Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > CORRUPTION - Fatalité ou phénomène de société ?

CORRUPTION - Fatalité ou phénomène de société ?

Notre monde est de plus en plus en proie aux intérêts particuliers, à la bonne fortune de certains groupes ou personnes influentes. Le poids du capital aidant, notre monde ne s'est-il pas transformé en une duperie générale où chacun joue son rôle ?

La corruption est l'utilisation abusive d'un pouvoir reçu par délégation à des fins privées comme l'enrichissement personnel. Il s'agit pour un agent public, un élu, un médecin, un arbitre sportif, ou encore un salarié d'entreprise privée de s'abstenir de faire ou de faciliter quelque chose grâce à sa fonction, en échange d'une récompense ou d'un service, le plus souvent une somme d'argent. La corruption conduit en général à l'enrichissement personnel du corrompu et/ou du corrupteur. Cette pratique peut être considérée comme illégale selon le domaine concerné et elle est malheureusement omniprésente.

Mais pourquoi, dans notre société, faisons-nous face à un tel degré de corruption ?

La corruption peut être décrite comme une activité illégitime, souvent illégale, dédiée à la promotion d'intérêts particuliers. L'absence de toute forme de considération envers l'intérêt général, la moralité, le respect des règles du jeu et des droits d'autrui y est prédominante. Il convient de remarquer qu'il s'agit là d'une pratique qui traverse l'Histoire : de Jules César au scandale de Panama en passant par l'usage de l'excommunication lors du Bas Moyen-Âge...Les méthodes changent mais le procédé demeure le même : faire usage de son influence sur un détenteur de pouvoir afin d'en tirer un bénéfice individuel ou collectif au détriment d'autrui.

C'est une arme qui permet d'accroître la fortune et le pouvoir de ceux qui savent l'employer avec succès.

La corruption est le plus souvent perçue sous la forme d'un pot de vin. Il s'agit alors d'"acheter" le détenteur du pouvoir afin de lui ôter son indépendance. Mais d'autres formes sont à considérer : entente sur les prix, échange de services, alternance d'exercice du pouvoir, promesse de vente ou d'achat...C'est une définition étendue du concept de corruption, mais elle a le mérite d'évoquer des activités aujourd'hui institutionnalisées, officialisées, qui ne sont guère considérées comme relevant de la corruption et qui pourtant s'apparentent largement à ce procédé, comme le lobbying et le financement de campagnes politiques.

Nous pouvons donc distinguer au moins deux sortes de corruption.

 

1. La corruption sauvage

La corruption sauvage, la plus franche, est celle qui baigne dans l'illégalité de façon évidente. Elle gangrène tous les pays, notamment les pays en voie de développement et est souvent employée par des groupes au comportement "mafieux". Elle permet de se mettre dans la poche les fonctionnaires, la justice, la police, des marchés publics ou des responsabilités politiques. Elle participe au démantèlement des États défaillants, déstructurés ou en échec, c'est à dire des États qui ne sont plus ou pas à même d'assurer leurs missions essentielles et notamment le respect de l'état de Droit (Afghanistan, Somalie, Soudan, Haïti).

Le plus souvent, il s'agit de s'assurer des passe-droit en invitant l'intéressé à fermer les yeux. Parfois, la corruption se traduit par le contrôle direct et personnel d'une fonction ou d'un pouvoir. Ainsi, il est fréquent que des populations ne puissent pas faire confiance à leur police car elle est aux ordres des "mafias" ou dans le cas où elle est sous-payée, ses services sont monnayables par n'importe qui. 

Et plus la corruption est présente dans une société, plus les détenteurs de pouvoir sont tentés d'y participer. Au Mexique, par exemple, certains policiers arrêtent sciemment des conducteurs irréprochables afin de leur réclamer de l'argent pour éviter une amende qu'ils ne méritent pas : il s'agit certes de racket mais c'est une conséquence directe de la corruption généralisée présente dans ce pays. Certains conducteurs fautifs vont pour leur part proposer de corrompre les policiers afin d'éviter l'amende. 

Il va sans dire que la pauvreté, les faibles salaires, les insuffisances des services publics et la compétition pour le pouvoir au sein d'un système monétaire jouent un rôle considérable, favorisent grandement la corruption.

 

2. La corruption institutionnalisée

La corruption est dite institutionnalisée lorsqu'elle est légale ou considérée comme relevant d'une activité légitime aux yeux de la société. L'exemple le plus connu et le plus aisément accepté est le financement des partis politiques. Après les scandales qui ont éclaboussé les responsables politiques en France dans les années 90 concernant ces financements de partis et campagnes, les pratiques ont été encadrées plus strictement et plus largement financées par l'État.

Depuis 2006, les dons de personnes physiques ou morales peuvent s'élever jusqu'à 7 500 euros. Les budgets des partis européens quant à eux ne sont financés qu'à hauteur de 85 % par l'Union Européenne.

Malheureusement, pour se prémunir complètement de la corruption, il faudrait également que les entités en charge de contrôler ces financements ne soient pas elles-même corruptibles. Mais sommes-nous sûrs qu'elles ne sont pas corrompues ? 

Outre atlantique, la participation privée au financement des campagnes politiques est totalement ouverte et connue de tous. Les sommes faramineuses nécessaires à l'élection présidentielle sapent profondément les idéaux démocratiques, et placent les candidats à la merci des organismes qui les financent, comme en témoigne la plus que timide réforme du secteur financier américain par l'administration Obama. Les juges, les procureurs généraux, les shérifs, les gouverneurs, les membres du congrès fédéral et ceux des États fédérés sont élus. Ceci laisse, vous en conviendrez, un large espace d'expression aux bourses les plus fournies...

En effet, si une société vous donne de l'argent pour réaliser votre campagne et vous faire élire, il est évident qu'elle demandera une contrepartie. Par exemple, si une société qui exploite le pétrole ou le gaz de schiste vous aide à devenir président, elle vous demandera des permis d'exploitation en échange.

La question des lobbies,ou groupes d'influence est peut-être encore plus dramatique étant donné qu'il s'agit d'activités à la fois légales et officieuses. Un groupe d'influence peut réclamer une législation très favorable au commerce et au libéralisme, ou des promesses d'implantation économique, d'emplois, de prix attractifs sur les matières premières, etc. Il peut également être à l'origine d'intimidations à propos des mêmes sujets, en brandissant par exemple la menace de délocalisations. Dès lors le législateur n'agit plus tellement, ou en tout cas, plus seulement au nom et dans l'intérêt du peuple. Dès lors, le législateur a les mains liées et n'agit plus seulement, voire plus du tout dans l'intérêt du peuple.

Aujourd'hui l'essentiel de la législation française est une application directe du droit européen car celui-ci prime sur le droit national depuis l'arrêt de la cour de justice de l'Union Européenne de 1964 Il est déjà très difficile pour les citoyens français d'exercer un contrôle effectif de leurs élus nationaux. Alors à l'échelle européenne, cela relève d'un idéal bien lointain...

Plus de 500 millions d'êtres humains vivent dans un cadre juridique décidé à Bruxelles entre le Parlement Européen, le Conseil de L'union Européenne, et la Commission Européenne. En théorie, la Commission détient l'initiative des lois, et les propose au Parlement et au Conseil. Mais le Conseil et le Parlement sont composés des ministres et députés des États membres, et c'est le Conseil qui nomme la Commission, avec l'aval du Parlement.

Dans les faits, au début des années 2000, seulement 6% des propositions de lois émanaient de la Commission Européenne, les 94 % restants provenant soit du Parlement, soit du Conseil. L'accord de ces deux institutions est en effet nécessaire à l'adoption de l'essentiel de la législation. 

Le simple fait qu'une grande partie d'entre nous ne connaisse guère ces institutions et leurs rôles démontre combien le cœur du pouvoir législatif du continent est à la fois éloigné et occulte aux yeux de la société civile et des citoyens. Le lobbyisme est devenu une activité économique à part entière avec ses Cabinets spécialisés qui ont pignon sur rue sur l’avenue Cortenbergh, à Bruxelles.

La Commission européenne a mis en ligne le 23 juin 2008 un registre où « sont invités à s'inscrire [...] tous les représentants d'intérêt qui cherchent à influer sur l'élaboration des politiques et les processus décisionnels des institutions européennes », mais l'inscription est volontaire et non obligatoire. Même les responsables de l'Union Européenne reconnaissent que les groupes de pression vont et viennent en toute liberté dans les couloirs de la Commission, du parlement et d'autres institutions européennes.

Dans le cadre de cette corruption institutionnalisée, il ne s'agit plus d'éviter le contrôle de l'État, mais de s'assurer de sa bienveillance et de son soutien. Il est vrai que les acteurs de cette corruption agissent le plus souvent dans le cadre d'États puissants et solides, et proviennent de secteurs économiques et sociaux d'élite. Cependant, ils partagent avec les acteurs de la corruption sauvage le même objectif : maximiser leurs profits, obtenir des avantages économiques, bref, faire toujours plus d'argent. 

Il faut cesser de considérer les États comme des institutions objectives, neutres, veillant aux intérêts des nations. Les intérêts des organes qui participent au fonctionnement d'un État peuvent diverger, tout comme les intérêts du personnel qui y travaille. Les fonctionnaires d'État et les élus peuvent aussi bien avoir à cœur l'intérêt supérieur de la nation, que l'intérêt supérieur de leur portefeuille, de leur carrière, de leurs amis, ou de leur ascension dans l'échelle sociale.

Nous ne pouvons pas vraiment lutter contre la corruption ni même espérer réglementer le système monétaire car sa Matrice est fondée sur la compétition et sur une ressource ultime : l'argent. L’Histoire nous enseigne qu'il est parfois possible que la loi reprenne le dessus après un certain nombre d'abus. Mais la logique inhérente à ce système finit par prendre le pas sur ses encadrements juridiques.

Cela s'est avéré vrai plusieurs fois et dans différents pays, pourquoi ?

  • Parce que le libre marché implique la compétition et la concurrence et par conséquent le besoin permanent de croissance.

  • Parce que l'argent nous offre tous les moyens nécessaires à l'acquisition de monopoles qui sont la meilleure garantie qui soit pour éviter toute faillite.

  • Parce que si vous bridez la sainte croissance par un cadre juridique trop contraignant là où d'autres se montrent plus libéraux, vous serez moins compétitif et cela pourrait s'avérer fatal pour votre intérêt.

  • Parce que vouloir réguler le capitalisme est aussi absurde que vouloir réguler la guerre : au combat, qu'elles que soient les règles, il y aura toujours des morts. 

 

3. La corruption à toutes les échelles

Nous remarquons que la corruption se trouve à tous les niveaux de notre société.

Même le domaine de la science est touché :

  • N'ont-ils pas été corrompus les ingénieurs qui ont mis au point des ampoules volontairement moins durables ?

  • N'ont-ils pas été corrompus les informaticiens qui ont pensé et mis en place des puces pour que votre imprimante tombe en panne une fois son quota d'impression atteint ?

  • N'ont-ils pas été corrompus les inventeurs qui ont élaboré des bas qui se filent alors qu'on sait parfaitement fabriquer des bas très résistants ?

 

Cette passivité scientifique face à l'avancée des technologies laisse perplexe. Comment des scientifiques, normalement à la pointe de la recherche et du progrès, peuvent-ils accepter et même se rendre complice de telles aberrations technologiques à l'heure actuelle ?

Finalement, il y a des questions que nous pouvons tous nous poser :

  • Dans quelle mesure est ce que je participe à cette corruption généralisée ? 

  • Ne sommes-nous pas tous corrompus, à différentes échelles ? 

  • Les plus démunis sont souvent les plus révoltés. D'une certaine manière, nos salaires et nos frigos bien remplis ne nous éloignent-ils pas de la révolte, du questionnement individuel, de la remise en question du système ? 

  • N'est ce pas un accord tacite que nous passons avec notre corrupteur ?

 

"Paye-moi pour que mon confort soit sauf, en contrepartie, je m'engage à suivre mon train-train et à ne pas sortir du rang."

Ces questions sont d'une importance capitale, car, par l'exemplarité, nous pourrons faire changer les choses. Dans "l'existentialisme est un humanisme". Sartre nous expliquait que "l'existence précède l'essence", c'est à dire que ce sont nos actes qui définissent notre nature profonde. 

Dénoncer est une chose, agir en est une autre !

Regardons donc dans nos assiettes, sur nos tickets de caisses, regardons-nous dans la glace, droit dans nos propres yeux et ne donnons pas la moindre chance à ce système de nous corrompre !

 


Mouvement
Zeitgeist
 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  •  C BARRATIER C BARRATIER 31 mars 2012 15:45

    Hélas oui, la corruption est partout importante et apparemment il est difficile dans notre pays de s’y attaquer en utilisant nos lois et nos tribunaux.
    Voir dans la table des news :
    "Elus en payant leurs électeurs avec l’argent du contribuable" 
     
    http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=150

    Elu municipal, j’ai proposé et obtenu en 3 ans que les conseillers membres d’une association s’abstiennent de participer aux débats et aux votes...mais j’ai rencontré des irréductibles, et j’ai déposé un recours administratif....Le maire est loin de me soutenir.

    "Elus votant pour leurs intérêts, omerta à lever, action en justice"

     http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=199

    Parfois les élus se font condamner...mais ils recommencent.

    « Elus en échec de transgression de la loi républicaine »

    http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=132

     

    On ne peut qu’appeler à un contrôle citoyen qui de plein droit peut se faire fournir le détail des dépenses sur fonds publics.


    • YVAN BACHAUD 31 mars 2012 16:10

      Bonjour,
      J’ai Voté OUI pour l’analyse mais il n’y a pas la solution..

      Pour luttter il faut disposer du référendum d’initiative citoyenne à tous les niveaux territoriaux.
      Si le permis de construire pou l’extension peut être remis en cause par un vote des citoyens à l’initiative des petits comercçants par exemple. Le grand magasin ne paiera pas pour un permis de construire.
      Dans son livre DEMOCRATIE DIRECTE une chance pour la France, YVAN BLOT le démontre par un rappel historique on peut commander ce livre très facile a lire mais très documentés sur la démovratie directe chez nos voisins 
      19 euros
      http://www.contribuables.org/boutique/product.php?id_product=98

      Y.BLOT rappelle qu’en Californie la compagnie de chemin de fer avait la main mise sur les politiques et les nominations aux postes importants par la corruption
      EN 1910 le peuple se révolta contre la corruption de lobbies notamment chemin de fer.
      En gagnant le poste de gouverneur et la majorité des sièges. A partir de là des lois furent adoptées par des initiatives citoyennes et de référendums abrogatifs permirent de lutter contre les lobbies..
      Y.BLOT denonce le fait que souvent les lobbies rédident des lois les font passer aux amis des gouvernements qui eux donnent l’ordre de les voter aux députés qui sont en général aux ordres puisque sans l’investiture du parti il n’y a pas de carrières possibles !. Les « godillots » disait De Gaulle

      Il faut ARRACHER au Pouvoir l’instauration du référendum d’initiative citoyenne qui est souhaité par 82 à 88% des Français .. MAIS que l’on a pas alors que la loi est pourtant censé être« l’expression de la volonté générale » .
      Pour cela il faut commencer par nous présenter aux legislatives pour faire connaitre le RIC voir www.ric-france.fr La démarche est facile et totalement gratuite et n’importe où en France. Il faut se bouger.... c’est le moment..
      Puis il nous faudra nous manifester jusqu’à obtenir satisfaction.
      Dans une VERITABLE DEMOCRATIE, le peuple ne peut PAS être reduit au SILENCE pendant les 5 ans qui séparent deux scrutins de même niveau.



      • Fitz Jonacre 31 mars 2012 16:14

        Bonjour,

        Je vous invite à vous intéresser au Modèle Économique Basé sur les Ressources pour les solutions envisageables. Il y a de nombreux films et conférences qui détaillent cette vision des chose et ils sont disponibles gratuitement.


      • 75% DE NOS 650000 ELUS...SONT CORROMPUS.

        ne nous reviennent ils pas plus chers que les NOBLES avant la révolution... ?

        si OUI il faut en refaire une ....l ’INSURRECTION CIVIQUE NE SERA PAS SUFFISANTE

        LES GUILLOTINES SONT ROUILLEES ..IL FAUDRA ENVOYER TOUT CE BEAU MONDE VEREUX...AU BAGNE DE CAYENNE

        SUR DES GALERES ET CE SONT EUX QUI RAMERONT A LEUR TOUR...NOUS ILS NOUS ONT FAIT RAMER PENDANT 19 ANS SOUS JACQUES LE FAINEANT ET SARKO LE BOUFFON...LIQUIDATEURS DU PAYS...EN FAILLITE


      • le Dr irène FRACHON dit dans son livre « le mediator combien de morts » QU’ UN RESEAU DE

        LOBBYSTES ( voir club hippocrate...101 députés et sénateurs....memes pas inquiètés...memes pas inéligibles...) PEUVENT FAIRE PLIER UNE DEMOCRATIE............

        IDEM POUR LES ARMES...LA FINANCE...LES PETROLIERS....l’ immobilier....

        NOS ELUS SONT DEVENUS DES LOBBYSTES DE CES GRANDS GROUPEs et ne nous representent plus....nous le peuple mouton...


      • omarus omarus 31 mars 2012 18:41

        excellent article !!!

        clair et synthétique.

        il serait intéressant de voir que pensent les lecteurs d’Agoravox du mouvement zeitgeist ou du projet Venus de Jacques fresco...

        Jonacre, penses-tu qu’il soit possible de faire un sondage via ce site pour connaitre les avis sur ce mouvement ?


        • Fitz Jonacre 31 mars 2012 18:48

          Merci =)

          En effet, un sondage pourrait être intéressant !! Malheureusement, je ne sais pas comment on peut proposer un sondage sur Agoravox...

          Quelqu’un saurait-il ?


        • chantecler chantecler 31 mars 2012 19:17

          Oui excellent article .
          Pas grand chose à ajouter .
          Si : plus il y a d’argent en circulation et plus cet argent est déifié plus il y a de corruption .
          Et effectivement la corruption se joue des faiblesses et désorganisations de la démocratie : si la justice est privée de moyens , si on supprime les agents de contrôle , inspecteurs , contrôleurs plus la corruption se répand .
          Et enfin, vous pointez les corrupteurs institutionnels qui agissent à Bruxelles , les lobbystes et autres , mais il est évident que plus une structure est grande , ici l’UE , plus elle se laisse pénétrer , plus elle est perméable à la corruption .
          L’importance des multinationales, leur puissance , leur richesse et le fait qu’elles s’abstraient des lois antimonopolistiques , de la démocratie pour utiliser leurs règles internes qui se résument à la loi du profit maximum fait que nos sociétés sont de plus en plus la proie de la corruption .

          Sans aborder le problème des mafias où corruption et violence font bon ménage .

          Sans aborder le problème des médias qui se séparent de plus en plus de l’éthique journalistique ,pour des raisons de structures financières , de publicité, etc ...
          Ainsi les « faiseurs d’opinion » , les propagateurs de la pensée unique, les économistes prosélytes , qui sont aussi liés à des entreprises, qui participent à des conseils d’administration etc etc .

          Bref il y a du pain sur la planche .


          • hauteville 2 avril 2012 11:16

            Humain certes, mais n’est il pas humain de contrôler ? D’être des citoyens vigilants ? Car ceux qui pillent le bien public, en fait ne sont pas humains du tout !


            • qui vole une cote de boeuf peut voler un...boeuf
              ILS N ONT PAS D EXCUSES..SURTOUT LES GENS COMME TAPIE...LOREAL...TOTAL OU LEVY DE PUBLICIS

              ce n est pas un boeuf qu ils volent mais toute la viande de CES MALHEUREUX AFRICAINS QU I CREVENT DE FAIM POUR QUE LEURS TYRANS AIDES DE NOS POLITIQUES ACHETENT DES ARMES.POUR LES MASSACREr...donc ils n’ont plus faim diraient nos driigeants aidés par takkiedine...SARKO ..mam..olier...balkany...gueant..bourghi..bazire...gaubert ET BALLADUR

              MAINTENANT CE SONT LES TERRES AGRICOLES AFRICAINES QU ILS VEULENT VOLER
              les troupeaux de boeufs ne suffisent plus.. PLUS TOUJOURS PLUS..LES AMIS DES RICHES ET DE SARKO

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès