Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > Courage, Fillon !

Courage, Fillon !

Quelle trouvaille que celle « d’envisager » le retour aux 39 heures pour les fonctionnaires avec à la clé le non-remplacement d’un départ en retraite sur deux, Monsieur Fillon, et surtout quelle mesure populaire parmi le bon peuple auquel vous assenez vos vérités et vos approximations depuis des décennies, en oubliant de dire que les salariés du privé seront soumis au même régime !

Mais c’est vrai que l’axe de votre communication anti fonctionnaires aurait été moins bon si vous aviez été plus clair. En fait votre communication est exclusivement destinée à ceux à qui on prête deux neurones.

Vous ne faites « qu’envisager »…

Et c’est bien là la principale caractéristique des politiques frileux qui n’aspirent qu’à une chose : durer dans la carrière et profiter des avantages sonnants et trébuchants et en nature dévolus aux élus nationaux jusqu’à obtenir, in fine, une confortable retraite issue des différents régimes spéciaux auxquels vous avez cotisé. Vous envisagez, mais vous ne mettez que rarement en œuvre, à l’instar d’un sénateur qui n’a aucun pouvoir mais qui produit des rapports que personne ne lit et qui se contente de cultiver son lopin de terre en arrosant les grands électeurs avec la réserve parlementaire. Il y a trop de fonctionnaires en France, dites-vous…

…et vous comparez notre pays à l’Allemagne où il y en aurait deux fois moins.

Mais voilà, comparaison n’est pas raison, et en creusant un peu on constate qu’en Allemagne, il n’y a que peu de structures d’accueil de la petite enfance et que l’armée est beaucoup moins importante qu’en France. Ajoutons à cela que notre beau pays a fait le choix de l’arme nucléaire et que, pour rester sur ces simples comparaisons, il y a forcément des déséquilibres entre fonctions publiques des deux pays et que cela s’explique par des choix politiques ou par l’histoire.

Et puis, cette manie de se comparer aux autres ne pourrait-elle pas s’appliquer aux élus et partis politiques et toute la cohorte de conseillers et assistants qui les accompagnent dans notre beau pays et qui finissent par nous coûter très cher. On attend de vous M. Fillon que vous fassiez la lumière sur ce dossier en faisant une comparaison avec les Pays du Nord de l’Europe où se payer un resto avec la carte bleue du Ministère vous vaudra d’être débarqué immédiatement du gouvernement.

Et puis, ne restez pas en si bon chemin, poussez un peu les comparaisons, avec les iles Kiribati par exemple pour la fiscalité et pourquoi pas, osez mettre en avant la Chine pour la qualité du dialogue social !

Allez-y, dénoncez les privilèges de l’ex Président de la République, qui dispose de magnifiques bureaux, de personnel et de gardes du corps payés par le contribuable. Dénoncez ce scandale, alors même que l’ex fait un retour tonitruant en politique et que ses frais devraient désormais être pris en charge par les militants du part et par les dotations allouées par l’Etat.

Ils sont où les fonctionnaires en trop ?

Voilà un débat qui serait intéressant à ouvrir au lieu de faire des déclarations à l’emporte pièce.

Une chose est certaine, ils ne sont pas dans les services chargés du contrôle des entreprises, puisqu’on nous dit qu’il y a près de 25 Milliards de fraude aux cotisations sociales et au fisc. Non, ils sont dans les collectivités locales dans lesquelles les effectifs ont grimpé en flèche depuis 15 ans, en particulier dans les communes et les intercommunalités. Et ces structures publiques, par qui sont-elles dirigées ? Par vous et par tous les élus toutes tendances confondues qui tapent sur la Fonction Publique devant les médias et qui recrutent à tour de bras dans leurs territoires pour exister devant la population pour lui dire qu’on s’occupe d’eux et qu’il faut voter pour eux la prochaine fois, sans oublier les collaborateurs d’élus et de cabinet qui gèrent leurs agendas de cumulards pour ne pas louper la bise à la nouvelle centenaire avec photo dans la presse locale. Tout cela coûte cher, M. Fillon, mais on ne vous entend pas dénoncer le système qui vous nourrit.

Et puis, faites preuve de courage en votant la réforme des collectivités territoriales qui prévoit la fin des conseils généraux et la diminution des intercommunalités et celle du nombre d’élus qui va avec.

Tiens, en voilà une bonne comparaison, M. Fillon : le nombre d’élus en France par rapport à l’Allemagne …J’attends…

Comment déterminer le nombre de fonctionnaires nécessaires ?

C’est tout bête ! A partir de compétences clairement identifiées par niveau de collectivité, il suffit de calculer les équivalents temps plein nécessaires, et comme on aura supprimé le Conseil Général et diminué le nombre d’intercommunalités et de syndicats intercommunaux inutiles, il faudra ajouter tous les contractuels ou titulaires qui œuvrent au quotidien à la seule gloire des élus et au renouvellement de leurs mandats (services de communication, chauffeurs, petites mains qui tiennent la buvette des assemblées, et autres directeurs de cabinets ou chargés d’assister les groupes politiques).

A partir de là, nul doute qu’il y aura des fonctionnaires en trop dans les collectivités territoriales qui ne seront pas remplacés lors des départs en retraite, à moins que dans une vision globale et prospective que l’on ne prêtre généralement pas aux élus, les postes en trop ne soient redéployés sur des missions rentables (les 25 Milliards d’euros de fraudes au fisc et aux cotisations sociales par les entreprises, par exemple).

Par cette mesure, Monsieur Fillon, vous mettriez ainsi fin au dogme de l’entreprise vertueuse et du fonctionnaire inutile ou corrompu.

Allez, chiche, Monsieur Fillon, à moins que votre logiciel ne soit définitivement bloqué sur la politique politicienne et que l’extension dialogue social soit définitivement boguée.

Dans ce cas, je vous conseille une retraite définitive et bienvenue pour la France, du côté de la Sarthe. 


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 2 octobre 2014 18:14

    C’est symptomatique de politiques n’ayant rien de neuf à proposer.Pour rallier les suffrages ils leur faut inventer un ennemi coupable de tous les maux.Si possible déjà impopulaire.

    Ainsi suivant les sensibilités le juif le musulman ou le fonctionnaire feront de bons boucs émissaires...
    Ce brave Fillon qui accable les salariés de l’état à pourtant tout fait pour installer dans sa circonscription un centre national de formation de la SNCF.

    • Michel DROUET Michel DROUET 2 octobre 2014 18:34

      Bonjour Pere Plexe
      Je ne savais pas pour le centre de formation ; mais c’est édifiant. Vous avez raison c’est symptomatique du double langage des politiques et de la stigmatisation de boucs émissaires choisis selon le moment et le bénéfice électoral escompté.


      • Passante Passante 2 octobre 2014 22:10

        vous n’allez peut-être pas apprécier ce point de vue, mais suivez quand même...


        je considère qu’à partir de cette heure tout ce que diront fillon et juppé sera du prémâché, dans l’entente et la concertation avec sarco ;
        ils savent, tous deux, que le match est joué, le gâteau est donc divisé d’avance, 
        leur rôle se réduira, dans un premier temps, à jouer les désagréables, 
        par rapport à un sarco aux compromis à mi-chemin... plus sympas, 
        le tout avant de venir récolter, une fois que soi-disant, surprise, il aurait gagné ; 

        et les supposées divisions jacquot-bernadette, c’est du vaudeville.
        le match est joué, ils n’ont plus qu’à le creuser à fond pour attirer vers l’UMP-gouffre, 
        déployant supposément une ouverture.

        le but est double :

        -d’abord puiser chez la marine, surtout la marine, car le gayeux est vidé, c’est clair, 
        à toutes les propositions journalistiques de l’attaquer,
         sarco se refuse et réoriente vers le public FN, 
        c’est un match pour l’instant surtout à droite, et limite au centre.

        -le deuxième but est beaucoup plus insidieux, 
        il m’a fallu bien une semaine pour tirer à jour ce lapin : 
        que vient faire sarco maintenant ? 
        pourquoi 36 mois avant la présidentielle ? 
        des élections à mi-chemin ? il s’en fouterait de se sacrifier pour cela. 
        rebâtir l’UMP ? déoslé mais en six à neuf mois c’est fait, 
        restent deux ans, deux ans... avant 2017.

        donc il est certain que 2017 aura lieu avant 2017 - comment ?
        parce qu’il a observé la manière dont les choses se jouent pour le gayeux : 
        quand on avoue 13% c’est qu’on est déjà sous dix, 
        mais c’est interdit au public, car c’est toute l’économie de la France qui est menacée ; 
        or à la mi-mandat déjà on peut observer des cycles dans cette descente aux enfers, 
        et sarco sait qu’à ce niveau on ne remonte plus, daëch ou pas, on baisse ; 
        donc le seuil critique où l’Elysée devra céder c’est dans max un an - voilà l’objectif.

        en attendant, pour amuser-énerver la galerie, 
        fillon et juppé sont chargés de toutes gesticulations préparatoires, rien de plus.

        • Michel DROUET Michel DROUET 2 octobre 2014 22:53

          Bonsoir Passante

          Je ne suis pas dupe de ce qui peut se passer en coulisse, les stratégies et les communicants qui tirent les ficelles. Je ne suis pas un analyste politique et j’essaie simplement d’informer ceux qui me lisent sur la duplicité du monde politique
          A mon modeste niveau, j’essaie de décoder la parole politique et de mettre ceux qui parlent devant leurs propres contradictions, leur langue de bois, leurs approximations, etc.
          J’avoue être totalement sceptique sur la capacité du monde politique à se réformer et pour tout dire je pense que les scores d’abstentions aux prochaines élections vont crever les plafonds.
          ...alors, les stratégies personnelles des hommes politiques...


          • Passante Passante 3 octobre 2014 07:00

            il ne s’agit pas seulement de n’être pas dupe, ces paroles des politiques ne vont pas déjà sans des actes marquants ; ainsi ce retour, à supposer les dates correctes de 2017, c’est le strapontin de la mort assurée, connaissant désormais sa vitesse de pourrissement de croisière, et sachant surtout qu’il a perdu 2012 sur ses arrières, lorsqu’il ne prend pas garde qu’un merah le replonge dans ses vieux habits étriqués de ministre de l’intérieur. 

            certes, il y a peu de chances, apparemment, pour de vraies réformes, comme vous le relevez, mais concernant le taux d’abstention, il ne sera pas record ; une participation « écossaise » est nécessairement au rendez-vous, le FN dans tous les cas est dans l’arène, en force, donc ça commence au minimum avec les allures d’un second tour du dernier chirac ..

          • devphil30 devphil30 3 octobre 2014 07:17

            Excellent article à faire parvenir à Fillon et à diffuser largement en France pour expliquer aux Français la duperie et la fourberie des politiques dont le seul but est la démagogie.

            Les avantages sont pour les politiques qui savent bien s’entendre quand il s’agit de préserver leur avantage obtenu de « haute lutte » contre ceux qui travaillent , le reste de la population Française paye et paye encore et toujours pas assez pour combler la gestion calamiteuse des fonds publics.

            Les avantages des anciens présidents , du sénat , des anciens ministres etc .....combien ça coute par an ????
            Pas touche à mes avantages mais haro sur les « fainéants » de fonctionnaires des catégories C qui gagnent ce que les politiques veulent bien leur accorder , dans les autres catégories, les fonctionnaires sont moins nombreux mais les salaires sont autrement plus intéressants que de misérables 1.400 € avec de gracieuses augmentations de 0,25 % ponctuellement à l’approche des élections donner comme une aumône vu l’état des finances.

            C’est consternant d’immoralité mais hélas en lisant l’histoire ce phénomène n’est pas nouveau et représente même une constance dans la vie politique Française depuis la 3 ième république

            Philippe 


            • foufouille foufouille 3 octobre 2014 15:56

              "Et puis, cette manie de se comparer aux autres ne pourrait-elle pas s’appliquer aux élus et partis politiques et toute la cohorte de conseillers et assistants qui les accompagnent dans notre beau pays et qui finissent par nous coûter très cher"
              justement, en allemagne un ministre coute moins cher, il me semble.


              • Antenor Antenor 3 octobre 2014 17:19

                C’est plus l’Espagne le modèle à suivre ?


                • Zip_N Zip_N 4 octobre 2014 22:54

                  oui svp ! mdr soit disant les primaires personne en voulait il y a 10 ans et maintenant c’est le contraire ?!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès