Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > De l’adhésion au vote contre, en attendant le rejet par (...)

De l’adhésion au vote contre, en attendant le rejet par l’abstention

Voilà décrite en quelques mots la lente déliquescence de la vie démocratique en France, décomposée, laminée et moribonde, écrasée par les coups successifs d’une gérontocratie politique minée par le cumul de mandats et d’un jeunisme qui n’aspire qu’à prendre la place sans rien changer.

L’adhésion

Adhérer à un projet, à un programme, à des valeurs, voilà qui fait vibrer la corde sensible de ceux qui croient encore au système politique actuel. Nous aimerions bien être tous dans cette logique et aller voter en glissant un bulletin dans l’urne en ayant le sentiment d’être acteurs.

Oui, mais voilà, le système n’intègre que très peu cette logique. Il dérive, il diverge, il s’égare et se transforme au profit exclusif de quelques marionnettes politiques instrumentalisées en dehors de toute règle démocratique par des pouvoirs qui ne tirent aucune légitimité d’un vote, mais dont le pouvoir de nuisance économique et la rapacité financière est sans limite.

Alors les élus s’adaptent pour faire carrière, en renonçant systématiquement au projet sur lequel ils ont été élus et en piétinant les valeurs des électeurs.

François Hollande est l’incarnation de ce qui précède.

Le vote contre

Puisqu’on ne peut pas voter pour, faute de projet ou de certitude quant à une réalisation, même partielle, on vote contre, pour éliminer et non plus pour choisir. On ne prend pas le meilleur mais on élabore une stratégie d’élimination parce qu’on pense qu’il y a des candidats ou des partis plus mauvais que d’autres.

Le symbole du vote contre, c’est 2002, avec un second tour Chirac Le Pen et un score de république bananière pour le premier qui nous avait donné un mandat inutile, creux, où aucune initiative politique n’avait été prise malgré le boulevard offert à son titulaire.

Aujourd’hui, le système se sophistique avec le système des primaires auxquelles peuvent être tentés de participer les électeurs de l’autre camp afin d’éliminer un candidat sur le retour sans s’inquiéter de la politique que mettra en œuvre le bénéficiaire de cette manœuvre.

Certains s’apprêtent donc à voter Juppé contre Sarkozy aux primaires des Républicains même si cette famille politique n’est pas la leur.

Autant dire que la notion de projet n’existe pas. Quant aux valeurs…

Tout cela pour éviter qu’un candidat qui a déjà fait preuve de son incompétence et cherche sans doute à se bricoler vite fait une immunité pour dire merde aux juges, soit en position de gagner la prochaine présidentielle !

Le vote contre est dans l’air du temps…

L’abstention

Auparavant, l’abstention était le reflet d’un désintérêt marqué pour la chose publique ou d’une forme d’égoïsme ou de j’menfoutisme.

Aujourd’hui, ce mode de non expression tend à en devenir un qui malheureusement n’est pas assez étudié ni pris en compte. L’impression qui domine aujourd’hui de la part des politiques et des accros du vote à tout prix, même celui du renoncement à ses idées ou à ses valeurs, est que « c’est pas grave » puisque les gagnants des scrutins le sont toujours par une majorité supérieure à 50 % des suffrages exprimés.

Rarement, on fait le calcul des suffrages obtenus par rapport au corps électoral, ce qui donnerait souvent des scores autour de 15 à 20 % et donc la pleine mesure du problème, en pleine croissance notamment aux élections locales auxquelles les citoyens ne comprennent plus rien.

L’abstention n’est plus aujourd’hui synonyme de désintérêt mais celui d’une prise de conscience qu’on ne peut plus voter par adhésion à des projets qui n’existent plus ou s’autodétruisent immédiatement après le scrutin ou bien « contre ».

L’abstention a de beaux jours devant elle, tant que le vote sera inutile comme il l’est aujourd’hui, puisque nié, transformé et dernier instrument de la soumission par des pouvoirs qui tous ne sont pas élus.


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • rogal 29 octobre 13:10

    Si le Peuple veut voir appliquée la politique pour laquelle il élit ses divers chefs et représentants, il lui faut pouvoir intervenir de façon décisive (constitutionnellement j’entends). Pas d’autre instrument pour cela que le Référendum d’Initiative Populaire. Obtenir celui-ci suppose, dans l’état actuel des choses, une pression par l’abstention. D’où le mot d’ordre de Retrait Sur l’Aventin. : abstention systématique jusqu’à ce que le Souverain ait récupéré son pouvoir entier en l’arrachant à la Caste Usurpatrice.
    Dans cette configuration, s’abstenir c’est agir. RSA !


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 29 octobre 15:02

      @rogal

      En somme vous préconisez d’agir en vous taisant...

      Farceur !


    • rogal 29 octobre 16:46

      @Olivier Perriet
      ... en nous taisant, tous, d’un silence inquiétant.


    • rogal 30 octobre 19:51

      @rogal
      Faire silence aux élections ne veut pas dire se taire par ailleurs. Depuis l’Aventin la vox populi peut porter loin.


    • gimo 29 octobre 16:50


      Lisez le livre la controverse de Sion de Douglas REED. Ensuite que faire ? Je pense que nous sommes responsables de ce gouvernement car nous allons votés pour des marionnettes à chaque élection, des gens sionistes qui travaillent pour sion et non pour les français de toute origine.

      « Compagnons, Vous demandez à un homme de bonne volonté, qui n’est ni votant ni candidat, de vous exposer quelles sont ses idées sur l’exercice du droit de suffrage. Le délai que vous m’accordez est bien court, mais ayant, au sujet du vote électoral, des convictions bien nettes, ce que j’ai à vous dire peut se formuler en quelques mots. Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

      Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

      Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages — et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

      N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez !

      Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance.

      http://www.conseilnational.fr/index.php?lang=fr


      • Jean nemare Jean nemare 30 octobre 08:22

        Le constat est amer, mais juste. Quant à moi, je refuse catégoriquement de voter pour qui que soit auquel je n’adhère pas aux idées. Heureusement, avec François Asselineau et l’UPR, je sais pour qui je vais voter et j’adhère à 100% à son programme. Donc, je peux encore voter au 1er tour par adhésion à des idées quant au second, si mon candidat n’est pas présent...je reste chez moi, et je serai spectateur du désastre à la T.V...


        Mais au moins, je serai resté ferme dans mes convictions et je ne me serai pas compromis à voter pour quelqu’un que j’exècre, fut-ce même si la mère Le Pen est présente au second tour. On ne me forcera jamais la main en me faisant peur moi ! 

        • Ouam 30 octobre 09:27

          Salut l’auteur, merci pour ton article au passage,

          alors reprenons ces points, les autres depouis 2005 me sonts étrangers :

          « L’abstention

          Auparavant, l’abstention était le reflet d’un désintérêt marqué pour la chose publique ou d’une forme d’égoïsme ou de j’menfoutisme.

          Aujourd’hui, ce mode de non expression tend à en devenir un qui malheureusement n’est pas assez étudié ni pris en compte. »

          Entre autres, il faudra m’expliquer l’interet de veau-ter, je l’ai fait en 2005 pour ne pas signer ce traité, le resultat à été un NON à 55% (on va pas chipoter)

          Peu de temps apres, MON vote, TON vote, SON vote, on s’est torché avec ?

           

          J’ai bon ou faux ? jusque la, parce que j’ai hate d’avoir un contradicteur...

           

          Certains me répondronts : ouoiiimèèèèèheuuu naboléon avait dit que blablabla...

          Ma réponse pour gagner du temps dans le débat :

          Ben NON, ca fonctionne pas comme cela, parce que :

          Déja, Sarko seul NE POUVAIS PAS remettre en compte le vote fait par le peuple FRANCAIS,

          pour l’UMP (parti élu de l’epoque), n’avaient pas les 2/3 neccessaires pour le vote via l’assemblée

           

          Vous suivez toujours ?

          Le PS (qui donc n’avais pas été élu...LUI), donc pas du concerné par les promesses du NAIN,

          a LUI...

          voté OUI et à trahis SON peuple par cette meme occasion.

           

          La question (qui me semble légitime) que je pose est :

          Quelle est la différence entre ces DEUX partis si ils votent pareil ET contre le peuple ?!?

          Et la suivante

          Quel est l’interet de VEAU-ter si le résumltat au bout ne changes pas ?!?

          Car non respecté par le CHOIX LEGITIME du peuple exprimé peu de temps avant !

           

          L’abstention ne semble plus que la seule solution restante, et ce par une constatation lucide, froide, réfléchie et observée de ces faits historiques

          Ni par choixs ou par idéologie, mais de manière démontrée.

          Jusqu’à ce que l’on me prouve l’inverse, arguments sérieuxs à l’appui.

          bonne journée,


          • Michel DROUET Michel DROUET 30 octobre 10:55

            @Ouam
            Bonjour Ouam

            Je ne serai pas votre contradicteur pour 2005 : j’ai aussi voté non et je pense la même chose que vous sur ce qui s’est passé ensuite.
            Sur une éventuelle différence entre les deux partis dits « de gouvernement », c’est un rêve. Seules quelques différences sur les sujets de sociétés, et encore...
            J’en suis au même stade de réflexion que vous en ce qui concerne l’abstention et je n’hésite pas à en parler autour de moi, quitte à avoir des réponses indignées de la part de ceux qui n’ont pas encore compris cette comédie du pouvoir mortifère pour la démocratie et qui continuent à y participer contre vents et marées.


          • Ouam 30 octobre 11:36

            Bonjour michel,

            Il n’exite (enfin a mon avis) que 3 systeme démocratiques.

            Le 1er est le Suisse, cad les votations (je ne mets pas de lien tout le monde connais, j’ose l’esperer)

             

            Le 2Eme est le tirage au sort avec une assemblée constutuante, ici : une mine d’or

            http://etienne.chouard.free.fr/Europe/

            Le 3Eme par consensus mutuel (utilisé dans des Tribus Africaines, mais ne fonctionne que par petits groupes, utilisable dans un petit village p exemple en France)

            Le pire systeme est le notre, si siplement nous le comparons à nos voisins, parce que ne eprésentant lui meme pas le % des idées représentées à leurs justes proportions.

            Il ne m’est donc favorablement possible de continuer cette triste mascarade, je veut bien jouer à un jeu avec des cartes non, truquées, si on fausse le jeu, quel est mon interet à y jouer, sachant que je ne puis etre QUE le diindon de la farce au bout.

            Tres bonne journée a vous,


            • Michel DROUET Michel DROUET 30 octobre 20:34

              @Ouam
              Bonsoir Ouam
              De trop nombreuses couleuvres avalées (depuis 2005 notamment) m’ont conduit, après réflexions, à ne plus voter aux trois dernières élections locales.
              Je compte bien continuer aux élections nationales en 2017.

              Bonne soirée à vous.


            • zygzornifle zygzornifle 30 octobre 13:53

              j’ai toujours veauter a gauche au second tour sauf a l’époque de Chirac le rapace ou j’ai LePeniser par défaut, en 2017 ça sera 1er tour ni ni : ni Hollande la sous-couche de la droite ni le tondu car veauter pour un ex condamné qui c’était taillé au Canada pour éviter les remous merci , il y a 396 métiers qui demandent un casier vierge mais pas en politique car il faut encore pourvoir magouiller et se remplir les poches et bénéficier de l’impunité ... Heureusement il reste des candidats qui ont des programmes autres que d’augmenter la TVA ou allonger encore le départ a la retraite, donc il y a du choix, pour le second tour ce sera contre la gauche si elle y est et contre la droite aussi si elle y est .... je veauterai sans état d’âme pour LePen ça ne pourra de toute façon pas être pire ....


              • Michel DROUET Michel DROUET 31 octobre 09:11

                @zygzornifle
                ça ne pourra pas être pire ? A voir... Je n’en suis pas convaincu. Le FN joue sur une forme de virginité politique et fait sa pelote sur les problèmes de société et les questions identitaires. Pour le reste, c’est à dire beaucoup de choses comme l’économie par exemple, le FN fera comme les autres « partis de gouvernement », c’est à dire qu’il oubliera ses promesses.


              • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 09:46

                @Michel DROUET
                 

                alors faut continuer comme maintenant avec les RIPOUXBLICAINS ou les FAUXCIALISTES car hormis LePen les autres sont en queue du peloton et ne sont pas près de remonter , voter blanc ou s’abstenir ne changera absolurent rien, la seule contestation est dans les vrais extrêmes pas les roquets pret a rejoindre le chenil pour avoir leur nonos .....

              • Ouam 31 octobre 09:27

                Il y a peu de monde sur ce topic, c’est dommage parce que c’est amha la clef du débat de fond...

                comme quoi c’est pas gagné smiley

                 

                Et à ce que je vois ici (et ailleurs) bcp utiliseront le vote FN comme signe d’abstention (parce que dégouté par les deux autres partis majoritaires qui ont totalement merdé, ce que je peut donc comprendre et ne jugeant absolument pas) mais...ce qui me fait dire...

                comme quoi c’est vraiment pas gagné smiley 

                bon lundi,


                • zygzornifle zygzornifle 2 novembre 10:21

                  vous avez détesté Sarkozy, vous avez étés dégoûtes par Hollande mais vous allez maudire Juppé .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès