Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Comment faire la révolution

Comment faire la révolution

Pour combattre le système qui nous oppresse, il est primordial de le connaître. Facile à dire, mais impossible à faire. Les règles internationales, ou supranationales, sont non contraignantes au niveau d’un Etat qui ne serait pas signataire de ces textes. Restent les lois nationales, dont les préceptes fondateurs sont inscrits dans une constitution. Cette constitution est le sommet d’une pyramide qui possède de nombreux étages, et dont la base la plus large est formée des applications concrètes définies par le journal officiel. Ce journal est librement consultable, pour peu qu’on ait le temps d’y consacrer quelques siècles.

Les lois qui régissent nos actes sont un amas sans cesse renouvelé d’adaptations, de reprises ou de changements, et il n’est pas rare de découvrir l’origine de certaines dans le code civil napoléonien. Qui pour la plupart sont déjà le reliquat de lois et de traditions séculières. Impossible d’imaginer sortir quelque chose de ce fatras, à moins que d’y perdre non seulement son latin, mais aussi sa raison. Il ne faut même pas chercher à prendre le problème par ce bout là : c’est comme si on préférait à tout prix réparer une maison qui s’écroule au lieu de la refaire de zéro.

Car si les lois sont modifiables, la constitution l’est aussi. C’est à mon avis par là qu’il faut commencer. En France, la constitution a été modifiée il y a peu, et ce texte est capable d’être digéré, pour peu qu’on s’en donne la peine. Elle définit clairement les pouvoirs du gouvernement, ainsi que les limites de ces derniers. Elle définit également les droits et devoirs des citoyens, qui doivent de gré ou de force se soumettre à l’autorité d’un gouvernement démocratiquement élu.

Ce texte primordial est censé se référer à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, texte qui lui même pourrait juridiquement être remis en cause (ce qui a déjà été fait). Cela signifie donc que les textes fondateurs d’un Etat comme la France sont modifiables, et ce de bout en bout. Mais cela reste théorique, car concrètement le changement constitutionnel est dépendant des lois qui dépendent de la constitution. Pour changer radicalement la constitution, il faudrait en réalité que le fatras décrit plus haut soit intelligible non par ceux qui font les lois, mais par la base citoyenne qui élit ceux qui font les lois. Sans cela, peu de chances réelles de changement. Comme on l’a vu pour le traité européen, d’une part les citoyens n’ont pas les moyens de connaître le texte dans sa globalité, et de l’autre les politiques censés nous éclairer sont eux mêmes soit aussi incompétents que les citoyens, soit capables d’en dire volontairement n’importe quoi. Ensuite, on voit bien que les lois autorisent et le référendum, et en même temps autorisent de ne pas se préoccuper de celui-ci. Les seuls changements possibles ne sont pas ceux que le peuple est en droit d’attendre.

C’est comme le suffrage universel direct : s’il est intrinsèquement une bonne chose, il ne peut malheureusement être démocratique qu’à condition du caractère « éclairé » des citoyens. Sans cela il restera une illusion.

Alors que faire ?

Prenons le concept de « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » inscrit dans « la charte des Nations-Unies » de 1945. Il réaffirme ce droit, et permet à un peuple de déclarer son indépendance. Ensuite et depuis 1980, la France a signé le « pacte international relatif aux droits civils et politiques », qui stipule : « tous les peuples ont le droit de disposer d’eux-mêmes. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel. » Je ne reviendrai pas sur les nombreuses atteintes aux droits protégés définis, mais il serait tout de même intéressant de s’interroger sur la force de contrainte des Nations-Unies. Mais ce n’est pas le sujet. En théorie ces droits existent et doivent s’appliquer. De même pour le droit à l’autodétermination. 

Ainsi il devient théoriquement possible de créer une nouvelle constitution, librement et sans violence, et protégée par le droit international. Il ne reste plus qu’à l’écrire… si elle est juste, elle trouvera et un peuple, et un territoire.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Relladyant icare 8 mai 2009 10:51

    "Ainsi il devient théoriquement possible de créer une nouvelle constitution, librement et sans violence, et protégée par le droit international. Il ne reste plus qu’à l’écrire… si elle est juste, elle trouvera et un peuple, et un territoire.« 

    >> C’est bête de d’être donné la peine d’écrire tout ceci, mais la Constitution »libre et sans violence« , »reconnue par le droit international, elle existe jéà depuis 58, et elle existait avant depuis 46. Voilà, topic clos. smiley


    • caleb irri 8 mai 2009 14:02

      c’est peut-être bête, mais si elle est reconnue, cela veut donc dire que nous pouvons en créer une autre, et non pas que nous sommes condamnés à conserver celle-là. ni même à la modifier. c’est un point positif, tant que le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes est toujours reconnu. et au train où vont les choses, il est peut-être le temps d’y réfléchir.


    • Relladyant icare 8 mai 2009 20:14

      Pourquoi vouloir changer ? Il y assez à faire pour éviter de changer les institutions, une Constitution et un régime stable, ça ne va pas de soit. Conservons des institutions qui sont « relativement » en bon état (si on compare par exemple à la IIIéme République).

      Il n’y a aucune raison de changer de Constitution. Maintenant si le but est de faire la Révolution, je veux bien, mais ce n’est pas une raison de prendre prétexte de trucs comme « on va changer la Consitution » pour dissimuler ses intentions.


    • JONAS JONAS 8 mai 2009 12:03

      @ L’Auteur  :

      J’aime bien votre citation en guise de CV  :

      «  On n’établit pas une dictature pour sauver une révolution, on fait une révolution pour établir une dictature  » Orwell  !

      C’est à mon avis le but non avoué de votre article  ! Diviser pour régner  !

      Je dirais en ce qui vous concerne et en reprenant une seule phrase de vos commentaires dans un de vos articles  :

      «  On comprend mieux pourquoi l’euro était si important pour les Européens  ! Pas si bêtes les gars...  ».

      Vous ne seriez donc pas Européen  ! Mais, pourtant partisan d’une révolution et de l’écriture d‘une «  Constitution pacifique….  !  ».

      Votre pseudo, me laisse supposer que vous êtes d’origine Musulmane…  !  ?

      Après cette analyse sommaire, j’ai les pires craintes sur vos intentions, celles de nous prendre pour des citrons à presser  !

      Delà à penser à une révolution qui favoriserait un régime à connotation Islamique, il n’y a qu’un pas  ! Je ne l’ai encore fait, j’attends la suite……  !


      • caleb irri 8 mai 2009 14:10

        bonjour,

        vous êtes presque dans le vrai ! cette phrase peut servir de mise en garde les peuples pour ne pas se faire berner par les conspirationnistes, mais peut également être vue comme la volonté clairement affichée des conspirationnistes. si vous me lisez un peu, vous comprendrez bien où je me situe de ce point de vue...

        pour l’Europe, pour tout vous dire je suis d’un point de vue capitaliste pour, et d’un point de vue humaniste contre. c’est encore pire que ce que vous croyez, je suis pour un phalanstère géant à l’échelle de la planète, et supprimer l’argent et les armes !!

        pour le pseudo, il me semble plus juif que musulman, mais si ça peut vous rassurer (j’ai l’impression que cela vous rassurera), je ne suis ni l’un ni l’autre. dommage et pour la suite, et pour l’amalgame malheureux... puisque je ne suis pas musulman, je ne suis donc pas islamiste, et donc pas terroriste si j’ai bien compris...


      • JONAS JONAS 8 mai 2009 14:45

        @ L’Auteur  :

        Je vous crois responsable des mots que vous employez «  Phalanstère  »  : La phalange  ! (Groupement politique paramilitaire  !).

        Vous êtes qualifié d’homme à la double pensées  ?  ! Une de vos phrases iniques (si je n’étais pas poli, j’ajouterais au sens propre et figuré), calquée sur votre principe de double pensées jésuite  :

        «  À mon avis, l’être humain est si profondément stupide qu’il ne voit pas qu’il est victime d’un terrible complot judéo-maçonnique orchestré par des trotskystes nazis islamistes…  ».

        Là  ! Que vous soyez Juif ou Musulman, je crois que vous avez pété un fusible  !

        Je commande une VSAB, Véhicule Sanitaire Ambulance.

        Toutefois, merci pour votre réponse, vous avez réussi à me mystifier  !

         

         


      • Relladyant icare 8 mai 2009 12:27

        Il y a une étrange épidémie en ce moment sur Agoravox. A lire les articles qui fleurissent, on est dans le IVéme Reich et il est temps de se rebeller contre la police de la pensée, la Gestapo, et les camps de concentration en bas de chez nous...


        • plancherDesVaches 8 mai 2009 20:37

          Icare.

          Il faudra que vous ouvriez un peu les yeux sur ce qui se passe. A moins que vous vouliez nous enfumer, comme le Notre Président. J’ignore. Mais ce n’est pas le plus important.

          La petite crise financière actuelle est souvent qualifiée d’historique. Et ce n’est pas pour rien car depuis la séparation des monnaies d’avec l’étalon or (physique), les amplifications de créations d’« actifs » virtuels, les mécanismes simples d’utilisation de spéculation à la hausse comme à la baisse, l’endettement généralisé voulu par les financiers vivant sur celui-ci et qui tue le moindre épargnant n’ayant pas réussit à corrompre une source d’information fiable....

          Nous allons faire mieux que 1929. Et il faudra atteindre les conditions de 1789 au niveau de plusieurs pays pour que certains irresponsables en subisse les conséquences.

          Bonjour chez vous.


        • Relladyant icare 8 mai 2009 21:15

          Vous prêchez un converti concernant l’étendu des conséquences de cette crise, mais je ne vois pas bien quelle sorte de lien ceci peut avoir avec cette mode que je remarque, qui consiste à prendre des airs de Mirabeau pour nous expliquer que nous sommes sous dictature et qu’il faut s’en débarasser...
          (« comment faire la révolution », « régime qui nous opprime », etc... )


        • patroc 8 mai 2009 18:34

           Jonas, chacun de vos cpommentaires est empreint de racisme contre les arabes et les musulmams.. J’ai déjà fait le tour de votre esprit !..
           Un article à l’image de l’humaniste qui l’a écrit : Utopiste, en avance sur son temps.. Les droits de l’homme sont une belle déclaration, malheureusement, qui les respectent ?.. Pas d’argent, on en est loin encore, et les armes disparaîtront avec ; un salaire maximum, ce serait bien déjà, non ?.. Une pétition existe sur le site de Marianne2.. Le nombre fait la force, surtout pour des pacifistes...


          • JONAS JONAS 8 mai 2009 21:11

            @ Patroc  :

            Vous mélangez tout, comme l’Auteur de cet article  !

            Lutter contre des idéologies ou une religion Totalitaire, n’a rien à voir avec le racisme.

            Je respecte les hommes empreints de bonnes intentions et qui me respectent  !

            Je ne respecte pas les hommes qui manifestent du prosélytisme verbal ou écrit ou des intentions belliqueuses à connotations idéologiques, religieuses ou racistes.

            J’étais Pompier, pas cireur de pompes  ! C’est clair  !

             


          • patroc 9 mai 2009 08:23

             Suis d’accord avec votre réponse, jonas.. Cependant le texte de caleb (c’est juif bien sûr !) ne fait ni dans le prosélytisme, ni dans le totalitarisme.. Vous excuserez, je l’espère, ma réaction peut-être excessive à votre égard, mais essayez aussi de critiquer un texte sur son sens et non sur l’origine du nom de l’auteur (à tord).. Désolé encore.. Qui cite Orwell, en général, a compris que la religion sert le pouvoir à dresser le peuple, puis à dresser les peuples entre eux pour le pouvoir.. Le danger religieux vient de son pouvoir politique et non de ses brebis !.. Parler de religion en politique, c’est préparer la guerre (et sarko0 y fait bcp allusion).. Le laic a dépassé tout çà, on peut dire qu’il est au delà de dieu !.. A bientôt sur Avox..


            • Michel DROUET Michel DROUET 9 mai 2009 09:48

              Deux méthodes donc, pour faire la révolution : la violente et la non violente, cette dernière que vous préconisez reposant sur la réectriture de textes fondateurs inspirés de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Modèle théorique, comme vous l’indiquez, mais pas forcément utopique.

              Reste à savoir quelle sera la portée de ces textes, dans un monde qui s’est donné une « constitution commerciale et financière » qui baffoue chaque jour un peu plus les droits de l’homme et auquel adhèrent un bon nombre de nos représentants et « élites ».
              Par ailleurs, il y a un bout de temps que nos parlementaires ne représentent plus le citoyen mais sont seulement les représentants de commerce d’un système ultra libéral. Ils votent des textes allant dans ce sens (en n’oubliant pas les lois répressives qui vont avec), ces textes leur étant le plus souvent dictés par les lobbies et mis en forme par nos « élites administratives » issues des écoles de la république.
              Il faut donc tout reprendre, en partant du citoyen : il y a du travail...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès