Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Comment exclure le citoyen du débat politique

Comment exclure le citoyen du débat politique

L’ennui avec les politiques, c’est qu’à partir d’une bonne idée, ils sont capables de pourrir un débat au nom d’intérêts qui ne sont pas ceux des citoyens, mais qui relèvent d’un corporatisme exacerbé ou de la politique partisane.

Prenons par exemple la réforme des collectivités locales, sujet d’actualité s’il en est : comment ne pas souscrire à l’idée d’un débat, d’une réflexion sur le sujet, en ayant à l’esprit, que leur dispersion, le chevauchement de leurs compétences nuisent à la bonne lisibilité du dispositif par le citoyen et qu’il faut peut-être en diminuer le nombre ?

Mais là où le bât blesse, c’est que le système politique en place, avec ses luttes de pouvoir, tant interne à chaque formation qu’entre les partis, le mandarinat et le carriérisme qui le sclérosent, ne font pas bon ménage avec une vision démocratique des choses et l’expression citoyenne qui va avec.

Il existe une forme de connivence entre les partis traditionnels de gauche, de droite et centre pour éviter que le bon peuple s’intéresse de trop près au fonctionnement actuel de la nation, et tout cela sur fond d’enjeux de pouvoir.

La réforme vue par le pouvoir en place

C’est simple, a priori. Il s’agit de diminuer le mille feuille territorial auquel plus personne ne comprend rien et qui coûte cher en impôts locaux. Présenté comme cela, tout le monde comprend et évite de trop réfléchir.

Pour réformer le système, il n’y a que deux voies : celle du référendum ou bien la voie parlementaire. C’est précisément cette dernière qui a été choisie ce qui par conséquent en dit long sur la volonté de réforme et le résultat final. Car, il ne faut pas se leurrer, demander aux parlementaires de voter une loi qui va limiter leurs pouvoirs locaux et leur possibilité de cumul de mandats, c’est comme leur demander de se tirer une balle dans le pied.

Par conséquent, la véritable réforme des collectivités locales n’est pas pour demain, d’autant que ce n’est pas en tant que tel le principal souci de notre président qui utilise ce projet à des fins plus politiciennes, surtout destinées à caresser dans le sens du poil une partie de son électorat et de ses soutiens.

La suppression de la taxe professionnelle, mesure annoncée récemment fait partie intégrante du projet

En favorisant les entreprises, on étrangle un peu plus les collectivités locales déjà touchées par la crise, et dont les recettes de T. P. sont indispensables au financement de leurs politiques. Mais comme les collectivités locales les plus importantes sont aux mains de l’opposition, il fait par conséquent de cette mesure une formidable machine de guerre, prélude à la reconquête du pouvoir local par la droite.

D’un côté, on fait plaisir au MEDEF et de l’autre on tape sur l’opposition : double bénéfice.

Troisième et dernier volet du dispositif, la réforme du mode de scrutin aux élections locales.

Avec ce qui précède, le pari est fait que les majorités de gauche en place, obligée d’augmenter les impôts ménages pour compenser la perte de T.P., vont certainement devenir impopulaires auprès des électeurs.

Un nouveau coup de pouce est cependant nécessaire pour préparer l’alternance, d’où, pour 2014, le nouveau mode de scrutin principalement majoritaire et à un tour qui donnera la prime à la liste arrivée en première position, ce qui revient à favoriser l’UMP qui se présente unie face à la grande dispersion des listes de gauche, du centre et des partis écologiques. Le tour est joué !

De cette manière, on réconforte les élus de droite qui, malgré la diminution probable des élus locaux et la mutation de certains d’entre eux en conseillers territoriaux, devraient se voir récompenser de voter une réforme des collectivités locales à minima.

Voilà pourquoi la voie du référendum déjà si difficile à utiliser en temps normal, n’a jamais été envisagée en l’espèce, malgré les avantages démocratiques qu’elle aurait présentés.

La réforme vue par l’opposition

C’est peu de dire que l’opposition est groggy face à la machine de guerre mise en place par le président de la république et ses conseillers et qu’elle a du mal à sortir de la simple dénonciation.

Peut expansive et divisée sur le seul aspect « collectivités locales », elle se prend en pleine figure la suppression de la Taxe professionnelle avec la perspective d’une déculottée électorale annoncée lors des prochains renouvellements à un tour.

On remarquera que la solidarité entre niveaux de collectivités n’a joué à aucun moment, les perdantes (les départements) n’étant pas soutenues par celles qui avaient à y gagner (les métropoles ou les Régions) dans le projet de réforme, les communes et les intercommunalités étant restées prudemment sur la réserve.

C’est ce clivage qui explique que les élus locaux ne se soient pas empressés de monter au créneau et surtout d’ouvrir le débat avec les électeurs.

Face à cette situation, on pourrait penser que les élus locaux soient désormais tentés d’obtenir le soutien populaire en sortant du mode incantatoire et de la dénonciation utilisés jusqu’à présent.

Malheureusement, nous risquons d’être déçus, car au-delà du projet de réforme, se pose une question plus large à laquelle ils risqueraient d’être confrontés en ouvrant le débat, à savoir celle de la gestion des collectivités locales.

Il ne s’agit pas de dire que ces collectivités sont mal gérées mais de mettre en avant certaines dérives qui ne sont pas l’apanage des pouvoirs de gauche en place qui se sont inscrits dans le droit fil de leurs prédécesseurs de droite lorsqu’il y a eu alternance.

La propension à négliger le contrôle de gestion fait partie de ces dérives. C’est vrai qu’en période faste comme celle qu’ont connues les collectivités locales depuis 20 ans, on est plus enclin à dépenser qu’à faire la chasse aux dépenses inutiles et cela pour une raison bien simple, qui consiste à conforter le monde économique, les associations et d’une manière générale tous les bénéficiaires de la manne des collectivités et à les caresser dans le sens du poil : ça peut toujours être utile au moment des élections.

Cette remarque vaut pour la gauche comme pour la droite.

Résultat : des prestations surpayées, des subventions reconduites sans regard sur l’utilisation des précédentes et surtout une commande publique (travaux de voirie, bâtiments publics, aménagements urbains) trop importante au regard des besoins réels et que l’on porte aux nues en raison de son effet multiplicateur supposé alors que bien souvent elle ne sert qu’à augmenter les profits qui seront servis aux actionnaires.

Autre débat auquel elles seraient confrontées : celui des politiques facultatives dans lequel elles se sont engouffrées depuis si longtemps, et qui consiste à cofinancer des projets avec d’autres collectivités en utilisant et en augmentant les impôts locaux. Cela ne fait pas de mal d’être sur la photo lors de l’inauguration même si le projet ne concerne pas directement les compétences d’une collectivité.

Enfin, au cours du débat, les citoyens seraient sans doute tentés d’exiger que le monde économique qui a longtemps bénéficié du soutien des collectivités soit par des aides ou par des contrats, bénéficie désormais de moins de soutien et de moins de commandes publiques, d’autant qu’il ne leur versera plus désormais de taxe professionnelle.

Pour ces raisons, si débat il y a, à l’initiative des élus locaux, il sera tronqué, orienté et surtout cadré pour que ces questions qui pourraient déranger ne soient pas abordées. Il aura pour but principal d’instrumentaliser le bon peuple, pas de faire vivre la démocratie.

Voilà comment, au nom d’intérêts partisans, à gauche comme à droite, on ignore l’intérêt du citoyen et on se moque de lui en pourrissant un débat qui aurait mérité mieux.

Voilà pourquoi il faudra, en guise de débat, nous contenter des petites phrases assassines des aboyeurs en chef de chaque parti qui seront relayées complaisamment par les médias. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • SALOMON2345 22 octobre 2009 09:35

    Les couleurs des drapeaux (l’idéal) étaient vives, jadis, aujourd’hui, après de successifs abandons elles sont délavées et l’on voit qu’effectivement celui qui porte le drapeau diffère peu de qui porte le drapeau d’en face. Derrière, ils poussent mais ne sont pas encore conscients du MENSONGE de l’élite et leurs souffrances ne sont pas à l’aube d’être éradiquées !

    Un ETAT central dénationalise les routes tandis qu’il donne les clés et le coffre d’autoroutes lucratives, cède des monuments historiques, dénationalise des personnels d’ETAT (enseignants et de service) sans compensation locale, exonère de taxe TV sans compenser, « libère » le travail sans re-cotisations (manque comblé alors par la collectivité), réduit une TVA sans réelle contrepartie, considère que payer plus d’un milliard d’impôt est trop lorsqu’il ne reste en poche qu’un pauvre petit milliard (50%) bref, exerce un bon vouloir digne de l’ancien régime mais qui devrait le conduire à la fin de sa logique de « reconcentration » en supprimant (pour économies) gendarmes ou policiers, au choix, pour rester dans cette veine style gribouille, alias sapeur camembert, qui consiste, in fine, à augmenter la dépense dans sa maison (en travaux à tous les étages simultanément, jusqu’au bordel) mais à en déplacer le paiement chez le voisin !

    S’il est vrai que tout n’est pas orthodoxe dans la gestion territoriale, que quelques retouches autoritaires mais légitimes permettraient de rendre acceptable, vouloir comparer la tâche de l’ETAT avec les missions locales relève du YAKA imbécile général, aggravé depuis quelques semestres, à moins qu’il ne s’agisse - et de façon souterraine - d’un plan de destruction des pouvoirs démocratiques afin que la jungle et ses fauves prospèrent un peu plus encore, le chien étant « enragé », comme chacun sait !


    • Michel DROUET Michel DROUET 22 octobre 2009 10:15

      Nulle volonté chez moi de détruire les pouvoirs démocratiques, mais simplement de m’exprimer sur certaines lacunes de la gestion des collectivités locales (je sais de quoi je parle).
      Nulle volonté non plus de comparer les missions de l’Etat et celles des collectivités.
      D’un côté, on a un Etat qui se concentre sur ses missions régaliennes (police, justice, défense,...) et confie au privé tout ce qui peut être rentable, de l’autre on a les collectivités locales qui sont le réceptacle de toutes les politiques non rentables dont l’Etat se débarasse et dont le secteur marchand ne veut pas.
      Voilà la situation. Maintenant, devons nous pour autant nous laisser bercer par le discours des politiques, sans exercer notre droit à la critique citoyenne ?


      • SALOMON2345 22 octobre 2009 16:39

        Je voulais simplement stigmatiser, dans le discours actuel, le prétexte spécieux qui se veut être LE bon sens exprimé ainsi : « Comment se fait-il que les territoires (régions, départements, communes) embauchent tandis que l’Etat débauche, m’enfin quoi ? ». Fausse indignation et vrai mensonge, cette affirmation fallacieuse laissant croire aux citoyens que les emplois évoqués sont de même nature donc interchangeables, les uns seraient dispendieux l’autre vertueux : premier scandale !

        Parmi toutes ces « ruptures » (gares fermées, postes, casernes, tva particulières, bouclier en tous genres, sécu trouées mais pas rebouchée, etc ), je me questionnais également lors de ces « réformes » du pourquoi - toujours dans ce sens du bon usage de l’argent public - conserver alors Police ET Gendarmerie, là aussi pour laisser croire qu’il y a double emploi, alors que chacun sait les spécificités des corps respectifs dont il est imbécile de vouloir absolument les marier... à cause des sous... dit-il  !

        Je m’interroge aussi – même si, ici où là, il y a matière à critiquer – pourquoi et afin de justifier le prochain jeu de cour (monopoly), comparer et stigmatiser la dépense des territoires contre celle de l’Etat (déficit140 milliards)…alors qu’il promit la baisse des impôts… mais créa 20 taxes nouvelles (presque une par mois) ?

        On peut donc toujours hurler et estimer coûteux l’inauguration d’une piscine à vagues locale mais, lorsque l’on songe aux études du Rafale (35 milliards payés par la collectivité nationale à un bureau privé) et de son destin riche en bénéfices privés également, heureusement abondés par de l’argent public lors de l’unique commande de l’unique armée cliente : la France …nous sommes bien en face du proverbe de la paille et de la poutre !

        Conséquences subsidiaires dues au futur bordel organisé par ce déménagement national : le retour de grands duchés, de grands princes bien plus puissants qu’aujourd’hui, et qui n’auront plus rien à foutre du ramassage scolaire dont la devise progressiste sera : ysonkayaléavélo !!!


        • Teo Toriatte 25 octobre 2009 12:45

          C’est très français ça !

          C’est même très électoral !

          Ne pas s’occuper de ce qu’il y a à faire, mais uniquement de qui le fera ( fera quoi ? personne ne sait et tout le monde s’en fout !)

          Avant de savoir qui je choisirais pour effectuer un mandat, peut être serait il souhaitable que je sache ce que celui que j’aurais choisi aura à faire, non ? C’est même la base normalement .. alors pourquoi penser à l’envers ?


          un exemple :

          Dans le domaine sanitaire, le département est notamment responsable de la protection sanitaire de la familleFamilleGroupe de personnes liées par des liens de filiation et d’alliance. et de l’enfance. Depuis la loi du 13 août 2004, les départements peuvent également, tout comme les communes et les régions, et dans le cadre d’une convention conclue avec l’État, exercer des activités en matière de vaccination, de lutte contre la tuberculose, la lèpre, le sida et les infections sexuellement transmissibles.

          Faut-il laisser cette compétence au département ?

          Faut-elle l’intégrer à la nouvel entité (non formalisée pour l’instant mais qui à terme existera par elle même) le (ou la) « département/région »

          Faudra t-il transférer cette compétence à la région ?

          ou , pourquoi pas, faut-il envisager de la descendre d’un échelon afin qu’elle soit gérée au plus proche de la population concernée , soit au niveau de la commune soit au niveau de l’interco ?

          Et pour toutes les compétences il faudrait faire ça ! et une fois que c’est terminé (et pas avant !) on verrait la façon dont doivent être désigné ceux qui sont appelé à en être responsables !

          C’est un peu comme si on décidait de faire un emprunt en ne sachant pas pour quoi faire !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès