissance de cause !


    • appoline appoline 29 juin 2013 12:36

      Sans oublier tous les traînes-savates qui font de la figuration sur les sièges d’amphi. Toute faveur se mérite, comme il n’y a pas de place pour tout le monde, il faut faire une sélection et il est normal que cela profite aux plus méritants 


    • JP94 29 juin 2013 11:44

      Situation tellement scandaleuse qu’il faudrait en référer à des élus ... et là encore l’étudiant précarisé est discriminé car éloigné de sa résidence d’origine .


      A Antony c’est bien Devedjian , le député très droitier qui s’attaque à la résidence U donc au droit des étudiants . Alors évidemment , demander à M. Devedjian d’intervenir , c’est lui demander de s’en prendre à lui-même ... et s’il vous répond ce sera pour vous rétorquer d’un ton arrogant ce que dit la personne ci-dessus .
      Mais c’est la nouvelle solidarité : celle qui consiste à s’acharner sur les précaires pour les dénoncer à d’autres précaires : en fait diviser pour régner .

      Il est temps de changer de projet politique : là c’est du gâchis les étudiants d’aujourd’hui sont la richesse de demain . 
      Mais les choix libéraux sont autres : alors dans les lieux de pouvoir en Europe on dit que cela coûte cher et on mène ces politiques de casse .

      Fort pratiques , ces rénovations qui visent à se débarrasser d’étudiants , sans même respecter des procédures légales . Il y a du fric pour rénover , pas pour loger .

      • appoline appoline 29 juin 2013 12:38

        J’ai connu à Cergy-Pontoise, des étudiants qui n’en étaient pas et qui bénéficiaient d’une chambre en cité U, c’est tout bonnement inadmissible car cela se fait au détriment de véritables étudiants, donc zou, dehors


      • popov 29 juin 2013 12:47
        @l’auteur

        Serait-il impensable que ces expulsions permettent de loger des étudiants encore plus nécessiteux ou plus méritants ?

      • jak2pad 29 juin 2013 17:57

        je ne sais pas si je suis le seul à penser comme cela, mais franchement j’en ai ma claque de ces profiteurs - glandeurs, qui veulent cumuler tous les avantages, bloquer des chambres pour étudiants alors qu’ils font souvent bien autre chose, et brailler à tue-tête dès qu’ils perdent leur bourse, leur piaule ou leurs allocations pour ceci ou pour cela.


        Et en plus le « défenseur » fait des dizaines de fautes d’orthographe.

        Marre, on vous dit !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

maelus


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès