Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Citoyenneté > De l’usage du conditionnel en campagne

De l’usage du conditionnel en campagne

Le conditionnel est un temps de soumission aux aléas divers du futur et donc d'humilité.

Leçon ?

Nicolas Sarkozy en visite dans une école le 28 février à Montpellier.

... de conjugaison ?

Le conditionnel est un temps de soumission aux aléas divers du futur, et donc d'humilité. Ignorer ce mode et ce temps serait une grave lacune. Si Monsieur Jospin, Premier Ministre candidat, s'était préparé à la défaite en 2002, il l'aurait mieux vécue. Un premier tour qu'on croyait "déjà joué" se mue pour lui en le cauchemar de sa vie : l'inacceptable, l'inenvisageable survenait dans sa vie et celle de son groupe.


21 avril 2002 - 20 heures par locapass

 

Aujourd'hui, en février 2012. Ambiance de campagne.

Obstacles jetés en travers de la route, bombes à retardement, c'est le propre d'une armée en déroute.

Mais l'intoxe, la guerre psychologique, est aussi de rigueur.

Il y a tant de conviction dans les déclarations du Président sortant et de son équipe, que même les journalistes les plus honnêtes en oublient l'emploi du conditionnel (ne parlons pas des malhonnêtes). A savoir que pour édicter de nouvelles règles, de nouvelles lois il faut être élu.

Nous les entendons parler au futur proche, voire au présent...et cela à 50 jours des élections.

Pour illustrer mon propos, je cite quasiment au hasard sans problème :

"« Quelqu'un qui est au RSA, qui n'a pas d'emploi et qui n'est pas en formation, devra faire 7 heures de travail d'intérêt général par semaine, rémunérées au niveau du Smic »,

« On supprime des charges sur leurs salaires pour augmenter leur salaire » car « le travail doit être davantage récompensé que l'assistanat », " etc...

L'envie me prend de chanter Piaf en écoutant d'une oreille distraite leur fond sonore discordant : "Moi j'essuie les verres au fond du café...j'ai bien trop à faire pour pouvoir rêver..." qui passe pour moi comme une anti-phrase. Qui ne rêve pas justement, et surtout si travail et problèmes vous submergent....


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • rosemar rosemar 3 mars 2012 15:23

    Bonjour noodles, 

    oui les certitudes et l’arrogance des hommes politiques sont sidérantes,ils sont en plus totalement coupés des réalités et semblent vivre dans un univers de fiction !
     Il n’y a qu’ à voir la campagne électorale menée par le chef suprême:il est ,chaque fois ,à côté de la plaque et nous ressert le programme de 2007 !
    Très bonne journée à vous et à tous !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès